AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Catherine Mercy (Traducteur)Véronique Mercy (Traducteur)
EAN : 978B0892N7TL3
Éditeur : Actes Sud (03/06/2020)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 11 notes)
Résumé :
La troisième enquête de Huldar et Freyja. Une adolescente est battue à mort dans le cinéma où elle travaille. Sur son compte Snapchat, des vidéos d'elle sont envoyées à ses amis : on la voit supplier d'être pardonnée. Quand le corps est retrouvé, on découvre qu'il est marqué d'un "2". Quelques jours plus tard, un jeune homme subit le même sort. Son corps à lui est marqué d'un "3". Huldar intervient alors dans l'enquête, accompagné d'Erla.
Leur relation est to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
zeroproject
  04 juillet 2020
Avis : 3.4/5
Personnages : 4/5
Décors : 4/5
Trame : 2/5
Emotion : 4/5
Globale : 3/5
Quatrième roman de l'excellente Yrsa Sigurdardottir et troisième opus de sa saga avec Hulda et Freyja à la baguette. Après ADN et Succion, en route pour Absolution !
On retrouve certains personnages dont, bien entendu, Huldar et Freyja, ces amoureux qui s'aiment, ou qui ne s'aiment pas, ou alors juste un peu. A noter que la psychologue est moins présente dans ce roman alors qu'une partie de son passé vient la tourmenter. Huldar reste fidèle à ses principes : bourru, bagarreur, avide de travail et surtout très bon enquêteur. Sa relation avec Erla, sa supérieure, est complexe à souhait pour une raison que je ne peux citer ici sans spoiler le précédent roman. Entre les deux, rien ne va plus et tant pis si le travail souffre de leur mésentente. Erla occupe vraiment les premiers rôles, avec ses qualités et ses défauts qu'on lui connait déjà. Les personnages secondaires ne manquent vraiment pas, dont certains demeurent fort intéressants. Les tandems de bourreau/souffre-douleur entre Stella et Adalheidur, de même que celui d'Egill et David occupe toute l'enquête alors qu'eux-mêmes n'apparaissent que rarement. le collègue de Huldar, Gudlaugur, se fait malmener au fil du bouquin alors qu'il est jeune, poli, aimable et professionnel. Son lien avec Ásta, une infirmière liée à l'enquête, reste troublant jusqu'à la fin. Cette dernière joue également un grand rôle dans l'histoire. Non sans reste, un père de famille, Mördur, qui vit encore mal la tentative de suicide de sa fille, Laufhildur, plusieurs années auparavant. Un cocktail de personnages bien étudiés, bien définis, rendant le tout explosif au possible !
En guise de décors, on retrouve la capitale islandaise avec sa météo aléatoire, les lieux sont bien dépeints. On a vu mieux, mais bien pire également. C'est le genre de carte postale qu'on aime ou non.
Ce qui m'a le plus déçu dans Absolution, c'est la trame d'une faiblesse abyssale. La lenteur des enquêtes est affligeante, surtout pour cette plume de qualité que représente Yrsa Sigurdardottir. Tout tourne autour du harcèlement en milieu scolaire, ses méfaits, la destruction systématique des victimes sans que quiconque ne puisse y changer quoi que ce soit. Alors forcément et malgré les statistiques, il y a rarement une vengeance infligée aux bourreaux. Mais ça, l'auteure en a fait fi. de même pour la piste des tueurs multiples qui ferait rire tout amateur de criminologie. Non, réellement, ce roman policier pur et dur ne restera pas gravé dans les annales.
Ayant plus d'un tour dans son sac, Yrsa Sigurdardottir arrive malgré tout à nous remplir d'émotions et de sentiments divers : la rage, la colère, la rancoeur, la joie, le rire, la peur, l'introspection, etc. Son message passe tout de même pour celles et ceux qui sauront avoir la sagesse de s'y attarder.
Bien que son style d'écriture reste de qualité, j'ai trouvé parfois les tournures de phrases alambiquées, nécessitant une relecture de certains passages afin de ne rien manquer. Dans ses autres oeuvres, je ne me rappelle pas avoir été si perdu par moment. 
Absolution est un roman qui ne restera pas gravé dans ma mémoire, mais qui peut passer. J'espère vraiment que l'auteure rendra une prochaine copie de meilleure facture.
