AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 222632576X
Éditeur : Albin Michel (30/03/2016)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.87/5 (sur 39 notes)
Résumé :
« Il faut se souvenir des jours de fête où nous avons été heureux et tout faire pour les revivre
un jour… »
1939. L’orage qui gronde au loin sonne la fin des années d’insouciance. À Toulouse comme
ailleurs, les hommes qui refusent de voir grandir leurs enfants dans une Europe soumise aux
nazis s’engagent et partent pour le front. Beaucoup n’en reviendront pas. D’autres, comme
Étienne, prisonniers en terre ennemie, se retrouvent bal... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
alainmartinez
  04 juin 2016
Avec « Se souvenir des jours de fête» qui fait suite à « Nos si beaux rêves de jeunesse », Christian Signol nous trace l'histoire d'Étienne et Mélina durant la Seconde Guerre Mondiale.
Le roman commence en novembre 1939, la « Drôle de guerre » est en cours, Mélina, qui vit chez sa belle-mère à Toulouse, accouche de Jean. Étienne son mari a déjà été mobilisé comme artilleurs en Champagne. Grâce à une permission de 48 heures il réussit à faire la connaissance de son fils.
Lorsque les troupes allemandes envahissent la France, Étienne est fait prisonnier. Commence pour lui un long périple, de camps de prisonniers en camps disciplinaire, de tentatives d'évasions et de résistance. La France et toute l'Europe sont soumises aux nazis. Sans nouvelles de son mari, Mélina, confiant le petit jean à un couple de voisins, s'engage avec sa belle-mère dans la Résistance.
Comme dans toute l'oeuvre de Christian Signol les héros de « Se souvenir des jours de fête» sont des gens ordinaires, d'une grande dignité. Les personnages sont attachants. D'une lecture agréable ce récit est un peu moins émouvant que d'autres romans de l'auteur, mais mérite d'être lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
thisou08
  18 février 2019
Histoires de petites gens directement impactés par la guerre 39-40 et l'Occupation.
- Mélina, seule avec un enfant en bas âge depuis que son mari s'est engagé, engagée elle-même dans la Résistance. J'ai beaucoup d'admiration pour ces personnes qui mettaient leur vie et celles de leurs proches en danger par patriotisme.
- Etienne, mari de Mélina, engagé volontaire, fait prisonnier et expérimentant différents centres de réclusion.
Les personnages sont attachants, leur histoire, semblable à celle de milliers d'autres, attachante.
Et l'écriture de Signol est toujours aussi agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          200
LisonsDesLivres
  03 juin 2018
Ce roman est la suite de Nos si beaux rêves de jeunesse. Cependant, ne pas l'avoir lu ou comme moi l'avoir lu il y a déjà quelques temps, n'empêche pas de comprendre l'histoire.
Je salue Christian Signol pour la justesse avec laquelle il décrit la vie quotidienne des Français. Qu'il s'agisse des civils, des prisonniers de guerre envoyés en Allemagne ou en Pologne ou des résistants, il donne magnifiquement vie aux émotions qu'ils ont ressenties: le peur de ne pas avoir à manger, la peur du prisonnier pour sa famille et inversement, le peur d'être arrêté par la Gestapo et d'être torturé, la peur de mourir dans les camps de travail, le poids de l'absence...
Le thème de la deuxième guerre mondiale est très bien documenté et évoque largement les conditions de vie des prisonniers français, ce qui est peu fréquent.
Christian Signol nous présente des personnages fictifs mais qu'il nous rend attachants : jusqu'au bout, j'ai croisé les doigts pour qu'ils survivent à la guerre.
Après ma lecture, j'ai imaginé ce que représentent 5 ans dans ma propre vie et me suis demandée comment on peut résister si longtemps.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
vertescollines
  23 août 2016
Un auteur se bonifie-t-il avec le temps ? Merveilleux roman et merveilleux auteur que ce Christian Signol. Décidément j'adore les romans du terroir et les romans où l'on évoque l'histoire par la petite porte. Encore des héros simples : Etienne et Mélina qui n'ont rien demandé mais qui ont fait des choix. Les bons ? Seul l'avenir leur dira. Car eux n'en savent rien. Lui prisonnier essaie en vain de s'évader pour la rejoindre. Elle s'implique dans la Résistance, espérant ainsi écourter la guerre pour que son homme revienne plus vite. Rien en leur ait épargné : il est repris à chaque fois, elle est obligée de se cacher puis emprisonné comme sa belle-mère et son oncle.
J'avais lu le premier tome Nos si beaux rêves de jeunesse. j'attendais la suite. Voilà cinquième roman de l'été. je ne le regrette pas. C'est une belle histoire d'amour, d'attente, de patience de deux personnages devenus un peu des héros. Les faits historiques sont bien évoqués. Merci pour cet instant de lecture.
Commenter  J’apprécie          40
Annabelle31
  07 juin 2016
Nous avions quitté Mélina et Etienne jeunes mariés en 1939, sur les quais de la gare Matabiau, alors que le jeune homme partait, engagé volontaire, pour se battre. Ce second volet nous permet de les suivre tout au long de la seconde guerre mondiale, séparé pendant plusieurs années. Alors que Mélina a mis au monde leur enfant depuis quelques mois, Etienne est arrêté par les allemands. Après plusieurs tentatives d'évasion infructueuses, il est envoyé en camp de travail disciplinaire en Pologne tout d'abord, puis en Prusse Orientale, où les conditions de vie sont des plus difficiles. Mélina quant à elle, va entrer en résistance par l'intermédiaire de l'oncle Henri, elle va mettre toute l'énergie de son désespoir au service de l'armée de l'ombre, bravant tous les risques.
Nos jeunes héros sortiront-ils vivants de cette tourmente ? Pourront-ils à nouveau, se retrouver, paisibles, sur les berges de cette Garonne qu'ils aiment tant ?
Une période riche événements tragiques, des personnages tellement attachants, portés par les sentiments qui les unit depuis l'enfance , et bien sur la sensibilité de l'écriture de Christian Signol.
Un roman très émouvant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   04 mai 2016
Les cartes d’alimentation ne permettaient pas toujours d’obtenir les denrées auxquelles elles étaient censées donner droit. On manquait de tout et il était difficile de trouver du pain, certains jours, et plus encore de la viande. Les Allemands réquisitionnaient les denrées les plus essentielles à leur profit, et la colère augmentait chez les habitants des villes qui souffraient plus de la pénurie qu’à la campagne où les paysans produisaient ce dont ils avaient besoin : légumes, œufs, beurre et viande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vertescollinesvertescollines   23 août 2016
-Cinq ans, Etienne, cinq ans sans toi ! J'ai cru que ça ne finirait jamais !
-Moi aussi, dit-il, et pourtant, tu vois, nous sommes là, aujourd'hui, tous les deux.
-J'ai l'impression d'un long tunnel sans lumière.
-C'est vrai, mais le plus beau reste à venir, assura-t-il
- Est-ce-que nous pourrons oublier ?
-Mais oui bien sûr.
-Et qu'est(ce que nous pouvons espérer, après avoir vécu une pareille épreuve ? J'ai eu tellement peur !
Il la serra contre lui et, souriant, chuchota contre son oreille en regardant le fleuve lumineux :
-Que chaque jour soit une fête !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 mai 2016
Il faut se souvenir des jours de fête où nous avons été heureux et tout faire, toi et moi, chacun de notre côté, pour les revivre un jour. Rappelle-toi : notre mariage, l’été 1936, quand nous dansions au son de l’accordéon, les plages de l’océan, à Capbreton, sous les étoiles, et tout ce que nous avons vécu de plus beau, tous les deux.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   04 mai 2016
Il observait les gens autour de lui avec une sorte de stupeur, ayant tout oublié de cette vie paisible, des gestes quotidiens en liberté, de cette insouciance dans laquelle se mouvaient ceux qui n’avaient pas souffert autant que lui de la guerre. Il se rendait compte aussi que les voyageurs jetaient sur lui un regard à la fois compatissant et plein de gêne. La guerre était finie depuis trois mois : on ne voulait plus en entendre parler ni garder sous les yeux le moindre de ses stigmates.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 mai 2016
– Et qu’est-ce que nous pouvons espérer, après avoir vécu une pareille épreuve ? J’ai eu tellement peur !
Il la serra contre lui et, souriant, chuchota contre son oreille en regardant le fleuve lumineux :
– Que chaque jour soit une fête !
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Christian Signol (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Signol
Extrait de "L'été de nos vingt ans" de Christian Signol lu par Patrick Donnay. Editions Audiolib. Parution le 28 novembre 2018.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/lete-de-nos-vingt-ans-9782367627793
autres livres classés : toulouseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1637 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre