AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2915995052
Éditeur : L'or des fous (22/05/2006)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« “Éteignez vos allumettes, poètes et rimailleurs ! Et léguez vos quatorzains fêlés aux ciriers ! Car voilà qu'arrive celui qui vous a brisé les jambes.” C'est ce qu'annonce Thomas Nashe dans la première édition d'Astrophil et Stella, cinq ans après la mort de Philip Sidney. [...] Quelle que soit la “sincérité” (Ndle: L'amour qu'il aurait porté dans sa vie à Stella) que l'on accorde au poète Sidney dans ces cent huit sonnets et onze chants, n'en reste pas moins qu'i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Tiephaine
  10 octobre 2017
Une oeuvre majeure de la poésie anglaise classique malheureusement trop peu connue, dans une édition française largement à la hauteur de l'enjeu littéraire.
Je dois bien le reconnaître, je ne connaissais pas Sir Philip Sidney avant de l'apercevoir dans la liste masse critique du mois de septembre 2017 (Merci à Babelio et aux éditions L'Or des Fous !), et pourtant je suis un amoureux de la poésie anglaise.
Ce texte est pourtant majeur à plus d'un titre. D'abord, son ampleur: 108 poèmes et 11 chants, tous consacrés à l'amour que porte leur auteur, Astrophil, à Stella, incarnations poétiques de Philip Sidney et de Pénélope Devereux. Un tel corpus n'est pas sans évoquer l'Hypnerotomachia Poliphilii, bien qu'il en soit également fondamentalement différent. Ensuite, par son sujet: l'Amour, éperdu mais également déçu, respectant les codes de l'amour courtois, dont l'aspect chevaleresque apparaît en filigrane à une époque où, pourtant, la chevalerie est déjà en désuétude depuis longtemps.
Il ne manque à ce corpus que l'évocation de la Nature pour faire de lui un texte romantique, près de deux siècles avant Byron.
Il ne s'agit clairement pas d'un corpus que l'on lit rapidement, enchainant les poèmes sans réel souci de ce qu'on lit. Si la qualité de ceux-ci n'est pas égale, ce qui n'est pas très étonnant ni anormal au vu de l'ampleur du corpus, chacun de ces poèmes mérite d'être lu et apprécié à sa juste valeur, et ceci d'autant plus que se perçoit au fil des textes l'évolution des sentiments de leur auteur et de sa relation avec celle qui occupe ses pensées. Un très beau corpus à découvrir, en prenant son temps.
Les éditions L'Or des Fous ont adjoint au corpus poétique la Défense de la Poésie, du même auteur, un essai qui nécessite néanmoins d'être replacé dans son contexte historique et intellectuel pour être apprécié à sa juste valeur. Philip Sidney y est parfois de mauvaise foi, ce qui génère de sa part des commentaires assez cocasses (il affirme par exemple la supériorité de la Poésie sur L Histoire pour révéler l'exactitude des faits passés...), mais son érudition n'est pas en doute et donne un texte finalement touchant par sa sincérité et son amour d'un art qui, à l'époque, était décrié voire méprisé.
Cet ouvrage bénéficie d'une très belle traduction, malgré quelques petites imperfections qui baissent le niveau général à quelques reprises mais qui ne trahissent néanmoins jamais le texte originel. Surtout, l'éditeur a réalisé ici un excellent travail, avec un papier de qualité, une traduction excellente et une mise en page sans coquille, et ce, sans reprendre une traduction du 19e siècle et percluse de trahisons et de défauts comme c'est trop souvent le cas chez les éditeurs parisiens. le format de l'ouvrage est parfaitement adapté pour une lecture agréable, et finalement, le seul défaut que je puisse lui trouver est que la présentation, de très bonne qualité, est trop concise.
Une excellente lecture, une très belle découverte, pour une oeuvre magnifique et dans un écrin parfaitement adapté: un vrai livre à découvrir!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Eclyan
  19 octobre 2017
Avant de commencer cette chronique j'aimerais remercier le site Babelio qui a organisé l'opération Masse Critique qui m'a permis de chroniquer ce roman, et à la maison d'édition l'or des fous.
Mon avis n'a été altéré en aucun cas.
Ce livre en regroupe deux : on va retrouver en première partie les 108 poèmes et 11 chansons qu'écrivit Sidney à Stella, une jeune femme de qui il était tombé amoureux. En deuxième partie, nous trouverons un essai qui défend la poésie sous toutes ses formes.
Ce n'est vraiment pas le genre de livres que je lis en règle générale. Je suis très très loin d'être une pro en poésie élisabéthaine et je n'ai lu ce roman que parce qu'il a été une source d'inspiration aux sonnets de Shakespeare, auteur que j'apprécie beaucoup. Je n'ai pas non plus l'habitude de critiquer de la poésie ; la chronique est donc assez brève.
En première partie, nous avons donc nos poèmes. Ce sont des sonnets, toujours de même construction, et on retrouve des chansons aussi. Ils sont dans l'ordre chronologique ; et on va y suivre l'évolution de la relation entre le poète et sa muse. J'ai trouvé les poèmes très joli, même si au bout du vingtième, on se rend compte que c'est souvent un peu la même chose… Ce n'est pas gênant dans le sens où ce n'est vraiment pas le genre de livres que l'on va lire d'un coup ; c'est le genre de manuscrits dans lequel on pioche un peu au hasard…
Pour l'essai, je dois avouer que c'est quelque chose de très dense et très fourni : les essais des années 1500 ne sont vraiment pas faciles d'accès, et Sidney va faire énormément de références à la littérature grecque, ce qui rend le tout un peu difficile pour un néophyte comme moi. Malgré cela je l'ai trouvé assez intéressant bien qu'assez oubliable (il faut dire que je n'ai pas non plus compris grand-chose…)
En conclusion, je n'ai pas grand-chose à dire sur ce livre. J'ai été un peu victime de mon envie de découvrir de nouvelles choses, et peut-être était-ce un peu trop nouveau pour moi pour que je puisse l'apprécier pleinement. le tout est beau mais finalement très oubliable si on le lit d'un coup. Je n'ai pas vraiment aimé, même si j'ai trouvé cette expérience dans une autre littérature qui n'a rien à voir assez intéressante ; mais je ne suis absolument pas le public visé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
clotildebore180691
  11 octobre 2017
Je ne suis pas une grande lectrice de poésie (et encore moins de poésie anglaise) et j'avoue, je ne connaissais pas du tout Sir Philip Sidney. Ce fut une découverte. Les poèmes s'enchainent avec fluidité et je me suis retrouvée petit à petit aspirée. Je n'ai pas lu d'une traite la partie poèmes et chansons mis je la retrouvait avec plaisir.
La seconde partie est un peu plus difficile à lire et à digérer car elle fourmille de références, mais elle n'en demeure pas moins toute aussi intéressante.
Un très beau livre pour les amoureux de la poésie.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LordesfousLordesfous   02 septembre 2017
« ... La poétique présentée par Sidney dans sa Défense de la Poésie était extrêmement radicale, elle allait bien plus loin que l'esthétique néoplatonicienne de la proportion et de l'harmonie ; en quête de la bonté, de la beauté et de la vérité, Sidney mettait en question les essences platoniciennes et voulait trouver la réalité parmi les phénomènes de la nature telle qu'elle pouvait être observée. C'est d'autre part avec une acuité extrême qu'il présente l'essence de la poésie, sans la réduire à la seule forme versifiée, qu'il analyse la poésie de ses prédécesseurs directs et de ses contemporains. On peut très bien imaginer la Défense de la Poésie comme un écrin dans lequel Sidney a posé Astrophil et Stella, le tout formant un des plus beaux ensembles structurés poétique de l'époque élisabéthaine... » Extrait de la préface de Bernard Hoepffner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : chevalerieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2635 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre