AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782896490448
Éditeur : VLB Editeur (01/09/2008)
3.77/5   67 notes
Résumé :
Dans la conclusion de cette grande saga historique, deux sages-femmes au caractère bien trempé doivent faire des choix douloureux. Pendant que Léonie Montreuil désespère de réussir à assurer la pérennité d'un savoir ancien trop souvent tourné en ridicule, sa fille Flavie est prête à tout pour s'affranchir des conventions qui constituent une entrave aux ambitions des femmes et à leur liberté d'action. Des opposants déterminés, dont un outrecuidant jeune médecin, espè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 67 notes
5
4 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
1 avis

kouette_kouette
  24 novembre 2015
La saga historique d'Anne-Marie Sicotte est idéale pour découvrir Montréal au coeur du XIXe siècle.
On sent que l'auteur a effectué de nombreuses recherches pour étoffer son roman de faits véridiques.
Évidemment, c'est avant tout la condition de la femme à cette époque qui reste en mémoire à la fermeture du livre. Entre résignation pour certaines, atterrement pour d'autres ou volonté farouche de changer les choses pour les rares courageuses, on visite cette époque au travers de regards féminins. Mais tous les pans qui constituent une vie sont abordés.
Si je n'ai mis que quatre étoiles à ce tome, c'est parce que durant la première moitié du livre, soit durant une année, Flavie, notre sage-femme avide de savoir et de liberté, vit au sein de la communauté utopiste créée par John Noyes à Oneida aux États-Unis où se pratique le communisme sexuel. Si j'ai été sensible aux raisons (oppression de la femme par les hommes et les catholiques) qui ont poussé notre Flavie à s'y réfugier, j'ai trouvé le développement des idées religieuses de cette communauté long. Il faut dire que je suis une athée convaincue et que toute idée me parlant d'amour de Dieu me laisse un peu de marbre...
Mais ce n'est qu'un tout petit bémol personnel.
Oeuvre instructive et passionnante que je recommande vivement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AnitaMillot
  27 juillet 2020
1853. Flavie a quitté le Bas-Canada et a rejoint son amie Marguerite en Amérique, dans la communauté d'Omeida, dirigée par Father Noyes.
De son côté, Léonie sa mère voit ses souvenirs de jeunesse bouleversés par la mort du Docteur Nicolas Rousselle, terrassé (pratiquement dans ses bras) par une crise cardiaque foudroyante, lors d'une visite professionnelle à la Société Compatissante.
S'il se montrait régulièrement méprisant et arrogant avec les sages-femmes, il n'en fut pas moins son premier amoureux quand elle avait à peine dix-huit ans, dans sa ville natale de Longueuil …
Il sera remplacé par son fils, Jacques Rousselle, au grand regret de Léonie qui aurait préféré que son gendre Bastien lui succède, quand bien même Flavie et ce dernier s'étaient séparés (provisoirement ne pouvait-elle s'empêcher d'espérer …)
Ce troisième et dernier opus m'a un peu moins passionnée que les précédents, je dois bien l'avouer. Ceci étant probablement dû au fait que Flavie puisse être séduite par une communauté sectaire, détail relativement incompatible avec le personnage auquel l'auteure nous avait habitué … On y espèrait de même une ouverture vers une émancipation féminine qui n'est pas encore au rendez-vous (il est vrai qu'il faudra encore attendre près d'un siècle pour en voir l'épanouissement …)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cecile70
  13 juin 2016
Très déçue par ce roman...
J'avais beaucoup aimé le premier tome, un peu moins le deuxième et pas du tout le troisième.
Je n'ai pas compris pourquoi l'auteure nous emmenait sur cette histoire. Flavie se retrouve dans une secte au départ, il n'y ait plus trop question d'accouchement, les personnages sont caricaturés....
J'ai eu beaucoup de mal à lire et à finir ce roman. En résumé, je ne le conseille pas. Dommage pour cette trilogie qui avait pourtant bien commencé.
Commenter  J’apprécie          110
ConfidencesLitteraires
  07 mars 2016
Peut-être mon tome préféré parmi les trois !
La première partie alterne les histoires de Flavie à Oneida et de Léonie à Montréal. C'est toujours aussi intéressant, mais assez frustrant de voir Flavie s'écarter et s'endoctriner, même si elle tente de garder l'esprit clair. On doit aussi se farcir peut-être un peu trop de théologie… Mais la deuxième partie… J'ai tout simplement adoré. Moins de politique, moins de sociologie, juste l'histoire qui se dévide, avec son lot de rebondissements et d'émotions.
Flavie a une psychologie un peu spéciale dans ce tome : elle essaie de se construire une carapace contre les émotions quand elle souffre ou qu'elle doute trop. Mais son couple avec Bastien est vite devenu mon couple littéraire préféré. Tout simplement parce qu'ils sont incroyables, mais vrais.
L'évolution de l'histoire donne envie de la reprendre depuis de début, pour mieux suivre et comprendre les changements dans les personnalités et les relations des personnages.
Un petit bémol : après trois livres de l'auteure, on commence à se rendre compte que son écriture comporte pas mal de répétitions ! Des « débougriner » en veux-tu en voilà, par exemple, et beaucoup de phrases exclamatives dans la narration, ce qui fait un peu étrange.
C'est une grande fresque historique, qui dépeint sur une dizaine d'années la vie quotidienne à Montréal au 19° siècle, avec pour toile de fond les combats des sages-femmes pour faire reconnaître leurs aptitudes, envers et contre les préjugés masculins, les dogmes religieux et la société bourgeoise !
Une très belle découverte !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Arweeeen
  09 février 2019
Et voilà, c'est fini...
Ayant adoré les deux premiers tomes, je me suis empressée de commencer le dernier. J'ai préféré la deuxième partie, même si elle commence sur un évènement assez tragique. J'ai été assez dérouté par les choix de Flavie dans la première partie, car j'avais pensé quelle était plutôt contre ce genre d'idée.
Évidemment, sans vouloir me répéter, l'écriture, les personnages, les quelques faits historiques relatés m'ont enchanté. Au terme de ma lecture je me sens assez triste de devoir dire au revoir à Flavie et Léonie, Bastien, Catherine, Marguerite, Simon, Marie - Claire et Françoise...
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
stephanie91stephanie91   24 août 2015
Bastien parle à son épouse Flavie, d'un opercule du siècle dernier "l'art de péter", rédigé par un érudit:
" cet érudit dit que péter est une chose utile, selon lui, et il faut le faire selon les règles et avec goût. Si les pets ne trouvent pas de sortie, ils attaquent le cerveau par une prodigieuse quantité de vapeurs qui rendent l'homme mélancolique et frénétique et ils l'accablent de plusieurs maladies très fâcheuses, dont des fluxions qui se forment par la distillation des fumées de ces météores sinistres."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
stephanie91stephanie91   23 août 2015
Flavie s'entretient avec l'évêque venu lui signifier que les manuels qu'elle utilise pour former les futures sages-femmes sont considérés comme pervers...et qu'ils corrompent l'âme des jeunes filles....
" Monsieur l'évêque ma longue expérience m'a permis de comprendre que la perversité se trouve bien davantage dans l'esprit de ceux qui lisent que dans la plume de ceux qui écrivent."
Commenter  J’apprécie          60
stephanie91stephanie91   23 août 2015
"Devant le silence sceptique de Flavie, Marguerite poursuit en lui décrivant les deux forces opposées à l'œuvre dans l'univers:
l'Esprit divin, qui représente la puissance, la vie, la croissance, et l'Esprit malin, le parasite par excellence qui, trop souvent encore, corrompt les âmes, même ici, à Oneida!"
Commenter  J’apprécie          50
missmolko1missmolko1   17 août 2015
Moi, j’avais l’idéal de réformer le monde par l’instruction. J’avais l’idéal de répandre les lumières du savoir. Je croyais dur comme fer que le bonheur universel était à ce prix. Seule une instruction poussée ferait des hommes – et des femmes – des citoyens à part entière, aptes à exercer leurs droits civiques, à faire respecter la justice et l’harmonie.
Commenter  J’apprécie          10
kouette_kouettekouette_kouette   24 novembre 2015
- Si je me sens parfaitement bien aux côtés d'un seul homme, pourquoi je devrais combattre cet attachement ? Ce n'est pas de la jalousie ni de la possessivité, mais le désir de me rassasier de bonheur.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Anne-Marie Sicotte (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne-Marie Sicotte
La chronique de Gérard Collard - Coffret Poche
autres livres classés : sages-femmesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2425 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..