AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laurence Richard (Traducteur)
ISBN : 2714474233
Éditeur : Belfond (04/05/2017)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Aux États-Unis, en 2029.
Les États-Unis ont élu leur premier président latino, l'Espagnol est devenu la première langue du pays, l'Indonésie a annexé l'Australie et Poutine est toujours au pouvoir.
Comme toutes les familles américaines, les Mandible subissent la crise économique. La situation est grave mais pas désespérées : certes, les légumes sont devenus hors de prix, l'eau est une denrée rare, même le papier toilette est soumis à la plus grande r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Allantvers
05 mai 2017
L'Amérique est en faillite, et toutes ses valeurs avec.
Lionel Shriver, qui n'a jamais hésité à attaquer de front les dysfonctionnements profonds de son pays (la violence dans Il faut qu'on parle de Kevin, l'obésité morbide avec Big Brother, le système de santé dans Tout ça pour quoi, …), monte d'un cran et percute tête la première et avec jubilation le dernier tabou américain : l'effondrement de la première nation du monde sous le poids de sa dette.
2029, sauve-qui peut chez les Mandible : le Président Alvarado déclare la dénonciation de la dette, interdit la sortie des dollars (dont plus personne ne veut hors des frontières) et réquisitionne l'or des particuliers. Dans ce système complexe devenu instable, ce sont bientôt toutes les finances et institutions du pays qui partent en quenouille.
Un choc ressenti à différents niveaux d'intensité dans les diverses parties de la famille, au pro-rata de leurs situations financières : si l'aieul, l'Arrière Grand Homme comme le surnomme la famille, a tout à perdre de son immense fortune, sa petite-fille Florence qui galère depuis toujours de jobs pourris en factures de plus en plus difficiles à payer du fait de l'inflation, baigne déjà dans le marasme depuis longtemps ; ce sera plus difficile pour sa soeur Avery qui ne conçoit pas de vivre sans le SUV familial, la table basse en bois rare et le robot Mojo pour préparer le repas. Leurs enfants, comme le font depuis toujours toutes les jeunesses du monde, s'adapteront…
Une bonne fiction anticipatrice que Lionel Shriver nous a concocté là, mais malheureusement pas un bon roman, dont la première partie est pourtant vraiment soignée et efficace. Bien loin de l'arc narratif parfaitement tendu dans « Kevin », « Les Mandible » souffrent de pas mal de défauts de construction voire quelques invraisemblances, ce qui n'est pas si grave, mais surtout de facilités pour amener le propos avec de longs passages dialogués prétextes à exposer la thèse économique tout en éludant l'effort d'intrigue, ce qui laisse souvent percevoir à la lecture une intention d'essayiste plus que de romancière.
J'ai tout de même pris beaucoup de plaisir à le lire, tant le thème abordé est sidérant, et finalement très vraisemblable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333
Killing79
11 mai 2017
Lionel Shriver est une auteure dont la popularité a explosé à la sortie de « Il faut qu'on parle de Kevin ». Ce roman controversé, adapté au cinéma, a été un grand succès littéraire. Moi qui ai toujours peur de passer à côté de nouveautés et qui suis toujours très curieux de rencontrer de nouvelles plumes, je me suis donc décidé pour son dernier opus.
Avant l'ouverture de cet ouvrage (je ne lis presque jamais la quatrième de couverture !), j'ai été un peu réticent devant sa couverture au design plutôt austère. Une fois dans le vif du sujet, cette sensation ne m'a pas vraiment quitté. L'auteure nous propose une dystopie qui imagine le monde après un drame économique. On suit la famille Mandible à travers tous les obstacles qui vont se trouver sur leur passage. Leur condition va se dégrader au fil des évènements et ils vont devoir s'adapter pour survivre. Ce récit permet d'imaginer les dégâts que peuvent occasionner des décisions financières. Il imagine aussi tous les bassesses par lesquelles tout un chacun est capable de passer lorsqu'il est sous la contrainte. Même si le monde semble s'écrouler, il apparaît que la famille et les liens sociaux sont toujours au-dessus de tout, quitte à renier ses convictions.
Cet examen d'un probable futur est très intéressant, très bien traité et m'a ouvert les yeux sur les risques encourus par le monde moderne. le style de Lionel Shriver est de haut niveau et j'ai bien conscience qu'il lui a fallu fournir un travail énorme pour être aussi pertinente sur un tel sujet.
Mais alors qu'est-ce que c'est froid ! Durant 500 pages assez linéaires, on passe d'un membre de la famille à un autre. A chaque chapitre, pendant de longs dialogues et de longs développements, il est question d'économie. le livre est truffé de termes techniques et de réflexions sur la tournure économique des choses. Il se résume finalement à l'étude d'un scénario probable de l'évolution de la finance mondiale, mais analysée vraiment en profondeur.
Par conséquent si vous recherchez une fresque romanesque, passez votre chemin, parce que « Les Mandible » se rapproche plus de l'essai que du roman. Je suis donc un peu déçu car je m'attendais à autre chose. Heureusement, j'étais en congés pour lire ce livre ardu et j'ai pris le temps d'apprécier tout de même cette vision intelligente et sombre de notre avenir!
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
BellesLecturesLesGens
09 juin 2017
Tout n'a pas été facile et simple dans cette lecture mais au final, j'ai beaucoup aimé cette dystopie familio-financière !
J'ai aimé cette sorte de saga familiale qui se déroule dans un futur très proche (d'ailleurs, je n'ai pas arrêté de calculer mon âge par rapport aux personnages, ce qui m'a donné quelques sueurs froides je l'avoue ;) !). L'oncle Sam qui se prend une grande claque, par les temps qui courent, et bien c'était assez jouissif ! Comment les décisions financières d'un gouvernement, peuvent mener un pays au chaos et dans le cas présent, une famille à apprendre à survivre. Chacun selon son passé, son caractère, ses moyens ...
J'ai aimé ces personnages, parfois haut en couleur, parfois improbables, à la limite de la caricature pour certains mais souvent touchants in fine. Chacun son rôle, son style, sa classe sociale. Ils illustrent assez bien le panel de population américaine. Les latinos, les riches, les noirs, les paumés, les blancs de la classe moyenne ...
Je vous avoue que j'ai décroché plusieurs fois. Trop de blabla comptable qui a fini par me saouler, ceci par manque de compréhension de ma part. Je me doute que Lionel Shriver a énormément travaillé pour écrire qqchose d'aussi poussé et surtout pour arriver à le rendre limpide pour qqun qui ne sort pas forcément d'HEC comme moi. Mais le côté économique et financier poussé dans le détail m'a paru plutôt rébarbatif. C'est bien d'expliquer les choses, et c'est vrai qu'ici c'est le sujet central, mais les arcanes de la finances resteront tjs un grand mystère pour moi (même si j'en ressors qd même un poil plus cultivée dans ce domaine !).
J'aime toujours autant l'écriture de Shriver, acerbe et piquante. J'aime aussi les sujets qu'elle aborde et la manière dont elle les aborde ... Ou comment faire comprendre aux américains que tout ne va pas bien chez eux et que certains feraient bien d'arrêter de se regarder le nombril et de prendre les choses en main, sous peine d'aller droit dans le mur. Et à la lumière de ce qui se passe chez eux aujourd'hui, je trouve que ce livre a eu une saveur toute particulière ! Ceci évidemment n'engage que moi !
Une lecture ardue, où il faut prendre son temps mais une très belle aventure littéraire qui pourrait donner froid dans le dos à certains ...
Un futur proche, le tout étant de savoir si c'est une vision ou une illusion !
Une belle lecture que je vous recommande. Merci aux Editions Belfond et à Babelio pour ce joli cadeau

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Romanthe
20 juin 2017
J'adresse avant toute chose mes remerciements chaleureux à Babélio et les éditions Belfond qui m'ont permis de découvrir ce dernier roman de Lionel Shriver par le biais de l'opération Masse Critique!
En 2029, aux Etats-Unis, la famille Mandible se débat pour survivre dans un monde qui a beaucoup changé. Les denrées se font rare, l'eau en premier lieu. Lorsque le président annonce la faillite du pays, les Américains perdent tout l'argent épargné, conduisant beaucoup à la ruine et à la rue.
Florence Mandible se voit contrainte d'accueillir sa soeur et sa famille, sa tante, ses parents et ses grands-parents, qui ont tous perdu leur logis. Commence alors un quotidien dans la promiscuité, fait de privation et d'incertitudes.
Avec Les Mandible, Lionel Shriver s'éloigne de ce qu'elle a écrit auparavant, et investigue un genre nouveau : la dystopie. le temps choisi est suffisamment proche pour évoquer un monde qui nous est familier, et lointain pour dépeindre une possibilité qui n'est pas encore une fatalité.
Dans ce monde-là, la consumérisme de masse existe plus que jamais, mais à la technologie se juxtapose, dans le pays incarnant les sociétés les plus développées, la pénurie de denrées élémentaires, comme l'eau et la nourriture.
Les relations familiales changent elles aussi, la suspicion et la rancoeur se font peu à peu une place dans un quotidien où tout est mesuré et rationné. Les rapports de force entre pays et ethnies s'inversent, les blancs d'Amérique sont bientôt la lie de la société, découvrent le racisme à leur encontre. Chacun bâtit des hypothèses sur l'avenir du pays et le sien en particulier, les théories économiques s'affrontent, et, à l'épreuve de la réalité, se dissolvent. La déchéance semble sans fin, l'avenir noircit à vue d'oeil. L'inconséquence collective a mené à tout cela.
J'ai été bluffée par cette dystopie imaginée par Lionel Shriver, que j'ai passionnément aimée dans ses autres oeuvres, et dont je salue l'audace en s'engageant dans un domaine éloigné, où les théories économiques côtoient les descriptions sociologiques dans lesquelles l'auteur excelle. Comme toujours, ses personnages résonnent, portent des paradoxes confondants de réalisme, ils pourraient incarner des figures de notre propre entourage tant ils semblent humains et réels.
Une grande partie du roman est dédié à l'analyse théorique de ce qui rend le pays exsangue, de ce qui l'a conduit là, de ce qui pourrait encore advenir. Bien entendu, l'accès à ces considérations n'est pas évident, j'ai néanmoins eu le sentiment que l'auteur parvenait à "vulgariser" le sujet sans trop le simplifier, et proposait une lecture intéressante, bien que très angoissante, de l'actualité et des années à venir. Contrairement à d'autres dystopies, celle de Shriver m'a paru reposer sur des mécanismes crédibles, susceptibles de se mettre en place et de provoquer l'état de crise profonde décrite dans le roman (un endettement toujours croissant).
Un roman moins intime que certains de ses précédents ouvrages, mais qui est toutefois très intéressant, bien qu'inquiétant...
Lien : http://viederomanthe.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
VIRGINIE34
20 mai 2017
"Les Mandible" imagine un monde en proie à une crise économique sans précédent, à partir de 2029. Les grandes puissances mondiales se sont liguées pour marginaliser les Etats-Unis et leur faire perdre leur suprématie... Résultat, une inflation démesurée, un gouvernement dépassé qui enchaîne les mesures coercitives, des populations qui découvrent la pénurie et la faim.
L'auteur propose de suivre les différents membres du clan Mandible et la manière dont ils vont affronter la crise. L'intrigue se révèle donc dense, entrecoupée de réflexions économiques assez difficiles à suivre (pour la profane que je suis).
Mais au final, j'ai été happée par les destins de ces personnages si bien travaillés, et par la vision presque apocalyptique du monde proposé par Lionel Shriver, pas si éloignée, il me semble, de ce que pourrait être la réalité...
Commenter  J’apprécie          90

Les critiques presse (3)
LeJournaldeQuebec12 juin 2017
Même si elle a l’habitude de provoquer et de déranger, Lionel Shriver admet cette fois avoir eu beaucoup de plaisir à le faire.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeMonde02 juin 2017
L’auteure américaine ne cesse d’étonner par la diversité des genres et des sujets qu’elle aborde. Son nouveau roman ? Une dystopie économique.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Telerama01 juin 2017
Tous les personnages sonnent juste, et on assiste à leurs empoignades en voyeur fasciné. (...) La dystopie, genre littéraire à la mode, a rarement été à la fois aussi lucide et aussi proche.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
cecilitcecilit27 mai 2017
Sa mère avait vidé sur sa commode un bocal de pièces qu'elle avait accumulées depuis des années. Avec fébrilité, elle triait les pièces par valeurs - un cent, dix cents, vingt-cinq cents - et constituait, semble-t-il, des piles de dix. En la regardant faire, Willing sentit la tristesse le submerger. Ce n'était pas seulement le désespoir de sa mère. C'étaient les pièces en elles-mêmes. Quand il était petit, une pile de pièces de vingt-cinq cents avait semblé si précieuse. Quelque chose dans la nature même du métal - dureté, brillance, poids, permanence - lui avait toujours donné l'impression que les pièces de monnaie avaient plus de valeur et de substance que les billets. Sur la commode de sa mère, le bocal étincelait comme le trésor découvert dans un coffre enfoui ou rapporté à la surface par des plongeurs depuis l'épave d'un navire. Enfant, il avait arpenté les rues, la poche avant de son pantalon bombée par les pièces qui alourdissaient son jean et tapaient contre sa cuisse. A l'école primaire déjà, il savait que le billet de cinquante dollars valait plus que les pièces. Mais c'était le balancement cadencé et sonore des pièces de cuivre, de nickel, d'argent et d'étain qui lui lui donnait l'impression d'être riche.
Désormais, une pièce n'était plus qu'un simple disque, un jeton en plastique - une aberration historique, puisqu'il n'y avait plus d'émission de monnaie métallique. Les pièces que sa mère était en train de trier avec fébrilité n'étaient que de la monnaie de singe, et ce qu'elle faisait était stupide. Au bout d'une heure les yeux rivés sur les pièces, elle aurait de la chance si elle avait de quoi se payer une canette de coca.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cecilitcecilit25 mai 2017
Depuis des mois maintenant, les présentateurs avaient qualifié les événements qu'ils traversaient de 'crise', 'catastrophe ' et 'calamité ', et commençaient à être à court de substantifs commençant par c. Ils avaient déjà épuisé tous ceux avec un d comme initiale, qu'il s'agisse de 'désastre', 'débâcle' et 'dévastation'. Des mots comme 'épreuve ', 'adversité ', 'tragédie ', 'malheur' et 'souffrance' ne signifiaient plus rien - ils ne convenaient pas, semblant évoquer des expériences mineures. La langue elle-même souffrait d'inflation, et quand tout deviendrait dix fois pire, les présentateurs se retrouveraient coincés. Il n'y aurait plus de mots pour qualifier la phase nouvelle. CBS News s'en sortirait peut-être par la litote : ce qui était arrivé à l'Amérique était 'fort dommageable ', 'fort déplorable ', 'assez malheureux', 'plutôt désolant' ou encore 'très triste'.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AnneLiseRAnneLiseR24 mai 2017
— Je veux terminer ce dossier d'inscription. Je demanderai à Mojo de me faire une omelette.
— Tu ferais mieux de te la préparer comme une grande. Maman a débranché Mojo pour la nuit. Elle ne voulait pas prendre le risque qu'il enterre les invités dans le jardin ou je ne sais quoi d'autre de dément.
— Tu sais qu'il y a une nouvelle série Netflix là-dessus? Sur un Mojo qui perd la boule et se met à tuer des gens.
— Le plus vieux scénario de science-fiction du monde. Ca remonte à 2001, l'Odyssée de l'espace.
Savannah fronça les sourcils.
— Pourquoi choisir le passé pour de la science-fiction?
— Parce qu'au moment où le roman a été écrit, 2001 était dans l'avenir. Comme 1984, quand Orwell l'a écrit, mais quand 1984 est finalement arrivé, cela n'avait rien d'aussi horrible ou d'étrange ou de triste que ce que l'auteur avait prédit. Les intrigues futuristes parlent surtout de ce que les gens redoutent au présent. Le futur n'est que le dernier monstre caché sous le lit, le grand inconnu. La vérité est qu'au fil de l'histoire, les choses s'améliorent sans cesse. En moyenne, le niveau de vie de la population est en amélioration constante. Lentement mais sûrement, notre espèce devient moins violente. Mais les écrivains et réalisateurs ne cessent de prédire l'effondrement total. C'en est presque drôle. Donc, ne t'inquiète pas, tu as un bel avenir devant toi, qui sera de plus en plus beau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cecilitcecilit22 mai 2017
Le problème, quand on était professeur d'université, c'était qu'à gagner sa vie en pontifiant, il était assez difficile d'arrêter de débiter des conneries une fois chez soi.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Lionel Shriver (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lionel Shriver
Payot - Marque Page - Lionel Shriver - Les Mandible
autres livres classés : crise économiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
1978 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre