AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Rabinovitch (Traducteur)
ISBN : 2714443710
Éditeur : Belfond (03/09/2009)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Le jour où Irina accepte de dîner seule avec Ramsey Acton, célèbre joueur de snooker, elle ne se doute pas que sa vie va basculer. Qu'un instant d'hésitation va mettre son couple en question. Et que la routine de sa confortable existence londonienne va voler en éclats.
Car, contre toute attente, ce dîner avec Ramsey se révèle très agréable. À tel point qu'à la fin de la soirée Irina se trouve prise d'une folle envie de l'embrasser…
Autour du dilemme d'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
AgatheDumaurier
  18 février 2016
Difficile de croire au début qu'on a affaire à la même auteure que du transgressif "Il faut qu'on parle de Kevin", et pourtant...Le thème de l'amour et de l'instinct maternels est encore largement tabou donc très peu traité, tandis que l'amour et le désir, c'est le rayon foie gras un après-midi du 31 décembre, il y a foule, on se porte, comme aurait dit ma grand-mère, alors faire du nouveau ...
Il s'agir donc d'amour et de désir, d'Irina, 43 ans, très belle mais qui l'ignore (c'est charmant), de son compagnon Lawrence, mignon et encore musclé, avec tous ses cheveux, qui travaille dans un think tank et qui réfléchit intensément au terrorisme ...Une grosse tête et peu de gras. Irina aime son Lawrence d'un amour serein, et nous on ne la comprend pas trop car Lawrence est à claquer. Il lui fait les gros yeux quand elle fume ou boit un petit verre. Il observe son tour de taille, il la considère comme vaguement attardée... On a envie très rapidement de lui dire : casse-toi ! Mais voilà, Lawrence est stable, elle l'aime, ils ont un appartement, des habitudes ...Et soudain voilà qu'un soir !!!! Terrible terrible !!!! (C'est là qu'on se sent hyper française, des siècles d'esprit, d'Aliénor d'Aquitaine à la marquise de Montespan en passant par le french cancan, par rapport au puritanisme américain) donc soudain un soir !!! Irina a une envie terrible d'embrasser Ramsey !!!! Un ami commun, un joueur célèbre de snooker (genre de billard anglais...) ultra ultra sexy, beau et fin et musclé avec un torse d'albâtre (comme Edward dans Twilight !!) et un sourire coquin et un accent du sud de Londres visiblement irrésistible pour une américaine ...Que faire que faire ???? Euh, là, donc, on se dit, détends-toi, Irina, ça va aller. Mais ça ne va pas, la vie d'Irina se scinde en deux : une Irina embrasse Sexy-Ramsey, et de là part un récit, tandis que l'autre résiste férocement, et nous avons un deuxième récit en parallèle.
On suit donc par la suite les évolutions et circonvolutions des deux Irina.
My God quelle prise de tête pour trois fois rien !!! L'Irina qui a choisi Ramsey n'arrive pas à vraiment assumer et pense constamment à Lawrence ! Moi je dis : ce qui la dérange chez Ramsey, c'est le désir qu'elle éprouve pour lui. Puritanisme énervant. Quant à l'autre Irina, et bien elle est peut-être un peu trop satisfaite de sa vertu et un peu trop menteuse en réalité...Ca, c'est plutôt bien vu.
Donc, il est intéressant de suivre le destin parallèle des personnages, mais ceux-ci, à part Ramsey, sont prodigieusement irritants. Pour la réflexion sur amour et désir, ma foi, l'auteure est elle-même trop enfermée, il me semble, dans son puritanisme pour la pousser bien loin. Je veux dire, Gainsbourg a fait mieux en 6 mots qu'elle en 600 pages : l'amour physique est sans issue. Littéralement et dans tous les sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Gwordia
  04 juin 2012
En un mot comme en cent : pépite. Ce roman vaut de l'or. L'idée est simple : Irina est en couple et elle est tentée par un autre homme. Deux solutions : soit elle résiste, elle opte pour la fidélité et sauve son couple, soit elle succombe, elle trompe, son couple est détruit et elle va peut-être vivre une nouvelle passion.
Sauf que. En amour, rien n'est jamais simple. Et Lionel Shriver le démontre avec maestria en développant les deux vies qui s'offrent à Irina. Mais le vécu qui découle des choix n'est jamais celui que l'on s'imagine.
D'un postulat convenu, l'auteur nous emmène dans des détours insoupçonnés qui amènent à réfléchir sur le sentiment, la tromperie (de l'autre ou de soi-même) et de la possible inexorabilité du destin.
Ce livre est tout simplement un grand morceau de littérature et une très profonde réflexion sur les affres de l'amour. Un sacré page turner qui ne cesse de surprendre de page en page !
Lien : http://gwordia.hautetfort.co..
Commenter  J’apprécie          230
Ikebukuro
  20 décembre 2010
Un auteur que j'ai découvert et un livre à la construction vraiment étonnante et très intéressante puisque l'on a finalement deux histoires en une, voire deux romans différents. Ce livre nous parle des choix que l'on est amené à faire par rapport à sa vie, à son couple, à sa relation intime et il traite brillamment des possibilités que la vie offre à chacun d'entre nous d'évoluer et de sortir d'un chemin qui semble tout tracé.
Irina qui vit depuis 9 ans avec Lawrence se retrouve seule à fêter l'anniversaire d'un ami commun de leur couple que sa femme vient de quitter. Lors de cette soirée, elle va regarder cet ami d'un oeil neuf et être attirée par cet homme à l'opposé de son compagnon. le roman nous décrit ensuite les deux possibilités qui peuvent découler d'une telle situation avec des chapitres qui intercalent les deux points de vue. Première possibilité, Irina reste avec Lawrence et se demande ce qu'aurait pu être sa vie si elle avait succombé à ses pulsions et avait décidé d'embrasser Ramsey ce fameux soir. Deuxième possibilité, Irina quitte son compagnon pour vivre pleinement sa toute nouvelle relation.
L'auteur nous décrit de façon particulièrement habile les deux côtés de cette même histoire et si j'ai eu du mal à rentrer dans le roman au départ (pour des raisons qui n'ont rien à voir avec le ou l'écriture), j'avoue que je me suis rapidement laissée prendre au jeu et après quelques pages j'étais vraiment curieuse de découvrir comment pouvaient évoluer les deux possibilités.
En réalité j'ai eu du mal au début car je me demandais comment Irina avait fait pour supporter Lawrence pendant 9 ans ! Il est horripilant, sans fantaisie, dirigiste, jusque dans ses relations intimes puisqu'en 9 ans, aucune variante... il refuse même de la regarder pendant l'amour et supporte à peine d'être embrassé. Il la manipule et se complait dans un semblant de vie de couple étriquée... Mais Irina m'énervait tout autant, victime consentante et aveugle de cette situation. D'ailleurs je n'ai pas vraiment réussi à comprendre si elle était amoureuse de l'idée d'être amoureuse ou si elle était réellement consciente de la pauvreté de leur relation. Ramsey quant à lui est tout le contraire de Lawrence, joueur de snooker célèbre au caractère entier, vulgaire, buveur invétéré... mais charmant et sexy en diable, avec des côtés très énervants et fatigants inhérents à ce genre de personnage. En fait tout le contraire de ce bonnet de nuit de Lawrence.
Le tour de force du roman c'est de réussir à décortiquer chaque possibilité sans prendre réellement parti pour l'une ou l'autre, chacun des chapitres traitant à part égale les situations vécues par les protagonistes. J'ai beaucoup aimé ce livre, non pas pour les personnages, mais pour la réflexion de l'auteur sur le couple et la description clinique qu'elle réussit à faire des deux vies qui s'offrent à Irina, chacune avec ses avantages et ses inconvénients... Lionel Shriver a beaucoup de talent pour nous proposer deux parties vraiment homogènes en qualité avec des analyses vraiment complètes et brillantes des deux relations. J'ai trouvé ce roman vraiment très intéressant, tant par son développement que par son écriture à travers des dialogues caustiques et des descriptions particulièrement fines et ciselées des différentes situations que rencontrent les personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Carosand
  28 juin 2012
Radioscopie du couple dans ce qu'il a de plus intime à savoir ses sentiments mêlés au désir qui dure ou pas, deux versions sont proposées celle de la sécurité affective et celle de l'aventure charnelle : comment choisir celle qui conviendrait le mieux ? Si le livre peut y répondre, dans la vie il en est tout autrement : à vos risques et périls.
Commenter  J’apprécie          140
AurelieR
  16 juin 2012
Synopsis : Irina, la quarantaine, illustratrice de livres pour enfants, partage depuis neuf ans la vie de Lawrence, analyste politique. Ils vivent dans une complicité et une routine rassurantes, entre leur travail, les dîners à la maison habilement préparés par Irina, fin cordon-bleu, et leurs soirées tranquilles devant un bon film. Jusqu'au jour où Irina doit aller dîner seule avec Ramsey Acton, célèbre joueur de snooker, et ami de Lawrence. Ce qui était initialement une corvée pour la jeune femme devient une soirée agréable. Au point qu'lrina se trouve soudain devant un dilemme crucial ; prise d'une folle envie de l'embrasser, elle hésite...

A partir de ce moment de doute, l'auteur exploite en parallèle deux histoires possibles. Celle où Irina cède à son désir de l'embrasser et celle où elle résiste. Deux histoires qui se développent en miroir, ponctuées de mêmes événements "historiques", des moments clés de la vie des ces trois personnages. Mais où ces événements prennent une tournure différente. A la fois l'exploration de deux futurs possibles qui ne tiennent qu'à une décision qui somme toute pourrait être considérée comme mineure. Une illustration pour moi d'une croyance : les bonnes et les mauvaises choses de la vie ne sont finalement que ce que nous en faisons.

J'ai aussi beaucoup aimé la partie plus psychologique du roman. Où l'on suit les questionnements d'Irina dans sa vie de couple. Ses doutes, ses manques, ses bonheurs, ses erreurs... Pour moi, une lecture divertissante et intéressante, à conseiller absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
CarosandCarosand   25 juin 2012
Elle fut soulagée que son accès de passion inavouable ne revînt pas. Elle était reconnaissante de n'éprouver que de vagues souhaits de réussite pour sa performance. Parallèlement, elle était rongée par un mystérieux sentiment de perte. D'ordinaire, on regrette amèrement qu'un désir n'ait pas été comblé. Pourtant, le désir en soi était une denrée plus précieuse que son assouvissement. Un genre de réflexion subversivement antiaméricaine ; l'économie occidentale prospérait grâce à la satisfaction sérielle et tenace de ses besoins. Pourtant, le cycle tumultueux de la demande et de l'acquisition était peut-être aberrant. Le désir était sa propre récompense, et un luxe plus rare qu'on ne l'aurait cru. On pouvait parfois acheter ce dont on avait envie ; mais jamais l'envie de l'acheter. Il était possible d'écraser un désir, de s'en détourner, mais pas l'inverse ; on ne pouvait pas se forcer à aspirer à quelque chose dont on ne voulait pas. Ce que recherchait Irina, c'était le désir. Elle rêvait de rêver ; elle soupirait après la langueur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
CarosandCarosand   25 juin 2012
Quand elle revint, elle se sentit si frustrée qu'elle était près d'exploser.
Elle se revit petite fille, après l'église, vêtue d'une robe rose pimpante en tissu rêche et chaussée de souliers vernis, obligée de rester dans la maison pendant l'interminable cuisson d'une pièce de viande sans avoir le droit de dessiner, parce qu'elle risquait de salir sa tenue avec ses crayons. A quoi bon grandir si on ne pouvait échapper au syndrome du déjeuner du Dimanche ?
Pendant des années elle s'était juré que quand elle serait grande elle ne gâcherait pas la moitié de son week-end à préserver des taches ses vêtements inconfortables. Elle s'était enfin hissée à l'âge adulte et voilà qu'elle se laissait une fois de plus entraîner dans les festivités d'un ennui désespérant qui plaisaient tant à sa famille.
Elle avait quarante-trois ans - pourquoi n'avait-elle pas le droit de dessiner ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
CarosandCarosand   21 juin 2012
Vivre auprès de quelqu'un revenait à comprendre à quel point il était différent de vous - et donc à admettre, comme nous le faisons si rarement, que la personne affalée sur le canapé en face de vous est vraiment là.
"Qu'est-ce que tu regardes ?
- Toi.
- Tu m'as déjà vu.
- Quelquefois, j'oublie comme tu es."
Commenter  J’apprécie          110
GwordiaGwordia   04 juin 2012
Méthodiquement, ils retirèrent leurs vêtements et les suspendirent à des cintres. Irina ne se souvenait pas de la dernière fois où ils avaient arraché leurs habits pour les jeter à terre dans la frénésie du désir. Ce n'était plus nécessaire quand on partageait le même lit depuis des années, et il eût été très déraisonnable de se morfondre à ce sujet. Tout le monde le savait : c'était ce qu'on faisait "au début", et son couple avait atteitn l'étape du milieu. Ou bien elle le croyait depuis des lustres, mais on ne pouvait lire sa propre vis comme un livre, ni évaluer la longueur des chapitres restants en les feuilletant. Rien ne vous empêchait de tourner une page ordinaire un soir ordinaire et de vous apercevoir que nous n'étiez plus au milieu mais à la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GwordiaGwordia   04 juin 2012
Curieusement, plus on connaissait quelqu'un, plus on se rendait compte qu'on ne savait presque rien de lui - comme si l'intimité graduelle, au lieu de vous rendre plus perspicace, aggravait encore votre ignorance. (...) Vivre auprès de quelqu'un revenait à comprendre à quel point il était différent de vous (...).
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Lionel Shriver (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lionel Shriver
Payot - Marque Page - Lionel Shriver - Les Mandible
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1231 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre