AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2760913104
Éditeur : Actes Sud (24/10/2018)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 56 notes)
Résumé :
La mort subite de la séduisante Mitsuko prend tout le monde par surprise, y compris les clients de sa librairie. Alors que des visiteurs se présentent pour rendre un dernier hommage à sa mère, Tarô, son fils sourd et muet, est préoccupé par certains détails de son histoire familiale. Mais qu’importe. Il est charmé par la beauté naturelle d’une jeune femme venue lui présenter ses condoléances. Tous deux éprouvent rapidement des sentiments si vifs qu'ils désirent s'ép... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  28 avril 2019
Une histoire pas si simple.
Tarô est un bon fils et un petit-fils affectueux. Tarô est sourd-muet et half, half parce que Japonais et Espagnol, du moins c'est ce que sa mère, Mitsuko, lui a dit. Mitsuko qui meurt jeune, dont le passé secret se révèle lourd de conséquences sur le projet de mariage de Tarô avec son amie d'enfance et fille de diplomate, Hanako.
Aki Shimazaki, que je découvre, n'a pas son pareil pour souligner avec concision et poésie le poids de la société japonaise traditionnelle sur les destins individuels. Ainsi de révélation en révélation Tarô, baignant dans une apparente légèreté et bienveillance, voit son avenir amoureux dangereusement s'assombrir... Comme sa mère avant lui, il est condamné à porter fardeau et chagrin.
«  maïmaï, maïmaï [escargot],
Où vas-tu si lourdement ?
Que portes-tu dans ta maison si grande ?
Un chagrin ou un fardeau, ou bien les deux ?
Ah, tu ne peux qu'avancer, comme la vie !
Bon courage, maïmaï ! Adieu !  »
Commenter  J’apprécie          909
fanfanouche24
  30 avril 2019
Etant tombée sous le charme des récits et du style étonnamment épuré, fluide d'Aki Shimazaki... je poursuis allègrement ma découverte de cette auteure japonaise, vivant à Montréal, et écrivant en français...
De plus le personnage introduisant cette nouvelle histoire est une libraire
passionnée et très estimée: la séduisante Mitsuko... malheureusement sa
mort subite vient attrister sa communauté de clients, d'amis, son fils unique, Tarô, artiste-peintre, sourd-muet de naissance et la grand-mère maternelle....
"-L'escargot me rappelle toujours maman.
-Pourquoi ?
Je lui relate ma conversation avec ma mère à propos de cette petite bête.
Hanako est intriguée. Je lui récite son unique poème :
" maïmaï, maïmaï, [Escargot]
Où vas-tu si lourdement ?
Que portes-tu dans ta maison si grande ?
Un chagrin ou un fardeau, ou bien les deux ?
Ah, tu ne peux qu'avancer,, comme la vie !
Bon courage, maïmaï ! Adieu !" (p. 111)

Je ne peux débuter que par cet extrait car comme dans d'autres textes de cette auteure japonaise, se trouve un symbole : fleur, animal..Ainsi dans ma précédente lecture de cette dame des lettres nipponne, le myosotis était symbole de la fidélité du souvenir... ici ce petit animal, l'escargot qui porte "cette maison si grande" symbolisera les chagrins ou fardeaux des divers personnages, dont un très discret, dont on ne découvrira le "chagrin-fardeau" qu'à l'ultime moment de ce roman !
Revenons à l'histoire !...
Tarô s'occupe des obsèques avec sa grand-mère, vide la librairie maternelle
pour la transformer en atelier-galerie selon les volontés de la maman...
Il est très affecté du décès de cette mère aimante, à la personnalité singulière...
Il s'interroge sur son histoire familiale, aimerait avoir quelques renseignements sur son père qu'il n'a jamais connu, qui serait selon l'évocation maternelle , un artiste-peintre espagnol...
A ces obsèques, il rencontre des amis de sa mère, qui lui achète des peintures (et plus exactement des portraits que Tarô a réalisés de Mitsuko), découvre des facettes singulières, surprenantes de cette mère, incroyablement cultivée et indépendante !.... Et grande surprise heureuse : il retrouve à ses obsèques une jeune femme dont il se sent spontanément très proche... Il découvrira que c'est Hanako, fille de diplomate, qui était , lorsqu'il était petit garçon, son amie... Hanako dut partir en Allemagne avec son père , diplomate... Il en fut très affecté... et voilà que la vie les fait se retrouver...
Ils sont heureux, veulent se marier; Hanako prévient ses parents qui sont
à l'étranger pour leur présenter son fiancé...Ils reviennent: le père est
bienveillant, rassuré par le sérieux et la gentillesse de Tarô, mais la
mère a une très curieuse réaction, refuse catégoriquement ce mariage,
en tombe malade...le suspens est vif, pour nous, lecteurs... même
si on pressent qu'il est sûrement question de non-dits et du "poids d'un
secret" étrange... compliqué, lointain.... Pas un demi-mot de plus !!!
J'en suis au troisième roman de cette auteure... et je retrouve la même fluidité, la même tendresse et bienveillance envers tous ses personnages...On s'attache à chacun...avec son lot de mystères, de peines, d'épreuves et de joies...dans un japon dont on s'imprègne progressivement, avec plaisir et curiosité...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          468
bilodoh
  06 février 2019
Japon : amours et secrets de famille.
Mitsuko est morte, Taro est orphelin…
Taro est sourd et muet, mais il est amoureux.
Taro est un « half », mais il est amoureux.
Certains comme les maïmaï,
portent un lourd fardeau…
Un tout petit roman, le 5e de la série « L'Ombre du chardon ». Une littérature épurée, des mots composés comme un bouquet ikebana.
Commenter  J’apprécie          340
Peteplume
  08 mars 2019
Depuis que j'ai découvert Aki Shimazaki, je guette la sortie de ses opuscules qu'elle distille avec parcimonie année après année. On y retrouve toujours, la même construction— chaque cycle comportant cinq tomes, présentant cinq facettes de la vie de mêmes protagonistes. On y retrouve bien sûr la même écriture dépouillée et l'atmosphère de ce que j'imagine être caractéristique des relations humaines telles que pratiquées au Japon: retenue, politesse extrême, respect des classes sociales sur lesquelles les institutions s'appuient. Ce dernier tome de la pentalogie L'ombre du chardon ne fait pas exception et c'est avec plaisir que j'ai retrouvé tout l'univers de cette autrice (C'est ainsi qu'il faut dire désormais selon l'Académie ?). J'ai cependant été déçue… Mes attentes étaient sans doute trop grandes mais j'ai pas trouvé la trame de l'histoire un peu moins attachante, un peu plus prévisible aussi que d'autres. Celles qui m'ont séduite le plus sont celles qui sont ancrées dans l'Histoire du Japon, alors que maïmaï se situe dans la banalité du quotidien d'aujourd'hui, sans référence précise au passé collectif. Bref, ce n'est pas selon moi le meilleur d'Aki Shimazaki mais ce roman clôt tout de même par un dénouement le cycle de L'ombre du chardon et reste dans cette mesure un « incontournable », chaque cycle formant un tout dont je recommande la lecture in extenso.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
tynn
  28 décembre 2018
Maïmaï: Livre 5 du cycle L'ombre du chardon.*
À la mort de sa mère Mitsuko, son fils Tarô revient s'installer dans la maison familiale pour vivre avec sa grand-mère. Il transforme la librairie maternelle en atelier d'artiste-peintre. Ce retour va lui faire découvrir peu à peu des secrets enfouis concernant les deux femmes et des découvertes troublantes sur ses propres origines.
Et quand son amour pour Hanako, amie d'enfance, va vouloir se concrétiser devant son entourage, la boite de Pandore va lui exploser à la figure.
Préjugés de classe, sectarisme social, mariages arrangés...toutes les composantes d'une société écartelée entre modernité et traditions concluent ce cycle romanesque dont le fil rouge pourrait être l'amour si le destin ne s'en mêlait pas, parfois cruellement.
Cette pentalogie reste fidèle en construction aux précédentes déjà parues, par les passerelles tendues entre les différents personnages des petits livres. Mélange de poésie, d'intimité et de réalisme, la plume très personnelle d' Aki Shimazaki nous invite en beauté dans l'âme japonaise.
*Azami (2014), Hôzuki (2015), Suisen (2016), Fuki-no-tô (2017), Maïmaï (2018).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          165

critiques presse (2)
LeDevoir   27 novembre 2018
Maïmaï nous offre un univers où tout est en sourdine. À l’instar de cette écriture simple, dénudée, les rapports humains y sont dictés par la douceur et la spontanéité. La force de Shimazaki est d’opposer la sensibilité de ses personnages à la structure sociale qui les régit, complexe et insidieuse, imposant son fardeau aux destins individuels.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LaPresse   15 novembre 2018
On n'a pas lu les trois précédents titres, mais celui-ci, concis, lumineux et sensible, est d'agréable lecture. Au coeur du récit, un poème parlant d'un escargot qui porte lourdement sa maison, tel un chagrin ou un fardeau. C'est le secret que la mère de Tarô a emporté avec elle à sa mort.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
nathavhnathavh   15 août 2019
Ma mère se moquait de ceux qui se vantent de leurs diplômes. "C'est comme un permis de conduire. Si on ne sait pas où aller avec, ça ne reste qu'un papier. On en fait étalage, parce que c'est tout ce qu'on a réussi à faire.
Commenter  J’apprécie          20
nathavhnathavh   15 août 2019
J'ai entendu dire que, quand on bouge, le temps s'écoule plus lentement. Donc vous revenez moins vieillie. Peut-être même plus jeune que Tarô et moi à ce moment là.
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh   15 août 2019
Qui voudrait porter le fardeau d'un autre ? Chacun a déjà assez du sien.
Commenter  J’apprécie          20
nathavhnathavh   15 août 2019
Seulement, j'ai besoin de résoudre cette énigme qui pique mon esprit comme une épine de chardon.
Commenter  J’apprécie          10
nathavhnathavh   15 août 2019
Il n'existe nulle part une famille qui n'ait aucun ennui. N'envie pas le foyer d'autrui.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Aki Shimazaki (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aki Shimazaki
Payot - Marque Page - Aki Shimazaki - fuki-no-tô
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3447 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..