AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070358569
Éditeur : Gallimard (30/10/2008)

Note moyenne : 3.26/5 (sur 49 notes)
Résumé :
«Je vois dans votre regard, remarqua le professeur, le grand intérêt que vous portez à ce rouleau, et je tiens à vous mettre en garde, avant qu'il ne prenne une tournure plus passionnée, comme il en fut pour tous ceux qui s'en sont approchés. Chez moi aussi, je dois avouer, il a soulevé un fort enthousiasme. Il me semblait qu'en restituant son parcours, si sinueux fût-il, je pourrais mieux parler des empereurs défunts sur lesquels il avait laissé son empreinte, reco... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
joedi
  20 août 2015
L'auteur donne la parole à deux narrateurs, une universitaire française qui se perfectionne en langue chinoise à l'université de Pékin et un vendeur de légumes dont la mère travaille dans la Cité interdite. le jeune chinois se prénomme Tûmchouq du nom d'un pays disparu depuis plusieurs siècles. Tûmchouq c'est aussi une langue que plus personne ne connaît sauf un français du nom de Paul d'Ampère, auteur de plusieurs livres sur la Chine à la recherche d'un manuscrit sur un rouleau de soie écrit dans la langue tûmchouq.
Au début du roman, la narratrice a été engagée comme interprète pour une réunion organisée par une production d'Holywood autour du scénario du film le dernier Empereur, film qui sera couronné de plusieurs Oscars ; cette réunion se tient à l'Hôtel de Pékin. le professeur Tang Li, présent à la réunion déclare au responsable qu'il peut mettre tous ses documents à la poubelle. La narratrice court après le professeur jusque dans le tramway et celui-ci va lui raconter les derniers moments de règne du dernier Empereur. J'ai trouvé cette partie intéressante mais un peu ennuyeuse, il s'agit du premier chapitre, la suite est plus "vivante" mais je trouve les chapitres trop longs. Dai Sijie a fait preuve d'une grande imagination et je trouve certains éléments de la fin un peu tirés par les
cheveux ! Dans l'ensemble le roman m'a plu mais moins que La petite chinoise et le complexe de Di, deux romans que j'ai beaucoup aimé ; appréciation personnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
mariech
  28 février 2016

Un voyage en Chine à différentes époques , dans la Chine impériale jusqu'à la fin de l'empire avec le dernier empereur Puyi , la Chine de Mao .
J'avais déjà lu de l'auteur Balzac et la petite tailleuse qui est un grand best - seller , j'avais aimé mais Par une nuit où la lune ne s'est pas levée , alors là j'ai adoré , je ne résiste pas à l'envie d'écrire le titre du livre , merveilleux titre , si poétique .
Un voyage dans les mines de gemmes où les conditions de vie sont atroces , où il y a deux sortes de prisonniers comme dans tous les pays totalitaires , les droits communs et les prisonniers politques , l'auteur a un sens aigu du détail et j'ai adoré , oh le passage où le prisonnier de droit commun se remémore le jour où il a tué sa femme , la haine qu'il voue ' au politique ' qui a provoqué involontairement ce souvenir , la punition atroce qui s'ensuit .
C'est aussi une merveilleuse histoire d'amour , si triste , entre la jeune étudiante française et le héros chinois .
C'est un livre qui exerce un magnétisme sur moi , pendant quelques jours , j'étais dans une bulle hors du temps , privilège magique de la lecture
Je vais continuer ma découverte de l'auteur par le complexe de di , je vous raconterais .......
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
FredMartineau
  04 septembre 2015
J'ai découvert Dai Sijie avec ce livre. L'entame m'a emballé et je me réjouissais non seulement du style, une plume affutée, mais aussi d'en savoir plus sur ce manuscrit, et les écrits bouddhiques que le béotien n'attribuait guère qu'à Siddhârta et ses disciples. Mon enthousiasme a décru à mesure que la trame bourgeonnait en de multiples noyaux qui s'éloignent du fil conducteur en déversant un flot ininterrompu d'anecdotes, de détails, de personnages secondaires… même s'ils finissent par se rejoindre, la fluidité du récit en pâtit, cette construction a perturbé le lecteur et produit une impression finale mitigée au sein de laquelle surnage la qualité des connaissances transmises et les belles phrases. Je lirai volontiers un autre roman de Dai Sijie, le moyen d'affiner ma perception de l'écriture et de l'oeuvre de cet auteur...
Commenter  J’apprécie          132
claudia1506
  05 mai 2012
J'ai lu une trentaine de pages mais j'ai perdu le fil, l'envie alors je le dépose en attendant que l'envie revienne...
Je le quitte mais j'y reviendrais très certainement...plus tard, quand le moment sera venu...il vient toujours mais...ce n'est pas maintenant
Il ne me fait pas de l'oeil. Il ne me fait pas vibrer comme d'autres du même auteur alors je le reprendrai un peu plus tard.
Commenter  J’apprécie          40
hmathon
  20 septembre 2010
1978 - Une jeune française se rend à Pékin pour étudier le chinois.
Elle rencontre un jeune chinois, de père français,sinologue réputé.
Il lui révèle sa préoccupation secrète: retrouver un mystérieux manuscrit rédigé dans une langue inconnue.
Livre, certes intéressant mis dont l'histoire, écrite dans une succession de détails extraordinaires, nous transporte en permanence dans des espaces-temps différents; rendant la compréhension des textes un peu complexe.
Au point que l'ion en perd parfois l'intérêt de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
joedijoedi   17 août 2015
Pour elle, le tûmchouq était le Sauveur, Dieu, dont le pouvoir mythique fut encore renforcé par ces phrases de son mari : «Je ne peux me permettre de te raconter le texte, non parce qu'il manque la fin mais que la beauté de cette langue est intraduisible. Presque trop belle pour survivre en ce monde. Ni moi ni aucun écrivain chinois actuel, à mon avis, n'est capable de rendre la moitié de son charme, il ne peut faire qu'une traduction mot à mot, un squelette sans chair ni vie. Cela m'évoque l'expérience malheureuse de ma traduction de Gogol : en dépit de mes efforts et de tous les éloges dont on m'a gratifié, la beauté du texte original a glissé entre mes doigts, j'en ai pleuré tant cela me fit mal, et je songe à tous les malheureux dans le monde — Dieu sait combien ils sont nombreux — qui ne lisent pas le russe et mourront un jour sans jamais avoir goûté la beauté de la prose gogolienne. Quelle horreur ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
joedijoedi   16 août 2015
Nous aurions souhaité, pour garnir le sol, un tapis de feuilles d'arbre de Boddhi, mais le seul de Pékin se trouvait devant le bureau de ma mère, et nous décidâmes d'y renoncer, nous contentant de feuilles de ginkgo, un arbre moins sacré de la cour de l'oncle de Ma. Des feuilles vert délavé, parfois jaune pâle, avec des bords brunis, ou jaune soufre, légèrement irrégulières mais joliment dentelées, en forme de papillon à quatre ailes, ou d'oiseau, ou de lune, qui crissaient lorsque nous nous y allongions, comme un vieux lit à ressorts, d'où montait une odeur douce et exquise de terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
joedijoedi   16 août 2015
Quand il eût fini sa dédicace en tûmchouq, il la lut plusieurs fois, syllabe par syllabe ; ... Les mots par lui murmurés sonnaient comme une formule secrète au son inconnu, qui suscitait en moi un léger vertige, une douce ivresse, comme des grains de sable flottant où baignaient tous mes sens.
Commenter  J’apprécie          170
joedijoedi   18 août 2015
À certains stades de notre vie, ou d'une recherche, nous sommes poussés, pour une raison qui nous reste souvent obscure, à prendre des décisions qui s'avèrent, après coup, lourdes de sens.
Commenter  J’apprécie          150
NicoleGiroudNicoleGiroud   23 mai 2013
Le jour se levait à peine, le chemin de sable minutieusement balayé, sans une feuille morte, scintillait sous mes pieds nus, et chacun de mes pas, je le sentais, était un acte de méditation. Avec son sable et ses quelques pierres posées çà et là comme au milieu des cendres éteintes, unies, finies, refroidies des passions, sans une seule étincelle de braise risquant de se rallumer, le petit sentier ressemblait à la vie de qui l’empruntait. Peut-être son créateur voulait-il ainsi nous rappeler que nos empreintes disparaîtraient tels les beaux jours de notre vie, au premier coup de vent, sans laisser la moindre trace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Dai Sijie (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dai Sijie
Entretien avec Dai Sijie à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com le 15 avril 2019. Découvrez les mots choisis par l'auteur pour évoquer son roman 'L'Évangile selon Yong Sheng', paru chez Gallimard. Retrouvez toutes les critiques de 'L'Évangile selon Yong Sheng' sur Babelio : https://www.babelio.com/livres/Sijie-Lvangile-selon-Yong-Sheng/1116403
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Balzac et la petite tailleuse chinoise

Combien de livres se trouve dans la valise bien ficelé ?

10
4 ou 3
5 ou 6
pas précisé

8 questions
213 lecteurs ont répondu
Thème : Dai SijieCréer un quiz sur ce livre
.. ..