AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070696178
400 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (17/01/2013)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Fin du XIXe siècle, Elijah Twain est le capitaine du Lorelei, un bateau à vapeur qui navigue sur l'Hudson, dans l'État de New York. Quand il trouve sur le pont une sirène blessée, il la recueille secrètement, la soigne et tombe peu à peu sous son charme. Parce qu'il veut en savoir plus sur cette créature, Twain se retrouve au coeur d'un drame dont aucun occupant du bateau ne sortira indemne. Car nul ne peut côtoyer une sirène sans en payer un jour le prix.
Un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  18 janvier 2015
Mai 1887, à bord de la Lorelei, un vapeur arpentant l'Hudson River. le capitaine Elijah Twain, de bon matin, aperçoit un cerf dans l'eau qui finira par disparaître totalement dans les profondeurs marines. Quelle drôle de vision! Dieudonné Lafayette, le propriétaire du bateau, a assisté aussi à ce spectacle et en sera totalement troublé. Il faut dire que son illustre frère, Jacques-Henri, a disparu dans d'étranges conditions. N'ayant plus aucune nouvelle et ayant remarqué un comportement bizarre les jours précédents sa disparition, l'on supposa qu'il s'était noyé dans l'Hudson. Dieudonné passa son temps à éplucher ses carnets de bord et ses notes pour tenter d'y trouver la moindre explication. En vain... Petit à petit, il reprit goût à la vie notamment grâce aux femmes qu'il ne cessait de convoiter et de charmer, même celles qui étaient mariées. le capitaine Twain espérait ainsi voir Lafayette reprendre correctement le flambeau. En ce 25 mai, la journée s'annonce longue. Les heures et les minutes semblent interminables pour Twain. Et pourtant, un événement invraisemblable va venir perturber sa journée. Dans la soirée, se promenant seul sur le vapeur, il remarque une femme accrochée au bastingage. Au moment de la sortir de l'eau, il découvre une sirène...
Il aura fallu pas moins de 10 ans à Mark Siegel pour nous plonger dans les eaux froides et mystérieuses de l'Hudson. L'on fait la rencontre avec son capitaine, Elijah Twain, un personnage calme et sérieux, se livrant parfois à écrire des poèmes et de Lafayette, homme excentrique, bavard et multipliant les relations avec la gent féminine. Si l'on se laisse porter par ce récit fantastique et d'aventures et si l'on tend un tant soit peu l'oreille pour écouter le mélodieux chant de la sirène, la balade n'en sera que plus passionnante et dépaysante. En 400 pages, l'auteur nous offre un scénario dense empli d'imaginaire, d'amour et de poésie. le trait charbonneux, les nuances de gris et les paysages maritimes desservent parfaitement cette ambiance onirique et enivrante.
Sailor Twain... bienvenue à bord de la Lorelei...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
Crossroads
  06 avril 2015
Voici deux modestes conseils pour apprécier pleinement Sailor Twain :
A/a/1 : ne surtout pas s'affoler de l'épaisseur du bestiau.
Ornithorynque : ne surtout pas s'affoler du trait un brin déstabilisant.
Bienvenue à bord du Lorelai, fier bateau à vapeur qui remonte l'Hudson inlassablement. A sa barre en véritable peau de licorne, le capitaine Twain, dépositaire officiel de ce récit hors norme. S'il s'était intéressé a minima à l'Odyssée d'Ulysse, il aurait appris qu'il n'était jamais bon de côtoyer une sirène. Ignorant totalement la chose commune, c'est pleinement confiant de son acte salvateur à l'égard de cette sardine, taille XXL, qu'il allait écrire la légende la plus étonnante qui soit.
Il serait illusoire de tenter résumer ce monstrueux roman graphique au trait charbonneux et minimaliste, l'essentiel étant de se laisser transporter en ce monde onirique et mystérieux.
Sailor Twain est un pavé qui s'apprivoise.
Le postulat de départ, avoir l'esprit ouvert et pas mal de temps devant soi car de fait, ces 400 pages au trait épais et bicolore nécessitent une belle dose de patience.
