AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226194037
Éditeur : Albin Michel (01/10/2009)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 78 notes)
Résumé :
« Julien Signol, mon grand-père paternel, ne sut jamais lire ni écrire, et moi, son petit-fils, je suis devenu écrivain. Grâce à lui bien sûr, grâce à mes parents, à leur travail, à leur courage, à tout ce qu'ils m'ont légué.

Et pourtant, il a fallu plus de quarante ans à Mien pour oser poser à son fils la question à laquelle sa mère avait répondu par une gifle cruelle quand il avait sept ans : « Pourquoi le ciel est bleu ? » Il en était resté meurtri... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  31 juillet 2016
Je viens de relire avec une émotion intacte ce bel ouvrage de Christian Signol qui retrace la vie de sa famille, surtout celle de son grand -père paternel Julien qui ne sut jamais lire ni écrire.....
Un de ces hommes parmi tant d'autres qui ont lutté, travaillé de leurs mains sans relâche, souffert afin que leurs enfants vivent mieux qu'eux ...........
Un de ces hommes dignes parmi les dignes qui réussit à conquérir le droit de lever enfin la tête vers le ciel, un de ceux qui offrit à ses enfants tout ce qui lui avait manqué grâce à son courage et ses combats ............
Une écriture lumineuse, chaleureuse , vraie, authentique, , un ouvrage qui fait du bien en ces temps troublés et angoissants qui montre que malgré différents modes de vie chacun peut s'élever par son travail et ses combats individuels ou collectifs ..........
"Nous ne les verrons plus ,mais nous les rejoindrons ".
Commenter  J’apprécie          310
Cyril34
  26 juin 2015
Souffrir. Endurer. Courber l'échine. N'avoir pour seul horizon que le travail et pour unique compagne l'angoisse de ne pas manger à sa faim.
Ainsi vivaient nos aïeux, besogneux, silencieux, durs au mal. C'était hier, il y a tout juste 100 ans. Nous l'avons oublié pourtant. Enfants de l'insouciance et du superflu, nous tenons pour acquis ce que nos ancêtres n'auraient osé formuler en rêve.
Le XXème siècle aura été celui du bouleversement des moeurs. Celui de la victoire du confort sur le dénuement. Faut-il s'en réjouir ? Sans renier ce legs dont nous sommes les chanceux dépositaires, nous devrions être interpellés par ce que nous en avons fait. Car, et c'est ce que nous rappelle Signol dans ce témoignage, à l'inverse de nos pères, il n'est pas certain que nos enfants vivent mieux que nous.
Commenter  J’apprécie          122
Ansea
  03 juin 2016
C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai refermé ce livre. le récit débute avec l'histoire des arrières grands parents de l'auteur luttant contre la misère, exploités par un propriétaire avide. On suit ensuite la vie du grand père Julien dès son enfance auprès de sa mère veuve puis à l'âge adulte avec sa femme Hélène. Leurs conditions de vie, la dureté de leur travail courantes à l'époque, nous paraissent effroyables aujourd'hui. On est touchés par ces gens peu instruits, ne sachant pas trop comment se défendre contre des circonstances qui les dépassent: Première Guerre Mondiale. Ils étaient d'un courage héroïque qui leur a permis de devenir propriétaires, travaillant comme des esclaves, et à leurs descendants de meilleures conditions de vie, brisant le servage moderne de leurs ancêtres se louant durant leur brève vie dans les fermes. Ce livre est un bel hommage de l'auteur à ses grands-parents: Julien et surtout Hélène sans qui rien n'aurait été possible, toujours là pour encourager et raisonner son mari, le suivre à l'autre bout de la France, vivre dans des conditions terribles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SuzyBess
  07 septembre 2016
Pourquoi le Ciel est Bleu est l'hommage émouvant d'un petit-fils à ses grands-parents.
Christian Signol nous raconte ce qu'a été la vie de Julien et Hélène Signol: cet homme et cette femme qui ont vécu tant de durs labeurs, une vie faite de misère et de rares moments de bonheur; qui sont parvenus au prix de sacrifices à s'élever socialement, devenir indépendants; qui, environnés par la peur et la colère, ont connus deux Guerres Mondiales; qui ont fondé leur famille et ont, inconsciemment ou pas, permis à ses membres de vivre pleinement. le récit d'une vie sous tous ses aspects.
Si j'ai été dans la contemplation pure et simple de ce que je lisais tout au long du livre, je referme celui-ci en étant très touchée de ce que j'y ai découvert.
Christian Signol écrit cette biographie comme un roman; ça m'a d'abord perturbée, j'ai mis une centaine de pages à m'y habituer, puis je me suis décidée à profiter de cette expérience et l'ai lue sans avoir de ressenti particulier. Ce n'est que durant les derniers chapitres et l'épilogue que je me suis rendue compte du cadeau que représente ce récit et en ai été émue. L'auteur écrit son admiration et son respect dans un exposé authentique et captivant. Il nous parle d'abord de ses arrières-grands-parents, et ensuite de ce grand-père si distant et de cette grand-mère si discrète, avec toujours une grande déférence. Il les remercie, remercie la vie et ce destin qui ont permis à Julien Signol de réchapper vivant de la première Guerre Mondiale, puis de survivre à la seconde; d'avoir épargné son père à maintes reprises également. J'ai donc ressenti cet ouvrage comme un présent que l'écrivain offrait à sa famille et à ceux ayant connu les situations qui y sont relatés.
C'est un témoignage qui ne laisse pas indifférent, même si je ne l'ai pas savouré durant ma lecture mais que l'ai apprécié dans son ensemble, et je pense que chaque personne issue d'une famille paysanne ne pourra que le comprendre et en être touchée.
Lien : http://letoucherdespages.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
muriel123
  24 février 2017
J'ai dévoré ce livre en 3 jours ! L'auteur m'a tout simplement fait repenser et revivre mon grand-père qui avait fait la guerre de 14/18. Comme Julien, il avait des excès de colère, de rage, après avoir été blessé pendant la guerre. Lui c'était une jambe qui l'handicapait. Il avait une épouse (ma grand-mère) qui ressemblait à Hélène par sa douceur. Elle lui apportait surtout tout le soutien qui lui était nécessaire après avoir vécu l'horreur des tranchées et la mort de ses camarades. Comme Julien aussi, mon grand-père partait souvent dans des pensées secrètes, les yeux dans le vide... et à qui, quoi pensait-il ? La différence entre Julien et mon grand-père est que Julien vivait à la campagne et mon grand-père en ville. le travail était donc différent, puisqu'il a travaillé en usine. Cependant, la peur de manquer était la même.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
muriel123muriel123   24 février 2017
Pourquoi le ciel est bleu ? Un enfant de domestique, veuve de surcroît, n'avait pas le droit de lever la tête vers le ciel, mais seulement celui de la garder courbée vers le sol qui les nourrissait. (début du XXème siècle)
Commenter  J’apprécie          50
AnseaAnsea   03 juin 2016
Cette scène d'un instituteur qui rend visite à des parents pour les convaincre de laisser leur enfant fréquenter l'école , on la retrouve dans presque tous mes livres et je comprends aujourd'hui pourquoi: elle fut d'une importance capitale pour les miens, ce premier pas franchi, bien petit, bien mince encore, ayant creusé une brèche dans la fatalité et la soumission à un ordre supérieur qui leur avait toujours été interdit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gean25gean25   06 janvier 2016
C'était presque trop, cette jeune femme si belle, si fragile - il avait peur, en la prenant dans ses bras, de la casser -
Commenter  J’apprécie          90
Cyril34Cyril34   25 juin 2015
Mais que sont les jours lorsqu’ils se ressemblent tous, que rien ne distingue les uns des autres ? Ils se succèdent, s’enfuient, ne pèsent pas plus qu’une feuille emportée par le vent.
Commenter  J’apprécie          50
Annabelle31Annabelle31   05 mars 2017
Julien, lui, au cours des trois années de son service militaire, devint encore plus silencieux, mais aussi plus fort, plus vigoureux grâce à la nourriture, qui n'était certes pas d'excellente qualité mais n'était pas mesurée aux soldats. Sa résistance augmenta à proportion des longues marches, des exercices dans la cour, des efforts exigés par les officiers qui ne toléraient pas la moindre faiblesse, et ce ne furent donc pas des années complètement perdues.
Il finit de devenir adulte, un adulte endurant, rebelle, farouche, mais mieux armé pour affronter le monde dans lequel il allait être précipité dès la fin de "son temps".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Christian Signol (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Signol
Extrait de "L'été de nos vingt ans" de Christian Signol lu par Patrick Donnay. Editions Audiolib. Parution le 28 novembre 2018.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/lete-de-nos-vingt-ans-9782367627793
autres livres classés : roman du terroirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
267 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre