AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laurence Richard (Traducteur)
ISBN : 2714474233
Éditeur : Belfond (04/05/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Aux États-Unis, en 2029.
Les États-Unis ont élu leur premier président latino, l'Espagnol est devenu la première langue du pays, l'Indonésie a annexé l'Australie et Poutine est toujours au pouvoir.
Comme toutes les familles américaines, les Mandible subissent la crise économique. La situation est grave mais pas désespérées : certes, les légumes sont devenus hors de prix, l'eau est une denrée rare, même le papier toilette est soumis à la plus grande r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
Allantvers
05 mai 2017
L'Amérique est en faillite, et toutes ses valeurs avec.
Lionel Shriver, qui n'a jamais hésité à attaquer de front les dysfonctionnements profonds de son pays (la violence dans Il faut qu'on parle de Kevin, l'obésité morbide avec Big Brother, le système de santé dans Tout ça pour quoi, …), monte d'un cran et percute tête la première et avec jubilation le dernier tabou américain : l'effondrement de la première nation du monde sous le poids de sa dette.
2029, sauve-qui peut chez les Mandible : le Président Alvarado déclare la dénonciation de la dette, interdit la sortie des dollars (dont plus personne ne veut hors des frontières) et réquisitionne l'or des particuliers. Dans ce système complexe devenu instable, ce sont bientôt toutes les finances et institutions du pays qui partent en quenouille.
Un choc ressenti à différents niveaux d'intensité dans les diverses parties de la famille, au pro-rata de leurs situations financières : si l'aieul, l'Arrière Grand Homme comme le surnomme la famille, a tout à perdre de son immense fortune, sa petite-fille Florence qui galère depuis toujours de jobs pourris en factures de plus en plus difficiles à payer du fait de l'inflation, baigne déjà dans le marasme depuis longtemps ; ce sera plus difficile pour sa soeur Avery qui ne conçoit pas de vivre sans le SUV familial, la table basse en bois rare et le robot Mojo pour préparer le repas. Leurs enfants, comme le font depuis toujours toutes les jeunesses du monde, s'adapteront…
Une bonne fiction anticipatrice que Lionel Shriver nous a concocté là, mais malheureusement pas un bon roman, dont la première partie est pourtant vraiment soignée et efficace. Bien loin de l'arc narratif parfaitement tendu dans « Kevin », « Les Mandible » souffrent de pas mal de défauts de construction voire quelques invraisemblances, ce qui n'est pas si grave, mais surtout de facilités pour amener le propos avec de longs passages dialogués prétextes à exposer la thèse économique tout en éludant l'effort d'intrigue, ce qui laisse souvent percevoir à la lecture une intention d'essayiste plus que de romancière.
J'ai tout de même pris beaucoup de plaisir à le lire, tant le thème abordé est sidérant, et finalement très vraisemblable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
Killing79
11 mai 2017
Lionel Shriver est une auteure dont la popularité a explosé à la sortie de « Il faut qu'on parle de Kevin ». Ce roman controversé, adapté au cinéma, a été un grand succès littéraire. Moi qui ai toujours peur de passer à côté de nouveautés et qui suis toujours très curieux de rencontrer de nouvelles plumes, je me suis donc décidé pour son dernier opus.
Avant l'ouverture de cet ouvrage (je ne lis presque jamais la quatrième de couverture !), j'ai été un peu réticent devant sa couverture au design plutôt austère. Une fois dans le vif du sujet, cette sensation ne m'a pas vraiment quitté. L'auteure nous propose une dystopie qui imagine le monde après un drame économique. On suit la famille Mandible à travers tous les obstacles qui vont se trouver sur leur passage. Leur condition va se dégrader au fil des évènements et ils vont devoir s'adapter pour survivre. Ce récit permet d'imaginer les dégâts que peuvent occasionner des décisions financières. Il imagine aussi tous les bassesses par lesquelles tout un chacun est capable de passer lorsqu'il est sous la contrainte. Même si le monde semble s'écrouler, il apparaît que la famille et les liens sociaux sont toujours au-dessus de tout, quitte à renier ses convictions.
Cet examen d'un probable futur est très intéressant, très bien traité et m'a ouvert les yeux sur les risques encourus par le monde moderne. le style de Lionel Shriver est de haut niveau et j'ai bien conscience qu'il lui a fallu fournir un travail énorme pour être aussi pertinente sur un tel sujet.
Mais alors qu'est-ce que c'est froid ! Durant 500 pages assez linéaires, on passe d'un membre de la famille à un autre. A chaque chapitre, pendant de longs dialogues et de longs développements, il est question d'économie. le livre est truffé de termes techniques et de réflexions sur la tournure économique des choses. Il se résume finalement à l'étude d'un scénario probable de l'évolution de la finance mondiale, mais analysée vraiment en profondeur.
Par conséquent si vous recherchez une fresque romanesque, passez votre chemin, parce que « Les Mandible » se rapproche plus de l'essai que du roman. Je suis donc un peu déçu car je m'attendais à autre chose. Heureusement, j'étais en congés pour lire ce livre ardu et j'ai pris le temps d'apprécier tout de même cette vision intelligente et sombre de notre avenir!
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
VIRGINIE34
20 mai 2017
"Les Mandible" imagine un monde en proie à une crise économique sans précédent, à partir de 2029. Les grandes puissances mondiales se sont liguées pour marginaliser les Etats-Unis et leur faire perdre leur suprématie... Résultat, une inflation démesurée, un gouvernement dépassé qui enchaîne les mesures coercitives, des populations qui découvrent la pénurie et la faim.
L'auteur propose de suivre les différents membres du clan Mandible et la manière dont ils vont affronter la crise. L'intrigue se révèle donc dense, entrecoupée de réflexions économiques assez difficiles à suivre (pour la profane que je suis).
Mais au final, j'ai été happée par les destins de ces personnages si bien travaillés, et par la vision presque apocalyptique du monde proposé par Lionel Shriver, pas si éloignée, il me semble, de ce que pourrait être la réalité...
Commenter  J’apprécie          80
delcyfaro
22 mai 2017
J'avais beaucoup aimé les romans de Lionel Shriver que j'ai lu, avec entre autre le célébrissime "il faut qu'on parle de Kevin" et du coup j'ai eu envie de découvrir celui-ci.
Et bien autant ne pas le cacher, je n'ai pas aimé cette lecture, je me suis royalement ennuyée en lisant cette histoire.
Nous sommes dans une sorte de dystopie financière, les Etats Unis sont ruinés et c'est la catastrophe financière un peu partout engendrant chute du cours du dollar, spéculation, inflation majeure etc etc...
Au milieu de tout cela la famille Mandible qui subit de plein fouet cette crise sans précédent.
Comment vont-ils réagir et le pourront-ils?
Vu comme ça peut sembler intéressant et ça l'est dans le sens que ce roman fait réfléchir sur les possibilités de drames économiques liées à certaines décisions financières mais en même temps c'est un roman qui est assez inintéressant, car l'intrigue est plate, linéaire et au final barbante
On passe d'un membre de la famille à un autre espérant obtenir un peu de chaleur dans le texte mais hélas, trois fois hélas , les textes sont truffés de termes techniques financiers; il y a de nombreuses digressions et des dialogues intégralement tournés vers la finance e qui fait que l' on n'arrive pas du coup à ressentir la moindre empathie envers les protagonistes et pas vraiment davantage le drame que vit cette famille.
On a le sentiment plutôt désagréable de ne pas être dans un roman mais dans une sorte essai.
L'écriture de Lionel Shriver est toujours aussi précise, on sent bien les recherches qu'elle a dû effectuer pour écrire ce roman mais justement on est du coup très loin de l'histoire romancée mais plutôt dans un exercice démonstratif qui a engendré chez moi un ennui terrible.

Bon pour ce roman ça ne l'a pas fait du tout mais comme c'est une auteure que j'ai déjà lue et dont j'ai bien aimé les romans, je ne resterai pas sur cette déception et je lirai ses prochaines histoires.
Lien : http://delcyfaro.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AnneLiseR
24 mai 2017
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
AnneLiseRAnneLiseR24 mai 2017
— Je veux terminer ce dossier d'inscription. Je demanderai à Mojo de me faire une omelette.
— Tu ferais mieux de te la préparer comme une grande. Maman a débranché Mojo pour la nuit. Elle ne voulait pas prendre le risque qu'il enterre les invités dans le jardin ou je ne sais quoi d'autre de dément.
— Tu sais qu'il y a une nouvelle série Netflix là-dessus? Sur un Mojo qui perd la boule et se met à tuer des gens.
— Le plus vieux scénario de science-fiction du monde. Ca remonte à 2001, l'Odyssée de l'espace.
Savannah fronça les sourcils.
— Pourquoi choisir le passé pour de la science-fiction?
— Parce qu'au moment où le roman a été écrit, 2001 était dans l'avenir. Comme 1984, quand Orwell l'a écrit, mais quand 1984 est finalement arrivé, cela n'avait rien d'aussi horrible ou d'étrange ou de triste que ce que l'auteur avait prédit. Les intrigues futuristes parlent surtout de ce que les gens redoutent au présent. Le futur n'est que le dernier monstre caché sous le lit, le grand inconnu. La vérité est qu'au fil de l'histoire, les choses s'améliorent sans cesse. En moyenne, le niveau de vie de la population est en amélioration constante. Lentement mais sûrement, notre espèce devient moins violente. Mais les écrivains et réalisateurs ne cessent de prédire l'effondrement total. C'en est presque drôle. Donc, ne t'inquiète pas, tu as un bel avenir devant toi, qui sera de plus en plus beau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cecilitcecilit22 mai 2017
Le problème, quand on était professeur d'université, c'était qu'à gagner sa vie en pontifiant, il était assez difficile d'arrêter de débiter des conneries une fois chez soi.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : crise économiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
1942 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre