AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221075791
257 pages
Éditeur : Robert Laffont (26/03/1993)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 71 notes)
Résumé :
Avec le retour de Benjamin, les Donadieu ont repris leur vie coutumière, rythmée par les crues et les décrues de leur "rivière Espérance", la Dordogne. Mais le progrès, mot magique de ce XIXe siècle, leur laisse peu de répit. L'extension du réseau ferré, la concurrence, menée à coups de bas prix par le chemin de fer, réduisent peu à peu à la ruine le commerce fluvial. Benjamin et Marie n'ont plus le choix, il faut quitter Souillac, leur chère vallée, pour monter dan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
ladesiderienne
  26 juillet 2019
Avec ce troisième tome, s'achève ma relecture de "La Rivière Espérance". Je suis déçue qu'elle n'ait pas été à la hauteur des souvenirs que j'en gardais.
Dans "L'âme de la vallée", nous retrouvons Marie et Benjamin, enfin revenu de sa déportation en Algérie pour ses idées politiques. Après quelques années de bonheur à la proue de leurs gabares, ils sont malheureusement contraints de s'exiler plus haut dans la vallée pour se consacrer davantage au commerce du bois, celui de la batellerie étant fortement concurrencé par la nouvelle ligne du Chemin de fer. Mais Marie qui souffre de phtisie s'adapte mal au climat humide et froid. Pendant ce temps, les idées républicaines, tant défendues par Benjamin continuent à s'étendre parmi la jeunesse.
J'ai revisionné également quelques épisodes de la série télévisée que cette saga avait inspiré à Josée Dayan et j'ai compris ma déception. Les souvenirs qu'il m'en reste sont plutôt liés à cette dernière. J'en revois encore les personnages totalement passionnés et passionnants. La réalisatrice avait tout misé sur eux, le décor restant au second plan. Il est vrai que filmer les crues et les décrues, la descente et la remonte de la Dordogne n'était peut-être pas très vendeur. Christian Signol, lui, a mis en scène sa région et la vie de ses habitants au XIXe siècle. Il s'est attaché à montrer l'impact qu'avait eu sur eux l'arrivée du progrès incarné par l'installation de la ligne de chemin de fer Bordeaux-Brive. Il restait peu de place pour la romance.
Roman social pour l'auteur, série sentimentale pour la réalisatrice, voilà où mes souvenirs ont été dupés. J'accorde un 12/20 à ce dernier tome où l'écriture de Christian Signol est toujours aussi talentueuse mais trop descriptive à mon goût.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
Grecie
  02 septembre 2015
Dans ce tome 3 de la série romanesque La Rivière Espérance, on s'éloigne définitivement de la saga télévisée pour aborder des rivages nouveaux. Benjamin et Marie, réunis, vivent heureux à Souillac et sur la Dordogne, qu'ils descendent ensemble jusqu'à Bordeaux avec leurs gabares. Mais voici que survient le chemin de fer. le lecteur sait que les Donadieu ne vaincront pas contre cet ennemi-là. Il ne leur reste qu'une alternative : s'adapter ou partir.
L'adaptation télévisée avait fait de cette réalité tragique un pathos inconsistant, sans rentrer dans le drame vécu alors par tout un monde qui vivait du transport fluvial. le roman, lui, montre cet univers et il montre surtout sa disparition. Dans les dernières pages, les berges sont désertées par les bouviers, les eaux de la Dordogne ne frémissent plus au passage des gabares et le tronc d'arbre sur lequel s'asseyaient enfants Marie et Benjamin a été emporté. Certes, la rivière n'est pas morte, mais elle a déjà changé. C'est, en plus d'un regard lucide sur tous ces mondes socio-culturels qui meurent, une évocation nostalgique du temps qui passe. La fin vibre de cette mélancolie qui parcourt Marie, l'âme sensible du livre, celle par laquelle toutes les émotions passent, tant et si bien qu'elle les exprime physiquement, par la maladie. Marie devient presque une allégorie.
Un très beau tome, le meilleur de la série, et une fin douce-amère toute en délicatesse.
Et un grand écrivain qui fait revivre avec bonheur et authenticité (du moins, peut-on y croire !) les régions d'autrefois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Annabelle31
  12 janvier 2017
Troisième tome de la saga "la Rivière Espérance", "L'âme de la Vallée" termine cette grande saga nous entraînant sur les bord de la Dordogne, en compagnie des Donadieu, gabarriers de père en fils. Avec l'arrivée du chemin de fer, projet qu'Emeline Lombard met un point d'honneur à faire arriver dans la vallée, c'est une bien triste époque pour ceux qui vivent des transports fluviaux. A tel point que Benjamin, pour pouvoir nourrir sa famille, devra s'engager comme bûcheron dans le haut pays et quitter son fleuve qu'il aime tant, et qui va tellement lui manquer.
Un troisième volet à la mesure des deux premiers, on a plaisir à suivre encore et toujours l'histoire de Marie et Benjamin, personnages tellement attachants. Et la beauté de la Dordogne en toile de fond, présente tout au long des romans, même lorsqu'ils s'en éloignent, tant elle fait partie de leur vie.
Une trilogie à lire et à relire avec autant de plaisir !
Commenter  J’apprécie          30
Jangelis
  27 octobre 2019
Ce dernier tome, qui court de 1861 à 1871, est celui de la fin du trafic des gabares, vaincues par l'arrivée du chemin de fer.
J'ai pris de plus en plus de plaisir à lire cette série ; je ne sais si c'est parce que c'est plus varié, ou parce que je m'attache à Marie et la famille.
On découvre aussi ici le Haut-Pays, si proche et si lointain, une Dordogne si différente, les arbres et les bois.
Benjamin se rebelle contre le chemin de fer, qui détruit le monde qu'il connait. Mais il doit se résoudre à changer de vie, à s'exiler. Quitter Souillac est un déchirement, et encore plus pour Marie.
Mais la vie continue, et il faut s'y adapter.
Lien : https://livresjeunessejangel..
Commenter  J’apprécie          60
yannquignon
  20 novembre 2016
La plume de Christian Signol et la voix profonde d'Yves Mugler donnent vie à Benjamin et Marie, les deux héros de cette saga familiale commencée par La Rivière Espérance et le Royaume du fleuve. Cette série retrace la vie des bateliers sur la Dordogne durant la seconde moitié du XIXe siècle, sous le règne de Napoléon III. le livre m'a plongé directement dans une région française que je ne connais pas mais que j'ai désormais très envie de découvrir. La voix d'Yves Mugler y est pour beaucoup, lui, qui m'a emmené avec ses mots et ses intonations sur les rives d'une Dordogne sorti de mon imaginaire.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   25 juillet 2019
Son obsession demeurait la même depuis quatre jours : aller se perdre dans l'océan et rejoindre définitivement ce qu'il aimait par-dessus tout : l'eau. L'eau des grand fonds de Souillac, l'eau de son enfance, l'eau qu'il avait toujours connue, depuis son plus jeune âge. L'eau qui porte les bateaux, qui chuchote le long des rives, l'eau qui vibre et qui vit, qui se fond dans le ciel au bout de l'horizon, l'eau dont la caresse ressemble à celle des bras de Marie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Annabelle31Annabelle31   12 janvier 2017
- Oui père, dit Aubin, nous allons pouvoir en faire des voyages ensembles.
Les hommes d'équipage avaient levé la tête et les observaient en silence. en une seconde, toute leur joie venait d'être effacée par les paroles prononcées par Aubin. "Quels voyages ? Y en aurait-il encore longemps, des voyages ?" songea amèrement Marie. Elle laissa là les deux hommes et leur tourna le dos, afin qu'ils n'aperçoivent pas les larmes qui montaient dans ses yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ladesiderienneladesiderienne   24 mai 2013
Elle venait de comprendre que seul le souvenir du bonheur peut rendre quelquefois heureux les vivants.
Commenter  J’apprécie          80
Annabelle31Annabelle31   12 janvier 2017
il respirait très vite, le regard ébloui, n'essayant même pas de lui cacher ses larmes, mais désireux de rester là, sur le bateau, sur la rivière, pour éprouver jusqu'à satiété cette joie folle, indicible, qui le submergeait.
Commenter  J’apprécie          30
meknes56meknes56   13 novembre 2019
Marie entendit distinctement craquer le plancher défoncé des barges. Le socle de ciment qui était retenu par l’échafaudage creva la surface de l’eau avec un bruit de gouffre que la mer recouvre, puis, subitement, quand l’onde eut déferlé le long de la rivière, le silence retomba.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Christian Signol (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Signol
Extrait de "Même les arbres s'en souviennent" de Christian Signol lu par Jacques Chaussepied. Parution le 15 janvier 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/meme-les-arbres-sen-souviennent-9791035401429
autres livres classés : terroirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
279 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre