AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Caroline Bouet (Traducteur)
EAN : 9782258201569
816 pages
Presses de la Cité (24/08/2023)
4.15/5   27 notes
Résumé :
Avant d’être portée disparue avec son biplan en 1950, Marian Graves aura passé sa vie à se jouer des règles imposées au « sexe faible ». Son lien indéfectible avec l’aventure et le danger s’établit dès ses premiers mois, quand elle est sauvée d’un paquebot en flammes. Puis, confiée à la garde d’un oncle fantasque dans le Montana, elle comprend à 12 ans qu’elle ne veut qu’une chose : piloter. Un rêve audacieux, mais si irrésistible qu’il la conduira à tenter un tour ... >Voir plus
Que lire après Le Grand CercleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,15

sur 27 notes
5
5 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

« L'Equateur est un grand cercle.Deux points diamétralement opposés comme le pôle Nord et le pôle Sud sont intersectés par un nombre infini de grands cercles ».
C'est ainsi qu'est expliqué le titre de ce roman éblouissant qui va du début du siècle dernier aux années 50 et raconte la vie et les exploits aéronautiques d'une jeune femme américaine Marion Graves .
S'intercalent des chapitres dédiés à une jeune actrice de cinéma sollicitée pour incarner l'aviatrice à l'écran.
Résumer ce livre de 800p prendrait des pages et des pages, Disons donc que ce roman évoque au départ le naufrage d'un bateau sur lequel étaient Marion et son jumeau Jamie ; ils sont sauvés par un épisode familial dramatique à découvrir.
Puis Marion est vite attirée par les avions et s'intéresse en particulier aux femmes intrépides qui vont la devancer. Elle parviendra à accomplir son rêve malgré toutes les interrogations, les stratégies et les refus dus à sa qualité de femme. Elle est intrépide et volontaire et va traverser la planète d'un pôle à l'autre.
D'autres chapitres, moins nombreux, présentent Hadley Baxter, une actrice qui doit se battre aussi à Hollywood pour être autre chose qu'un objet .
C'est avant tout un roman sur le féminisme non pas exacerbé mais revendiqué par ces jeunes femmes qui, soit dit en passant me semblent recevoir encore plus de rebuffades aujourd'hui, moins de respect qu'au siècle dernier dans le cinéma en tous cas, et maintenant en plus il y a les réseaux sociaux.
Je viens à peine de survoler ce roman tant il est foisonnant d'histoires d'amour d ‘amitié, de sexualité aussi.Des femmes fortes, des hommes forts pour la plupart ; Toutes proportions gardées, autre époque, autre situation, ce roman m'a fait penser parfois à Scarlett et Rett Butler. Je serai peut-être la seule d'ailleurs…
Il me semble amusant quand même de retranscrire une phrase trouvée dans les remerciements de l'auteur à son éditeur ; «  Réduire un encombrant manuscrit de 1000p à cette mince broutille (800p) n'a pas été une sinécure, mais je n'aurais pu souhaiter ou espérer meilleure camarade et guide ».
J'ai vraiment aimé cette lecture , mais si la broutille avait encore perdu 200p (1kg pas facile à manier) c'était vraiment le coup de coeur.
Parution le 24 août aux Presses de la Cité
Commenter  J’apprécie          180
LE GRAND CERCLE de Maggie Shipstead "Presses de la Cité 2023 - traduit de l'anglais US 2021" 816,- pages



Marion (Marion) et son jumeau Jamie, âgés de deux ans sont sauvés de la noyade du paquebot que commande leur père. Ce dernier à l'encontre de toutes les règles de la marine abandonnera son navire pour sauver ses deux enfants. Un fois à terre, il devra confier les enfants à leur oncle débonnaire pour purger une lourde peine à SING SING pour son acte jugé sévèrement.
Les enfants grandissent livrés à eux mêmes. Jamie est un sensible qui ne rêve que de croquis et de dessin, Marian, elle ne rêve que d'avion.
Mais nous sommes dans les années 30 et la place d'une femme n'est pas aux commande d'un avion, alors cette fillette rusera pour arriver à ses fins.
La guerre tombera à point pour les femmes. La pénurie d'hommes leur donnera une chance d'accéder à des postes dont elles n'oseraient rêver en temps de paix. Et cette jeune femme pourra entrer dans l'aviation anglaise pour du transport d'appareil à vide. Qu'importe, elle vole et plus seulement sur des appareils légers, mais aussi des gros porteurs qu'elle doit conduire vers d'autres destinations stratégiques.

Toutes les guerres ont une fin et laisse ses stigmates. La mort de son jumeau au combat, et celle de Ruth son amie, son amante et sa muse. Marian s'effondre. Comme chantait Barbara " Soudain elle s'alanguit, elle rêve et elle frissonne. Elle tangue, elle chavire, elle va, elle vient, elle vire, elle tourne et elle se traîne.
Et puis elle retrouve Eddy, veuf de Ruth. Lui aussi éploré et ensemble ils décident de se confondre dans un vieux rêve : le tour du monde.
Les stocks de l'armée regorgent de zincs que la guerre mourante a vomi. Ils ont l'embarras du choix pour commencer leur dernière étape.

Il m'a fallu un mois pour venir à bout de cette brique. Des pages qu'il faut lire et relire. Un exercice épuisant.
Un exemple prit au hasard :
" C'est surtout des maisons. Et, quand tu penses aux maisons, quand t'y réfléchis vraiment, tu trouves pas qu'elles sont trop bizarres ? C'est des boîtes dans lesquelles on se range et on range nos affaires, des boîtes en forme de manoir Tudor et des bunkers chic en ciment de seigneurs de guerre comme celui-ci et des navettes spatiales modernes en verre, des dômes géodésiques et des vitrines lisses et brillantes. L.A., c'est des vieux tas délabrés et mystérieux au sommet des collines, des haciendas empaquetées dans du bougainvillier, des maisons bien proprettes et de plain-pied de style Craftsman, des petits machins en adobe à toit plat avec des barreaux aux fenêtres, des cabanes de surfeurs, des cabanes à came, des cabanes de vieux mecs ronchons démarcheurs s'abstenir, des cabanes patchouli ornées de drapeaux de prière et dont les fenêtres rougeoient à travers un bout de tissu indien comme si à l'intérieur se trouvait le coeur battant de tout. C'est les tentes des SDF amassées sous un échangeur routier, le lierre qui pend de l'échangeur comme un rideau de perles. C'est les ordures qui tournoient dans le vent chaud et sec, nichent dans un ficoïde au bord de l'autoroute. C'est l'éventail dansant blagueur et sautillant des arrosages automatiques sur les pelouses. C'est le tchac tchac des sécateurs et le bruit sourd des citrons qui tombent des branches lourdes, éclatent sur le trottoir et pourrissent sous une nuée d'abeilles. C'est l'épuisette bleue qui glisse placidement au bout du bras d'un jardinier qui, coiffé d'un grand chapeau de paille, manoeuvre avec la grâce d'un gondolier. C'est l'herbe qui meurt de soif et de grandes bermes de lauriers-roses en fleur vénéneux et archi-durs qui poussent au milieu de l'autoroute, séparant ceux qui vont vers le nord de ceux qui vont vers le sud, la lave du champagne, et c'est les cactus, yuccas, aloès, agaves, succulentes gorgées d'eau ayant des noms tels que doigts bleus, horizon bleu, reine de la nuit, queue d'âne, empereur pourpre, bâtons de feu, joubarbe à toile d'araignée, haworthie à bande, flamme de feu, plante porcelaine, lis du Mexique, collier de perle, dame peinte. Je veux que Redwood sache tout cela. (Mais sérieux, a-t-il répété, genre tous les anges ?) Je veux qu'il sache que Los Angeles est un vent du désert qui souffle sur le jardin du paradis. Qu'il comprenne que je suis un empereur pourpre et une dame peinte et que : tout. est. si. succulent. Voilà ce que je lui ai dit, et il a répondu oui. Oui, exactement. Et j'ai cru apercevoir un point froid de lumière, comme une étoile mais pas une étoile qui venait de lui, qui venait de nulle part. " sic.

A lire quand le coeur est vaillant
Commenter  J’apprécie          00
Je suis contente d'avoir participé au jury du Prix du roman Fnac car sans cela je n'aurais jamais lu ce magnifique roman j'en suis certaine. Pourquoi ? La littérature américaine n'est pas mon terrain de prédilection et surtout les 816 pages qui peuvent décourager ! Et bien détrompez-vous, le volume n'est vraiment pas un argument car j'ai pris énormément de plaisir à découvrir ce roman passionnant qui retrace le destin de deux femmes éprises de liberté.


Marian Graves disparue avec son biplan en 1950 et en parallèle celui de Hadley Baxter en 2014 à Hollywood, celui d'une jeune starlette désabusée qui va incarner le rôle de Marian. Deux destins intimement liés au final !

On remonte la vie de Marian Graves tout en remontant la grande Histoire du vingtième siècle.

Marian est née le 6 septembre 1914 à New York, elle échappe avec son frère jumeau, Jamie, à l'incendie du paquebot "Josephina Eterna". Orpheline, élevée à Missoula chez son oncle Wallace, un peintre alcoolique désargenté. Elle a très tôt la passion pour les moteurs et la mécanique.

C'est en 1927 qu'elle voit de près des avions pour la première fois et qu'elle décide qu'elle deviendra pilote. Elle va très vite prendre son destin en main bien déterminée à voir le monde qu'elle a lu dans les livres laissés par leur père Addisson.

On revit l'histoire de l'aviation, la première tentative de traversée de l'Atlantique par Lindberg en 1929, la période de la prohibition, la grande dépression, la seconde guerre, Hitler et on retrouve des femmes aviatrices.

C'est passionnant. Marian se mariera avec Barclay mais devra lutter pour conserver son indépendance, son mari voulant à tout pris la posséder et lui donner un enfant..

On suivra aussi le destin de son frère, un peintre et en parallèle les préoccupations d'Hadley qui l'incarnera au cinéma un siècle plus tard.

Asservissement de la femme, féminisme et besoin de liberté au programme.

Une belle aventure, un très beau roman que je suis contente d'avoir découvert.

Ma note : 8.5/10
Lien : https://nathavh49.blogspot.c..
Commenter  J’apprécie          72
Un roman puissant, d'une grande intensité. Maggie Shipstead a créé des personnages réalistes, à la psychologie fouillée, avec des doutes, des peurs, des désirs… Si je n'avais pas su que ce récit est entièrement fictif, j'aurais vraiment pu croire lire sur des personnes réelles. Un tour de force selon moi et la preuve d'une autrice de talent.

L'autrice nous offre une belle vision de la liberté et de l'individualité. En effet, chaque personnage souhaite être libre, mais ce n'est pas simple. Libre d'être, libre d'aimer, libre de faire des erreurs, libre de vivre à nouveau… Jamie, le frère jumeau de Marian, m'a beaucoup émue : il souhaite s'accrocher à ses valeurs sans passer pour un lâche. Les questions d'identité reviennent souvent aussi dans ce roman, ce que j'ai particulièrement aimé.

Certes, c'est un livre très long (800 pages) et il ne contient pas des rebondissements à chaque chapitre. Mais c'est un récit de vie touchant sur la volonté de vivre ses rêves et de sortir de sa propre prison (ou celle construite par la société). Si vous aimez ce genre de romans, il pourrait vous plaire et je ne peux que vous encourager à le lire !
Commenter  J’apprécie          50
J'ai terminé mes lectures de 2023 avec un bon gros roman (plus de 800 pages quand même, mais avec des interlignes agréables à la vision, ainsi qu'une agréable tenue bien souple en mains -ça tient ouvert) qui a su me passionner sans lassitude.

D'un côté Marian Graves, survivante d'un naufrage en 1909, élevée dans le Montana par son oncle, et qui fort tôt a voulu voler. Deux problèmes, elle est une fille et n'a pas d'argent. Un riche trafiquant (durant la prohibition), non dénué d'idées derrière la tête, va l'aider à réaliser son rêve. Des années plus tard, son rêve (bis) sera de décrire (avec escales) un grand cercle passant par les deux pôles.

Parallèlement l'actrice Hadley Baxter dont la carrière subit des vents contraires (on peut lui préférer une plus jeune pour la suite d'une série, mais aussi elle n'est pas assez discrète dans ses relations charnelles, et elle s'en moque!) se voit proposer le rôle de Marian dans un film.

Narration classique, bien menée, entre la vie de Marian et celle de Hadley. Ce serait dommage de tout raconter. L'histoire offre de courtes échappées sur la vie d'autres aviatrices, en particulier Jackie Cochran, créatrice des Women Airforce Service Pilots durant la seconde guerre mondiale (dans le roman Marian en a fait partie). J'ai aussi fortement apprécié le récit des tribulations de Marian durant son 'grand cercle', particulièrement la partie en Antarctique (à lire bien au chaud).

N'oublions pas Jamie, le frère de Marian, et son talent de peintre. Là aussi j'ai aimé comment l'auteure en parle.

Bref, si on aime les romans où on apprend des choses, avec des héroïnes qui en veulent, c'est le moment!
Lien : https://enlisantenvoyageant...
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
LeFigaro
08 décembre 2023
Les destins romanesques d’une pionnière de l’aviation et d’une actrice de cinéma.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Je suis née pour être vagabonde. J’ai été façonnée pour la terre comme l’oiseau de mer pour la vague. Certains oiseaux volent jusqu’à leur mort. Je me suis fait une promesse : ma dernière descente ne sera pas une dégringolade désespérée mais un plongeon net de fou de Bassan ; un plongeon délibéré visant quelque chose tout au fond de la mer.
Commenter  J’apprécie          80
Elle était à un âge où l’adulte en devenir secoue les os de l’enfant qui le contient comme les barreaux d’une cage.
Commenter  J’apprécie          90
Il a fallu qu'il connaisse la peur pour remarquer à quel moment elle s'envolait.
Commenter  J’apprécie          30
Les mères ne contrôlent pas tout, même si parfois nous aimerions. J'ai appris - trop lentement, certes, mais j'ai appris - que nos tentatives de contrôler les autres étaient dans l'ensemble vouées à l'échec.
Commenter  J’apprécie          00
Une personne aussi célèbre que moi est un peu comme une immense créature marine ondoyante, un écosystème en soi qui nourrit une colonie de menu fretin avec les restes de nourritures qu'elle a sur les dents.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Maggie Shipstead (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maggie Shipstead
Les Presses de la Cité vous présentent sa Rentrée Littéraire 2023 avec deux formidables ouvrages "Le Grand Cercle" dans la section romans étranger écrit par Maggie Shipstead et "Je vais bien" dans la section roman français de Régis Franc.
"Le Grand Cercle", pour en savoir plus : https://www.lisez.com/livre-grand-for...
"Je vais bien", pour en savoir plus : https://www.lisez.com/livre-grand-for...
-----------------------------
Retrouvez-nous toutes nos actualités sur les réseaux :
https://www.instagram.com/pressesdela...
https://www.facebook.com/Presses.de.l...
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus



Lecteurs (133) Voir plus



Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
597 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..