AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226134547
256 pages
Éditeur : Albin Michel (02/10/2002)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 109 notes)
Résumé :
Partir, fuir sa triste banlieue, la grisaille... Sébastien a dix ans et la leucémie menace sa vie. Malgré l'amour de sa mère, il n'a qu'une obsession : rejoindre dans le Lot ses grands-parents qui sauront éloigner de lui la peur et la mort. Il est sûr qu'au cœur de cette campagne qu'il aime tant, il pourra puiser l'énergie pour lutter contre la terrible maladie qui l'affaiblit chaque jour d'avantage.

Dans la petite ferme familiale, Sébastien oscille e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
thisou08
  15 octobre 2019
C'est une lourde charge que Sébastien impose à ses grands-parents en leur demandant de l'accueillir alors qu'il souffre d'une leucémie.
Mais c'est le coeur léger que ceux-ci acceptent de le recevoir et de l'accompagner sur le dur chemin des traitements, des rémissions et des rechutes.
Un bel exemple d'amour, distribué sans compter par ces deux âmes simples et reçu avec bonheur par Sébastien.
Une lecture facile, sans pathos, malgré le thème difficile.
Commenter  J’apprécie          272
andreepierrette
  13 juin 2014
Ce livre, Une Année de Neige, m'a été prêté. La quatrième de couverture ne m'a tout de suite incitée à entamer la lecture en raison du sujet principal : la grave maladie d'un enfant de 10 ans. J'ai souvent redouté les sujets mélos, ou trop tristes. J'ai essayé; après hésitation, je ne l'ai pas regretté.
L'histoire est pleine de l'amour des grands parents de ce petit Sébastien, d'une lucidité, d'un courage peu commun, d'une étonnante sensibilité. Il n'y a pas de tristesse dans ce roman. Cyprienne, la grand'mère déborde d'un amour rugueux pour ce gamin intelligent, qui comprend, devine tous les non-dits des adultes, souvent démunis devant une situation terrible: la grave maladie.
Auguste, le grand'père, timide,délicat, se refuse à masquer la vérité à son petit fils. Il s'efforce de ne pas mentir par respect pour cet enfant qui demande la vérité avec courage et c'est difficile pour ce grand'père plein d'amour.
Sa mère, affaiblie moralement et physiquement par un problème conjugal n'est pas à la hauteur de la situation pour soutenir son enfant. Celui-ci en étant conscient demande à vivre à la campagne pour changer d'air, celui de la banlieue parisienne où il vit est pour lui tout gris et triste. Il n'avait qu'un vague souvenir de son premier séjour à 5 ans, et il en avait gardé un beau souvenir ensoleillé. C'est justement avec la vie calme de cette campagne "d'avant", avec les rites d'autrefois qu'il va se reconstruire.
J'ai pris grand plaisir à lire ce beau roman, d'une belle écriture, simple, claire, vivante. Je n'hésiterai pas à lire d'autres ouvrages de Christian Signol que je ne connaissais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Symphonie
  15 mars 2017
Christian Signol possède une grande faculté pour nous replonger dans l'enfance. Dans Une année de neige, il nous conte la vie du jeune Sébastien atteint d'une leucémie. Incapable de gérer son travail et les soins de son fils, sa mère, Nicole, sollicite l'aide de ses parents. C'est ainsi que le jeune garçon fait la connaissance de ses grands-parents Auguste et Cyprienne, qu'il connaît à peine. Quelque peu désarçonnés par la présence de leur petits-fils, à force de solitude dans une campagne isolée, le jeune Sébastien va bouleverser la quiétude et le quotidien de ses grands-parents. Tous trois vont apprendre à s'apprivoiser, tissant au fil des jours, des liens inaltérables.
Sans tomber dans le pathos, ce récit émouvant de Christian Signol nous entraîne par monts et par vaux dans cette campagne odorante qu'il nous décrit merveilleusement bien, confirmant une fois de plus son attachement à la terre, son amour de la nature et du monde de l'enfance dont il a gardé on le devine, une grande parcelle dans le coeur. Un roman du terroir dans lequel on respire à pleins poumons la plume parfumée de Christian Signol. Un pur bonheur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Annabelle31
  20 février 2017
Le combat d'un petit garçon de 10 ans contre la leucémie. Lorsqu'il apprend qu'il est atteint par cette maladie, Sébastien n'a qu'une envie, quitter Paris et sa grisaille, partir chez ses grands parents dans le Quercy. Il est persuadé que grâce à l'amour de Cyprienne et Auguste il pourra vaincre cette épreuve, qu'il pourra puiser en eux cette force qui lui fait défaut et qui manque à sa mère. La vie au village, la campagne et la nature qu'il va découvrir avec son grand-père, l'amour bourru de sa grand mère sont autant de promesses de jours meilleurs. Les traitements à Toulouse ou il se rend pour y être soigné n'apportent pas toujours les bonnes nouvelles escomptées mais Sébastien sait qu'il peut compter sur ceux qu'il aime pour lui redonner l'espoir.
Un magnifique roman. Une fois de plus, Christian Signol nous livre une histoire émouvante, tout en sensibilité, avec des personnages généreux et qu'on aime dès les premières pages, sans parler de ses descriptions des paysages du Quercy qui nous donnent envie d'aller, nous aussi, à la découverte de cette région.
J'ai adoré !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LisonsDesLivres
  11 novembre 2017
Un thème infiniment douloureux et inhabituel chez Christian Signol, le cancer d'un enfant, Sébastien. Parisien gardant un beau souvenir de ses vacances chez eux, il demande à vivre sa maladie à la campagne chez ses grands-parents Cyprienne et Auguste. Sa maman Nicole accepte la demande de son fils mais suit de loin son enfant, ce qui m'a laissée perplexe.
Sébastien et ses grands-parents sont des personnages touchants dont comprend le désarroi et l'impuissance face à la maladie.
Sébastien pose des questions douloureuses et parfois révoltées. Il est trop adulte pour un enfant de 10 ans et comprend les difficultés qu'il crée involontairement à ses grands-parents.
Cyprienne et Auguste font de leur mieux pour aider Sébastien, tout en cachant parfois leur sentiment d'impuissance et leur tristesse sous des réactions bourrues.
À côté de la maladie, il y a aussi la révélation d'un secret de famille qui ajoute de la tension à la situation.
Tout cela m'a émue d'autant plus que cette histoire m'a ramenée à une triste épisode de ma vie personnelle et a fait remonter à la surface des souvenirs difficiles.
Des descriptions des paysages magnifiques et des tâches quotidiennes à la campagne apportent une douceur tout en contraste avec la dureté de l'histoire. On retrouve le style habituel de l'auteur dans ces parties-là.
Une légère déception pour la fin, un peu bâclée à mon goût. Quelques chapitres en plus n'auraient pas été superflus. bonjour
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   08 mars 2013
Il n'avait pas trouvé ses mots, car ceux du médecin s'entrechoquaient encore dans sa tête : "Leucémie aiguë avec anémie grave. Il faut agir vite." Sébastien ne se sentait pas malade, pourtant, à part ses saignements de nez, cette pâleur étrange de son visage, cette impression d'extrême faiblesse et cette sensation de vivre dans un froid intense, un froid jamais ressenti jusqu'alors, un froid qui circulait dans ses veines, pétrifiait son cœur, comme s'il battait dans la neige.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SymphonieSymphonie   20 mars 2017
Avec son grand père étaient entrés dans la chambre un parfum de feuilles et de terre, l'odeur de la maison elle-même, mélange de café, de cire d'abeille et de légumes, une odeur ménagère qui évoquait un bonheur lointain.
Commenter  J’apprécie          110
LisonsDesLivresLisonsDesLivres   11 novembre 2017
Puis il se recoucha, avec en lui la conviction d'avoir noué un lien supplémentaire avec la vie, la vraie vie, celle qu'embellissait à chaque seconde la certitude de n'être pas seul, mais au contraire d'être aimé, retenu en ce monde par des mots, des regards, des présences qui l'aideraient à gagner le combat.
Commenter  J’apprécie          70
andreepierretteandreepierrette   13 juin 2014
Deux jours avaient passé. Ils avaient pris l'habitude de s'asseoir sous le tilleul le soir, après le repas, pour attendre la nuit. Sébastien se tenait entre Auguste et Cyprienne, là, au terme de ces interminables journées de juin qui n'étaient que chaleur et lumière. Il avait l'impression de se trouver au coeur du monde, en un lieu secret, à l'abri de tous les dangers.
Commenter  J’apprécie          40
Annabelle31Annabelle31   20 février 2017
Sébastien tourna la tête vers la vallée : elle étincelait comme l’eau d’un immense lac. On aurait dit que cette lumière-là avait été celle de la naissance du monde. C’est ce que pensa vaguement Sébastien. Il lui sembla que ce jour dans sa beauté primitive, pouvait être le premier d’une guérison définitive, et cette pensée lui fut précieuse.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Christian Signol (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Signol
Extrait de "Même les arbres s'en souviennent" de Christian Signol lu par Jacques Chaussepied. Parution le 15 janvier 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/meme-les-arbres-sen-souviennent-9791035401429
autres livres classés : leucémieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
278 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre

.. ..