Lien : https://bmds.ch/2020/07/04/a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Tancrede50
  02 juillet 2020

Au moment où les grandes marques renoncent à faire leur publicité sur Facebook parce que le réseau social est incapable d'empêcher la prolifération des messages haineux, la lecture d'Absolution apparaît comme indispensable. C'est l'inspecteur Huldar qui dit à Gudlaugur son coéquipier: 'Tu as vu sa page Facebook intitulée « Nous haïssons Adalheidur »! Et toutes les insanités que Stella et sa bande ont postées dessus!' Dans Absolution, on parle de harcèlement et de ses conséquences terribles pour les persécutés, mais aussi de temps en temps, pour les harceleurs. C'est dur. C'est fort. En plus, l'ambiance au sein du commissariat de Reykjavik maintenant dirigé par Erla est délétère. Et pour finir, on a sans doute affaire à un tueur en série d'une grand cruauté!

Donc Stella, une adolescente, est retrouvée morte, après avoir été battue et Egill également adolescent a disparu. Tous deux semblent avoir harcelé des camarades de classe, en particulier sur internet. Erla et Huldar enquêtent, assistés de Freyja, psychologue pour enfants. Ils arrêtent un suspect. On a du mal à comprendre pourquoi cet individu, assez malmené lors des interrogatoires, aurait enlevé Egill. Mais bon, on a compris qu'on n'a pas là la crème des enquêteurs. D'ailleurs ils passent leur temps à se tirer dans les pattes, voire à s'agresser physiquement! Mais le récit vaut plus par la réflexion sur le harcèlement, que par l'enquête en elle même. Comment procèdent les harceleurs? Comment s'en sortir pas trop détruit quand on est victime d'un harcèlement? Surtout avec le rôle des réseaux sociaux. Quelle aide les parents peuvent-ils apporter? Est ce que le recours à un psychologue change quelque chose? Devenus adultes, ces jeunes, victimes de harcèlement peuvent-ils vivre une vie normale?

Quand on referme le livre, on est frappé par les changements de tempo du récit. Si ça commence andante, ça devient vite largo et ça finit prestissimo. Après avoir tourné en rond au milieu du livre avec des fausses pistes, les dissensions au sein du commissariat et des relations amoureuses hésitantes, la vérité sur ce qui s'est passé est expédiée dans les 30 dernières pages. Au final on retrouve un mécanisme de crimes bien connu des amateurs de polar. J'ai été un peu déçu que l'auteure ressuscite ce vieux schéma. Surpris aussi que l'explication nous soit livrée à l'occasion d'une conversation entre Huldar l'enquêteur et Saga, une fillette! Outre le fait qu'Hulgar viole allègrement toutes les règles de confidentialité d'une enquête, on ne raconte pas à une enfant les circonstances de meurtres affreux! Je pense que l'auteure a un peu bâclé la fin de son roman. Dommage. Très bon roman quand même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sangpages
  03 juillet 2020
Troisième volet de la série Freyja et Huldar après ADN et Succion.
Toujours un plaisir de retrouver ces deux protagonistes, de les voir évoluer avec le temps et se tourner autour sans jamais vraiment se retrouver.
Freyja travaille à la maison de l'enfance et Huldar est flic. Tu te doutes donc bien qu'il y a toujours, dans ces opus, une relation à l'enfant très forte et c'est selon moi, ce qui donne la force de cette série.
Ysra te plonge, cette fois, ci dans le monde du harcèlement. Sujet moult fois utilisé mais j'avoue qu'elle a tout de même réussi à me surprendre en le traitant d'une manière tout à fait particulière. Et puis le harcèlement est bel et bien là tapi dans l'ombre et même si on en parle et reparle, ce n'est pas pour autant qu'il disparaît.
Elle développe une intrigue complexe autour des victimes mais aussi des agresseurs en mettant le doigt sur toutes les facettes des dommages collatéraux et c'est ce qui est particulièrement intéressant, selon moi dans ce récit.
Elle te conduit, te prend par la main pour observer ces différentes victimes qui n'ont de ça de différent que leur personne puisque le processus, lui, est toujours malheureusement le même. Les récits de Vala sont particulièrement perturbants voir choquants et t'emportent dans les tréfonds de la perdition.
Des harceleurs hauts en couleur et tu t'en doutes détestable. Tu en viens à te dire qu'ils ont eu ce qu'ils méritaient, qu'ils ont récolté ce qu'ils ont semé. Des bourreaux que tu comprends, des victimes que tu plains.
Voilà de quoi te donner à réfléchir
Un opus qui n'a pas le punch de ADN qui reste et restera, pour moi le meilleur de la série mais un excellent moment de lecture que je ne peux que te recommander 🙂
Lien : https://sangpages.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Polardesglaces
  21 juin 2020
Nous retrouvons l'inspecteur Huldar et la psychologue pour enfants, Freyja, dans ce troisième volet de la série.
Comme à son habitude, Yrsa Sigurðardóttir nous entraine dans une histoire hors du commun. Absolution traite du thème très contemporain du harcèlement scolaire. Si ce phénomène n'est pas nouveau – Freyja elle–même en fut victime dans son enfance – il prend une ampleur incontrôlable du fait des réseaux sociaux. Comme le fait remarquer Yrsa, par la bouche de l'un de ses personnages, le harcèlement, qui se limitait à la période et à l'espace scolaire, devient permanent. Les enfants qui veulent y échapper en changeant d'école, sont bien vite rattrapés par leurs bourreaux, qui en créent de nouveaux, dans le nouvel établissement. L'autrice explore les ressorts psychologiques des victimes, qui vont de l'indifférence au suicide. Côté harceleurs, on retrouve les arguments éculés selon lesquels il ne s'agit que d'un jeu d'enfant et que les victimes elles–mêmes n'ont qu'à savoir se défendre. On l'a compris, la portée d'Absolution n'est pas simplement islandaise ; elle est universelle.
Deux jeunes harceleurs sont contraints à supplier et à demander pardon, filmés par un téléphone portable, avant d'être sauvagement massacrés à coup d'extincteur et de batte de baseball. Les images de ces assassinats atroces tournent alors en boucle sur Snapchat. La police doit faire vite, car une troisième victime potentielle demeure inconnue et introuvable. Yrsa ouvre de nombreuses portes et, comme elle le fait avec brio, brouille les pistes. Des personnages ont des choses à cacher et il est bien difficile, pour Huldar, de forcer les secrets, y compris ceux de son propre équipier.
Ce troisième volume de la série permet de parfaire notre connaissance des personnages. Freyja se débat avec un frère en prison et une situation financière délicate. Sa vie sentimentale est toujours très chaotique et sa relation hésitante avec Huldar ne se concrétise toujours pas. En ce qui concerne l'inspecteur, c'est sa situation professionnelle qui est compliquée. Ses relations avec sa supérieure, Erla, sont très mauvaises, depuis qu'il a déposé une plainte contre elle pour harcèlement sexuel. A l'exception de Guðlaugur, avec qui il fait équipe, tous ses autres collègues tournent le dos à Huldar, qui subit vexations et moqueries. Les deux policiers sont mis au placard et ce ne sont que des concours de circonstances qui vont les projeter sur le devant de la scène. Erla va devoir se rendre à ‘évidence que Huldar est un très bon enquêteur, qui vaut bien plus que les autres et dont elle ne peut pas se passer, d'autant que le temps presse.
Absolution est un bon roman, qui explore un thème très contemporain. Cependant, un moment donné, le récit se perd un peu et traine en longueur, alors que le dénouement arrive de façon précipitée. C'est un peu dommage, mais n'altère pas trop l'histoire et n'empêche pas qu'on soit tenu en haleine jusqu'à la fin.
Lien : http://www.polardesglaces.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mamy_Poppins
  16 juin 2020

Je découvre l'autrice avec ce roman d'une noirceur parfois dérangeante. Elle s'attaque ici à un phénomène de plus en plus dénoncé : le harcèlement. En Islande comme ailleurs, ce fléau détruit la vie de nombreux adolescents. Tout le monde est démuni : harcelés, parents, institution scolaire, police... Avec Internet et les réseaux sociaux, le harcèlement a pris une toute autre dimension, il devient presque impossible à éradiquer et à suivre.
Yrsa Sigurdardottir explore avec brio la face cachée de cette plaie moderne, en se positionnant tour à tour du côté des harceleurs et des familles des harcelés, livrant ainsi une image inédite. C'est glaçant de constater à quel point un harceleur peut également être un ado apprécié et appréciable.
L'enquête est menée à un rythme tranquille, à l'opposé des polars survoltés que l'on voit trop souvent. L'autrice prend le temps, se rapprochant de la réalité policière. Ses flics sont d'une humanité indéniable, capables de n'écouter que d'une oreille lors d'une réunion importante, focalisés sur leurs soucis personnels. Ils n'ont rien de super-héros, ne tirent pas à vue, n'ont pas d'illuminations subites leur permettant de résoudre l'affaire en un claquement de doigts. Au contraire, ils rament, se trompent, doivent interroger plusieurs fois les mêmes personnes, avant d'enfin progresser - parfois par hasard. On ne s'ennuie pas pour autant, grâce à l'écriture riche et à la force de l'intrigue. Huldar et Freyja sont des personnages très attachants, avec leurs contradictions.
J'ai beaucoup apprécié de découvrir les spécificités islandaises, notamment dans la conduite d'une enquête. Avec une population totale de moins de 400 000 personnes, l'Islande dispose de voies de renseignements complètement inconnues dans nombre d'autres pays (et qui doivent d'ailleurs faire baver d'envie les flics étrangers).
Une très belle découverte, qui me donne envie de lire les romans précédents !

Lien : http://www.phenixweb.info/Ab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   24 février 2020
Now, though, the snow seemed infinitely preferable to the deserted cinema. Stella couldn't wait to be safe in Höddi's car. So what if it was a wreck and the heater was broken? It was still better than the bus. A bit like Höddi. He wasn't exactly a fairytale prince but being with him was better than being single. He'd do for now, while she was looking around for someone better. Someone, fit, with a car that was cool enough to turn her friends green with envy. That's the kind of boyfriend she wanted. Not someone like Höddi who always had to be out of focus in the pictures she posted on social media.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
missmolko1missmolko1   25 février 2020
The café was heaving and the only place she’d been able to find a seat was right at the back. As she was squeezing her way out between the tables she couldn’t help noticing that all the other customers were foreign tourists. Maps or brochures were spread on every table, backpacks hung from the chairs and everyone was better equipped for the great outdoors than your average Icelander. She moved faster for fear of being asked what country she was from or if she’d mind taking a photo or, God forbid, performing the Viking football chant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   04 juin 2020
Son récit était une parfaite illustration du harcèlement moderne avec son lot de bassesses, de cruautés, d’humiliations et de rancœurs. La jeune fille avait demandé de l’aide à de multiples reprises aux autorités de son école. Mais le peu qui avait été tenté avait échoué. Sa situation s’était même aggravée. Stella avait joué les innocentes, elle avait tout nié en bloc. Elle avait retourné tous les torts sur Aðalheiður. Elle avait beaucoup pleuré, puis elle s’était vengée. Les parents d’Aðalheiður avaient échoué, eux aussi. Chaque fois que quelqu’un tentait d’y mettre fin, le harcèlement s’intensifiait. C’était jeter de l’huile sur le feu. Quand l’immonde page de haine qui lui était consacrée sur Facebook avait été supprimée, elle avait ressurgi aussitôt sous un nouveau nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   04 juin 2020
Telle une nuée de mouettes, les adolescents s’attaquaient à ceux de leurs congénères qu’ils jugeaient différents d’eux. Il suffisait de marquer de rouge un oiseau pour que les autres le massacrent. Son amour pour la petite ne l’aveuglait pas au point de ne pas se rendre compte que Saga était incapable de se couler dans un moule. Son tempérament, son apparence, son histoire, tout la singularisait. Elle arborait partout la même mine boudeuse, elle parlait peu et souriait encore moins. Freyja avait renoncé à croire qu’elle deviendrait moins taciturne avec le temps, mais elle espérait toujours que son sort s’améliorerait. Que le destin ne la priverait pas d’un père qui continuerait de passer plus de temps en prison qu’à l’air libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   04 juin 2020
Huldar était bourré de défauts. C’était aussi simple que ça. Le pire, c’était qu’avec son allure négligée, il affichait une virilité dont elle avait eu l’occasion, une fois, de mesurer toute l’efficacité sous la couette. Mais ça ne suffisait pas. Il y avait tromperie sur la marchandise. C’était bien dommage.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Yrsa Sigurdardottir (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yrsa Sigurdardottir
Vilborg Yrsa Sigurðardóttir, né le 24 août 1963 à Reykjavik, est une écrivaine islandaise, auteure de plusieurs romans policiers et ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse. L'?uvre d'Yrsa Sigurðardóttir est composée d'ouvrages destinés aux enfants et de romans policiers. Elle a été traduite dans de nombreuses langues dont l'allemand, l'anglais, le danois, le catalan, l'espagnol, l'estonien, le français, le grec, l'italien, le néerlandais, le norvégien, le polonais, le portugais, le roumain, le russe et le suédois. Son travail a été primé en Islande à plusieurs reprises.
autres livres classés : littérature islandaiseVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1900 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre