AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791032102459
192 pages
Editions de Fallois (09/09/2020)
4/5   10 notes
Résumé :
«Emma avait des souvenirs à ne plus savoir qu’en faire : l’arrivée d’Hitler au pouvoir, la guerre, les bombardements, puis ce qu’elle appelait “la rentrée des Russes à Berlin”, et enfin l’instauration d’un communisme intransigeant dicté par Staline, bref, une épopée. Emma est née en 1929 et au sortir de la guerre elle avait vécu ses émotions les plus marquantes. Ça faisait déjà une vie. Ses souvenirs, elle y tenait, c’était son trésor. Pour ses enfants, les hi... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
LambertValerie
  28 novembre 2021
J'ai eu envie de lire ce livre parce qu'il parle d'une enfant, une petite fille: Emma. Une petite allemande qui va vivre les tourments et l'horreur de la seconde guerre mondiale à Berlin, sa ville natale.
Àvant de commencer à lire ce roman, notre regard s'attarde longuement sur cette couverture en noir et blanc, des visages d'enfants avec en son centre, cette petite fille qui porte un colis dont le regard inquiet se perd.
Emma est berlinoise, son attachement pour Berlin ne se démentira pas, alors qu'elle fuira plus tard, la RDA, se mariant et vivant en France, elle retournera régulièrement à Berlin.
Son enfance est meurtrie par la guerre, les bombardements et la peur.
Par une succession de chapitres très brefs, Gérard Sibleyas nous fait vivre et nous confie la vie d'Emma
Ce livre m'a beaucoup touché et j'ai pris beaucoup d'intérêt à le lire.
Mon souhait serait que de réussir à éveiller d'autres curiosités et que vous soyez plusieurs à en partager la lecture.
Commenter  J’apprécie          442
Blandine54
  27 juin 2021
Il y a beaucoup de romans qui traitent de la seconde guerre mondiale mais il y en a peu qui l'abordent du point de vue des allemands.
Gerald Sibleyras livre ici un récit magnifique et poignant où on suit le parcours de vie d'Emma, petite allemande née en 1929, qui a connu la montée du nazisme et a cru en la puissance du IIIe Reich, jusqu'à sa mort.
A travers les souvenirs d'Emma on suit le parcours d'une famille pendant la guerre et l'après-guerre, l'évolution des pensées, les non-dits, la honte d'un peuple, son humiliation et sa reconstruction.
On suit le cheminement de vie d'une petite fille qui est passée du fascisme au communisme en vivant en RDA.
Emma, une petite fille, qui voulait se marier avec Hitler, qui faisait partie des jeunesses hitlériennes et qui était fière que l'Allemagne prenne le couloir de Dantzig et qui n'avait pas peur que son pays rentre en guerre. Emma, jeune adolescente, qui vit dans un pays humilié que sa mère cherche à protéger des russes et qui est engagée dans la Volksstrum, l'armée du peuple, avec de tous jeunes adolescents pour défendre Berlin. Emma, jeune adulte, qui cherche à fuir la RDA et ses « mouchards ».
L'histoire est émouvante et rédigée avec beaucoup de pudeur au moyen de phrases simples et de très courts chapitres. Une très belle lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LaRemoiseBouquine
  19 février 2021
"Plus tard, j'aimerais me marier avec Hitler »
La première guerre mondiale est terminée, l'Allemagne a perdu... On suit Emma, une petite fille allemande, fière de son pays, où les soldats SS sont une fierté, où les valeurs que prône Hitler sont adorés, où la suprématie allemande est bien ancrée ...
Puis, l'Allemagne devient la cible de la Russie et des Etats-Unis, débute alors la seconde guerre mondiale ! L'Allemagne est convaincue de pouvoir gagner cette guerre, leur armée est puissante...
Peu à peu, un changement s'opère... Viens le temps où l'on doit se cacher dans des abris souterrains pour se protéger des bombardements ennemis, où l'on retrouve sur son chemin des jambes solitaire, où la faim nous assaille, où les jeunes enfants sont enrôlés... Un pays si fier qui connait la défaite et l'humiliation...

J'ai aimé la construction de ce roman, des petites anecdotes de vie sous quelques pages. Des évènements heureux, une histoire de vie, l'insouciance de l'enfance... Mais aussi des passages plus difficiles, plus douloureux, retraçant la réalité de la guerre. Ce format nous permet d'être lié à Emma, de son enfance à l'âge adulte.
Je suis plus habituée aux témoignages du côté français, de ce que nous avons vécu en tant que victime, notre histoire ! C'est assez déstabilisant de lire ce récit de l'autre côté, du côté de l'ennemi. C'est déstabilisant et assez dérangeant car j'ai ressenti de l'empathie pour Emma. Cette jeune fille qui dit vouloir se marier avec Hitler, souhaite combattre la France, s'inscrit aux jeunesses Hitlériennes... et qui découvre en grandissant les horreurs réalisées par son pays !
Ce livre est une vraie claque, un récit bouleversant, si riche et intéressant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MissAllsunday
  19 février 2021
A l'école on nous enseigne un pan de la Seconde Guerre Mondiale , souvent les grandes lignes et souvent du côté français. Et du coup, on oublie souvent que la guerre a aussi, et peut-être surtout, fait des ravages en Allemagne .
Pendant les cours d'Histoire on nous enseigne aussi souvent tous les évènements comme si ils n'avaient aucun lien entre eux.
Je suis née avant la chute du Mur, mais je ne connais que très peu ce morceau d'Histoire . Grâce à ce roman, j'en ai découvert un peu plus sur le contexte historique, les circonstances et les conséquences.
Nous suivons sous forme de petits chapitres la vie d'Emma , née à Berlin en 1929, entre deux guerres .
Ce roman évoque la rancune de l'Allemagne , la montée du Nazisme , l'arrivée d'Hitler au pouvoir, soutenu par d'autres qui n'étaient pas plus tendres, la défaite , l'humiliation , et puis l'occupation par les Russes, le Communisme et enfin le Mur de Berlin.
Un pan de l'Histoire peu connu de notre côté de la frontière et pourtant une Histoire si proche de nous .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lugrinlouise
  13 février 2021
Le titre. Une blouse serrée à la taille. La couverture. Des enfants.
Un récit très fort qui nous plonge dans le Berlin a l'époque de la seconde guerre mondiale. Un récit qui nous fait éprouver les sentiments de Emma, une enfant Berlinoise qui connaît la montée du Nazisme, la domination d'Hitler, puis la défaite et l'arrivée du communisme et de la séparation entre l'Est et l'Ouest.
Un autre regard, une autre perception. Celle des Allemands, les ennemis.
L'Auteur a une écriture que j'ai beaucoup apprécié ! Fluide, poétique, tranchante quand il faut. Avec toute sa douceur et son adresse, l'auteur nous fait éprouver de l'empathie et des sentiments pour cette petite fille - innocente mais coupable. Coupable ? Les romans et films relatant la vie des Allemands, leurs désarroi et leurs peurs sont peu nombreux (par rapport aux autres). Et pourtant. La peur, la haine, la souffrance - ont fait parti intégrante de leur vie.
Des chapitres courts. Ou des anecdotes plutôt. Ça s'enchaîne. On s'arrête, on reprend. Un vrai plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Blandine54Blandine54   26 juin 2021
Nous sommes une douzaine de petits soldats, garçons et filles mélangés, entre 14 et 16 ans, alignés dans la rue, en uniforme. Nous avons été enrôlés dans la Volkssturm. Cette armée secrète qui défendra Berlin dans un premier temps puis repoussera l'ennemi. Nous serons partout, dans chaque ruine, à chaque angle de rue, derrière chaque porte. L'ennemi, épouvanté par notre détermination et notre discipline, ne tardera pas à battre en retrait. Le fait que le IIIè Reich compte sur moi pour défendre sa Capitale encerclée aurait dû me révéler l'état de désespoir de ses dirigeants. Jusque-là j'avais été affectée aux transmissions, j'ai appris le morse avec application. Je suis encore très lente, mais je fais de moins en moins de fautes. Aujourd'hui j'ai dans les mains un Panzerfaust 60. Un sergent instructeur nous en explique le maniement. Un jeune garçon de 16 ans, le plus dégourdi de notre section, pose un genou à terre, arme le tube et tire. Il n'y a pas de munitions à l'intérieur, on entend un petit clic. On a pu noter la position : le dos bien droit, le regard aligné du centre du viseur à la cible et le tube bien collé contre l'épaule. Attention au recul. Si on ne tient pas fermement le Panzerfaust, on peut se démettre l'épaule, ce qui fait très mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Blandine54Blandine54   25 juin 2021
On dit que la ville de Dresde a été bombardée. On dit que ce sont des bombes au phosphore et que le phosphore brûle pendant plusieurs jours. On dit qu'à Dresde il n'y avait que des blessés et des réfugiés de Prusse-Orientale. Une ville sans défense remplie de vieux et d'enfants. Pas de militaire. On dit que les Anglais ont rasé Dresde de la carte pour se venger de Coventry. Je ne me souviens pas de Coventry. On dit qu'il y a eu quarante mille morts. Je suis incapable de me représenter quarante mille morts. Je suis juste capable de pense à Reni, cette amie avec qui j'ai tant ri. Comment savoir si elle a survécu ? Je voudrais lui écrire. Ma mère n'est guère touchée par le malheur de Dresde, à ses yeux, il y a plus grave : le cimetière où Gerd est enterré a été bombardé.
Comment peut-on faire ça ? Bombarder un cimetière ! Quelle honte !
Pour ma mère, bombarder les morts est plus grave que bombarder les vivants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LambertValerieLambertValerie   28 novembre 2021
Au milieu des ruines, Emma et ses compatriotes ont vu de près l'œuvre du totalitarisme hitlérien, la destruction, la famine et la honte, ils n'aspirent à priori pas à enfourcher un nouveau cheval idéologique nommé communisme, un système qui, ils le savent à déjà produit son lot de famines, de destructions et de cadavres. Pourtant Ulbritch est bien résolu à leur faire comprendre que le communisme c'est le paradis et gare à ceux qui n'en seraient pas convaincus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
LambertValerieLambertValerie   28 novembre 2021
Un nouveau son vient enrichir le catalogue des bruits de la ville, après les bombes, les brasier, les écroulements, les explosions, les pleurs, les cris, les gémissements et les sirènes, on découvre les orgues de Staline. Ces rampes d'obus montées sur des camions qui rappellent les tubes d'un orgue. Chaque obus produit un sifflement strident quand ils quittent la rampe pour foncer vers la ville déjà en ruine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LaRemoiseBouquineLaRemoiseBouquine   19 février 2021
Plus tard, j’aimerais me marier avec Hitler
Commenter  J’apprécie          00

Video de Gérald Sibleyras (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérald Sibleyras
Un petit jeu sans importance, de Gérald Silbleyras
autres livres classés : défaitesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1058 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre