AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782897861438
240 pages
Éditeur : Ada éditions (10/01/2018)

Note moyenne : 2.59/5 (sur 75 notes)
Résumé :
Une femme coupable d’un crime dont elle n’a plus souvenir. Une évasion vers une forêt où la noirceur ne vient jamais seule. La découverte d’un manoir abandonné aux secrets bien cachés. Des bougies qui s’éteignent, des ombres qui se lèvent, des objets qui se déplacent d’eux-mêmes. Et des coups qui résonnent contre la porte, avant d’être défoncée…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
NathalC
  10 mars 2020
C'est le 2ème livre des contes interdits que je lis. Bon, et bien, ce n'est pas une réussite pour moi.
Cette collection invite des auteurs à revisiter les contes, à les retranscrire de façon complètement décalés, à la limite de l'horreur, de la violence...
Pour Blanche Neige, je n'ai pas accroché. Trop de folies, trop cauchemardesque, pas de repère. Trop, c'est trop pour moi.
Autant Peter Pan m'a interpellé favorablement malgré la violence, autant Blanche Neige m'a laissé de marbre.
Commenter  J’apprécie          523
Saiwhisper
  22 juin 2018
Voici un avis qui fut véritablement pénible à rédiger… Dans un sens, ce livre aura réussi à me perturber à sa manière… Comme pour « Les 3 p'tits cochons », cet ouvrage détourne un conte traditionnel pour le revisiter dans le genre horreur. Chaque titre de la saga étant écrit par un auteur différent, cela permet au lecteur de découvrir plusieurs plumes. D'ailleurs, contrairement à Christian Boivin, Louis-Pier Sicard n'emploie pas de mots québécois, ce qui m'a facilité la lecture… Enfin… C'est une façon de parler : disons que je ne buttais pas sur certains mots de vocabulaire. En revanche, ce roman a clairement été très difficile à lire ! Comme dans « le gang des rêves », on doit faire face à plusieurs scènes de viol détaillées, révoltantes et affreuses. C'est tout bonnement intenable ! La pauvre jeune femme qui, comme moi, s'appelle Emilie, va passer sous les coups de butoir de plusieurs hommes ayant décidé d'abuser d'elle… Des délires sexuels bizarres, des tournantes, des fellations forcées, du SM pendant l'acte, … Je me suis sérieusement demandée dans quoi j'étais tombée ! Quand je vois la majorité des lecteurs ayant adoré cette lecture, je reste vraiment songeuse. Ce n'est pas ce que j'aime ou recherche dans le genre horreur… Vraiment pas… ! À mes yeux, il y a d'autres éléments à exploiter que des viols ultra-détaillés. Bien sûr, j'étais avertie par le fait que c'était trash puisque la couverture était étiquetée « réservé à un public averti » néanmoins, je ne m'attendais pas à cela !
Si l'on enlève les abus sexuels du reste du roman, il ne reste pas beaucoup d'action ou d'éléments. En revanche, il y a une ambiance qui domine… Une atmosphère étrange, sinistre et inquiétante. C'est elle qui a fait que je n'ai pas abandonné ma lecture. En effet, un jour, Emilie parvient à s'échapper de l'asile où elle est détenue prisonnière, violée et droguée. Dans sa fuite, elle parcourt une forêt menaçante où le danger n'est jamais loin. Bien que l'on puisse anticiper la fin, on se demande réellement ce qu'il se passe. Qu'a fait la jeune femme pour avoir atterri dans cet asile ? Pourquoi subit-elle ces sévices ? Où Emilie va-t-elle dans sa fuite ? Qu'est-ce qui est réel et qu'est-ce qui est le fruit de sa démence ? Qui sont ces sept hommes loin d'être aussi sympathiques que les nains du conte originel ou de celui de l'adaptation Disney ? Quel est cet étrange manoir où des gens meurent et où le temps recule ? Aux côtés de la narratrice employant la première personne, on nage en eaux troubles. La tête pleine de questions, on cherche à démêler le vrai du faux et à comprendre. Hélas, cela ne correspond qu'à un tiers du roman, puisque l'idée du viol finit toujours par revenir en force. le reste est occupé par des descriptions aussi crues que malsaines, des pénétrations indésirables ou au désir des hommes pour cette somptueuse jeune femme à la peau pâle comme la mort et aux cheveux comme l'ébène… Cette héroïne si belle que l'on ne peut que désirer la posséder… (Bon sang ! À croire que c'est un argument légitime…)
Je n'ai pas pour habitude de critiquer gratuitement un ouvrage. Même si cela ne me plaît pas, j'essaye d'argumenter mon point de vue et surtout de comprendre les avis sur la toile. Sinon, j'essaye d'échanger avec les personnes ayant également lu ce titre. Malheureusement, même en découvrant les arguments des lecteurs conquis, je ne comprends pas ce que l'on peut trouver à cette adaptation. Ce qu'il se passe dans ces pages arrive encore de nos jours… D'ailleurs, quand on y réfléchit, certains contes classiques parlent déjà de viol ! Si l'on regarde le récit original de la Belle au Bois dormant, celle-ci se réveille en ayant été engrossée par le prince… Hélas, les personnes abusant de femmes ou plus largement d'autrui sont nombreuses… Je n'ai pas besoin d'un roman pour m'en rendre compte. Je ne désire pas que la fiction m'impose ce genre d'horreurs dans le crâne. Je n'en ai pas envie. Tout simplement.
Si vous aimez découvrir de quoi est capable l'être humain dans une ambiance pleine de mystère et de folie, je suppose que cela peut vous plaire… Connaissant une lectrice adepte des ouvrages noirs qui ne dissimulent rien au lecteur, je compte lui prêter/(céder ?) cette sombre adaptation afin de pouvoir échanger avec elle. Je sais d'avance que cela lui plaira, mais j'espère surtout qu'elle pourra éclairer ma lanterne afin de savoir si je suis passée à côté de quelque chose ou si c'est juste une question de goût… Vous l'aurez compris : en attendant, je ne vous recommande pas cette lecture sauf si le trash, la vulgarité, le langage cru et les scènes de sexe non consenties et à outrance ne vous dérangent pas.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          189
Neneve
  24 mars 2018
Cette idée de revisiter les contes pour enfants, de façon gore, me parle et me plaît énormément... Mon p'tit côté trash, peut-être !!! Alors, quand j'ai eu la chance de trouver ce livre d'occasion, j'ai sauté dessus !!! Et dans la foulée, je me suis commandé les 3 autres livres sortis !! Je les attend impatiemment d'ailleurs !!! Mais bon, l'idée ce n'est pas de parler de moi, mais du livre !! ;)
Celui-ci s'ouvre en force... une jeune fille internée dans un institut psychiatrique pour dangereuses criminelles... Seulement, elle ne se souvient de rien. Ni qui elle est réellement, son enfance, son crime et ce dont elle souffre. Elle n'est pas ménagée non, plus... Séquestrée dans sa cellule, elle ne sort que pour se rendre dans le bureau du médecin, qui use de médicaments et de son autorité pour abuser d'elle... Heureusement qu'un des infirmiers la prends en pitié et lui offre une chance de s'évader de cet endroit immonde. Dans sa fuite, elle tombe sur un manoir abandonné... Hanté et hostile. Elle là non plus, elle ne sera pas épargnée....
J'ai de suite accrochée à l'histoire, de toute façon, j'étais vendue d'avance... Les premières pages ont filées à une vitesse folle... et puis, après, dans la fuite de Blanche Neige, j'avais peine à m'y retrouver... le fil était bien mince entre réel et fabulations, entre réalité et souvenirs... Et puis la finale m'a réconcilié avec le livre... le dévoilement m'a plu, et j'ai mieux compris le reste du texte... C'était bien joué !! Bref, je n'ai pas été déçue par cette lecture et il me tarde de lire les autres bouquins de Ces Contes interdits !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
enairolf
  28 novembre 2019
Ahhh depuis le temps que cette chronique doit être rédigée… Ça fait un bon moment qu'elle traîne dans mes brouillons. Et pour cause, je repoussais toujours le moment de vous parler de ce roman parce que malheureusement ce fut une de mes plus grosses déceptions livresques. Je ne suis pas du genre à démonter un roman parce que je ne l'ai pas aimé. D'ailleurs je déteste même pas devoir parler d'un livre que je n'ai pas aimé parce que clairement ça me rend affreusement triste d'en parler « mal ». Genre vraiment juste me dire « merde j'ai pas du tout aimé ce roman » ça me fait de la peine. C'est bizarre mais bon, c'est tellement rare que je n'aime pas un roman que quand ça m'arrive je me sens mal… Mais bon, faut bien que ça arrive une fois de temps en temps on va dire.
Ce qui me fait le plus de peine dans cette déception c'est le fait que j'attendais tellement de cette saga des contes interdits! Quand je suis tombée dessus sur Booknode, je suis complètement tombée sous le charme du concept. J'ai donc commencé par Les trois petits cochons (d'ailleurs va falloir que j'écrive la chronique aussi!), que j'avais plutôt bien aimé, ensuite j'ai enchaîné sur Peter Pan que j'ai adoré! (La chronique est dispo juste ici ) et j'ai continué avec Blanche Neige et là badaboum au secours je n'ai pas aimé. du coup ça m'a fait tomber de mon mood Contes interdits et ça m'a refroidi. La preuve, ça fait des mois que j'ai lu celui là je n'ai toujours pas remis le nez dans un contes de cette collection… Chose qu'il va falloir rectifier et vite!
La particularité des Contes interdits, à part évidemment que c'est en version bien plus trash que les contes de notre enfance, c'est qu'on retrouve les éléments propres à chaque conte. Par exemple, les éléments importants à retenir dans l'histoire de Blanche Neige sont les 7 nains, la maison dans la forêt et une sorcière (en gros de gros hein!). Et bien ces éléments sont bien présents ici. Au lieu de 7 nains ce sont 7 hommes mais ils sont bien au nombre de 7. Ça c'est une chose que j'ai apprécié. Au moins ça respecte plus ou moins le conte de base. Mais pour tout vous dire, c'est la seule chose que j'ai apprécié pendant cette lecture.. l'ambiance également tiens! Tout au long du roman, il y a cette ambiance très pesante et malfaisante qui plonge le lecteur dans un état affreusement stressant! On ressent vraiment tout ce stress que notre héroïne subit tout le long.
Comme c'est précisé sur la couverture, ce roman est pour un public averti. Et bien vous êtes prévenu. Si vous êtes trop sensible clairement passez votre chemin! Vois ressortirez de cette lecture complètement traumatisé! Je deconne vraiment pas. Moi personnellement il m'en faut vraiment mais vraiment beaucoup pour que je sois choquée. Pas que ce ne me fasse rien ou que je ne sois pas sensible. Au contraire, je suis extrêmement sensible je pleure pour rien… Mais ça ne me choque pas vraiment quoi. Bien que j'ai conscience que c'est littéralement affreux tout ce qu'elle vit mais ça ne me choque pas. Dans ce roman, il est surtout question de viols à répétition. Mais vous vous en doutez, ici on ne mentionne pas juste le viol.. Ah non non on vous le décrit si bien qu'il est malheureusement impossible de ne pas clairement s'imaginer la scène. Pour un public averti ne l'oubliez pas..
Dis comme ca, on pourrait se demander où est le problème et pourquoi je n'ai pas aimé… j'y viens j'y viens. Ce qu'il m'a le plus dérangé dans cette lecture c'est qu'en fait j'avais l'impression d'être complètement conne. J'avais vraiment l'impression de ne rien comprendre à l'histoire. Parfois je me demandais même si je n'avais pas passer des pages carrément. Ça m'a paru brouillon en fait et du coup je comprenais pas trop l'histoire. Et je vous avoue qu'en vrai j'ai toujours pas compris… Je vais peut être commencer à me demander si je ne suis pas vraiment bête en fait… C'était confus, genre vraiment je sais pas trop comment l'expliquer mais parfois c'était vraiment brouillon, confus, incompréhensible… le plus gros problème c'est que le personnage, Émilie, oscille entre réalité et rêve. Et malheureusement on ne distingue pas vraiment la différence. J'étais vraiment perdue parce qu'à force je ne savais même plus si ça faisait parti de son rêve ou si elle vivait vraiment ce moment. C'est ce qui m'a fait déteste ce roman. J'ai vraiment fini cette lecture avec le sentiment d'être bête quoi. Et ça m'a vraiment gêné. On est beaucoup trop perdu à mon goût et ça rend la lecture assez difficile. Même trop difficile et clairement pas agréable du tout.
Quand j'ai fermé le livre, la première chose que je me suis dis c'était « attends mais je viens de lire quoi là? » Puis après « mais attends j'ai rien compris en fait?! », je trouve ça dommage car le début part relativement bien mais alors après c'est la catastrophe là plus totale pour ma part. En ayant regardé les notes sur Livraddict, je me doutais que ça allait être spécial mais je me suis dis peut être que je vais bien aimé comparé aux autres bah c'est loupé. Vous l'aurez compris je crois qu'il s'agit de ma plus grande déception… Espérons que les autres contes Interdits ne soient pas aussi barbant que celui là…
Lien : https://enairolf.home.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pasunmotdeplus
  27 mai 2020
Revisiter les contes de notre enfance, bonne idée !
En faire une version horrifique, gore et déjantée : parfait!
Encore faut-il que le récit suive, tienne la route et passionne.
A la lecture de Blanche Neige, en ce qui me concerne, rien de cela n'est d'actualité, malheureusement.
A tout le moins, la revisite peut interpeller, déranger mais elle ne passionne pas, elle s'enlise dans des redondances, des longueurs et d'incroyables invraisemblances.
Pas besoin d'être un Sherlock Holmes en herbe pour voir où va nous mener l'histoire : Emilie n'est pas en institut psychiatrique de haute sécurité pour rien...
Qui L.P. Sicard a-t-il cru tromper avec ses scènes sans queue ni tête, redondantes, ses soi-disant terreurs de l'héroïne ? A-t-il réellement tenté de mettre en doute notre santé mentale ? Pense-t-il vraiment que la débauche d'horreur, de faux semblants distillés tout au long du livre puisse apporter quoi que ce soit au récit ?
Il ne m'a emmenée nulle part, il m'a simplement ennuyée parce qu'une fois l'assimilation des informations réalisée ('tention faut trier !), les pages sonnent creux et se suivent longues comme des jours sans fin. L'auteur a pourtant tenté de nous horrifier, de nous dégoûter, mais rien n'y fait. le lien empathique avec Emilie est inexistant et les "mystères" entourant son incarcération dans l'institut longs à être dévoilés sans tambour ni trompette.
Mon voyage s'est arrêté tôt dans l'ouvrage, dans le cabinet du médecin, avec Thomas. C'est dire si la suite de l'histoire m'a été pénible.
Ajoutons à cela la langue utilisée (version québécoise bien différente du français par certains vocables) et vous achevez ma détermination à coter ce livre avec enthousiasme.
Pourtant, voilà qui est fait : une seule étoile pour la tentative.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   14 novembre 2017
J’appris de nouveau ce que c’était que d’être respectée ; la violence et l’érotisme se scindèrent ; l’azur et la noirceur se dissocièrent de ce ciel rougeoyant où se consumait mon existence. Quel bonheur de se combler soi-même ! Mes doigts effleuraient mon clitoris avec la légèreté d’une plume, je frémissais de plaisir. La chaleur des flammes de concert avec le feu qui brûlait en mon sein éveillèrent une partie de moi que je croyais à jamais éteinte. Ne pouvant contenir ce reflux de volupté, j’empoignai dans un spasme mes seins de ma main libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Dragan1305Dragan1305   10 mai 2019
L'écorce, sans s'éteindre, chuta de plusieurs mètres, son halo de lumière éclairant les parois de pierres couvertes de mousse sur son passage, jusqu'à ce que, projetant un frisson jusqu'aux racines de mes cheveux, il illuminat le corps maigrelet et décomposé d'un enfant qui grimpait à la corde. Un cri de panique explosa de ma gorge nouée,je revins en courant sur mes traces. Je craignais que la porte ne fut verrouillée, que je dévinsse à nouveau prisonnière de cette nature hostile, mais à ma plus folle surprise je la vis s'ouvrir à mon passage et se refermer d'elle même derrière moi, la chaîne, par des mains invisible et habiles, fut remise en place au même instant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SaiwhisperSaiwhisper   22 juin 2018
Je ne réfléchissais plus. Ma conscience s’effritait tel le rocher sans relâche agressé par les vagues impitoyables. Tout ce que je me contentais de faire était d’aligner un pas après l’autre. Si la vie refusait que je m’éloignasse d’elle, c’était qu’elle avait encore à m’offrir. Il me fallait maintenant trouver quoi ?
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   22 juin 2018
La réalité me frappa alors comme l’éclair : où aller, maintenant ? J’avais, jusqu’à ce moment, été guidée d’une mort à une autre, mais s’il n’y avait plus une âme à assombrir, qui m’aurait indiqué le chemin ?
Sotte que j’étais, il en restait bien une !
La mienne.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   14 novembre 2017
Il m’était inconcevable, impardonnable, d’avoir, même malgré moi, assouvi les désirs de ce monstre ; inconcevable d’avoir eu son corps dans mon corps, sa semence fangeuse en moi. J’aurais voulu me doucher, me laver la bouche à l’alcool, me vider de mon sang souillé, me couper ces cheveux qu’il avait empoignés sauvagement, et fuir le plus loin possible.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
644 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre