AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1091610630
Éditeur : Komikku éditions (28/08/2014)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 187 notes)
Résumé :
Mikoshiba, qu’on appelle affectueusement "le champignon", est le célèbre bibliothécaire pour enfants de "La rose trémière". Derrière sa façon un peu rude de parler se cache en fait un personnage très agréable que les gens découvrent à travers les livres qu’il conseille. Adulte tourmenté ou enfant triste, chacun ressent le besoin de lire des livres. C’est à travers la rencontre de ces personnes que nous est contée la suite des aventures de Mikoshiba, le "sommelier du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  22 mars 2017
Je suis vraiment sous le charme de ce petit manga.
Je le trouve plein de réalisme et de douceur dans les graphismes. et pourtant les sujets sont parfois touchants.
J'aime aussi beaucoup toutes les références et les explications sur certaines oeuvres pour enfants... qui me rappelent des souvenirs ou pas (il est certain que les oeuvres japonaises pour enfants ont peu fait partie de mon quotidien).
J'aime aussi beaucoup le lexique qui pourra pousser les curieux a aller voir plus loin.
Un manga qui, pour moi, incite a la lecture... du coup il n'a que des qualités
Commenter  J’apprécie          540
manU17
  21 février 2015
A la lecture des premières pages de ce deuxième tome, j'ai comme été pris d'un doute. L'impression que ça tournait à la bluette sentimentale. Et puis non, heureusement, les choses sont rapidement rentrées dans l'ordre même s'il y a évidemment toujours un équilibre entre le léger et le plus grave.
Les livres et la lecture sont toujours au coeur de l'histoire par le biais des différents personnages dont quelques nouveaux. Par exemple, un jeune et virulent libraire très remonté contre les bibliothèques qui selon lui nuisent à son activité. L'occasion bien entendu de démontrer la complémentarité des deux activités, de manière simple mais efficace. Un homme qu'on aide à retrouver un livre lié à un passé plein d'émotion. Une lecture faite à un jeune public qui aide un apprenti auteur à prendre conscience des faiblesses et des atouts de son histoire. La lecture comme moment privilégié pour retisser des liens entre un père trop longtemps absent et son jeune fils.
Encore une fois, la vie, les échanges et les liens sociaux et familiaux battent leur plein au sein de la bibliothèque pour enfants de « La Rose Trémière ». Une bibliothèque un peu idéale, il faut bien le reconnaitre, avec un personnel idéal dont le fameux « champignon » (le héros surnommé ainsi par les enfants à cause de sa drôle de coupe de cheveux) moins vénéneux qu'il n'y parait mais qui garde encore une bonne part de son mystère…
Une bibliothèque comme on aimerait tous en connaître et moi, j'adore ça. Je file, le tome 3 m'attend !

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Eve-Yeshe
  16 juillet 2015
Nous retrouvons dans ce tome 2, les protagonistes de notre bibliothèque pour enfants « La rose trémière » avec Mikashiba, son directeur, un bourru sympathique à lunettes, Kayo et Mihuzo, et notre lecteur assidu Miyamoto, éternel adolescent.
L'auteur n'évoque pas seulement les relations entre bibliothèques et librairies, mais aussi, les êtres étranges qui peuvent franchir la porte un jour de pluie ou par hasard,, ou comment put-on retrouver un livre qu'on a aimé enfant, lorsque l'on ne se souvient que quelques bribes.
Umiharu Shintohara évoque aussi les souvenirs, les regrets de ne pas avoir partagé un livre qu'on aime, avec quelqu'un qui n'est plus là. Ou encore, comment écrire un manga…
Le tome 2 nous fait découvrir davantage l'histoire personnelle des héros…
Seulement voilà, j'ai eu du mal à terminer ce volume, car dès les premières pages on a l'impression d'être dans un roman à l'eau de rose, tant le plan drague de Kanego est énorme. La jalousie de Mihuzo est sympathique mais l'amour la rend quand même un peu trop gourde à mon goût.
Les thèmes abordés à propos des livres, du libraire, de la création de manga, de l'importance de la lecture à haute voix, sont intéressants mais ces gamins qui crient tout le temps dans un lieu censé être un sanctuaire pour les livres, m'ont plutôt irritée. Un peu trop « capillotracté » à mon goût.
Je pense que je vais arrêter ma lecture avec ce tome 2. C'est dommage le T1 était prometteur. Je rappelle qu'on en est au T9 au Japon.
Déception donc. N'est pas « Cesare » qui veut… (cf. Juyumi Soryo)
Note 6/10

Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Under_The_Moon
  18 avril 2015
Autant j'avais été très emballée par le premier tome du maître des livres, autant ce second tome m'a laissée presque de marbre.
Où sont passé tous les passages d'intersexualité presque onirique où un livre change soudain le quotidien du personnage qui se retrouve dans l'histoire et y voit un éclairage sur sa propre vie ?
Cet aspect est pour ainsi dire relégué au second plan pour mettre en avant les petites histoires sentimentales ou à l'eau de rose des uns et des autres. Mais pourquoi ? Pour mieux connaître les personnages qui évoluent dans la bibliothèque ?! D'accord c'est du bon sentiment un peu cumul typique manga, mais là non, c'est trop.
Pour rendre justice aux idées de l'auteur et à l'esprit qu'il y avait dans le premier tome, il faut avouer que le passage sur l'importance de la lecture (des adultes) aux enfants devraient être obligatoirement lu par tous les parents. Mais ça fait bien peu sur l'ensemble du tome.
J'espère que les tomes suivants relèveront cet erreur de parcours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
babel95
  11 août 2015
Vous venez de pousser la porte du deuxième tome du Maître des Livres !
Non, bien sûr, vous vous trouvez dans la bibliothèque pour enfants "La rose trémière", fondée par la richissime Madame Aoi (Rose Trémière) Kotegawa, et dirigée par Mikoshiba, bibliothécaire sévère, qui ne mâche pas ses mots. Mikoshiba est familièrement appelé "Le Champignon" par les jeunes lecteurs, en raison de sa coupe de cheveux originale.
Dans ce deuxième tome, nous retrouvons Myamoto, le lecteur adulte qui passe son temps libre à "La Rose trémière", les deux jeunes assistantes bibliothécaires. Nous faisons connaissance de Risa et de sa maman Kaneko, collègue de travail de Myamoto, ainsi que du bouillant Isaki vendeur à la librairie Tanioka.
Chaque chapitre introduit une nouvelle histoire, et Mikoshiba, grâce à son talent particulier de conseiller en livres (ou plus exactement "sommelier en livres") parvient à trouver le livre adapté qui contribue à dénouer une situation apparemment complexe...

Isaki, par jalousie, se sentant dévalorisé dans son travail de conseiller à la librairie, souhaite provoquer Mikoshiba en duel. La rencontre avec Isaki, la discussion qui s'ensuit permet à Mikoshiba de remettre les choses au point : Loin de faire baisser le chiffre d'affaires des librairies, comme l'affirme Isaki, les bibliothèques ont pour mission de faire connaître les livres aux futurs lecteurs "en bref, une bibliothèque est un lieu qui te procure l'envie d'aller acheter des livres, on apprend à connaître un livre à la bibliothèque, et on les achète à la librairie... il s'agit de la relation naturelle que doivent avoir les librairies et les bibliothèques entre elles"....
Isaki, vendeur à la librairie souhaite plus que tout devenir auteur de livres d'images - mais, en dépit de son caractère "bouillant", manque d'assurance. Mikoshiba lui permet de venir "tester" ses histoires auprès des jeunes lecteurs de la bibliothèque.... C'est ainsi que naît le héros "Champignon cruel".....qui connaît un succès immédiat....le jeune public est conquis par l'histoire d'Isaki, qui est maintenant surnommé "tête de nid", en raison de sa coiffure hérissée....
Leo, un des lecteurs de la bibliothèque, a retrouvé son papa qui avait dû partir travailler à l'étranger. Les retrouvailles ne se passent pas bien, Leo s'est attaché à Myoto et le papa est jaloux de la place prise par la bibliothèque dans le coeur de sa femme et de son fils.... Mikoshiba suggère des séances de lectures "père-enfant", qui permettront à Leo et à son papa de passer du temps l'un avec l'autre et de recommencer à se parler.... Et là encore, le succès est au rendez-vous.
Kayo, la jeune bibliothécaire, retrouve son père.... le roman "Coquillage de feu" va l'aider à y voir plus clair dans les sentiments qu'elle porte au père qui les a abandonnées, sa mère et elle...
Le dernier chapitre est dédié plus particulièrement à Mikoshiba, qui retrouve sa jeune soeur Tsukui, élève de terminale du lycée Kirigaya. Tsukui et Morishita, élève de première, font partie du club d'étude de la littérature pour enfants. Dans le cadre de leurs études elles organisent des séances de lectures ou des théâtres de marionnettes et proposent d'organiser la fête de Noël de la bibliothèque...
Les retrouvailles de Mikoshiba et de Tsukui sont douloureuses. Leurs parents ont divorcé, et le frère et la soeur ont été séparés. La fête de Noël va-t-elle leur donner l'occasion de reprendre des relations apaisées ? Quel rôle le chant de Noël, de Dickens, cadeau de Noël que Mikoshiba a offert a sa petite soeur de quatre ans avant leur séparation, va-t-il pouvoir jouer ?
Ce tome deux ne nous déçoit pas.... plus que jamais, les livres de la bibliothèque "La Rose trémière" jouent leur rôle de médiateur, et réparent à leur manière les erreurs des humains....
En dépit de son masque impassible, Mikoshiba - le Champignon - apporte à la bibliothèque une ambiance bien particulière, humour, tendresse ? Et pourquoi pas ?
Nous vous attendons pour la suite des aventures du Champignon-cruel... n'oubliez pas de rapporter les ouvrages empruntés, tant d'autres vous attendent à la bibliothèque de la Rose trémière....



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Les critiques presse (1)
Sceneario   17 septembre 2014
Le Maître des Livres, c’est un manga qui parle de la vie de tous les jours, des petits problèmes ou des petits plaisirs de chacun, le tout dans une formule “anti morosité”. C’est d’ailleurs la plus belle réussite de l’auteur. Il est parvenu à appliquer à son propre manga le message qu’il souhaitait distiller. Grâce à lui, la bienveillance et l’optimisme sont de retour.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations & extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
babel95babel95   24 juillet 2015
- Qu'êtes vous venu chercher, aujourd'hui ?
- Euh.. vous êtes spécialisé dans les livres pour enfants, n'est-ce-pas ?
- Oui c'est exact.
- Je ne sais pas exactement quel livre je recherche
- Hein ?
- Je m'appelle Hasegawa, mais celui qui connaît très bien le nom du livre que je recherche est mon ami Yuzo. Le problème, c'est que mon ami est décédé.
Yuzo et moi étions voisins étant jeunes, et nous nous amusions tout le temps ensemble. A l'époque il y avait un magazine qui s'appelait "le club des adolescents" que Yuzo lisait en permanence tellement il était passionné.
"Le club des adolescents" ?
- A votre âge, vous ne devez probablement pas le connaître. Mais c'était un magazine de prépublication de romans célèbres à mon époque.
- de romans ? il n'y avait pas de mangas ?
- Si, il y en avait aussi. et à vrai dire, j'aimais tellement pas lire que je ne lisais finalement que les mangas.
-Yuzo, par contre, adorait les romans d'aventure et d'action à suspense. A tel point qu'un jour, il ne se contenta plus du magazine et se mit à acheter les romans en librairie, qu'il lisait avec des étoiles dans les yeux....
Mais c'était aussi l'époque de la guerre qui devenait de plus en plus violente de jour en jour. L'ambiance quotidienne n'était clairement plus à la lecture. Sauf pour lui.
Un jour qu'il commençait à me raconter une histoire
- et ce jeune...
- arrête avec tes romans, tout le monde se bat pour le pays, et toi, qu'est ce que tu fais ?
- j'ai bientôt fini de le lire, je trouve ça presque dommage de le terminer,
- ah oui, tiens....
- quand je l'aurai fini, je te le prêterai, franchement, lis-le...

Seulement il ne put jamais tenir sa promesse, peu de temps après les bombardements arrivèrent jusqu'à nous, et il mourut sous l'un d'eux.
Il devait avoir à peu près ton âge, voire un peu plus.
Tout récemment, j'ai aperçu un des enfants du voisinage marchant avec le "club des jeunes détectives" en le voyant, cela a ravivé d'un coup la mémoire de ma jeunesse. Depuis, je ne rêve que de pouvoir retrouver ce livre que lisait Yuzo. Si ça se trouve, Yuzo n'a jamais pu finir la lecture de ce livre à l'époque. Je dois donc absolument le lire pour pouvoir lui raconter la fin une fois que je le rejoindrai dans l'au-delà. Voilà pourquoi je le recherche. Si cela ne vous dérange pas, pouvez-vous m'aider dans ma recherche ?
.........
L'œil du tigre, de Hitomi Takagaki

Les romans pour enfants sortis durant la guerre avaient tous une tendance propagandiste en faveur de la guerre mais celui-ci étant sorti avant, essayait juste de pousser les enfants à rêver et à espérer. Une aventure donnant aux jeunes Japonais de partir à l'aventure pour découvrir le monde. Votre ami Yuzo avait découvert quelque chose dans ce livre qu'il voulait absolument partager avec vous.
....
Quel étrange sentiment, c'est comme si je le lisais avec lui.
Peut-être que Yuzo est enfin venu le voir pour tenir sa promesse....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
babel95babel95   22 juillet 2015
- Mais tu ne comprends toujours pas ?
- Quoi, exactement ?
- On ne peut pas deviner le contenu d'un livre qu'avec sa couverture, t'es d'accord ?
- Oui, oui,
- Et il est tout à fait humain d'avoir envie de savoir si c'est bien le livre que l'on recherche avant d'acheter ?
- Justement, c'est pour ça que les gens les empruntent et ne les achètent plus après.
- Ecoute moi, je te dis. Et c'est valable pour ton domaine, le livre pour enfants. Un gamin, ça ne relit jamais un livre qui ne lui plaît pas. Par contre, ils relisent un paquet de fois, les livres qui leur plaisent. Encore et encore.
- C'est vrai qu'il y a beaucoup de gens qui empruntent un grand nombre de fois les mêmes livres d'images.
- Voilà.
- Je vois, c'est vrai qu'on ne peut pas se permettre de rester lire en continu en librairie.
- Il est normal d'avoir envie de vérifier d'abord s'il nous plaît avant d'acheter.
- Humpf....
- Mais là n'est pas le point essentiel.
C'est lorsqu'un enfant découvre un livre lui plaisant énormément... qu'il découvre en même temps le plaisir de la lecture. Une fois qu'il connaît ce plaisir, sa quantité de lecture augmente naturellement. Car il a ainsi pris l'habitude de lire.
Après ça, il commence à ressentir un manque lorsqu'il emprunte. Il ressent le besoin de garder ce livre auprès de lui. Quelqu'un qui est devenu un lecteur assidu va alors tout naturellement commencer à acheter ses livres. Eh oui, le virus de la lecture, ne se chope pas sans la lecture.
En bref, une bibliothèque est un lieu... qui te procure l'envie d'aller acheter tes livres. On apprend connaître les livres à la bibliothèque, et on les achète à la librairie. Je pense qu'il s'agit de la relation naturelle.. que doivent avoir les librairies et les bibliothèques entre elles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
babel95babel95   27 juillet 2015
- Des séances de lecture ?
- C'est quand une mère prend son enfant sur ses genoux pour lui lire une histoire, non ?
- mon fils est déjà grand, il ne veut plus de ce genre de choses, non ?
- c'est inexact lors d'une séance de lecture, qu'importe l'âge de la personne qui lit, que ce soit d'un adulte à un enfant, d'un adulte à un adulte, ou d'un enfant à un adulte, le principe de la séance de lecture est le même, ce qui importe... c'est que le lecteur parle d'une voix naturelle....
- je ne suis malheureusement pas très doué en lecture...
- là encore ce n'est pas un problème. Qu'importe la façon de lire, le but n'est même pas de terminer la lecture. Observe bien le regard de l'enfant pour voir si tu lis à son rythme. Il faut aussi demander à l'enfant ce qu'il pense de l'histoire, ainsi que ce que tu en penses, toi.
...
- le plus important, au final, c'est de vivre l'histoire ensemble...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Cap0CapesDocCap0CapesDoc   13 décembre 2014
C'est lorsqu'un enfant découvre un livre lui plaisant énormément qu'il découvre en même temps le plaisir de la lecture. Une fois qu'il connait ce plaisir, sa quantité de lecture augment naturellement, car il a ainsi pris l'habitude de lire. Après ça, il commence à ressentir un manque lorsqu'il emprunte. Il ressent le besoin de garder ce livre auprès de lui. Quelqu'un qui est devenu un lecteur assidu va alors naturellement commencer à acheter ses livres. (...) En bref, une bibliothèque est un lieu qui te procure l'envie d'aller acheter tes livres. On apprend à connaitre les livres à la bibliothèque et on les achète à la librairie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Cap0CapesDocCap0CapesDoc   13 décembre 2014
Lors d'une séance de lecture, qu'importe l'âge de la personne qui lit. Que ce soit un adulte à un enfant, d'un adulte à un adulte ou d'un enfant à un adulte, le principe de la séance de lecture est le même. Ce qui importe, c'est que le lecteur parle d'une voix naturelle. (...) Qu'importe la façon de lire, le but n'est même pas de terminer la lecture. Observe bien le regard de l'enfant pour voir si tu lis à son rythme. Il faut aussi demander à l'enfant ce qu'il pense de l'histoire, ainsi que ce que tu en penses toi. (...) Je pense que au final, c'est de vivre l'histoire ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
autres livres classés : livresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

le maitre des livres

Quels sont les personnages principaux ?

Nankichi et Oscar
Robinson et Osamu
Mikoshiba et Myamoto

5 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Le maître des livres, tome 1 de Umiharu ShinoharaCréer un quiz sur ce livre