AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782371020832
568 pages
Éditeur : Lumen (15/09/2016)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 61 notes)
Résumé :
Échappés de leurs cercueils, M. Savage, surnommée Em, et ses compagnons ont parcouru des kilomètres de couloirs envahis d'ossements, affronté la faim et la soif, combattu un redoutable ennemi, les Adultes, avant de pouvoir enfin sortir du piège dont ils étaient prisonniers. Mais arrivés sur Omeyocan, le monde qui leur est destiné, les jeunes survivants déchantent vite...

Pour protéger et nourrir son peuple, à présent constitué de centaines d'enfants, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
MelM
  14 décembre 2016
20/20
Coup de coeur
Après bien des péripéties et bon nombre de sacrifices, Em et son groupe ont réussi à s'échapper du vaisseau dans lequel ils se sont réveillés, poursuivis par des êtres tout droit sortis de leurs pires cauchemars: les Adultes. Menacés, terrassés par la faim et la soif, c'est non sans pertes qu'ils s'envolent en direction de la planète qui leur est destinée depuis toujours: Omeyocan. Mais une fois à destination, il leur reste encore bien des choses à accomplir pour se sentir pleinement en sécurité. Tiraillés par des conflits internes et des bribes de leurs passés remontant à la surface, les adolescents doivent aussi affronter les actuels occupants d'Omeyocan, peu accueillants. Cette planète est-elle vraiment la plus adaptée à leurs besoins? Les souvenirs qui leurs reviennent petit à petit ne vont-ils pas menacer l'équilibre du groupe? Les adolescents sont-ils vraiment en sécurité sur Omeyocan?
Alive, le premier tome de la trilogie The Generations, fut vraiment un magnifique coup de coeur pour moi et après la fin pleine d'action et de suspense que ce premier opus nous offrait, je n'avais qu'une envie: découvrir la suite des aventures de Em et des autres adolescents. Je vous avoue tout de suite que Scott Sigler a su réussir l'exploit d'écrire un deuxième tome de trilogie aussi bon que le premier, selon moi, et qui m'aura donc une fois de plus arraché un coup de coeur. Tout est vraiment aussi passionnant, palpitant et addictif que dans le premier tome, les personnages et l'univers s'approfondissent et il reste une part de mystères immense à découvrir: en somme, le cocktail parfait pour passer un moment de lecture plus qu'excellent. Si, comme moi, vous êtes tombés amoureux de la trilogie, de la plume et de l'imagination de l'auteur, des personnages et de l'univers dès le premier tome, je peux vous assurer que vous ne serez pas déçus par cette suite!
Dès l'ouverture du roman, on retrouve les personnages que l'on avait découverts et que l'on avait appris à connaître lors du premier tome. Avec Alight, Scott Sigler parvient à redémarrer son récit sur les chapeaux de roues, presque immédiatement après les évènements de la fin du premier tome, sans perdre tout ce qui en fait une lecture exceptionnelle à mes yeux. La transition entre le premier et le deuxième tome se fait donc extrêmement facilement, sans heurts et avec beaucoup de logique puisque l'auteur nous fait faire un petit bon en avant dans le temps qui ne peut qu'être bénéfique. Parvenus sur Omeyocan, l'installation du nouvel univers des personnages, de tous ses secrets et ses mystères se fait à un rythme parfait, sans pour autant freiner l'action et les révélations. Si je ne m'attendais pas à atterrir directement sur Omeyocan dès la première page de ce deuxième tome, le choix est très judicieux et je dois bien avouer qu'il n'a que des bénéfices pour la suite de l'histoire. Tout se remet en place en souplesse et même si votre lecture du premier tome date un peu, vous n'aurez aucun mal à vous y retrouver, car l'auteur place quelques habiles rappels dans les premières pages de son récit.
Ces petits rappels sont vraiment glissés avec maîtrise dans l'histoire, sans prendre le pas sur les nouveaux évènements que nous suivons. Et je peux vous dire qu'il y en a un sacré nombre, de ces nouveaux évènements, parce que Scott Sigler a véritablement une imagination débridée, qu'il met au service de sa trilogie et de son intrigue. J'adore toujours autant la façon d'écrire de l'auteur, la vivacité, la fougue et toute la crédibilité qu'il nous fait passer à travers ses mots. Sa plume est fluide, sans lourdeur mais aussi riche en détails. Il y a quelque chose de magnétique, d'addictif dans sa manière décrire, et bien sûr, la nappe de mystères qui flotte encore sur son univers n'y est pas pour rien. C'est aussi grâce à la pluridisciplinarité de son récit et des genres qu'il exploite que Scott Sigler fait de sa trilogie non seulement une excellente lecture young adult mais aussi une magnifique découverte pour les lecteurs plus âgés en quête d'action dans un univers à la frontière entre les genres de la science-fiction et du fantastique.
C'est d'ailleurs là l'un des points que j'aime le plus dans cette histoire: son univers si particulier, totalement unique en son genre et qui ouvre énormément de possibilités en ce qui concerne les genres utilisés et donc l'ambiance, l'atmosphère que possède le récit. Dans le premier tome, nous avons découvert un univers bien particulier dont je ne vais rien dire ici, pour ne pas faire trop de spoilers, mais en tout cas, le nouvel univers que nous appréhendons dans ce deuxième tome est vraiment radicalement différent, mais l'ambiance et le contexte dans lequel les personnages évoluent sont toujours aussi tendus, et donc, par extension, toujours aussi addictifs et parfaitement prenants. J'avais déjà adoré toute cette tension, cette lourdeur dans l'atmosphère, et cette épée de Damoclès qui flottait au-dessus de la tête de nos personnages lors de ma lecture du premier tome de cette trilogie et ici, j'ai retrouvé exactement tout ce qui avait contribué à mon coup de coeur pour l'opus précédent. Trop fréquemment, les deuxièmes tomes de série sont moins bons que leur prédécesseur mais avec Alight, Scott Sigler a vraiment tout maîtrisé du début à la fin pour nous offrir un tome un nouvelle fois parfait, autant sur le fond que sur la forme. Un coup de maître!
L'intrigue est elle aussi menée à la perfection, avec de nombreux fils conducteurs, tous plus intrigants les uns que les autres. L'auteur sait faire peser une chape de mystère, autant sur son univers que sur ses personnages et leur devenir. En effet, Omeyocan semble cacher bon nombre de secrets, que nos personnages vont devoir percer à jour s'ils espèrent pouvoir y vivre en paix. Mais cette planète a déjà accueilli des personnages étranges et continue à le faire aujourd'hui.... Em et ses compagnons peuvent-ils avoir confiance en ces étrangers? Peuvent-ils apprendre quelque chose d'eux? Ou sont-ils une plus grande menace pour leur vie que les Adultes? le nouvel univers sur lequel nous débarquons en compagnie de Em, Bishop, O'Malley, Aramovski, Gaston, Spingate et les autres, est donc lui aussi essentiel à l'intrigue et sait nous tenir en haleine au moins aussi bien que les questionnements qui nous taraudent toujours au sujet des différents personnages, de leurs personnalités et du lien possible avec les symboles sur leurs fronts.
En effet, les personnages, leur passé, les Adultes et surtout, tout ce qu'ils ne savent pas à propos d'eux mêmes constituent l'un des noeuds centraux de l'histoire. Si l'auteur laisse entrevoir quelques réponses vraiment alléchantes dans ce deuxième tome de la trilogie, je suis certaine que le troisième et ultime tome nous réserve encore de belles surprises et de grandes découvertes à ce niveau-là.
Cette amnésie, qui commence plus ou moins à se dissiper, n'empêche pas les personnages d'avoir tous leur petit caractère qui nous les rend plus ou moins attachants. J'adore toujours autant Em, sa façon de jouer le rôle de leader, même si parfois elle peut être un peu sanguine, je la trouve très crédible et ses failles la rendent plus humaine à mes yeux. Concernant les deux "mâles" qui gravitent autour d'elle, je les aime autant l'un que l'autre. O'Malley est très posé, réfléchi et dévoué à Em, tout en étant parfois très vulnérable. Tandis que Bishop est une force de la nature, un guerrier, extrêmement protecteur envers Em. J'adore ces deux personnages, qui ont des particularités qui me les rendent encore plus attachants. de plus, l'évolution de chacun des personnages est très intéressante à découvrir et j'ai hâte de découvrir la suite de leurs aventure, le plus rapidement possible.
Au niveau des autres personnages, j'ai une certaine affinité pour Spingate et Gaston, dont la relation est tellement mignonne et touchante qu'on ne peut qu'avoir envie de les protéger à tout prix. Je déteste toujours autant Aramvoski mais je vous laisse découvrir pourquoi. Il y a aussi des petits nouveaux dans ce tome, comme Barkah et Lahfah, que j'ai beaucoup aimé apprendre à connaître même si mon avis concernant l'un d'entre eux reste mitigé.
Une partie de l'intrigue repose d'ailleurs sur ces nouveaux personnages, qui contribuent à offrir un rythme particulièrement haletant à un récit déjà survitaminé. Scott Sigler donne vraiment un rythme dingue à son roman et qui pourrait ne pas aimer ça? Franchement, j'ai été complètement scotchée, complètement envoûtée de la première à la dernière page et, mieux que ça, j'ai été surprise de bout en bout par les révélations de l'auteur, les rebondissements et les nouveautés qui sont parsemées dans le récit. Si j'avais plus ou moins deviné certaines choses, cela n'ôte rien au plaisir que j'ai eu à la lecture et la plupart des révélations et des rebondissements furent de vraies surprises pour moi bien que l'auteur ait distillé quelques indices au court du récit. J'ai vraiment adoré ma lecture de la première à la dernière page et je suis vraiment extrêmement heureuse de ce que l'auteur a fait de ce deuxième tome, qui s'avère être aussi excellent que l'était le premier.
de plus, les derniers chapitres sont vraiment riche en tension et en émotions. Les personnages s'affirment et se dévoilent encore plus et j'ai déjà hâte de voir ce que va devenir l'équilibre fragile qui s'instaure dans les derniers temps de l'histoire. Surtout que Scott Sigler a vraiment le chic pour clore les tomes de sa trilogie sur un cliffhanger assez important, qui termine en apothéose son récit et remet tout en question. Les dernières pages m'ont laissée sur les fesses, elles sont diaboliquement efficaces et je suis plus que pressée de pouvoir lire la suite et fin des aventures de ces merveilleux personnages dans le troisième tome de la trilogie, Alone.
Les +: Comme pour le premier tome : TOUT!
Les -: ///
En conclusion, Alight est un deuxième tome de trilogie qui fait aussi bien que son prédécesseur et qui est donc une nouvelle fois un immense coup de coeur pour moi. À mon sens, tout est une nouvelle fois vraiment absolument parfait dans cet opus. L'univers, qui a énormément évolué depuis le début du premier tome, reste toujours autant addictif, et son atmosphère tendue et oppressante n'y est pas pour rien. de plus, l'imagination et la plume de l'auteur sont vraiment des éléments non négligeables et indéniablement positifs pour l'histoire. J'adore tout ce que Scott Sigler a su faire avec son récit, autant au niveau de l'évolution de l'univers que de celle de l'intrigue et de ses personnages, terriblement attachants. En effet, Em, Bishop et tous les autres constituent un point d'approfondissement important pour le récit et sont des personnages vraiment très complexes et humains, qui ne sauront vous laisser indifférent. Autre point: le rythme du récit, les rebondissements et les révélations sont vraiment superbes, menées d'une main de maître par l'auteur au fil des pages, pour nous amener à une fin haletante, qui ne peut que donner des sueurs froides et une folle envie de découvrir la fin de l'histoire, rapidement je l'espère.
En somme, avec ses deux premiers tomes brillants, la trilogie The Generations a déjà su trouver sa place dans mon coeur et j'espère qu'elle vous plaira autant qu'à moi!
Lien : http://story-of-books.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aelynah
  08 octobre 2016
Petit récapitulatif du tome 1 :
Em et les autres rescapés des cercueils se sont réunis au hasard de leurs pérégrinations dans ce qui leur semblaient être des souterrains. Ils ont créé des clans et quelques inimitiés se sont mises en place. Cependant un petit noyau dur reste ferme dans ses positions. C'est ainsi qu'Em s'est retrouvé à la tête des Renaissants. Elle est secondée et épaulée par O'Malley, Bishop et ses cercle-étoiles mais aussi Spingate et Gaston. Leur avenir devenant restreint et fortement compromis sur ce qu'ils ont découvert comme étant un vaisseau spatial, ces jeunes adultes accompagnés des enfants retrouvés ont combattu les adultes restants et réussi à fuir du Xolotl vers la planète Omeyocan, leur nouveau foyer.
J'ai retrouvé avec joie et un brin d'appréhension les personnages de The Generations.
Les voici donc arrivés à bon port, ou du moins sur la planète qui leur était destinée. Pourtant la vision idyllique attendue n'en est pas totalement une.
Cette planète luxuriante et verdoyante semble abandonnée et cependant ils découvrent à peine arrivée qu'elle a déjà abrité des peuples et des civilisations aux restes de bâtiments effondrés et en ruine qui se cachent sous la végétation.
Je n'ai pas été fortement surprise je l'avoue d'y découvrir des pyramides à degrés lors de la découverte de Omeyacan par nos héros. Je l'ai été plus lorsque l'auteur les a nommés Ziggurats (édifice religieux à degrés constitués de plusieurs terrasses et surmonté généralement d'un temple) qui est un terme plus mésopotamien qu'aztèque. Je pinaille, je l'avoue mais cela m'a choquée sur le moment. Ensuite plongée dans le récit j'ai oublié ce détail et n'ai plus songé qu'à frémir devant les découvertes et les nouveaux rebondissements qu'il nous laissait sur notre chemin.
Car cela ne pouvait pas être si simple : atterrir, s'installer et enfin vivre en communauté libre et heureuse.
Outre des dangers inhérents à la planète, les vieilles inimitiés ont la dent dure. Em doit encore et toujours lutter contre les tendances religieuses exacerbées d'Aramovski, les élans chevaleresques et protecteurs de Bishop et O'Malley, les sentiments naissants des uns et des autres mais surtout contre elle-même.
Em, nous l'avions vu est la Renaissante de Matilda, personnage fort peu sympathique au demeurant que nous avions eu la « chance » de découvrir dans le tome 1. Elle s'est cependant distinguée de son « modèle initial » par ses choix de vie et surtout les événements qui l'ont forgée durant la lutte contre les adultes sur le Xolotl. Elle semble cependant avoir gardé au fond d'elle un reste de cette Matilda ou du moins est-ce ce qu'elle pense au départ lorsqu'elle ressent des émotions parfois dures et sauvages comme une colère exacerbée, de la jalousie et surtout une montée de violence surprenante. Em reste notre personnage principal de par sa fonction mais aussi son évolution que nous suivons avec attention. On voit toute cette histoire par ses yeux et peut-être cela nous donne-t-il un aperçu faussé de certains événements. C'est là que l'auteur nous pousse à réfléchir aux conséquences de ses décisions et aux effets sur le reste du groupe.
Car bien évidemment elle n'est pas la seule à évoluer. Leur présence dans le vaisseau, leurs découvertes vont les amener tous à retrouver des bribes ou des pans complets de souvenirs.
Les amis d'hier peuvent-ils à tout instant devenir les ennemis de demain ? est une question que l'on aurait tendance à se poser au vu de réactions parfois ambigües chez certains. D'autres réussissent sans aucun problème à nous faire les détester au premier regard, comme Aramovski. Bien entendu l'auteur nous pousse un peu à cette extrémité du fait de l'inimitié existante entre lui et Em mais je l'avoue son côté ultra-religieux m'a hérissé le poil à de nombreuses reprises.
Ce deuxième tome nous emporte toujours plus loin dans leur installation, leur recherche de nourriture et de bonheur.
Hélas les choses ne se passent pas si bien que cela. Des indices leur prouvent qu'ils ne sont pas les seuls êtres vivants dotés d'intelligence sur cette planète. de plus, la nourriture stockée dans le Xolotl n'est pas infinie et ils doivent trouver des substituts au risque de mourir de faim.
La vie va donc se dérouler dans un contexte social tendu et peu à peu les tensions sous-jacentes vont réapparaître pour devenir dominantes.
On parlera alors de Guerre, d'extermination, de vie nouvelle aussi.
Ce tome est vraiment un concentré d'événements et de remise en question. Les personnages passent par divers états de pensée qui nous les rendent encore plus proches ou plus détestables. Car au fil des pages on se prend à espérer, à vouloir améliorer les choses et surtout à croire, non pas en un Dieu du Sang tout puissant mais en cette jeunesse qui veut psychiquement s'émanciper des Adultes.
Em ainsi que d'autres vont aussi découvrir la signification profonde de leur signe. Et cela ne va aller sans heurts ni remise en question. Doivent-ils garder en tête cette distinction ou au contraire se faire leur propre civilisation nouvelle et indépendante ?
Beaucoup d'émotions dans ce tome, d'appréhension, de violence aussi mais surtout des enfants qui ont grandi trop vite et vont devoir faire face à des décisions d'adultes avec le recul de leur jeune réveil et les souvenirs glanés petit à petit dans leur mémoire.
Le final va nous pousser à pousser un seul et unique cri « Pourquoi ? ». Et c'est avec impatience que je vais attendre le tome suivant car Scott Sigler a su instiller en moi le besoin d'en savoir plus, de découvrir ce qu'il va advenir d'eux tant sa manière d'écrire est prenante et nous happe dans le scénario. Mélange de science-fiction, de dystopie et de jeunesse, cette série possède de nombreux atouts pour plaire au plus grand nombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
orbe
  15 septembre 2016
Des enfants atterrissent à bord d'une navette sur la planète qu'ils devaient coloniser.
Ils arrivent avec leurs scissions, marqués par les symboles différents sur leurs fronts mais aussi leur prise en compte souvent opposée des réalités et des priorités.
Ils souhaitent tout à la fois découvrir tous les secrets et connaissances de leur vaisseau et partir explorer ce nouveau monde.
La faim se fait rapidement sentir et ils doivent absolument trouver de la nourriture sur cette terre étrange qui se révèle très vite dès plus dangereuse…
Un roman d'aventure mais aussi de science-fiction. Em, le personnage principal, doit réussir à fédérer et tenir uni ses troupes afin de donner une chance à leur échappée de réussir. Les personnages sont nombreux et l'intrigue dense
Mais les surprises seront nombreuses avec au premier plan la découverte des autres habitants.
La question de la différence, de toutes les différences est centrale. Elle est mise en parallèle avec celle de la nature de chacun.
Sommes nous prisonniers de notre clan et de notre passé ou bien au contraire pouvons nous agir en dépit de ce qui nous a constitué, de notre héritage ?
Un final explosif permet une conclusion en réalité toute en finesse qui relativise toutes nos certitudes.
A la manière d'Avatar, on assiste à un affrontement entre plusieurs civilisations au sein desquelles existent toute sortes d'arrivisme mais aussi d'altruisme.
Un bon roman efficace qui fait suite à “Alive” qui raconte l'épopée initiale et qui devrait avoir selon toute vraisemblance une suite même s'il clôt véritablement cette première aventure et peut se lire indépendamment.
A découvrir !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
April-the-seven
  19 octobre 2016
Je remercie infiniment les éditions Lumen pour leur confiance. le premier tome de Scott Sigler m'avait fait forte impression. le mystère collait à la peau et on oscillait entre malaise et curiosité. Après les explications finales, j'étais curieuse de savoir ce que l'auteur nous réservait par la suite. J'avais le sentiment qu'il gardait encore de nombreuses cartes dans sa manche. de fait, j'attendais quelque chose d'assez sensationnel, riche en tension et en émotion. Je ne me suis pas trompée. J'y ai même trouvé plus – beaucoup plus ! – que prévu…
À partir d'ici, la chronique comportera des spoilers très importants. Si vous n'avez pas lu Alive, je vous déconseille fortement de poursuivre.
Em et ses compagnons ont finalement réussi à rejoindre Omeyocan, laissant les Adultes en orbite. Ils sont décidés à se construire une vie bien méritée sur cette nouvelle planète qui ne semble attendre qu'eux. Seulement les choses se gâtent très rapidement. Les réserves s'épuisent, les conflits internes se révèlent au grand jour et des dangers règnent en maître sur la planète. le compte à rebours a commencé. S'ils veulent survivre, ils vont devoir s'organiser, coopérer et livrer une lutte acharnée. La pauvre Em est de plus en plus sous pression et sa position de chef va la propulser en premier plan dans cette aventure uniquement guidée par l'instinct de survie.
Commençons déjà par ce qui fâche : les mauvais points. Pour être honnête il n'y en a qu'un seul, très vite occulté par toutes les qualités que nous offre cette aventure ahurissante. J'ai malheureusement trouvé que l'histoire commençait trop lentement. Il m'a été difficile de m'immerger au début, et comme Em et les autres, j'ai dû patienter un petit moment avant de m'habituer aux lieux, à l'atmosphère – bien différente du terrifiant huis clos de Alive – et aux nouveaux enjeux. Après une petite centaine de pages, la magie a commencé à opérer et j'ai vraiment pu me régaler.
Car c'est le premier mot qui me vient en tête, Alight est un régal. Scott Sigler tape haut et fort, il nous prouve de bout en bout qu'il a pensé à tout, que rien n'est acquis et que tout peut encore basculer. Il serait vain de vous décrire l'étendue de tout ce que le roman m'a évoqué, mais je suis passée par un caléidoscope d'émotions à l'état brut. Je me suis surprise à haïr certains personnages, à en aimer d'autres, certaines scènes étaient un supplice, ni plus ni moins, et d'autres me filaient la chair de poule.
Loin des clichés de Young-Adult, Scott Sigler brime ses personnages, il les met face à leurs doutes, leurs hésitations et leurs pires cauchemars. Combien de fois ai-je été contrainte de refermer le livre, simplement pour respirer quelques minutes et échapper à toute la pression générée par cette histoire ? Ce n'est pas très compliqué : Alight, c'est 568 pages sur la corde raide.
Parlons personnages, maintenant. Dans Alive, j'avais eu un mal fou à cerner Em. Elle-même se connaissait peu, et certaines de ses propres réactions la choquaient. Difficile de comprendre un personnage qui ne se comprend pas… Dans Alight, les choses ont sensiblement évolué. La vérité, c'est qu'Em n'est pas là pour qu'on l'aime ou qu'on la déteste. Elle est là, c'est tout. Efficace et parfois dure, même envers ses plus proches amis, elle tente de rester digne et de ne pas se laisser submerger par la situation de plus en plus critique. Scott Sigler n'essaie pas de nous la rendre sympathique, car Em n'est pas une personne constante. Elle est complexe et peut paraître désagréable et imbue d'elle-même. le plus étrange, c'est que je me suis beaucoup attachée à elle dans cet opus, et ses élans, qui auparavant ne m'inspiraient pas confiance, prennent peu à peu tout leur sens. Em est une héroïne comme on n'en fait plus, tout simplement. Elle a un grand coeur, même si elle peine à l'exprimer, et elle est indécise et pas infaillible. Contrairement au premier tome, elle se remet régulièrement en question, commence à douter d'elle, de ses capacités et de sa place de leader.
Sa position est plus instable qu'on ne le croit dans Alight. On est aux premières loges pour découvrir la dynamique de groupe. Pour Em qui est aux commandes de tout ce petit monde, les choses se compliquent. Entre les mutineries, le danger du dehors, la menace invisible des Adultes et la survie pure et dure… Rien n'est rose sur Omeyocan et l'équilibre du groupe est sans cesse en péril. Comment garder en vie trois cents enfants et adolescents ? Em n'a pas terminé de cogiter à ce sujet…
Concernant les autres personnages, j'ai beaucoup aimé Bishop (ses airs de grand colosse timide sont parfaitement attendrissants) ainsi que Spingate. Par contre, j'ai eu un énorme problème avec Aramowski.
Aramowski... le simple fait qu'il soit là et qu'il ouvre la bouche me donnait envie de lui arracher la langue. Ce personnage est tout bonnement insupportable ! À chaque fois qu'il intervenait dans l'histoire, je mettais au point tous les sévices qu'il serait bon de lui faire subir. Au lieu de contribuer à la survie du groupe, il engendre de nouveaux problèmes et rend la situation plus corsée de jour en jour. le pire, c'est qu'il s'en gargarise et invoque sa religion, toujours sa religion.
La palette de personnalités n'est pas là par hasard. Chaque personnage représente un mode de pensée, un rouage de notre communauté. le groupe mené par Em est une microsociété qui cherche à se construire, à s'établir et à se défendre. On y trouve des frictions, des insurrections et des idées qui divergent les unes des autres. le travail de Scott Sigler est impressionnant, sur ce coup-là.
En résumé, Alight est une suite bluffante qui a frôlé le coup de coeur de très près. Malgré un début un peu trop lent à mon goût, ce roman présente des qualités très appréciables. Les amitiés se nouent et se dénouent, les interrogations se pressent sur nos lèvres, et Scott Sigler ne laisse absolument rien filtrer, pour notre plus grande frustration. Au niveau de l'intrigue, on a affaire à un véritable page-turner, et le côté humain n'est pas en reste non plus. Vous aurez sans doute envie de pleurer, d'assassiner et torturer quelques personnages au passage… mais vous aurez surtout une envie folle de découvrir le troisième et dernier opus de The Generations.

Lien : http://april-the-seven.weebl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire-une-passion
  06 octobre 2016
RISQUES DE SPOILERS DU PREMIER TOME !
Pour ceux qui me suivent, vous savez que le premier tome ne me tentait absolument pas, et qu'au final je l'ai lu et adoré. Eh bien sachez que ce tome 2 est encore au-dessus du premier. Une véritable bombe ! Une fois que je me souvenais de ce qu'il s'était passé dans le précédent, je peux vous dire que les pages ont défilé à une allure ahurissante ! Et plus j'approchais de la fin, plus j'étais frustrée de pas avoir le tome 3 ! vous l'aurez compris, ça été une excellente lecture, très, très proche du coup de coeur !
Nous retrouvons donc Em, qui avec ses compagnons, s'est échappée de son cercueil. Après avoir parcouru des kilomètres de couloirs envahis d'ossements, affronté la faim et la soif, combattu les Adultes, ils sont arrivés sur Omeyocan, le monde qui leur est destiné. S'ils pensaient enfin pouvoir se reposer un peu, ils déchantent rapidement. En effet, d'autres épreuves les attendent, et pas toutes de bonne augure... Arrivés dans un lieu qu'ils ne connaissent pas, ils vont devoir cependant prendre sur eux, et surtout, rapidement trouver de la nourriture, pour les centaines d'enfants qui sont sous leur garde, mais aussi pour eux-mêmes. Autant dire que ce n'est pas si simple, surtout quand on ne sait pas ce qui est comestible ou non.
J'ai énormément aimé ce second tome, tout d'abord parce qu'on découvre un nouvel univers, alors qu'on vient à peine de quitter l'ancien, qui est assez atypique. Ce nouveau nous intrigue encore plus, car même si on arrive à mieux imaginer où ils sont, on se doute que leur vie n'en sera pas pour autant plus douce, bien au contraire. Mais ce que j'ai encore plus aimer, c'est le fait que ceux qu'on a rencontré dans le premier opus ont énormément grandi psychologiquement. Certes, ils n'ont pas le choix, ayant à leur charge des plus jeunes qu'eux, néanmoins, beaucoup auraient baissé les bras. J'ai été beaucoup touchée par Em, qui dans le premier tome m'avait un peu agacée. Ici, j'ai adoré la voir évoluer à ce point et prendre des décisions qui n'iraient pas forcément dans son sens. le point principal qu'elle tient à tenir, c'est sauver son groupe, au risque de mettre sa vie en péril.
Cette fois, il va être assez difficile de vous décrire chaque personnage, étant donné que leur nombre augmente fortement. Évidemment, nous retrouvons les personnages principaux, comme Spingate, la meilleure amie de Em. Elle devient encore plus son pilier et ses idées et choix sont importants pour elle. Bien qu'elle m'ait déçue à un certain moment, il n'empêche qu'on ne peut que s'attacher à elle, en fait. Ensuite, il y a Bishop. Pour le coup, je me suis moins attachée à lui, peut-être parce que je n'étais pas aussi centrée sur la relation qu'il entretient avec Em, mais plus sur l'intrigue, qui m'a vraiment prise aux tripes. Pour O'Malley, j'ai eu quelques réserves, je l'avoue. Je ne savais pas trop sur quel pied danser avec lui. Il est de plus en plus mystérieux, et cela m'a gênée, dans le sens où je ne savais pas si on pouvait lui faire lui confiance ou non.
Parlons un peu de l'intrigue... Et encore, j'aurais tellement de choses à vous dire ! Mais c'est à vous de découvrir le principal, encore une fois. Car pour ne pas changer, l'auteur a encore réussi à me surprendre, et pas qu'un peu. Il a vraiment réussi à inventer son propre univers, avec ses codes et ses coutumes. Très judicieux et la sauce prend immédiatement. J'avoue avoir un passage qui ressort plus des autres, que j'ai vraiment, vraiment aimé, mais je n'en dirai pas plus, pour ne pas spoiler. Sachez juste que, comme les personnages, l'auteur nous met une sacré pression psychologique et nous fait nous poser énormément de questions. Au-delà du côté fiction, c'est un livre très psychologique, qui remet constamment notre esprit en jeu. On se questionne sur la vie, sur les choix que nous pourrions faire si un tel cas nous arrivait, si, comme Em, on se jetterait dans la gueule du loup pour protéger les plus jeunes, et surtout, comment on s'y prendrait. Au-delà du côté fiction, c'est vraiment un livre qui fait réfléchir, du moins, à mon sens.
En résumé, c'est un second opus qui m'a époustouflée, tout d'abord par la plume de l'auteur qui nous transporte littéralement, puis par son univers totalement addictif et poussé à son maximum. L'évolution des personnages est aussi l'un des gros points forts du récit. Il me tarde réellement de lire le dernier tome, pour enfin avoir toutes les réponses aux questions. Mais sachez qu'avec ce tome 2, vous aller crier, pleurer, être en colère et être touchés par certains personnages. En tous les cas, c'est sincèrement une série que je vous conseille de découvrir rapidement !
* Je remercie Lumen et Emily pour leur confiance ! *
Justine P.
Lien : http://lireunepassion.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Cathy971Cathy971   05 janvier 2017
Le garçon que j'aime est mort. Maintenant, je dois le tuer une seconde fois. Je tends la main, sens au creux de ma paume la poignée que mes doigts serrent sans hésiter. Un seul geste, ferme et rapide, et la lame glisse de son fourreau. O'Malley s'en rend compte et baisse les yeux pour découvrir son arme dans ma main. Il ouvre la bouche - comme pour crier " non " -, mais il n'a pas le temps de prononcer quoi que ce soit. Je le frappe. La pointe du couteau traverse sa combinaison, lui transperce l'abdomen et s'enfonce jusqu'au thorax. L'arme ne s'arrête que lorsque la garde bute contre la peau. O'Malley émet un don entre le soupire et la toux.
- Tu l'as tué... soufflé-je.
Lorsque je dégage la lame, le sang gicle et inonde ma main jusqu'à la manche. Du sang rouge.
- Je l'aimais et tu l'as effacé !
Je le poignarde une deuxième fois, de bas en haut. O'Malley affiche un masque d'incrédulité. Yeux écarquillés, bouche bée, il secoue la tête, imperceptiblement, comme s'il disait " Non, ce n'est pas possible. " Puis son expression change. Son regard se teinte de chaleur et d'amour. C'est le vrai O'Malley...mon O'Malley...et il sourit !
- Merci...murmure-t-il.
[...]
- Tiens bon, Kevin ! Je vais te sortir de là.
Il m'agrippe par les épaules avec le peu de force qui lui reste. Ses doigts s'enfoncent dans ma combinaison.
- Trop tard, balbutie-t-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
lenoir_emilie_72lenoir_emilie_72   13 février 2018
Les avertissements de Brewer me reviennent en tête : notre futur dépend de notre ignorance du passé. Il n'appartient qu'à nous de faire de ce monde ce que nous souhaitons.
Commenter  J’apprécie          20
LaurapassageLaurapassage   23 septembre 2016
Des guerriers de douze ans. Bien qu'ils aient élevés pour ça, ils n'ont pas l'apparence de soldats. Ils ressemblent à des poupées, habillées pour jouer à la guerre.
Commenter  J’apprécie          10
LaurapassageLaurapassage   23 septembre 2016
Je lis tellement d'émotions sur les visages qui me scrutent - fierté, dégoût, respect et doute, amour, peur et angoisse. Nous sommes bien trop nombreux pour que nos sentiments soient unanimes.
Commenter  J’apprécie          00
LaurapassageLaurapassage   23 septembre 2016
Je suis le vent... Je suis la mort.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Scott Sigler (69) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Scott Sigler
Alive de Scott SiglerUn danger mortel vous guette au détour de chaque couloir !
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quizz sur "the generation"(Alive, Alight, Alone),la trilogie bestseller de Scott Sigler !

Quelle est la première personne qu'Em trouvera et aidera à son réveil ?

Aramowski
K.O'Malley
T.Spingate
R.Bishop

11 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Alone de Scott SiglerCréer un quiz sur ce livre