Pour ce qui de la notion de plaisir, Sailor Twain remplit largement le cahier des charges en vous faisant voyager physiquement et spirituellement.
Du bon boulot !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Shan_Ze
  21 avril 2016
Sur le bateau à vapeur, le Lorelei, il se passe des choses curieuses : Jacques-Henri a disparu, son frère, Lafayette, multiplie les conquêtes et le capitaine Elijah Twain croit voir un cerf plonger dans le fleuve Hudson !
Une couverture qui avait accroché mon regard et pourtant, j'ai eu du mal à embarquer sur le Lorelei. Les dessins sont particuliers, j'ai été fascinée par les grands yeux de certains personnages mais en même temps, difficile de mettre un nom sur chaque tête. de plus, Siegal fait des allers-retours dans le passé et présent, il faut être attentif ! Une fois, le rythme temporel et les personnages imprimés, j'ai pris plaisir à suivre cette histoire même si j'attendu longtemps qu'il se passe quelque chose. La patience paie… j'ai même été surprise par cette accélération subite de tempo !
Une histoire de sirène aux Etats-Unis, à la fin du XIXe siècle, que j'ai apprécié. Mark Siegel met de jolies images pour cette légende fantastique qui mêle amour et fonds bleutés. N'ayez pas peur des 400 pages et jetez-vous à l'eau !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Mladoria
  09 septembre 2016
Que voilà une bande-dessinée passionnante !
Une histoire d'envoûtement qui fait résonner les sirènes du XIXème à nos oreilles. le crayonné et les aplats brumeux servent habilement l'atmosphère mystérieuse qui entoure cette histoire.
Les personnages sont attachants, parfois drôles et assez caustiques, tout à fait dans la veine de l'époque.
On glisse avec délices sur le fleuve Hudson et on s'enivre de cette fable aquatique.
Une très belle découverte que je conseille aux amateurs du genre comme à ceux qui aiment les intrigues bien ficelées.
Commenter  J’apprécie          140
Taraxacum
  25 septembre 2014
D'étranges êtres peuplent l'Hudson. C'est en tout cas ce que le capitaine d'un vapeur doit admettre en y repêchant une sirène, blessée d'un terrible coup de harpon à la queue. Il fait un pacte avec elle: il la soignera et la cachera jusqu'à ce qu'elle soit en état de replonger,mais jamais, jamais elle ne doit lui faire entendre son chant. le marché conclu, on se laisse peu à peu happer par la vie à bord du vapeur, qui semble toujours si répétitive alors que la bateau monte et descend le fleuve, mais n'est en fait que l'eau qui dort. Les passagers vont et viennent mais l'équipage est toujours là et il semble qu'il se passe d'étranges choses à bord. Quid du comportement de Lafayette, le propriétaire? Est-ce simplement un cavaleur amateur de jupons ou est-ce plus compliqué? Et qu'est devenu son frère, le fondateur de la compagnie, mystérieusement disparu? Lafayette semble persuadé qu'il est vivant, mais alors pourquoi ne quitte il jamais le fleuve pour le chercher? Et ce mécanicien sourd est louche aussi...
La première chose qui frappe en ouvrant cet album est le trait: tout en noir et blanc, très doux et expressif, il convient parfaitement à l'ambiance onirique et se marie parfaitement avec le récit. le récit en lui même est riche et nuancé, avec un scénario que j'ai trouvé très bien pensé. Un petit mot quand même sur la sirène: c'est une figure mythologique que je trouve parfois un peu sexiste, la vilaine femelle séduisant les pauvres mâles sans défense et les menant à leur perte sans qu'on comprenne trop ce que ça lui apporte, ça va cinq minutes mais franchement, ça manque complètement d'originalité depuis Homère et ça vire parfois au cliché. Ici, cet écueil est évité: la sirène a ses propres motivations, qu'on découvre petit à petit, et d'autres personnages féminins intéressants émaillent le récit. Un en particulier, mais ce serait vous gâcher une révélation qui n'arrive pas tout de suite d'en dire plus.
Je l'ai lu et relu avec plaisir et maintenant qu'il faut que je le rende à la bibliothèque, je vais vous avouer un truc: j'ai très envie d'aller l'acheter!
Une délicieuse découverte que je recommande chaudement.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (8)
Telerama   27 février 2013
L'auteur s'évertue moins à lever tous les mystères qu'à entretenir l'ambiguïté d'un entre-deux romanesque, qui tient en haleine par la grâce d'un dessin « atmosphérique » au crayon et au fusain, évocateur de mélancolie brumeuse et de menace sourde.
Lire la critique sur le site : Telerama
BDSphere   22 février 2013
(...) Nul ne peut côtoyer une sirène sans en payer le prix. Dans la plus pure tradition littéraire américaine, Mark Siegel livre un récit fleuve de près de 400 pages dans lequel s’entremêlent plusieurs histoires d’amour. (...)
Lire la critique sur le site : BDSphere
ActuaBD   12 février 2013
Le dessin de Siegel n’est pas d’une virtuosité ébouriffante, mais cela importe peu : on se laisse entraîner par le récit aussi sûrement qu’un malheureux marin séduit par une funeste mélopée.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   07 février 2013
Une merveille d’ambiance, charmante et inquiétante, qui suinte le poisseux du fleuve.
[...] Une magnifique histoire d’amour, chevaleresque, trouble et sensible.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BulledEncre   07 février 2013
Sailor Twain est à la fois un hommage à la littérature américaine et une œuvre humaniste et critique indiscutablement actuelle.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   04 février 2013
Un dessin qui révèle peu à peu ses charmes, jusqu’à captiver le regard du lecteur, une fable tragicomique empreinte de sensualité, baignée de nostalgie.
Lire la critique sur le site : BDGest
Lexpress   31 janvier 2013
Le trait presque enfantin déroute un peu au début, mais il reste finalement cohérent et maîtrisé, embarquant le lecteur dans un voyage surprenant, palpitant, émouvant.
Lire la critique sur le site : Lexpress
BullesEtOnomatopees   28 janvier 2013
Conte dans l’Amérique du XIXe, on y croise le merveilleux et quelques figures tutélaires que sont Twain et Hawthorne. Le récit est rythmé à merveille et les crayonnés, alternant réalisme quasi documentaire (notamment dans le rendu des bateaux) et symbolisme, apportent énormément. Un beau coup de cœur !
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
SioSio   10 mars 2013
- Tu dois me promettre quelque chose. Je m'occupe bien de toi. Je te donne à manger et je te raconte des histoires. Et je t'aide à guérir de cette terrible blessure. Tu dois me promettre que tu ne me feras jamais entendre ton chant.
Et elle le fit. Elle promit.
Ce soir-là, j'écrivis un poème.
Commenter  J’apprécie          40
Shan_ZeShan_Ze   09 mars 2016
Quiconque excite mon cœur, mon esprit ou mon bas-ventre... je peux l'aimer.
Commenter  J’apprécie          140
MladoriaMladoria   09 septembre 2016
Le désespoir préfère la discrétion. Certains démons hurlent et rugissent. Celui-là chasse en silence.
Commenter  J’apprécie          90
marina53marina53   18 janvier 2015
Le désespoir préfère la discrétion.
Commenter  J’apprécie          231
BibliotekanaBibliotekana   03 novembre 2013
-Je courais plus vite que mes démons à l'époque. Du moins le croyais-je.
-Vous m'aviez toujours semblé jovial.
-Oui naturellement. Le désespoir préfère la discrétion. Certains démons hurlent et rugissent. Celui-là chasse en silence.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Mark Siegel (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Siegel
Davy Mourier présente les albums de la Sélection Jeunesse ép. 1 "5 Mondes T1 - le Guerrier de sable" de Xanthe Bouma, Matt Rockefeller, Mark Siegel, Alexis Siegel et Boya Sun Ed. Gallimard
Lire les 1ères pages : http://bit.ly/5mondes
Programmation et infos sur www.bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @actudufauve #partageonslaBD
autres livres classés : sirènesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3812 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..