AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266152017
Éditeur : Pocket (01/03/2005)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 146 notes)
Résumé :
Ils s'appellent Etienne, Abel, Philomène et Mélanie. Ils ont vingt-trois, quatorze, dix et six ans quand nait le XXème siècle. Enfants de pauvres métayers du Causse de Granger (Lot) - et Dieu sait ce qu'il en allait d'être pauvres et métayers dans ces années-là et sur leur terre de misère ! - , ils ne peuvent choisir qu'entre le départ ou la soumission.
Mais déjà le monde change, des idées nouvelles circulent qui commencent à ébranler cet univers de pierre f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Epictete
  25 février 2014
Christian Signol nous conte ici une belle saga familiale qui se déroule bien sur avec plusieurs générations durant tout le vingtième siècle. Il y a d"eux niveau de lecture dans ce livre "terroir" et "populaire". Tout d'abord une peinture du siècle avec ses événements heureux comme malheureux ( des trente glorieuses aux deux guerres mondiales. ) Mais c'est aussi une galerie de portraits et de caractères.
Un beau roman sur un siècle, une civilisation, sensible et imaginatif.
Commenter  J’apprécie          210
philo15
  07 mai 2008
Philomène, l' héroïne de ce livre, est notre grand-mère à tous. Chacun de nous peut retrouver dans la vie de cette famille, de ce village, un peu de sa propre histoire. Une femme admirable, intemporelle qui malgré les épreuves de sa vie a su garder intacts sa générosité et son amour des Hommes. Elle est un peu toute les femmes. La Mère, faite d'amour, de courage et de patience infinis.
Ce roman, c' est aussi une galerie de personnages vrais et attachants, l'histoire d'une époque et l' apologie d'une terre, ce causse terrible et merveilleux à la fois.
Une perle.
Commenter  J’apprécie          180
Oliphant
  11 juillet 2013
Les cailloux bleus… Un vrai coup de coeur !
Christian Signol m'a épaté dans ce premier tome et m'a totalement entrainé dans cette saga familiale. Une famille que l'on suit sur plusieurs générations, vivant la première et la seconde guerre mondiale, les trente Glorieuses, la mécanisation de l'agriculture,… Puisque la famille Laborie vit de l'agriculture dans le Lot.
C'est une famille qui tient à ses terres et c'est sans mal que Christian Signol nous plonge dans la nature, sa fureur, le respect qu'elle impose, ses villageois solidaires...
Je me rappelle encore du jour où j'ai appris que ce tome avait une suite, un autre roman avec Philomène, Mélanie et les futures générations, j'avais très vite été me le procurer… C'est un roman historique avec de très belles valeurs familiales dans lequel il est facile de s'identifier aux personnages.
Commenter  J’apprécie          112
isa120268
  15 février 2015
L'histoire d'une famille et d'un village dans les Causses au début du XXe siècle, inspirée de l'enfance de l'auteur, Christian Signol.
Philomène a dix ans quand naît le XXe siècle. Elle est fille de métayers d'un village du causse quercynois, près de Rocamadour. Un pays rude, brûlant sous les feux de l'été, crissant sous les pas de l'hiver.
En racontant son histoire et celle de sa famille, traversée par les guerres, illuminée par l'amour, c'est tout un monde qu'elle fait revivre dans le parfum des pierres et des genévriers.
Un monde très rude où le travail pénible est de rigueur, la mort rôde, la faim guette, mais une famille qui sait restée unie et où l'amour est pudique mais bien sincère.
La prose de Christian Signol est un vrai régal, ce roman est facile à lire, l'écriture d'une beauté proche de la poésie, le ressenti des personnages formidablement bien retranscrit. C'est une agréable découverte littéraire et un véritable coup de coeur !
Commenter  J’apprécie          90
andreepierrette
  18 décembre 2013
emprunté et rendu cet été, je n'ai plus le texte.J'ai bien aimé l'histoire d'une saga familiale au moment du début de la Grande Guerre. Tous les personnages sont attachants, l'histoire d'amour magnifique.Une belle écriture,une chaleur humaine, une vie difficile, dans de beaux paysages. .
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
cardabellecardabelle   27 décembre 2016
Philomène avait saisi le cadeau d'une main tremblante, comme s'il allait la brûler.

Un livre ! un vrai livre !

Elle n'avait jamais osé demander à sa mère l'argent d'un tel achat, sachant que leurs maigres sous servaient à la nourriture et y suffisaient à peine.
Mais, combien de fois n'avait-elle pas rêvé à un tel trésor pour l'emporter en gardant les brebis ,s'enivrer de mots et d'images...

-- Honoré de Balzac, avait-elle soufflé,
" Le Lys dans la Vallée ".

Elle avait fermé les yeux...
-- Oh ! Etienne, rien ne pouvait me faire plus plaisir !
-- Je l'ai acheté à Marseille. Il est beau , n'est-ce pas ?

Elle allait s'évader...partir comme elle partait alors , certains après-midi d'été, sur le banc de l'école, à l'évocation d'un seul mot.
Or, ce livre en contenait des milliers...

Elle avait embrassé son frère, essuyé une larme avant de se réfugier dans la pénombre du cantou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
philo15philo15   11 mai 2008
« on va m'assassiner » songea-t-il. Un vertige le fit vaciller. Il chancela, revit son père et sa mère dans la métairie, Philomène essayant ses galoches. La salve crépita. Il tomba à genoux sans un cri, glissa en avant la face dans cette terre du nord où poussait des fleurs blanches dont il ne connaissait même pas le nom.
Commenter  J’apprécie          260
cardabellecardabelle   27 décembre 2016
Après la séparation de l'Eglise et de l'Etat votée en décembre 1905 , il fallait procéder aux inventaires des biens meubles qui seraient confiés à l'association culturelle dont la constitution avait été rendue obligatoire par la loi.

Mais, le pape Pie X avait donné pour instruction au clergé de ne pas l'appliquer et de s'opposer à ces " inventaires scélérats ".

Déjà, fin Février,par un froid de banquise... l'agent de recouvrement envoyé par la préfecture avait dû battre en retraite devant les métayers et les domestiques armés par le maître.

Le curé...avait lu son texte de protestation, vêtu de ses habits sacerdotaux, devant le représentant de l'état français , sous le porche de son église.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
OliphantOliphant   04 juillet 2013
Habitués à vivre ensemble, les villageois, quoique divisés, tenaient à cohabiter dans le calme et la sérénité. Ils avaient trop besoin les uns des autres et, dans le fond, s’estimaient. Le maître, lui, n’était pas exempt de reproches. Son intolérance et ses menaces avaient fait franchir à bien des familles un seuil qu’elles ne souhaitaient pas dépasser. Celles-ci ne l’oubliaient pas et commençaient à prendre des distances : après tout, le château n’était pas le village mais un monde à part, dont il convenait sans doute de se méfier sous peine d’être pris dans un engrenage dont tout le monde aurait à souffrir un jour ou l’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Annabelle31Annabelle31   26 mai 2016
Ma philo,
Depuis trois mois, j'ai cru devenir folle. Maintenant j'en suis certaine : j'attends un enfant. Je ne veux pas que ma honte retombe sur vous. Je m'en vais donc aujourd'hui. Dis à la mère qu'un jour peut-être je reviendrai si je parviens à réparer mon déshonneur. Dis-lui que je l'aime et fais en sorte, avec Abel, qu'elle m'oublie.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Christian Signol (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Signol
Se souvenir des jours de fête - Christian Signol .1939. L?orage qui gronde au loin sonne la fin des années d?insouciance. A Toulouse comme ailleurs, les hommes qui refusent de voir grandir leurs enfants dans une Europe soumise aux nazis s?engagent et partent pour le front. Beaucoup n?en reviendront pas. D?autres, comme Etienne, prisonniers en terre ennemie se retrouvent ballotés de camps en camps, toujours plus rudes à chaque tentative d?évasion. Au pays, les femmes ne baissent pas les bras. Mélina, qui vient de mettre au monde un petit garçon, est persuadée que pour revoir un jour son mari, elle doit se montrer digne de lui. Confiant leur enfant à un couple d?amis, elle s?engage dans la lutte et rejoint la Résistance? Après Nos si beaux rêves de jeunesse, cette vaste fresque, qui nous entraine des bords de la Garonne à la Prusse orientale, est un hymne à la vie, la liberté et l?espérance. Vous n?êtes pas prêts d?oublier Etienne et Mélina, ce jeune couple qui se bat avec la folle certitude que rien ni personne ne pourra jamais les séparer. albin-michel.fr/Se-souvenir-des-jours-de-fete-EAN=9782226325761 Découvrir un extrait du livre : fr.calameo.com/read/001918672971d8e9b3d0a
+ Lire la suite
autres livres classés : terroirVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
250 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre
. .