AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2371020699
Éditeur : Lumen (11/02/2016)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 154 notes)
Résumé :
« J’ouvre les yeux dans le noir. Le noir total. J’entends ma propre respiration, mais rien d’autre. Je soulève la tête – elle bute sur une surface solide, qui ne bouge pas d’un pouce. Il y a un mur juste devant mon visage. Non, pas un mur… un couvercle. »

Em se réveille dans les ténèbres, seule, entravée dans un espace confiné qui ressemble à un sarcophage. Elle sait que c’est le jour de son anniversaire mais… c’est tout. Elle ne se rappelle ni son no... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (91) Voir plus Ajouter une critique
Ichirin-No-Hana
  22 mars 2017
Une jeune adolescente se réveille totalement perdue et amnésique dans une sorte de petit cercueil dont elle réussira difficilement à sortir. Elle sait seulement que c'est le jour de son anniversaire et qu'elle s'appelle, selon la dalle du cercueil, "M. Savage" (elle se fera appeler Em tout le long du roman). Tout autour d'elle, d'autres cercueils sont présents dont certains semblent contenir des personnes encore vivantes d'après les appels à l'aide qui en sortent. Alive est un roman dystopique à destination des adolescents à l'ambiance plutôt particulière, mais qui fût très décevant pour ma part.
Pfff... Mouais. Voilà les premières choses qui me viennent à l'esprit à l'écriture de cette critique. Pour tout vous avouer, je n'ai même pas pu terminer le roman (à seulement 50 pages de la fin). Et pourtant, cela commençait super bien : l'ambiance glauque du récit, l'amnésie de l'héroïne qui nous immerge totalement et qui nous intrigue. J'avais vraiment envie de comprendre l'univers et de savoir comment nos personnages en étaient arrivés à se retrouver enfermés dans ces cercueils. Mais au bout de quelques chapitres, l'intrigue n'avance pas, on tourne en rond. Les personnages marchent, se plaignent, se battent pour savoir qui sera le chef, marchent, marchent, se plaignent... Et voilà... A un moment, il se passe quand même quelque chose (ouf), et étonnamment (pas de le bon sens) les passages sont d'une extrême violence . Je n'ai absolument pas compris. J'ai trouvé ces moments plutôt longs et d'une violence beaucoup trop crue pour un roman adolescent sans pour autant que cela apporte réellement quelque chose au récit.
Malheureusement, je ne trouve rien pour rattraper le roman. Les personnages n'ont aucune personnalité et sont interchangeables. L'héroïne n'a aucune nuance et je n'ai pas toujours compris ses décisions. L'écriture plutôt travaillée au début du roman, devient plutôt banale par la suite. de plus, tout le long du récit, aucun indice, aucun élément de résolution n'est donné aux lecteurs. L'intrigue fait du sur-place et on n'a rien à se mettre sous la dent. On en vient même à oublier toutes nos questions du début tant l'ennui est là et on attend plus qu'une chose : la fin du roman.
Beaucoup d'autres membres de Babelio ont aimé ce roman, je vous conseille donc de vous faire votre avis par vous-même. Je conçois que j'ai été particulièrement virulente avec ce roman et je suis surement passé à côté de nombreuses choses. Alive était surement la lecture de dystopie adolescente de trop. La comparaison avec d'autres séries dystopiques ne lui est pas favorable. Dommage, l'idée de départ était plutôt originale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
deidamie
  03 mars 2018
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, je viens vous parler d'un roman pour ado, Alive, de Scott Sigler.
Or donc Em se réveille dans une sorte de sarcophage, s'en extirpe avec difficulté, délivre d'autres jeunes enfermés eux aussi. Ils sont tous convaincus d'avoir douze ans, mais se rendent compte très vite que leurs corps sont ceux de jeunes adultes dans des vêtements trop petits… puis, tous se mettent en marche pour sortir de ce lieu mystérieux.
-Mais ç'a l'air passionnant ! du Mystère, de Terribles Secrets…
-Moui. A l'air seulement. Ce roman contient de bonnes idées, mais il m'a amèrement déçue.
J'ai mis plusieurs pages à mettre le doigt sur ce qui m'irritait de façon si déplaisante, quand soudain la vérité me sauta au visage comme un Facehugger*.
-Quelle vérité ?
-J'ai détesté le traitement des physiques des personnages. Quel intérêt de rappeler de temps en temps que les jupes sont trop courtes, que les seins vivent leur vie à l'étroit dans des chemises trop petites ? Bizarrement, je ne me souviens pas d'une seule description de pantalon ridiculement court sur les garçons. le tout ne sonne pas vrai, pas sincère.
-Oh, mais, Déidamie, les hommes, c'est pas pareil…
-Si, c'est pareil, mais en homme, c'est tout. Je n'ai pas aimé non plus la façon dont l'héroïne-narratrice s'attarde sur la beauté de ses compagnons de route tout en se trouvant piètre en comparaison. Je pensais naïvement que, lorsqu'on est menacé de mourir de faim et de soif, l'heure était à la survie avant tout et non à ces considérations futiles.
En parlant de l'héroïne, son caractère me paraît plâtré, artificiel. J'ai l'impression qu'elle passe d'une émotion à une autre sans cohérence, sans naturel. Les autres personnages sont assez peu subtils, peu approfondis, dommage : j'aurais voulu les connaître mieux.
-Il y a quand même de bonnes idées dans ce roman !
-Oui. J'ai bien aimé toutes les allusions à Sa majesté des mouches. le mystère est entretenu avec talent, l'ambiance oppresse comme il convient, j'ai même apprécié les scènes d'horreur… toutefois, je déplore trop de maladresses, trop de lourdeurs.
Je n'ai pas éprouvé de réelle empathie pour Em, son ton, sa voix ne m'ont pas convaincue. J'ai gardé la désagréable sensation de lire une fille fantasmée et non réelle. Pas « fantasmée » dans le sens « j'écris une fille parfaite », mais au sens de « j'écris un perso féminin selon l'idée que je me fais d'un perso féminin ».
La conclusion ne me satisfait pas non plus, pour des raisons que je ne divulgâcherai pas.
Je garde une triste impression de gâchis. L'idée de ces jeunes enfermés, luttant pour s'échapper et survivre possédait un grand potentiel, hélas abîmé par des portraits trop brouillons et superficiels ainsi que des situations manquant complètement de crédibilité. Je ne lirai pas la suite, Em poursuivra ses aventures sans moi. »
*Monstre agrippant le visage de sa victime dans la saga Alien. Je tenais vraiment à trouver une comparaison moche et désagréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1811
Saiwhisper
  06 septembre 2017
Ce roman, lu en lecture commune avec ma chère Speedy (Fiftyshadesofbooks), m'a fait passer par plusieurs émotions ! J'ai été à la fois conquise, captivée, énervée et déçue. Même en me laissant un peu de temps pour réfléchir, je n'arrive toujours pas à dire si j'ai aimé ou non « Alive »… le début a vraiment été hyper prometteur : on se retrouve dans une ambiance glauque et oppressante avec un groupe de six jeunes amnésiques qui se retrouvent tous enfermés dans un cercueil. Savage, alias « Em », va devenir leur leader en se réveillant avant tout le monde et en démontrant un calme olympien. Ensemble, ils vont essayer de s'échapper de ce qui s'apparente à un labyrinthe sinistre rempli d'os et de dépouilles de tous les âges. Les personnages évoluent dans l'obscurité, affamés et assoiffés. Comme le lecteur, ils sont stressés, à vif et se posent une myriade de questions : Qui sont-ils ? Où se trouvent-ils ? Pourquoi sont-ils tous nés le même jour ? Comment se fait-il qu'ils pensent avoir douze ans alors qu'ils ont un physique d'adulte ? Quels sont ces symboles sur leur front et que signifient-ils ? Comment sortir de ces catacombes où les corps laissés à l'abandon donnent l'impression d'avoir été assassinés ?… Ce huis clos intense m'a plongée dans une atmosphère addictive et malsaine qui a fait que j'ai dévoré les pages avec avidité. J'ai trouvé que la tension montait véritablement en puissance. Les rivalités augmentent progressivement jusqu'à complètement déteindre sur le lecteur qui en devient lui-même paranoïaque. Captivée, je découvrais les révélations avec plaisir et suivais chaque rencontre non sans appréhension pour ce pauvre groupe déjà bien tendu…
Hélas, le soufflet a commencé à retomber lorsque j'ai compris que le schéma narratif était assez répétitif : les protagonistes avancent, se chamaillent, se posent des questions, se battent pour savoir qui est chef, font une découverte, puis repartent. C'est lassant ! Heureusement, certaines rencontres comme celle de Bishop ou une autre près du jardin ont su raviver mon enthousiasme. Toutefois, celui-ci a vite déchanté aux révélations apportées par Brexer et Matilda… Je n'ai pas vraiment aimé cette transition de genre vers le tiers du roman. Je préférais l'ambiance horreur/thriller du début… Je ne veux pas vous en dire plus, car cela gâcherait la surprise, le scénario principal ainsi que tout le contexte. de ce fait, ne lisez pas les quatrièmes de couverture des autres tomes de la trilogie ! Ce serait vraiment dommage… Quoi qu'il en soit, j'ai préféré la première moitié de cet ouvrage, car c'est sombre et prenant. Je tiens cependant à signaler que certains éléments sont durs (on parle souvent de morts) voire violents (en particulier les scènes des cochons sauvages). Gare aux âmes sensibles ! Pour ma part, je trouve que ce sont des choses complémentaires à l'ambiance du roman. Cela dégoûte, effraie et tétanise le lecteur qui ne peut s'empêcher de vouloir des réponses. Honnêtement, chapeau !
Les personnages ont pour avantage d'être en demi-teinte : ils ont tous leur part de bonté, leur face cachée et leur mystère. Em, l'héroïne et narratrice, est une jeune femme réfléchie, amicale et compréhensive… Mais elle est aussi impulsive, lunatique, colérique, violente et possède un sacré ego… Elle m'a énervée à plusieurs reprises… Autour d'elle vont graviter plusieurs personnages comme Aramovski (un garçon manipulateur qui va placer la foi avant le reste, mais qui sait se montrer coopératif et tranquille), O'Malley (un jeune homme qui fait chavirer Em pour sa gentillesse, son écoute, son côté protecteur et sa loyauté, mais qui peut laisser libre cours à sa colère si on le pique au vif), Bishop (un leader fort, puissant, protecteur mais terriblement violent). de façon générale, les autres filles comme Spingate, Bello ou Latu sont plus amicales et semblent ne pas avoir trop d'importance. Toutefois, je suis certaine que ces dames n'ont pas abattu toutes leurs cartes et auront des rôles clefs par la suite. Dans ce premier tome, ce sont surtout les hommes entourant Em et remettant sans cesse en cause son autorité qui vont renverser les situations et apporter un réel dynamisme…
Ce livre m'a réellement partagée : certaines choses m'ont plu (l'atmosphère immersive et oppressante, le début) et d'autres m'ont déçue voire rebutée (les révélations finales et le rythme répétitif). Et vous, comment auriez-vous réagi si vous vous étiez réveillé(e) dans un cercueil, au milieu d'une pièce remplie de lits mortuaires et de cadavres ?… Je lirai peut-être la suite plus tard, car je suis curieuse de voir comment les choses vont évoluer… Néanmoins, je n'en fais pas une priorité. Je remercie Fiftyshadesofbooks pour cette lecture commune et vous invite à aller regarder son avis. Celui-ci est plus enthousiaste que le mien. En attendant, il me tarde de poursuivre « Nil » avec elle…

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Aelynah
  28 septembre 2016
Comme nous le stipule les éditions Lumen, Scott Sigler est un auteur très proche de ses lecteurs et qui sait les tenir en haleine en leur lisant lui-même quelques passages de ses romans.
Les éditions Lumen ont donc suivi sa politique en nous offrant un extrait lu et vécu dont je vous mets le lien ci-dessous : https://m.youtube.com/watch?feature=youtu.be&v=POjE52_vALY
Que vous le lisiez ou écoutiez d'abord l'extrait, la plume de Scott Sigler, l'ambiance qui ressort de ses mots vous entraînent immédiatement.
Il sait poser son atmosphère, nous amener à ressentir ses mots au travers des ressentis du personnage, j'ai vraiment été embarquée rapidement dans ce récit.
J'ai attendu pour le lire de connaitre la date de sortie du tome 2, les échos reçus des autres blogueurs laissant trop la place à la frustration et à un suspens final haletant.
Em est l'héroïne, celle que nous allons suivre principalement puisqu'elle est aussi celle qui s'est "réveillée" la première dans cette salle au fin fond de nulle part. C'est grâce à elle que les autres vont pouvoir s'échapper chacun de leur prison sombre et froide.
Elle se découvre un peu dans les premiers mots qu'elle prononce. Et même si elle semble atteinte d'amnésie, elle semble préférer la réflexion et l'action à l'apitoiement ou la peur.
Lorsque leur petit groupe va se retrouver au complet. Ils seront 6. Six adolescents qui n'ont pourtant pas l'âge de leurs artères. Car quelque chose s'est passé entre ce dont ils se souviennent et le moment de leur réveil. Leur corps a évolué, s'est modifié, ils ont grandi. Pourtant dans leur tête ils ne sont toujours que des enfants de 12 ans.
Cela va apporter des situations complexes et des réactions parfois surprenantes. Car nous les suivons comme si nous pouvions les voir et notre impression d'accompagner de jeunes adultes est troublée par cette façon de réagir enfantine parfois devant l'adversité. L'auteur a su les rendre attachants et en même temps troublants de par ce fait, cette dualité en chacun d'entre eux.
Les suivre va alors s'avérer haletant et vraiment prenant.
Car j'ai particulièrement apprécié le côté instinctif de leurs réactions. Plusieurs hypothèses m'ont alors traversé l'esprit. Expérience?!? Sorte de jeu de survie?!? Ou simplement survivants malheureux d'un conflit oublié?!?
Beaucoup d'éléments tendent dans cette optique mais rien ne semble nous pousser plus dans un sens que l'autre. Et au milieu de cette tension montante, de ces aventures hélas parfois dramatiques, on sent comme une manière pour l'auteur de juger notre civilisation.
Évoluerions-nous de la même façon sans nos préjugés de race, de supériorité ou de religions? C'est une question que l'on peut être amené à se poser aussi hors de leur contexte particulièrement dur et tendu. Car au final, qu'est ce qui, face à l'adversité pousse les uns ou les autres à diriger, soigner, juger ou simplement suivre le reste du troupeau? On pourrait par expérience dire l'éducation ou le contexte social. Mais dans le cas de nos jeunes héros, amnésiques, soit, vierges de toute emprise sociologique, ethnologique ou religieuse, qu'est ce qui va les pousser chacun à suivre un destin plutôt qu'un autre?
C'est vraiment une interrogation qui m'a turlupiné du début à la fin et qui a renforcé mon besoin d'en savoir plus au fil des pages. Car Scott Sigler a semé des indices, des idées maléfiques pour amener le lecteur à imaginer des réponses. Et ce n'est qu'à la fin de ce tome que nous en aurons un véritable aperçu plus réaliste.
Il a mené son scénario avec brio de la même manière qu'Em nous a entraîné dans son sillage. En semant parfois le doute dans l'esprit de cette jeune femme, il a su nous perdre aussi et nous amener à d'autres questionnements encore.
C'est une lecture presque participative que j'ai vécu là. Car à chaque événement je pense que le lecteur peut s'interroger sur sa propre façon de voir les choses, de les gérer et de les assumer. Cela m'a apporté beaucoup sur moi-même en plus d'une lecture passionnante et emplie de tension.
J'aime ces romans qui vous dépaysent et vous poussent dans vos derniers retranchements. Scott Sigler a su nous faire vivre au côté d'O'Malley, Spingate, Bishop ou les autres divers sentiments plus ou moins confus ou acceptables : le doute, la honte, la peur aussi, parfois le soulagement ou la paix mais majoritairement des cogitations intenses.
Alors quand c'est un fantôme qui vient nous donner des réponses, que celles-ci semblent trop irréelles pour ne pas être crues, le choc est rude.
J'ai eu beau avoir imaginé bon nombre de scénarii, je ne m'attendais pas à celui-là et j'avoue que j'ai adoré.
Les derniers chapitres nous en apprennent beaucoup sur le passé mais aussi la possibilité d'avenir de nos jeunes héros et les toutes dernières pages apportent à la fois émotion et frustration.
Me voici donc impatiente de découvrir ce tome 2 de The Générations maintenant que je cerne plus avant le pourquoi de ce titre.
Encore une belle découverte des éditions Lumen que je recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MelM
  20 août 2016
20/20
Coup de coeur
Imaginez que vous vous réveilliez un jour, enfermé dans une espèce de cercueil. Flippant, n'est-ce pas? C'est pourtant ce que va vivre Em. Et quand elle va enfin réussir à se libérer, ce qu'elle va découvrir va encore épaissir le mystère de sa présence ici. Une pièce remplie d'autres sarcophages comme le sien, renfermant d'autres personnes, mortes ou vivantes, sans aucun souvenir de qui elles sont et surtout pourquoi et comment elles se sont retrouvées dans cette situation. Cercles mystérieux sur leurs fronts, pièce quasiment inviolable de laquelle ils doivent sortir pour espérer trouver des réponses mais aussi premiers conflits ne tardent pas à allonger la liste des questionnements qui les tracassent. À chacune de leurs découvertes, c'est d'autant plus de questions qui s'imposent aux survivants des sarcophages. Parviendront-ils à découvrir qui ils sont et ce qu'implique leur présence dans ce lieu étrange? Qu'attend-t-on d'eux et seront-ils à même de venir à bouts de tous ces mystères? Faire les bons choix quand on a aucun souvenir de quoi que ce soit est bien compliqué... mais la découverte de la vérité est parfois pire que l'ignorance.
Oh mon Dieu! Ce livre est tellement parfait! Tellement en accord avec ce que j'aime lire, tellement bizarre et en même temps c'est ce qui fait son charme. Franchement, en achetant ce livre, en lisant son résumé, je ne m'attendais pas à une telle claque. Je savais qu'il y avait de fortes chances pour que j'apprécie ma lecture mais en réalité elle a été bien au-delà de toutes mes espérances. J'y ai trouvé tout ce qui me fait vibrer, tout ce qui constitue un coup de coeur pour moi, sans aucune exception. Alive est vraiment un roman que je recommande chaudement à tous les fans de science-fiction et bien plus encore. C'est tellement difficile de décrire ce roman, il associe science-fiction/fantastique à un thriller légèrement survivaliste écrit de façon à plaire autant aux adeptes de young adult qu'aux lecteurs de romans adultes. Franchement, comment ne pas craquer? Quand on me connaît on sait que Alive est typiquement le genre de romans qui fonctionne à merveille sur moi, et là, j'ai tout simplement été bluffée! J'en redemande!
Déjà dès les premières pages, la sauce prend avec une rapidité et une facilité déconcertantes. C'est quasiment magique, la façon dont l'auteur insuffle la vie à ses personnages, la façon dont il les malmène pour nous amener à les apprécier avant même que l'on apprenne à les connaître. Scott Sigler met immédiatement en place une atmosphère lourde, lugubre et angoissante qui est par la même occasion extrêmement addictive. La mise en place est donc dosée avec justesse, insufflant dès les premiers chapitres énormément de mystère à son récit. Bien sûr, j'ai adoré, j'ai été complètement subjuguée par tout ce que l'auteur construit, petit à petit, page après page, parce que l'on comprend tout de suite que tout sera exceptionnel dans cette lecture. C'est bien simple, j'ai senti que Alive serait un coup de coeur dès les toutes premières pages lues.
Scott Sigler est vraiment un génie! Il m'a captivée avec son récit en un claquement de doigts, et je n'ai pas pu le lâcher jusqu'à la toute dernière page. Sa plume est parfaitement adapté à un roman young adult, fluide, souple et ultra mystérieuse mais aussi totalement capable de happer l'attention de n'importe quel lecteur adulte grâce à son imagination débordante qui ne nous épargne rien, des scènes d'action absolument bien décrites aux scènes plus pénibles, plus crues. Une plume, une imagination et une intrigue juste phénoménales qui forment l'ensemble parfait pour un coup de coeur. de plus, le choix de chapitres courts augmente encore l'addictivité du récit, contribuant ainsi à en faire un véritable page turner d'une efficacité redoutable. Si j'ai dévoré les 463 pages de ce premier tome en très peu de temps, c'est bel et bien que Scott Sigler a trouvé, avec ce premier tome, l'équilibre parfait entre toutes les petites choses qui constituent un roman pour faire de Alive un roman exceptionnel.
Et l'une des choses primordiales pour construire un roman parfait est de créer un univers solide. Autant vous dire que l'univers que l'on découvre dans ce premier tome de la trilogie The Generations correspond on ne peut plus à ce critère. Mais Scott Sigler ne se contente pas d'implanter un univers original, il se permet de le faire d'une façon non conventionnelle. En effet, lorsque l'on démarre notre lecture, on est propulsé dans un univers dont on ne connaît rien... ce qui est aussi le cas des personnages! On ne peut que ressentir la malveillance qui émane des murs qui nous entourent, la méfiance que les personnages éprouvent les uns envers les autres et l'épée de Damoclès qui semble peser implicitement au-dessus de chacun d'eux. Rien que pour cette atmosphère, ce roman vaut le détour. Ça vous prend aux tripes, ça fait se hérisser vos poils, et quand un roman procure ses sensations, c'est vraiment un excellent roman. Et Scott Sigler ne s'arrête pas là puisqu'il nous livre au goutte-à-goutte des révélations concernant ce qu'est vraiment son univers. Et c'est du pur génie. Je ne vais pas en dire plus à ce sujet, tout simplement parce que ce fut tellement phénoménal de découvrir ça, que je ne peux que vous encourager à le faire par vous-même, sans spoilers, juste pour le plaisir de rester bouche bée devant ces découvertes, qui ne sont, j'en suis sûre, que les premières d'une longue série.
Et que dire de l'intrigue qui est au coeur de tout ceci? Elle est ménagée avec beaucoup d'intelligence, elle s'étoffe énormément au fil des pages, passant d'une intrigue que l'on pourrait penser similaire à celle du Labyrinthe de James Dashner, à quelque chose de bien plus élaboré et ce n'est pas peu dire. En effet, ici, personne n'a aucune idée du pourquoi du comment de la présence des personnages en ce lieu et de ce qu'ils doivent ou ne doivent pas faire. Et j'ai adoré ça, être embarquée aux côtés des personnages dans une aventure complètement mystérieuse, dont les tenants et les aboutissants se dévoilent petit à petit dans un flot constant et ultra palpitant de rebondissements qui mettent nos nerfs et ceux des personnages à rude épreuve. À chaque angle de mur, à chaque nouvelle pièce se profilent un nombre incroyable de nouveautés et de retournements de situation. Au départ à la recherche d'une banale sortie, nos personnages vont découvrir qu'ils sont les acteurs, les pions, d'une machination bien plus grande dans laquelle ils sont leurs propres ennemis.
Car les personnages ne sont pas en reste niveau mystère. Ils se réveillent tous en pensant que c'est aujourd'hui le jour de leur douzième anniversaire et ont tous de mystérieux symboles dans un cercle sur leurs fronts. Clairement, l'auteur ne fait pas les choses à moitié puisque même les personnages sont des énigmes pour eux-mêmes, et par extension, pour nous. Chacun a sa propre personnalité avec ses failles et ses parts d'ombres mais aussi ses qualités. Nous suivons un nombre assez important de personnages, que nous découvrons en même temps que Em, la narratrice de l'histoire. Elle semble vraiment être la clé de voûte de toute cette histoire et cela se précise d'autant plus au fil des pages. J'ai vraiment adoré son personnage qui est encore plus fascinant que les autres, qui sont pourtant tous très complexes, plus ou moins attachants mais vraiment très hétérogènes, à l'image d'êtres humains véritables. Chacun a un rôle clé à jouer à un moment donné du récit et j'ai beaucoup aimé l'importance que l'auteur a donné aux différents personnages. Aucun n'est vraiment en retrait par rapport aux autres et c'est un autre atout du roman. de plus, leur fragile cohésion semble être une part importante du récit qui, au fil des pages, tend à les diviser.
En effet, l'auteur n'est pas tendre avec ses personnages, qui subissent au fil des pages des choses toutes plus abominables les unes que les autres. le rythme du récit va vraiment crescendo, propulsant nos personnages dans des situations parfois très dures, que l'auteur n'hésite pas à décrire avec beaucoup de détails. Je préfère donc préciser que certaines scènes sont assez violentes. Personnellement, ça ne m'a pas dérangée puisque cela accentue encore l'ambiance lourde tellement caractéristique du récit. À chaque moment, tout peut basculer et le fait d'avancer sans aucune information, ou presque, est d'autant plus palpitant. L'action est vraiment extrêmement présente et, c'est bien simple, je ne me suis ennuyée à aucun moment. J'ai littéralement dévoré ce premier tome rocambolesque, du début à la fin, comme dans une transe ou une hallucination dont on ressortirait complètement lessivé après 463 pages.
Complètement à la hauteur du récit, les derniers chapitres sont encore une fois un concentré d'action, de rebondissements et de révélations tous plus fantastiques les uns que les autres. Dans les dernières pages, l'auteur nous subjugue encore un peu plus en nous offrant un cocktail de tout ce qu'on a aimé dans son récit et qui nous tient toujours en haleine, jusqu'aux dernières lignes. Une fin oppressante et très bien maîtrisée qui n'est pas un énorme cliffhanger mais qui est assez intrigante pour nous donner envie de nous jeter sur la suite le plus vite possible. Je ne sais pas si j'ai bien décrit tout ce que ce roman m'a fait ressentir et si je lui ai bien rendu justice mais je ne peux définitivement que vous recommander de le lire parce qu'il ne m'aura pas déçue une seule fois au cours de ses 463 pages.
Les +: Tout est vraiment parfait!
Les -: ///
Je pense que vous l'aurez compris, avec tous les compliments que j'ai fait à son égard, Alive fut vraiment une lecture coup de coeur, que je vous recommande extrêmement chaudement. J'ai rarement lu un premier tome de trilogie aussi bien mené, aussi bien pensé, tant au niveau du fond que de la forme, qui sont tout simplement traités de façon magistrale. J'ai tout adoré, de l'écriture extrêmement fluide mais aussi poignante et forte de Scott Sigler à l'univers incroyable et imprévisible dans lequel évoluent des personnages d'une profondeur et d'une complexité quasi humaines, emportés par une intrigue phénoménale aux rebondissements palpitants. Alive est un vrai page turner qui se lit presque d'une traite, dans une sorte d'apnée causée par la fascination qu'il exerce sur son lecteur. Après un tel premier tome, on ne peut qu'espérer que la suite de la trilogie soit aussi parfaite.
En somme, un roman qui plaira au plus grand nombre, j'en suis certaine. Voilà, je suis à court d'arguments et d'adjectifs pour décrire mon amour pour Alive donc, simplement, lisez-le!
Lien : http://story-of-books.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
MlleMargueriteMlleMarguerite   16 mars 2016
La lumière, éblouissante, finit par me tirer des larmes. Secouée de quintes de toux toujours plus violentes, je sens les grains de poussières maculer ma langue et s'insinuer dans ma gorge desséchée, jusque dans mes poumons. Le bruit va sans doute ameuter les tortionnaires qui m'on condamnés à un tel supplice, mais impossible de me contraindre au silence. Complètement aveuglée, je suis trop faible pour bouger.
Je suis purement et simplement à leur merci.
Lorsque ma toux se calme, mon corps perclus de douleur se détend, assez pour me permettre de me redresser. Je ramène les genoux contre ma poitrine, les enlace et me frotte vigoureusement les poignets : la surface irrégulière des barreaux a laissé ma peau à vif.
Il faisait chaud dans le cercueil. Maintenant que j'en ai brisé le couvercle, que je suis sortie de ma coquille, je me retrouve prostrée dans une pièce glacée, secouée de frissons. J'ai triomphé du piège, c'est vrai, mais je n'en suis pas moins seule, épuisée et pétrifiée par la peur.
Où sont mes parents? Pourquoi ne sont ils pas ici avec moi? Et d'ailleurs, où suis-je, exactement?
Je ne reconnais pas les odeurs qui flottent autour de moi. L'air est sec, vicié même. L'endroit sent...la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cathy971Cathy971   11 décembre 2016
- Eh bien, si nous soumettions un vote maintenant, avec ce groupe, je me demande qui l'emporterait.
Même si je n'interromps pas ma course, sa remarque me glace le sangs. Qu'entend-il donc par là ? Il a accepté de m'accompagner pour récupérer le bracelet, mais il s'en ai fallu de peu. Au prochain désaccord, choira)t-il d'emprunter son propre chemin en entraînant à sa suite tous les Cercles-étoiles ? [...] Si nous devions voter maintenant, Bawden, Visca et les jumeaux choisiraient Bishop. [...] L'idée que Bishop puisse tenter de reprendre le pouvoir réveille en moi un sentiment de colère, semblable à la rage que j'ai ressentie quand Yong voulait devenir chef ou quand Aramovski suggéré de prendre la tête des opérations, j'étais déterminée à le frapper...prête à le tuer. Bishop a dirigé une bonne partie de notre groupe pendant un temps. Ressent-il la même haine envers moi que celle que je voue à Aramovski ? Ou à Yong ? De nous tous, seuls le colosse blond est moi avons prie une vie. Je comprends alors pourquoi sa remarque m'affecte à ce point : s'il voulait vraiment commander, il n'aurait pas besoin d'un vote. Nous sommes loin d'O'Malley et des autres. C'est Bishop que les Cercles-étoiles suivent pas moi. S'il venait à le tuer ici, libre à lui d'inventer une histoire à son retour et de s'autoproclamer chef. Et si jamais quelqu'un exige un vote, Bishop le fera taire : il a déjà fait usage de la force pour mater son groupe de marcheurs, alors qui l'empêchera de recommencer ? Je secoue la tête pour me ressaisir. Je deviens folle, Bishop ne le ferait pad le moindre mal. Il m'apprécie, il le dit lui-même. Et ce n'est pas comme s'il m'avait piégée pour l'accompagner jusqu'ici, loin d'O'Malley et du reste du groupe. C'est moi qui ai pour ainsi dire exigé sa présence. Pourtant, j'en viens à espérer que cette mission se termine au plus vite pour que nous puissions rejoindre les autres sans tarder. Mes pensées irrationnelles, ma tendance à perdre le fil... Depuis que je suis éveillée, j'ai du mal à contrôler mes émotions. Une seconde, je suis heureuse, souriante, et la suivante, tristesse, paranoïa et envies de meurtre prennent le dessus. Je n'étais pas ainsi avant, j'en suis persuadée. Nul besoin de me souvenir du visage de mes parents pour savoir que j'étais une petite fille exemplaire. La versatilité de mon cerveau m'effraie peut-être même plus que Bishop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SaiwhisperSaiwhisper   04 septembre 2017
Sauver. Voilà un autre mot synonyme de puissance. Que quelqu'un vienne nous sauver. J'espère que mes parents sont toujours vivants, que leurs os ne gisent pas ensevelis sous la poudre grisâtre. Je ne me souviens ni du visage de ma mère, ni de son nom, mais je sais que je l'aime. Et mon père... s'il m'aime, pourquoi ne vient-il pas me chercher ? J'ai le sentiment que c'était un homme courageux et fort, mais j'ignore si c'est la vérité ou si je réfléchis comme une enfant persuadée que son papa est le meilleur du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SaiwhisperSaiwhisper   07 septembre 2017
Elle me prend dans ses bras pour me serrer à m'étouffer. Non sans grimace, je pousse un cri de douleur involontaire, aussi me lâche-t-elle sur-le-champ.
- Oh, pardon ! Je t'ai fait mal !
- Tout mon corps me fait souffrir, finis-je par admettre avec un rire un peu embarrassé.
Le sourire aux lèvres, Gaston pousse doucement du doigt mon épaule droite, aussitôt traversée par un éclair de douleur sourde.
- Eh, ça fait mal ! Qu'est-ce qui te prend ? m'exclamé-je en m'écartant de lui.
- Je voulais voir si tu disais vrai, explique-t-il, amusé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ichirin-No-HanaIchirin-No-Hana   28 février 2017
Dans mon passé tourbillonnent de vagues murmures, des ombres et des souvenirs qui n'ont sans doute jamais existé, ou alors juste dans mes rêves. La seule réalité fiable demeure ce qui s'est passé une fois l'aiguille plantée dans ma gorge.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Scott Sigler (78) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Scott Sigler
Alive de Scott SiglerUn danger mortel vous guette au détour de chaque couloir !
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quizz sur "the generation"(Alive, Alight, Alone),la trilogie bestseller de Scott Sigler !

Quelle est la première personne qu'Em trouvera et aidera à son réveil ?

Aramowski
K.O'Malley
T.Spingate
R.Bishop

11 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Alone de Scott SiglerCréer un quiz sur ce livre