AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Laurence Richard (Traducteur)
EAN : 9782714474230
528 pages
Belfond (04/05/2017)
3.43/5   144 notes
Résumé :
Aux États-Unis, en 2029.
Les États-Unis ont élu leur premier président latino, l'Espagnol est devenu la première langue du pays, l'Indonésie a annexé l'Australie et Poutine est toujours au pouvoir.
Comme toutes les familles américaines, les Mandible subissent la crise économique. La situation est grave mais pas désespérées : certes, les légumes sont devenus hors de prix, l'eau est une denrée rare, même le papier toilette est soumis à la plus grande r... >Voir plus
Que lire après Les Mandible : Une famille, 2029-2047Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,43

sur 144 notes
Etait-ce vraiment une bonne idée que de lire ce roman de (proche) anticipation en une période où les peurs plus ou moins rationnelles gouvernent nos quotidiens? Pas sûr, quelques cauchemars ont complété l'effet diurne de cette lecture terrifiante.

Les Mandible, en 2027 ont déjà subi la catastrophe de « l'âge-pierre » : une cyber-attaque a privé les américains d'internet avec toutes les conséquences que l'on peut aisément imaginer.
Mais cinq ans plus tard, c'est un autre cataclysme qui s'abat sur cette nation autrefois arrogante, et imbue d'elle-même. de sombres tractations financières internationales confèrent au dollar une valeur de roupie de sansonnet, à moins d'abdiquer en adoptant la monnaie internationale, le bancor.

Le refus du président entraine la faillite complète de tous les possesseurs de devises, comme en 29, et met la nation entière sur la paille. Comme on peut s'y attendre, l'instinct de survie fait ressurgir des comportements de violence incontrôlables et plus accessoirement des ruées sur le papier toilette!

La famille Mandible qui lorgnait sur l'héritage du doyen comprend que ses rêves sont caduques. Commence pour eux une descente aux enfers dramatique.

Le roman insiste sur les mécanismes du marché de la finance mondiale , de façon fort adroite puisque l'un des personnages, Lowel, est prof universitaire en économie. Malgré cela, j'avoue être aussi ignorante après qu'avant, tant le fonctionnement de ce bazar m'est obscur. On en comprend cependant aisément les conséquences et la fragilité d'un tel système.

C'est écrit avec l'assurance de quelqu'un qui possède son sujet et les personnages suscitent une grande empathie , malgré leur limites et leurs petites mesquineries. J'aime particulièrement Enola, la grand-mère qui avec une constance parfaite, sur les 40 ans que dure le récit, effectue ses séries de jumping-jack et refuse de se séparer d'une caisse de livres qui lui restent de son passé de romancière à succès.


C'est brillant, glaçant, et ça nous pend au nez.

Challenge Pavés Babelio 2020

Lien : https://kittylamouette.blogs..
Commenter  J’apprécie          835
Allergiques au grandes sagas familiales, aux dystopies, et surtout aux loooongues discussions sur l'économie américaine (et mondiale), passez votre chemin ! Ce livre ne suscitera en vous qu'ennui et frustration si vous recherchez le romanesque, l'épique ou l'action d'un bon thriller. Et si vous êtes profondément attaché à la valeur littéraire d'un roman, vous risquez également d'être frustré par certains dialogues, ou par les néologismes régulièrement employés ("cacaviocs", "âge-pierre", "cafardable", et autres "Lat", pour latino-américain). Et si vous n'avez jamais rien lu de Lionel Shriver, ces 645 pages touffues et complexes ne sont sans doute pas la meilleure entrée dans son univers.

Mais alors, pourquoi diable l'avoir lu, ce pavé indigeste, pourriez-vous fort légitimement vous demander ? Deux raisons, l'une étant que c'est ma fille qui me l'a prêté et recommandé (tout en m'avertissant qu'il ne s'agissait pas d'une lecture facile et divertissante), la seconde parce que j'avais déjà eu l'occasion de me frotter à la prose caustique et second degré de l'auteure, avec "Propriétés privées", et que donc, je savais plus ou moins où je mettais les pieds !

Comme l'indique le titre, l'histoire est centrée sur la famille Mandible, sur deux périodes, la première s'étirant de 2029 à 2032, et la seconde, bien plus courte, en 2047. En 2029, les Etats-Unis ont élu un président Latino, et les quatre générations de la famille Mandible vivent plus ou moins confortablement, même si les écarts entre leurs situations respectives semblent conséquents. le patriarche, Douglas, jouit d'une importante fortune convoitée par ses futurs héritiers, notamment son fils et sa belle-fille, Carter et Jayne. Sa fille Enola, surnommée Nollie, s'est quant à elle exilée en France, où elle vit seule, sur les revenus d'un de ses livres ayant connu un certain succès commercial. Les filles de Carter et Jayne constituent la troisième génération, et ne vivent pas dans les mêmes conditions. Florence travaille dur dans un centre d'hébergement, son diplôme universitaire ne lui ayant jamais servi à rien, et elle peine à payer ses traites et à nourrir son fils Willing. Son compagnon "lat" Esteban l'aide de son mieux en organisant des treks pour vieux croulants désireux de se prouver qu'il peuvent encore crapahuter en montagne. Sa soeur Avery, mariée avec un économiste imbu de sa personne (Lowell) et mère de trois enfants, s'en sort bien mieux et vit dans un quartier favorisé. Leur jeune frère Jared vient d'acheter une ferme au milieu de nulle part. Les Etats-Unis viennent de traverser une terrible crise consécutive à une cyber-attaque durant six ans (le fameux "âge de pierre") et s'en remettent doucement. le décor est planté. Les personnages s'animent.

Un soir, aux infos, une nouvelle apparemment anodine va faire s'effondrer toute la puissance presque retrouvée de l'Amérique, dont la monnaie va chuter vertigineusement, ainsi que toutes les valeurs auxquelles s'accrochaient ses citoyens. La moindre possession revêtant un quelconque intérêt financier, or, bons du trésor, épargne durement amassée ou fortune familiale, tout va se retrouver réduit à néant en l'espace de quelques semaines. Douglas, l'arrière-grand-père richissime, n'échappera pas à la débâcle, et devra quitter sa luxueuse résidence pour personnes âgées pour emménager chez Carter et Jayne, en compagnie de Luella, sa seconde épouse atteinte de démence précoce. Avery et Lowell vont également être contraints de quitter leur belle demeure pour demander asile à Florence avec leurs enfants. Rapidement la situation déjà difficile va encore empirer, jusqu'en mars 2032 où elle atteint un paroxysme.

Je ne dirai rien de la seconde partie, qui ne concerne que quelques membres de la famille, notamment Willing et un de ses cousins, ainsi que Nollie, leur grand-tante, sinon qu'elle nous emmènera vers l'Utopie.

J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce roman, j'avoue. En plus je l'ai lu en grande partie dans le train, où les conditions favorables à la concentration ne sont pas toujours réunies. C'est une lecture exigeante, il faut parfois vraiment s'accrocher pour comprendre les mécanismes économiques qui conduisent un pays et notamment cette famille à la ruine. Et certains passages, en particulier ceux où Lowell pontifie (alors qu'il n'a absolument pas su utiliser ses compétences pour éviter la chute à ses proches), m'ont carrément gonflée, le terme n'est pas trop fort.

Mais je me suis finalement laissé happer, j'ai voulu savoir comment les membres si différents de cette famille nombreuse allaient s'en sortir, si l'entraide fonctionnerait, et comment les plus favorisés survivraient à l'effondrement d'un système qui avaient fait leur fortune. Et je me suis attachés à certains personnages, Florence qui se bat pour maintenir tout son petit monde à flot, Willing qui sous ses dehors d'ado désabusé et solitaire comprend la situation bien plus vite que nombre d'adultes et cherche à contribuer comme il le peut aux efforts de sa mère, Nollie qui s'accroche à une vieille malle contenant son "trésor de guerre", à savoir les manuscrits de ses romans. le patriarche Douglas a forcé mon admiration, il montre un courage étonnant alors qu'il approche des 100 ans. A contrario, certains autres protagonistes n'ont suscité en moi que mépris envers leur arrogance et leur vision étriquée et égoïste de la vie. J'ai également été sensible aux passages évoquant la déliquescence de toute valeur morale, et justifiant les pires vilenies même aux yeux de personnes auparavant irréprochables.

En sortant de cette lecture, je n'ai certes pas acquis beaucoup plus de connaissances en matière de finance internationale, mais je trouve que Lionel Shriver offre une démonstration implacable et presque envisageable de la manière dont la première puissance économique mondiale pourrait s'écrouler en quelques mois. Carrément glaçant !


Commenter  J’apprécie          4530
L'Amérique est en faillite, et toutes ses valeurs avec.
Lionel Shriver, qui n'a jamais hésité à attaquer de front les dysfonctionnements profonds de son pays (la violence dans Il faut qu'on parle de Kevin, l'obésité morbide avec Big Brother, le système de santé dans Tout ça pour quoi, …), monte d'un cran et percute tête la première et avec jubilation le dernier tabou américain : l'effondrement de la première nation du monde sous le poids de sa dette.
2029, sauve-qui peut chez les Mandible : le Président Alvarado déclare la dénonciation de la dette, interdit la sortie des dollars (dont plus personne ne veut hors des frontières) et réquisitionne l'or des particuliers. Dans ce système complexe devenu instable, ce sont bientôt toutes les finances et institutions du pays qui partent en quenouille.
Un choc ressenti à différents niveaux d'intensité dans les diverses parties de la famille, au pro-rata de leurs situations financières : si l'aieul, l'Arrière Grand Homme comme le surnomme la famille, a tout à perdre de son immense fortune, sa petite-fille Florence qui galère depuis toujours de jobs pourris en factures de plus en plus difficiles à payer du fait de l'inflation, baigne déjà dans le marasme depuis longtemps ; ce sera plus difficile pour sa soeur Avery qui ne conçoit pas de vivre sans le SUV familial, la table basse en bois rare et le robot Mojo pour préparer le repas. Leurs enfants, comme le font depuis toujours toutes les jeunesses du monde, s'adapteront…

Une bonne fiction anticipatrice que Lionel Shriver nous a concocté là, mais malheureusement pas un bon roman, dont la première partie est pourtant vraiment soignée et efficace. Bien loin de l'arc narratif parfaitement tendu dans « Kevin », « Les Mandible » souffrent de pas mal de défauts de construction voire quelques invraisemblances, ce qui n'est pas si grave, mais surtout de facilités pour amener le propos avec de longs passages dialogués prétextes à exposer la thèse économique tout en éludant l'effort d'intrigue, ce qui laisse souvent percevoir à la lecture une intention d'essayiste plus que de romancière.
J'ai tout de même pris beaucoup de plaisir à le lire, tant le thème abordé est sidérant, et finalement très vraisemblable.
Commenter  J’apprécie          403
L'idée de base était brillante : faire évoluer une famille américaine sur quatre générations, dans un futur pas si lointain, sur fond de désastre écologique et de crise économique mondiale ayant pour résultat la fin des USA en tant que superpuissance, désormais réduits à un état paria dans un monde dominé par une alliance sino-russe avec à sa tête un Poutine toujours bon pied, bon oeil.

Lionel Shriver, surnommée par le New York Times de « Cassandre des lettres américaines »*, dont on se souvient du très osé et dérangeant « Il faut qu'on parle de Kevin », passe à la loupe le moindre détail de cette situation. de quoi faire frissonner d'effroi tout bon WASP américain ou, plus largement, tout adepte de l' « American way of life ». C'est ironique, satirique, caustique.

Mais il y a un hic.

Pour écrire Les Mandible, Lionel Shriver a effectué un énorme travail de documentation et témoigne d'une solide culture en matière d'économie (ce qu'elle se défend d'avoir, alors qu'en tant que journaliste, elle écrit régulièrement pour « The Economist » ou « The Wall Street Journal »)*.
Au final, je suis d'accord avec d'autres lecteurs pour dire que, malheureusement, le récit tient de l'essai au détriment du romanesque (ce qui, vous serez d'accord avec moi, est un comble pour un roman !). Les différentes théories économiques exposées font l'objet d'autant de démonstrations (surtout dans la première partie qui va de 2029 à 2032) et ont pour effet de considérablement alourdir la narration, sans parler de leur effet soporifique sur des lecteurs qui, comme moi, n'y connaissent rien et que ça barbe en plus.

D'autre part, j'ai trouvé un réel problème dans la construction du roman : en seconde partie, en 2047 donc, nous retrouvons Nollie (anagramme de Lionel*), son neveu Willing, les cousins et le tonton à peine effleuré dans la première partie. Mais où sont donc passés tous les autres membres de la famille ?

En conclusion : un roman qui avait a priori tout pour me séduire mais qui, au final, m'a franchement désappointée.

*https://www.lagrandeparade.fr/index.php/acrobates-de-la-plume/romans-etrangers/1571-lionel-shriver-une-dystopie-americaine
Commenter  J’apprécie          245


Faillite pour tous, dans tout le pays. L'harmonieuse famille Mandible, d'une lignée de riches industrielles avec à son bord, professeurs, écrivains, psychologues, travailleurs sociaux et des jeunes enfants précoces et bien nourris, cette famille « Ricoré » américaine prend, comme toute les familles américaines, la crise de 2029 de plein fouet. La Chine et la Russie s'unissent et créent une monnaie commune qui ne fait qu'une bouchée de l'Euro et déclare la guerre au Dollar. Marche après marche, les Mandible vont descendre les escaliers de la survie jusqu'à atteindre le chaos universel. du Brooklyn de Woody Allen ou de Paul Auster nous arrivons dans l'univers de Stephen King. La famille, après s'être entassée dans la dernière maison qu'elle possède, finira-t-elle sous les ponts ?

: Lionel Shriver nous livre une formidable leçon d'économie! Forte de ses connaissances en économie mondiale, véritable Thomas Piketty pour les Nuls, Lionel Shriver observe non sans ironie la chute financière mais aussi morale de la société américaine. Quelle formidable conteuse !

En quelques phrases les personnages sont croqués et prennent vie, en bonne humaniste, la romancière démonte méthodiquement tout ce qui fait le socle de l'économie américaine : surconsommation et libéralisme. Une fois cela fait, elle regarde tendrement une famille bourgeoise se débattre pour sa survie et prend un malin plaisir à retourner les situations.

En 2050 le Mexique devient un Eldorado à la croissance fulgurante, obligeant le gouvernement mexicain à construire un mur frontalier pour empêcher les américains blancs d'émigrer. Dans les films asiatiques, les personnages américains sont des bouffons incompétents ou malchanceux dont on se moque. C'est tragique et désespérément drôle. 2029, réveillons-nous la dystopie est pour bientôt.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          300


critiques presse (4)
LeDevoir
10 juillet 2017
L’écriture de Lionel Shriver est directe, railleuse et arrache morceau par morceau les restes de l’« American way of life ».
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LeJournaldeQuebec
12 juin 2017
Même si elle a l’habitude de provoquer et de déranger, Lionel Shriver admet cette fois avoir eu beaucoup de plaisir à le faire.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeMonde
02 juin 2017
L’auteure américaine ne cesse d’étonner par la diversité des genres et des sujets qu’elle aborde. Son nouveau roman ? Une dystopie économique.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Telerama
01 juin 2017
Tous les personnages sonnent juste, et on assiste à leurs empoignades en voyeur fasciné. (...) La dystopie, genre littéraire à la mode, a rarement été à la fois aussi lucide et aussi proche.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
- Je veux terminer ce dossier d'inscription. Je demanderai à Mojo de me faire une omelette.
- Tu ferais mieux de te la préparer comme une grande. Maman a débranché Mojo pour la nuit. Elle ne voulait pas prendre le risque qu'il enterre les invités dans le jardin ou je ne sais quoi d'autre de dément.
- Tu sais qu'il y a une nouvelle série Netflix là-dessus? Sur un Mojo qui perd la boule et se met à tuer des gens.
- Le plus vieux scénario de science-fiction du monde. Ca remonte à 2001, l'Odyssée de l'espace.
Savannah fronça les sourcils.
- Pourquoi choisir le passé pour de la science-fiction?
- Parce qu'au moment où le roman a été écrit, 2001 était dans l'avenir. Comme 1984, qui semblait très loin quand Orwell l'a écrit, mais quand 1984 est finalement arrivé, cela n'avait rien d'aussi horrible ou d'étrange ou de triste que ce que l'auteur avait prédit. Les intrigues futuristes parlent surtout de ce que les gens redoutent au présent. Le futur n'est que le dernier monstre caché sous le lit, le grand inconnu. La vérité est qu'au fil de l'histoire, les choses s'améliorent sans cesse. En moyenne, le niveau de vie de la population est en amélioration constante. Lentement mais sûrement, notre espèce devient moins violente. Mais les écrivains et réalisateurs ne cessent de prédire l'effondrement total. C'en est presque drôle. Donc, ne t'inquiète pas, tu as un bel avenir devant toi, qui sera de plus en plus beau.
Elle le regarda, l'air curieux.
- Je ne suis pas inquiète.
" Eh bien, ça fait de toi la dernière des idiotes." Cette pensée lui passa par la tête avant qu'il puisse la réprimer.

pp. 108-109

Note: Lowell à sa fille, 15 ans. Nous sommes en 2029.
Commenter  J’apprécie          140
À la suite des nombreux décès causés par les bactéries résistantes aux antibiotiques – dont l’une des souches avait entraîné la mort de la mère de Willing –, des codes sociaux moins intimes s’étaient imposés. Esquisser une poignée de main vous trahissait immanquablement comme un yeurk passéiste. Dans le même ordre d’idées, les bises étaient tout aussi féroces, et s’il vous prenait l’envie d’essayer de dire bonjour à une connaissance en l’embrassant, vous vous en seriez probablement mangé une. Willing et sa cousine se saluèrent d’une légère tape sur l’épaule.
Commenter  J’apprécie          283
Après le flower-power, le farine-power, railla Lowell, mais ni Willing ni sa mère n'avaient regardé suffisamment de documentaires sur les années 1960 pour saisir la plaisanterie. tu veux dire que ces pénuries sont artificielles? Il y aurait suffisamment à manger si les gens contentaient d'acheter un seul pot de mayo...
Commenter  J’apprécie          390
Sa mère avait vidé sur sa commode un bocal de pièces qu'elle avait accumulées depuis des années. Avec fébrilité, elle triait les pièces par valeurs - un cent, dix cents, vingt-cinq cents - et constituait, semble-t-il, des piles de dix. En la regardant faire, Willing sentit la tristesse le submerger. Ce n'était pas seulement le désespoir de sa mère. C'étaient les pièces en elles-mêmes. Quand il était petit, une pile de pièces de vingt-cinq cents avait semblé si précieuse. Quelque chose dans la nature même du métal - dureté, brillance, poids, permanence - lui avait toujours donné l'impression que les pièces de monnaie avaient plus de valeur et de substance que les billets. Sur la commode de sa mère, le bocal étincelait comme le trésor découvert dans un coffre enfoui ou rapporté à la surface par des plongeurs depuis l'épave d'un navire. Enfant, il avait arpenté les rues, la poche avant de son pantalon bombée par les pièces qui alourdissaient son jean et tapaient contre sa cuisse. A l'école primaire déjà, il savait que le billet de cinquante dollars valait plus que les pièces. Mais c'était le balancement cadencé et sonore des pièces de cuivre, de nickel, d'argent et d'étain qui lui lui donnait l'impression d'être riche.
Désormais, une pièce n'était plus qu'un simple disque, un jeton en plastique - une aberration historique, puisqu'il n'y avait plus d'émission de monnaie métallique. Les pièces que sa mère était en train de trier avec fébrilité n'étaient que de la monnaie de singe, et ce qu'elle faisait était stupide. Au bout d'une heure les yeux rivés sur les pièces, elle aurait de la chance si elle avait de quoi se payer une canette de coca.
Commenter  J’apprécie          50
Il baissa la voix, comme pour lui transmettre une dernière parole de sagesse que son arrière-petit-fils se rappellerait peut-être des années durant ; à son âge toute séparation pouvait aisément être définitive. - Impossible de mettre la main sur des laxatifs. Si jamais tu en trouvais une boite ou deux...
C'était littéralement un monde de merde
Commenter  J’apprécie          260

Videos de Lionel Shriver (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lionel Shriver
Après trois ans d'absence, près de 80 000 visiteurs, un record ! Revivez les moments clés de cette 52e édition de la Foire du livre de Bruxelles à Tour&Taxis
On se retrouve l'année prochaine, du 04 au 07 avril 2024 à Tour&Taxis !
Un immense merci à tous·tes les participant·es !
Merci à nos invités d'honneur Lionel Shriver et Pierre Bordage pour ces beaux moments et merci à Gabrielle Rosner-Bloch - Élue à la Culture déléguée au Patrimoine de la Région Grand Est, François Decoster - Vice-Président à la Culture, au patrimoine, aux langues régionales et aux relations Internationales de la Région Hauts-de-France, Pierre-Yves Jeholet - Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour leur soutien et leur prise de parole lors de notre cérémonie d'inauguration, Gregory Laurent - Commissaire général de la Foire du livre de Bruxelles
©Julien Kartheuser - Réalisation
Avec le soutien de la RTBF, La Libre Belgique, La Loterie Nationale, GSP2, La Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région de Bruxelles-Capitale, la Ville de Bruxelles, Wallonie-Bruxelles International et la Commission Européenne.
+ Lire la suite
autres livres classés : dystopieVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (339) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4646 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..