AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laurence Richard (Traducteur)
ISBN : 2714474233
Éditeur : Belfond (04/05/2017)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Aux États-Unis, en 2029.
Les États-Unis ont élu leur premier président latino, l'Espagnol est devenu la première langue du pays, l'Indonésie a annexé l'Australie et Poutine est toujours au pouvoir.
Comme toutes les familles américaines, les Mandible subissent la crise économique. La situation est grave mais pas désespérées : certes, les légumes sont devenus hors de prix, l'eau est une denrée rare, même le papier toilette est soumis à la plus grande r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Allantvers
05 mai 2017
L'Amérique est en faillite, et toutes ses valeurs avec.
Lionel Shriver, qui n'a jamais hésité à attaquer de front les dysfonctionnements profonds de son pays (la violence dans Il faut qu'on parle de Kevin, l'obésité morbide avec Big Brother, le système de santé dans Tout ça pour quoi, …), monte d'un cran et percute tête la première et avec jubilation le dernier tabou américain : l'effondrement de la première nation du monde sous le poids de sa dette.
2029, sauve-qui peut chez les Mandible : le Président Alvarado déclare la dénonciation de la dette, interdit la sortie des dollars (dont plus personne ne veut hors des frontières) et réquisitionne l'or des particuliers. Dans ce système complexe devenu instable, ce sont bientôt toutes les finances et institutions du pays qui partent en quenouille.
Un choc ressenti à différents niveaux d'intensité dans les diverses parties de la famille, au pro-rata de leurs situations financières : si l'aieul, l'Arrière Grand Homme comme le surnomme la famille, a tout à perdre de son immense fortune, sa petite-fille Florence qui galère depuis toujours de jobs pourris en factures de plus en plus difficiles à payer du fait de l'inflation, baigne déjà dans le marasme depuis longtemps ; ce sera plus difficile pour sa soeur Avery qui ne conçoit pas de vivre sans le SUV familial, la table basse en bois rare et le robot Mojo pour préparer le repas. Leurs enfants, comme le font depuis toujours toutes les jeunesses du monde, s'adapteront…
Une bonne fiction anticipatrice que Lionel Shriver nous a concocté là, mais malheureusement pas un bon roman, dont la première partie est pourtant vraiment soignée et efficace. Bien loin de l'arc narratif parfaitement tendu dans « Kevin », « Les Mandible » souffrent de pas mal de défauts de construction voire quelques invraisemblances, ce qui n'est pas si grave, mais surtout de facilités pour amener le propos avec de longs passages dialogués prétextes à exposer la thèse économique tout en éludant l'effort d'intrigue, ce qui laisse souvent percevoir à la lecture une intention d'essayiste plus que de romancière.
J'ai tout de même pris beaucoup de plaisir à le lire, tant le thème abordé est sidérant, et finalement très vraisemblable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
Killing79
11 mai 2017
Lionel Shriver est une auteure dont la popularité a explosé à la sortie de « Il faut qu'on parle de Kevin ». Ce roman controversé, adapté au cinéma, a été un grand succès littéraire. Moi qui ai toujours peur de passer à côté de nouveautés et qui suis toujours très curieux de rencontrer de nouvelles plumes, je me suis donc décidé pour son dernier opus.
Avant l'ouverture de cet ouvrage (je ne lis presque jamais la quatrième de couverture !), j'ai été un peu réticent devant sa couverture au design plutôt austère. Une fois dans le vif du sujet, cette sensation ne m'a pas vraiment quitté. L'auteure nous propose une dystopie qui imagine le monde après un drame économique. On suit la famille Mandible à travers tous les obstacles qui vont se trouver sur leur passage. Leur condition va se dégrader au fil des évènements et ils vont devoir s'adapter pour survivre. Ce récit permet d'imaginer les dégâts que peuvent occasionner des décisions financières. Il imagine aussi tous les bassesses par lesquelles tout un chacun est capable de passer lorsqu'il est sous la contrainte. Même si le monde semble s'écrouler, il apparaît que la famille et les liens sociaux sont toujours au-dessus de tout, quitte à renier ses convictions.
Cet examen d'un probable futur est très intéressant, très bien traité et m'a ouvert les yeux sur les risques encourus par le monde moderne. le style de Lionel Shriver est de haut niveau et j'ai bien conscience qu'il lui a fallu fournir un travail énorme pour être aussi pertinente sur un tel sujet.
Mais alors qu'est-ce que c'est froid ! Durant 500 pages assez linéaires, on passe d'un membre de la famille à un autre. A chaque chapitre, pendant de longs dialogues et de longs développements, il est question d'économie. le livre est truffé de termes techniques et de réflexions sur la tournure économique des choses. Il se résume finalement à l'étude d'un scénario probable de l'évolution de la finance mondiale, mais analysée vraiment en profondeur.
Par conséquent si vous recherchez une fresque romanesque, passez votre chemin, parce que « Les Mandible » se rapproche plus de l'essai que du roman. Je suis donc un peu déçu car je m'attendais à autre chose. Heureusement, j'étais en congés pour lire ce livre ardu et j'ai pris le temps d'apprécier tout de même cette vision intelligente et sombre de notre avenir!
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Verdure35
09 août 2017
Cet auteur n'a pas pour habitude de faire « dans la dentelle », ni de ne pas traiter ses sujets à fond.Comme avec des mandibules, elle broie ses sujets. L.Shriver n'est pas une femmelette.
Le roman commence en 2029, nous sommes aux Etats-Unis , ou du moins ce qui en reste , après déjà un cataclysme que les américains ont nommé « Age de pierre ».
Sous la férule d'un Etat boulimique, les habitants ont tout perdu, le dieu-dollar est mort, l'Etat a confisqué tout l'or du pays . Des murs se dressent , au Mexique par exemple, les latinos empêchent les américains d'émigrer, seul le Névada serait resté une sorte de paradis , mais les jeunes américains sont « puçés », et il serait impossible de quitter le territoire sans perdre la vie.
Voilà l'atmosphère générale du roman. Mais c'est à une famille en particulier que L.Shriver s'attache et sur ses quatre générations qui vont devoir par obligation certes,mais également par cette grâce parfois accordée aux familles dissonantes , s'entraider, et tout simplement survivre.
Toutes les réactions des membres de cette famille sont disséquées par l'auteur, sans complaisance, mais avec beaucoup de lucidité, on peut éprouver plus ou moins de sympathie pour les personnages , il faut dire que dans la situation exceptionnelle de misère et de pénurie (plus d'eau, ni de papier de première nécessité par ex ) les caractères sont exacerbés et les intelligences aussi.
Heureusement pour cette famille et pour le lecteur aussi, après des scènes à la « Mad Max », ou « Orange mécanique », le roman se termine bien , en fonction des 500p précédentes, et ce en 2047.
Le début du roman , qui ne parle que d'Economie, de ses mécanismes trompeurs , ( en fait tout était prêt pour la chute), l'auteur a du longuement se documenter , est assez aride, voire ardu, l'humain vient plus tard.
C'est un livre qui ne s'oublie pas, et laisse une alerte plus ou moins consciente de la fragilité des Economies mondiales .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
VIRGINIE34
20 mai 2017
"Les Mandible" imagine un monde en proie à une crise économique sans précédent, à partir de 2029. Les grandes puissances mondiales se sont liguées pour marginaliser les Etats-Unis et leur faire perdre leur suprématie... Résultat, une inflation démesurée, un gouvernement dépassé qui enchaîne les mesures coercitives, des populations qui découvrent la pénurie et la faim.
L'auteur propose de suivre les différents membres du clan Mandible et la manière dont ils vont affronter la crise. L'intrigue se révèle donc dense, entrecoupée de réflexions économiques assez difficiles à suivre (pour la profane que je suis).
Mais au final, j'ai été happée par les destins de ces personnages si bien travaillés, et par la vision presque apocalyptique du monde proposé par Lionel Shriver, pas si éloignée, il me semble, de ce que pourrait être la réalité...
Commenter  J’apprécie          110
LeaTouchBook
12 juillet 2017
Avis de Grybouille (Chroniqueur sur le blog Léa Touch Book) :

Et paf ! Il fallait bien que cela nous arrive.
Mais vous me direz que « ça nous pendait au nez », et puis nous l'avons bien cherché à mettre en situation de pouvoir des personnages qui ne pensent qu'à leurs intérêts personnels, guidés par les apprentis sorciers de la finance…
Bien maintenant il va falloir être plus « démerdard » que les voisins.
Toutes les idées sont bonnes à prendre et ce n'est pas une question d'âge, de niveau social ou de parcours scolaire.
La capacité d'adaptation, l'envie, le pouvoir à se transcender, les liens de coeur et familiaux, voilà ce qui va faire la différence.
Vous êtes « ready » ?
Alors en avant chers (es) lecteurs (trices), l'aventure s'ouvre à vous et quelle AVENTURE…
Pensez à prendre votre « fleX ».
L'histoire,
A la sortie de « l'âge de pierre », une précédente crise, les États-Unis d'Amériques sont en perdition. « Mister Président », Dante Alvarado, annonce à ses concitoyens la mise en faillite du pays et parallèlement que les dettes ne seront pas honorées à l'international.
Les particuliers doivent donner leur or au gouvernement.
La classe moyenne prend une grande claque. Les produits de première nécessité voient leur prix s'envoler. le maitre Dollar ne vaut plus rien. le monde devient chaotique, dangereux.
Les familles, contraintes et forcées, pour survivre doivent se regrouper, les bonnes volontés sont mises à rudes épreuves, à votre bon coeur messieurs dames…
Comme toujours dans ces moments difficiles les caractères se dévoilent pour le meilleur et pour le pire.
Le pire au milieu de cette guerre financière, enfin pour le p'tit Duc, la disparition du livre physique. Les salauds…
Lionel SHRIVER a visé juste :
o Une histoire qui est largement crédible lorsque l'on voit ce qui se passe dans le cadre de la mondialisation.
o Une écriture sérieuse, documentée et plaisante que la traductrice a rendu « audible » à nous les francophones.
o Des personnages plus attachants les uns que les autres qui seront vous émouvoir.
o Et cet humour qui par petite touche rend plus humaine cette aventure qui pourrait en plomber plus d'un.
Les personnages,
Ø Florence et Esteban, un couple mixte parents de Willing adolescent de 14 ans
Ø Lowell et Avery, parents de Savannah, Goog et Bing
Ø Douglas « le Grand Homme », le père de Carter et de Nollie la tata écrivaine
Ø Luella la seconde épouse de Douglas
Ø Jayne l'épouse de Carter
Ø Jarred le tonton fermier
Ø Kurt, le locataire
Ø Et dans le rôle du trésor la boite héritage de la famille Mandible
Ø …
Des petits passages qui ont retenus votre serviteur :
Lowell à ses enfants qui m'est en place une réunion de crise avec ses enfants : « ça signifie que vous vous pointez tous sans exception au salon à la même heure et que vous la bouclez. »
Willing qui prend la parole, « Je n'ai jamais été timide. J'attendais seulement d'avoir quelque chose à dire. »
« Lire est acte de possession. Ce qu'on lit est à Soi. » Carter
« …la nécessité est mère de la réinvention de Soi. » Avery
« Pour l'instant c'est l'éclate mais cela ne va durer. »
Sur les billets verts, le Dollar « NOVUS ORDO SECLORUM », n'a qu'un temps

Pour conclure,
Un style unique, plein, entier, fortement attirant, une découverte une de plus ;
Passer à côté ?
Vous n'y pensez pas ! Les Mandible c'est vous et moi, peut-être notre avenir à tous que vous y lirez…
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Les critiques presse (4)
LeDevoir10 juillet 2017
L’écriture de Lionel Shriver est directe, railleuse et arrache morceau par morceau les restes de l’« American way of life ».
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LeJournaldeQuebec12 juin 2017
Même si elle a l’habitude de provoquer et de déranger, Lionel Shriver admet cette fois avoir eu beaucoup de plaisir à le faire.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeMonde02 juin 2017
L’auteure américaine ne cesse d’étonner par la diversité des genres et des sujets qu’elle aborde. Son nouveau roman ? Une dystopie économique.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Telerama01 juin 2017
Tous les personnages sonnent juste, et on assiste à leurs empoignades en voyeur fasciné. (...) La dystopie, genre littéraire à la mode, a rarement été à la fois aussi lucide et aussi proche.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
Verdure35Verdure3509 août 2017
Il avait beau être progressiste convaincu, il en arrivait inexorablement à la conclusion que, pour avoir un tant soit peu de "valeur" en tant qu'être humain, il fallait être d'une quelconque utilité à quelqu'un.
Commenter  J’apprécie          21
cecilitcecilit27 mai 2017
Sa mère avait vidé sur sa commode un bocal de pièces qu'elle avait accumulées depuis des années. Avec fébrilité, elle triait les pièces par valeurs - un cent, dix cents, vingt-cinq cents - et constituait, semble-t-il, des piles de dix. En la regardant faire, Willing sentit la tristesse le submerger. Ce n'était pas seulement le désespoir de sa mère. C'étaient les pièces en elles-mêmes. Quand il était petit, une pile de pièces de vingt-cinq cents avait semblé si précieuse. Quelque chose dans la nature même du métal - dureté, brillance, poids, permanence - lui avait toujours donné l'impression que les pièces de monnaie avaient plus de valeur et de substance que les billets. Sur la commode de sa mère, le bocal étincelait comme le trésor découvert dans un coffre enfoui ou rapporté à la surface par des plongeurs depuis l'épave d'un navire. Enfant, il avait arpenté les rues, la poche avant de son pantalon bombée par les pièces qui alourdissaient son jean et tapaient contre sa cuisse. A l'école primaire déjà, il savait que le billet de cinquante dollars valait plus que les pièces. Mais c'était le balancement cadencé et sonore des pièces de cuivre, de nickel, d'argent et d'étain qui lui lui donnait l'impression d'être riche.
Désormais, une pièce n'était plus qu'un simple disque, un jeton en plastique - une aberration historique, puisqu'il n'y avait plus d'émission de monnaie métallique. Les pièces que sa mère était en train de trier avec fébrilité n'étaient que de la monnaie de singe, et ce qu'elle faisait était stupide. Au bout d'une heure les yeux rivés sur les pièces, elle aurait de la chance si elle avait de quoi se payer une canette de coca.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cecilitcecilit25 mai 2017
Depuis des mois maintenant, les présentateurs avaient qualifié les événements qu'ils traversaient de 'crise', 'catastrophe ' et 'calamité ', et commençaient à être à court de substantifs commençant par c. Ils avaient déjà épuisé tous ceux avec un d comme initiale, qu'il s'agisse de 'désastre', 'débâcle' et 'dévastation'. Des mots comme 'épreuve ', 'adversité ', 'tragédie ', 'malheur' et 'souffrance' ne signifiaient plus rien - ils ne convenaient pas, semblant évoquer des expériences mineures. La langue elle-même souffrait d'inflation, et quand tout deviendrait dix fois pire, les présentateurs se retrouveraient coincés. Il n'y aurait plus de mots pour qualifier la phase nouvelle. CBS News s'en sortirait peut-être par la litote : ce qui était arrivé à l'Amérique était 'fort dommageable ', 'fort déplorable ', 'assez malheureux', 'plutôt désolant' ou encore 'très triste'.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AnneLiseRAnneLiseR24 mai 2017
— Je veux terminer ce dossier d'inscription. Je demanderai à Mojo de me faire une omelette.
— Tu ferais mieux de te la préparer comme une grande. Maman a débranché Mojo pour la nuit. Elle ne voulait pas prendre le risque qu'il enterre les invités dans le jardin ou je ne sais quoi d'autre de dément.
— Tu sais qu'il y a une nouvelle série Netflix là-dessus? Sur un Mojo qui perd la boule et se met à tuer des gens.
— Le plus vieux scénario de science-fiction du monde. Ca remonte à 2001, l'Odyssée de l'espace.
Savannah fronça les sourcils.
— Pourquoi choisir le passé pour de la science-fiction?
— Parce qu'au moment où le roman a été écrit, 2001 était dans l'avenir. Comme 1984, quand Orwell l'a écrit, mais quand 1984 est finalement arrivé, cela n'avait rien d'aussi horrible ou d'étrange ou de triste que ce que l'auteur avait prédit. Les intrigues futuristes parlent surtout de ce que les gens redoutent au présent. Le futur n'est que le dernier monstre caché sous le lit, le grand inconnu. La vérité est qu'au fil de l'histoire, les choses s'améliorent sans cesse. En moyenne, le niveau de vie de la population est en amélioration constante. Lentement mais sûrement, notre espèce devient moins violente. Mais les écrivains et réalisateurs ne cessent de prédire l'effondrement total. C'en est presque drôle. Donc, ne t'inquiète pas, tu as un bel avenir devant toi, qui sera de plus en plus beau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cecilitcecilit22 mai 2017
Le problème, quand on était professeur d'université, c'était qu'à gagner sa vie en pontifiant, il était assez difficile d'arrêter de débiter des conneries une fois chez soi.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Lionel Shriver (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lionel Shriver
Payot - Marque Page - Lionel Shriver - Les Mandible
autres livres classés : anticipationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2026 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
. .