AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michèle Lévy-Bram (Traducteur)
ISBN : 9782714443700
Éditeur : Belfond (07/10/2010)

Note moyenne : 3.13/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Après Il faut qu'on parle de Kevin et La Double Vie d'Irma, Lionel Shriver passe à nouveau le couple au vitriol de sa plume impitoyable.

Un roman magistral sur le pouvoir, l'ambition et le mariage, une brillante déconstruction du sentiment amoureux, pour une réinterprétation virtuose de la guerre des sexes.

Un soir, à New York, lors d'un match de tennis improvisé, Willy rencontre Eric. Elle est joueuse professionnelle, battante et accro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Folfaerie
  14 décembre 2010
Merci à Babelio et aux éditions Belfond pour ce partenariat qui m'a permis de faire connaissance avec un nouvel auteur américain. A ce propos, comme son prénom ne l'indique pas, Lionel est une femme...
Si vous aimez le tennis et les romances qui se terminent mal et si vous êtes nostalgique de l'époque Connors, Mc Enroe (comme moi !), Double faute est la lecture idéale. En revanche, si l'on est un peu plus exigeant, ce roman peut se révéler un peu décevant.
L'auteur analyse plutôt finement les rapports d'un jeune couple uni par la même passion pour le tennis. Willie est une fonceuse, joueuse professionnelle, aspirant à monter rapidement dans le classement (un brin compliqué d'ailleurs) et Eric, un jeune homme brillant qui réussit tout ce qu'il entreprend, se révèle assez doué dans ce sport malgré son statut d'amateur.
Cela commence comme une histoire classique : la rencontre, l'amour qui nait très vite, l'admiration réciproque et cet intérêt commun pour le tennis. Pour Willie, le tennis est toute sa vie. Elle ne sait rien faire d'autre et n'envisage aucune autre activité. Eric au contraire est doué pour un tas de choses, et considère le tennis plutôt comme un hobby des plus plaisants. Jusque là tout va bien. Sauf que la joueuse professionnelle va se retrouver dépassée par l'enthousiasme puis le talent de son partenaire. L'ambition, la soif de réussir les dévorent tous les deux, la rivalité s'installe. Y a-t-il encore une place pour l'amour ? Qiu doit céder à l'autre, qui fera le sacrifice d'une carrière pour que le couple survive ?
C'est l'éternel débat qui est disséqué dans ce roman. Cela aurait pu être une rivalité professionnelle dans le monde de l'entreprise, mais l'auteur a préféré le domaine sportif, choix sans doute plus judicieux. On assiste, un peu comme dans un match, et va et vient des sentiments du couple. Au fil des années, les rapports deviennent de plus en plus conflictuels, leur vie de couple est entièrement régie par le tennis. Chacun est capable des pires bassesses, se montre expert dans l'art de commettre des petites trahisons. Les reproches, les constats amers, les jalousies empoisonnent le quotidien.
J'avoue pour ma part, avoir eu beaucoup de mal à trouver Willie sympathique. La jeune femme m'a considérablement agacée tout au long du roman, et je n'ai ressenti un peu de compassion qu'à de très rares occasions. Eric au contraire, m'a semblé bien plus digne d'intérêt malgré ses travers. sans doute parce que c'est lui aime le plus. Mal sans doute mais davantage. Et aussi parce que la coup fatal que lui porte Willie est si méprisable, que je ne pouvais m'empêcher de plaindre l'époux trop parfait.
Bien que j'ai suivi avec un certain intérêt cette descente aux enfers, le propos du roman m'a paru tellement futile que cela a quelque peu gâché ma lecture. Il faut quand même admettre que cette dissection d'un couple sur fond de rivalité au tennis est assez mince. L'égoïsme forcenée de l'une, l'entêtement de l'autre, et leur incroyable incapacité à être heureux simplement pour une question de rivalité professionnelle est assez pathétique. Même les passages relatifs aux réunions familiales (et l'on découvre pourquoi Eric et Willie sont devenus ces personnages un peu creux), s'ils expliquent leur comportement, mettent davantage en relief leur mesquinerie et leurs faiblesses.
On passe 444 pages à les regarder se déchirer et s'empoisonner l'existence pour une petite balle jaune (et quelques honneurs et de l'argent, c'est vrai). de plus, les descriptions des tournois, des entraînements sont fort nombreuses, les termes techniques abondent et finissent par lasser. Certes, j'étais prévenue par le quatrième de couverture, cependant, je ne m'attendais pas à ce que le tennis soit aussi présent dans le roman. Fort heureusement, ce sont les grandes figures de ce sport, que je daignais regarder de temps à autre à la télévision, qui sont évoquées : John Mc Enroe, Stefan Edberg, Jimmy Connors... la grande époque.
Pour résumer, je dirai que le roman est un poil trop long, le personnage féminin est particulièrement détestable, leur vie de couple dénuée d'intérêt car leurs problèmes reposent sur un différend trop futile à mes yeux, d'autant que leur quotidien étant rythmé par les compétitions et les entraînements, le tout ayant un côté répétitif assez lassant. Et cependant, l'auteur est parvenue à m'emmener au bout de son récit, ce qui tout de même un exploit. Ce ne fut donc pas une lecture déplaisante, mais je n'en garderai pas un souvenir impérissable non plus. Une impression mitigée donc, car je n'ai pas aimé et pas détesté non plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Ikebukuro
  04 janvier 2011
J'ai bien aimé ce roman qui se déroule comme un match de tennis avec deux partenaires qui développent un jeu complètement différent. L'un faisant un travail de sape en fond de cours et l'autre se démenant comme un beau diable pour tenter de sauver le match en modifiant sa technique de jeu pour obliger son adversaire à réagir. le titre Double faute est tout à fait représentatif de l'histoire que l'auteur nous présente. Qui est responsable de l'échec annoncé de ce mariage ? Qui plombe continuellement la situation ? Qui se voile la face en essayant de sauver les meubles ?
C'est étrange comme cette romancière a le don de créer des personnages particulièrement énervants... Comme dans son roman précédent, les protagonistes ont le chic pour montrer leur côté le plus détestable. Willy, championne depuis son plus jeune âge, pour qui le tennis est toute sa vie, devient jalouse, aigrie, mesquine voire méchante face aux succès de son compagnon. Mais Eric n'est pas en reste non plus, imbu de lui-même, n'envisageant pas l'échec et méprisant ses adversaires de cours... L'histoire devient le récit excessivement précis de deux vases communicants. Plus l'un réussit et plus l'autre rentre dans une sorte de spirale infernale de la défaite, plus l'un grignote des places au ement des meilleurs joueurs et plus le second amorce une longue descente aux enfers et se voit rétrogradé au fil des mois. Au point que chaque match gagné par Eric devient le symbole de l'échec de Willy entraînant rancoeur et aigreur. Tout devient alors prétexte à critiques acerbes et reproches, faisant ressortir le côté le plus mesquin de chacun. Willy en veut à Eric de sa réussite mais elle lui en veut aussi de faire ressortir chez elle des sentiments qu'elle sait méprisables, la transformant peu à peu en harpie du quotidien.
Comme dans La double vie d'Irina, Lionel Shriver nous décortique à merveille la psychologie d'un couple que tout aurait dû réunir et souder autour d'une passion commune et qui va se déchirer au quotidien à travers une rivalité inavouée. le récit d'une défaite annoncée est particulièrement brillant, les caractères des personnages se dévoilent au fur et à mesure de la progression de l'histoire et les dialogues se jouent comme un match où tous les coups sont permis. Cette fois encore l'auteur a réussi à m'intéresser à une histoire de couple qui à première vue ne m'aurait pas spécialement tentée. Je ne suis pas sportive et j'avais un peu peur en attaquant ce livre que le langage tennistique et les descriptions de matchs m'ennuient rapidement mais ils sont tellement intimement liés à l'histoire de ce couple que je les ai trouvés parfaitement à leur place tout au long du récit. Seul bémol, quelques longueurs par moment qui plombent un peu le rythme du roman et une Willy particulièrement agaçante qui passe la majorité de son temps à se regarder le nombril au point que j'ai fini par prendre en pitié ce pauvre Eric dont le seul défaut est d'aimer sa femme jusqu'à la balle de match finale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ari
  26 juillet 2013
Pas fan de tennis du tout, nulle même en ce qui concerne les points, les classements, les fautes, ... Bref, ce sport ne m'intéresse pas. J'ai lu ce livre parce qu'il est écrit par l'auteur de Il faut qu'on parle de Kevin, un livre qui m'avait beaucoup marqué, beaucoup plu.
Double faute m'a beaucoup plu aussi. Ca parle de tennis, bien évidemment, mais il est plutôt question de mariage, de relations humaines.
Willy est joueuse professionnelle. Elle rêve de grimper les échelons et de pouvoir se classer parmi les meilleures joueuses de tennis. C'est sa vie.
Elle rencontre Eric, un jeune homme parfait qui décide, à 18 ans, de devenir lui aussi, joueur de tennis professionnel. Pas par passion de ce sport mais juste par défi.
Tout va bien. Willy et Eric sont plutôt complices, ils s'aiment beaucoup. Jusqu'au jour où Eric va dépasser le classement de Willy ...
L'auteur est parvenue à m'énerver ! Un livre que je n'ai pas lâché. Un bon roman.
Commenter  J’apprécie          80
keisha
  18 décembre 2010
D'un côté du filet
Lionel Shriver est l'auteur de l'inoubliable et choquant Il faut qu'on parle de Kevin, à lire sans attendre si ce n'est fait. Un magnifique roman par les thèmes abordés et leur traitement, le suspense sans faille et les surprises tout du long. Très très fort!

Et double faute? Willy, joueuse de tennis professionnelle en pleine ascension, qui vit pour le tennis depuis l'âge de cinq ans, rencontre Eric, diamant tennistique mal dégrossi mais prometteur. Ils se marient, continuant leur ascension dans le classement mondial, Eric un peu plus rapidement, jusqu'à égalité, puis renversement de la tendance. Willy le vit très mal, au point de perdre tous ses moyens.

Deux milieux différents, deux approches du tennis, deux ambitions, mais un seul couple. Une belle description, de l'intérieur, d'une joueuse de tennis, l'entraînement, les matchs, le système, les états d'âme, la vie tout court. Une belle analyse de la spirale du succès et de l'échec, de la rivalité au sein d'un couple. L'histoire d'un mariage aussi. Avec toujours un bon style travaillé comme une balle de tennis.

De l'autre côté du filet
Euh, d'abord, le tennis, pas trop mon truc... Et là on en mange vraiment beaucoup trop à mon goût. Quant à Willy et Eric, même si tout est bien analysé avec finesse, rien de très surprenant ne leur arrive, on tourne un peu en rond, le roman aurait-il gagné à être plus court? Je me suis souvent ennuyée... J'en attendais trop, certainement.

D'après wikipedia, que signifie double faute? "Terme appliqué au tennis. Un joueur réalise une double faute lorsque deux services consécutifs non let sont annoncés faute. Un service est annoncé faute s'il ne tombe pas dans les limites du carré de service opposé au filet et dans la diagonale du serveur (y compris s'il a touché le filet), soit s'il reste dans le filet, soit si le joueur a commis une faute de pied ."

Balle de match
A vous de vous faire votre avis. Si vous adorez le tennis (ou comprenez un peu quelque chose au comptage des points), ce roman vous plaira sûrement!

Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Shan_Ze
  19 mars 2014
Willy Novinsky, jeune tenniswoman prometteuse de 23 ans rencontre Eric Oderdorf, un jeune homme qui joue au tennis en amateur. C'est le coup de foudre entre les deux sportifs, ils se marient. Mais leur vie de couple ne se passe exactement comme ils l'espéraient...
Encore un roman psychologique pour Lionel Shriver. Sous les feux de projection cette fois-ci, deux compétiteurs d'un sport individuel réunis dans un couple pour le meilleur et le pire. Une ascension brisée pour Willy qui commence à développer des sentiments complexes envers son mari. Alors que celui-ci reste aimant et compréhensible, elle voit en chacun de ses actes, une nouvelle humiliation. L'auteur décide de se placer du côté de Willy mais même si je comprenais ses ressentiments, j'ai eu du mal à sa rancoeur, ses actes. Comment vivre toujours en compétition avec son compagnon ? La fin m'a atterrée même si c'est une fin assez logique. Une réflexion profonde sur le mariage même si certains points m'ont moins convaincu... j'aime bien le tennis mais juste à titre de loisir mais c'est mieux pour comprendre ce roman et l'apprécier. En tout cas, j'ai aimé l'approche de Lionel Shriver, son humour noir par moments.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
luocineluocine   29 décembre 2010
Vous connaissez sans doute cette auteure (oui Lionel aux Etats-Unis c’est une femme), elle a écrit Il faut qu’on parle de Kevin , où elle analysait le comportement d’un jeune adolescent qui a tué sept de ses camarades de collège, un employé de la cafétéria et un professeur de son lycée.

Dans double faute, c’est un couple de joueurs de tennis de haut niveau, qu’elle passe au scalpel de son analyse.

Lionel Shriver décrit de façon implacable le monde du tennis professionnel, après avoir lu ce roman, on se demande quels parents seraient assez fous pour laisser leur enfant s’engager dans un sport pour faire de la compétition
On y découvre les dessous des compétitions de tennis, et tout ce qu’il faut s’imposer pour pouvoir être « classé ». Willy (c’est la femme) et Eric vivent leur vie comme un tournoi permanent. Et leur couple ne résistera pas aux coups de boutoirs donnés par des raquettes de moins en moins amoureuses.
Je n’ai aucun intérêt pour le tennis, j’attends avec impatience les réactions des habitués de Roland Garos, ils apprécieront mieux que moi, je pense, ce roman.

L’analyse du couple est très poussée et détaillée, hélas, je suis restée complètement extérieure car cela ne peut concerner que des gens confrontés à la célébrité. Rien à voir avec la vie, d’habitude on ne passe pas sa vie à vérifier si son classement est meilleur que celui de son conjoint. On comprend dès le début que ça ne peut pas marcher entre eux, c’est donc l’analyse d’une chute dans le style roman américain à succès.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
pyrouettepyrouette   17 décembre 2010
" Cette attraction à laquelle elle avait cédé avec joie avant son mariage, elle la combattait désormais. Elle ne donnait plus, on lui donnait. Tant de gens ordinaires tombaient amoureux et se mariaient... Comment faisaient-ils pour vivre sans ressentiment, sans lutter contre des passions qui les dépassaient, sans se révolter contre ces prélèvements mensuels imposés en remplacement du chèque initial spontanément rempli ?"

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
luocineluocine   29 décembre 2010
Elle était assise devant l’habituel gâteau, affaissé, sa mère ratant systématiquement le glaçage à la noix de coco. La pseudo-« neige » des blancs d’œufs insuffisamment battus-retournait à l’état glaireux, tandis que le pseudo –« glaçage » dégoulinait sur les côtés… L’intérieur du gâteau était constitué de plusieurs couches molles vaguement architecturées par un biscuit de Savoie étouffant, caoutchouteux- triste quoi- en parfaite conformité avec l’atmosphère dépressive de la maisonnée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pyrouettepyrouette   17 décembre 2010
"...Une individualité n'est pas une entité immuable, inexpugnable mais un assemblage hétéroclite de hauts et de bas, de coups reçus et d'endurance retrouvée, tout à la fois active et sous contrôle."

Commenter  J’apprécie          40
luocineluocine   29 décembre 2010
le tennis c’est un sport où il faut être assez intelligent pour jouer bien, et assez idiot pour croire que ça compte

Commenter  J’apprécie          60
Videos de Lionel Shriver (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lionel Shriver
Payot - Marque Page - Lionel Shriver - Les Mandible
autres livres classés : tennisVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
830 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre
. .