AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782081240506
Éditeur : Flammarion (01/01/2011)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Un gamin de treize ans, atteint d'une maladie rare qui lui donne l'aspect d'un petit vieux, est acheté par le directeur de la cantine d'une prison.
Une jeune fille, encore lycéenne, est convaincue de la culpabilité de son père, gardien d'un réservoir d'eau, dans la disparition de sa mère.
Une ancienne forgeronne ranime son fourneau pour fabriquer une chaîne de fer qui attachera son fils à un arbre.

Ces trois vies parallèles se déroulent ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
mariech
  02 février 2013
Première recontre avec l'auteur , j'en avais entendu parler pour ' Balzac et la petite tailleuse chinoise ' qu'il m'a donné envie de lire .
Après Mo Yan , me voilà en présence de littérature chinoise et comme toujours j'ai été contente d'être dépaysée , pas ravie car c'est un livre coup de poing , dont je suis sortie sonnée mais quand même contente de l'avoir lu .
Dès les premières pages , nous avons pitié de ce gamin qui a une maladie génétique rare ' la progéria ' , le voilà vendu par sa tante ' la muette ' contre quelques billets , elle s'enrichit un peu et espère que son neveu va connaître une vie meilleure .
Bien sûr c'est sans compter sur le machiavélisme des hommes , mais aussi sur un régime qui condamne ses vieillards , anciennement adulés à la peine de mort .
Il y aussi la jeune adolescente dont la mère est atteinte d'un cancer pour avoir travaillé au recyclage de métaux , elle perd la mémoire à cause d'un intoxication au plomb , elle mêle tendresse et affreux soupçon envers son père .
Le père qui n'a aucune ambition sauf celle de faire de sa fille unique une grande patineuse et qui consacrera tout pour cette passion , mais ici aussi ,.
Enfin la troisième histoire est à la fois sublime et horrible , c'est la le talent de l'auteur , il distille espoir et désepoir à doses égales , sans trancher pour un côté ou l'autre , il suggère de façon subtile . L'auteur parle de catastrophes écologiques , d'eaux polluées où les poissons meurent , où les cultures sont empoisonnées et donnent des fruits et légumes impropres à la consommation , où l'eau 'pure' doit être achetée à grand prix , où les gens perdent leurs cheveux , souffrent de daltonisme , d'une industrialisation massive qui déshumanise .
Voilà une lecture qui secoue mais qui a un charme , une écriture qui hante , qui creuse au plus profond de nous ,mais qui captive aussi , en tout cas un grand talent , Un livre qui ne laisse pas indifférent .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Moan
  14 avril 2013
Ces trois histoires se passent toutes dans l'île de la Noblesse en Chine, où arrivent tous les déchets électroniques de la planète.
Dans la première, la muette vit et vend des tofus avec son neveu, dans un conteneur abandonné à l'odeur de plastique brûlé qui atteste de sa "longue carrière dans le recyclage des déchets électroniques". Un jour, un assistant du directeur de la prison toute proche vient proposer à la muette d'échanger le garçon contre deux mallettes de billets...
Dans la seconde, Bogart est chargé de l'entretien d'un réservoir d'eau. Sa femme travaille à recycler les déchets et souhaite quitter ce lieu. Mais Bogart souhaite faire de sa fille une championne de patinage et rien de mieux pour l'entraînement que ce réservoir en hiver!
Dans la troisième, sur une enclume, une femme aidée par son fils cadet ,fabrique une chaîne qui servira à attacher un homme.
Très belle écriture pour des récits forts et noirs , très noirs!
Commenter  J’apprécie          230
edwige31
  30 mars 2013
On ne ressort pas indemne de cette lecture. Il s'agit de 3 courtes nouvelles et quelle panorama de la vie chinoise ! C'est amer, la misère suinte et rend impossible toutes espoir d'avenir. Les situations auxquelles sont confrontés ces hommes et ces femmes nous apparaissent comme ceux d'un autre âge. La réalité de ce quotidien est évoquée avec beaucoup de délicatesse par l'auteur mais avec une précision implacable.
J'ai trouvé la première "Ho Chi Minh" particulièrement poignante : quelle cruauté de sacrifier cet enfant déjà particulièrement touché par le destin. le poids de l'argent, du pouvoir, la corruption du système politique chinois permettent cet incroyable échange. La beauté du texte provient certainement de la légèreté, qui est instillée par la vision naïve et positive de l'enfant de son aventure : il espère un avenir, que sa différence lui permettra de s'extirper de sa misère. Et pourtant, il est utilisé comme un objet pour sauver un vieillard. Quelle ironie !
Les deux autres nouvelles "Le Bogart du réservoir d'eau" et " le cuirassé qui passe à travers la montagne" sont un plaidoyer contre les conditions de travail désastreuses de beaucoup de chinois. L'exploitation des substances toxiques les conduit inexorablement à être atteint de démence. Les répercussions sont leur vies de familles sont désastreuses et particulièrement poignantes : le sacrifice d'une mère est magnifiquement évoqué par la comparaison entre le combat d'une maman pangolin et la mère du personnage principale. le style est magnifique et étonnamment pleine de poésie malgré les histoires très dures. L'auteur malgré la dureté des conditions parvient à faire émerger et transfiguré l'amour d'une mère, d'un père, d'un frère, d'une épouse... C'est vraiment touchant.
C'est un vrai coup de coeur et la découverte d'un auteur qui évoque avec beaucoup de délicatesse et poésie la détresse du petit peuple chinois.
Lien : http://toshoedwige.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Lunoelle3
  13 octobre 2011
Une écriture fluide et dangereuse qui nous emmène au plus profond de l'horreur....
On comprend la noirceur et le noeud de chacune histoire, mais l'auteur nous force de sa plume à continuer jusqu'à la fin, jusqu'au bout du chemin les trois histoires de vies dans ce livre...
Une pause est a faire entre chaque histoire si vous voulez pouvoir en avaler une autre! Exemple de folies de l'Homme ou stratagème noir magnifiquement écrits!
A lire si vous adorez les nouvelles dures comme la pierre, mais pourtant si fascinantes....
Commenter  J’apprécie          80
liratouva2
  20 mai 2011
Dai Sijie est l'auteur de «Balzac et la petite tailleuse chinoise», un livre que j'ai bien aimé. Celui-ci aussi d'ailleurs qui est divisé en trois parties dont chacune est une histoire avec de nouveaux personnages vivant sans se connaître au même endroit sur l'île de la Noblesse, grand dépotoir de tous les déchets électriques du pays. Leur destin est intimement lié aux effets maléfiques de ce lieu poubelle symbolique de la négligence du monde industriel actuel.
"Ho Chi Minh" est le surnom donné à un vieil enfant d'une dizaine d'années qui en paraît plus de soixante dix A cause de sa maladie, un directeur de prison l'achète à sa tante pour le former à sa façon dans un but bien précis des plus odieux. L'enfant, lui, est heureux croyant qu'on le prépare pour l'exposer dans un cirque. Il se sent utile.
"Le Bogart du Réservoir d'eau" raconte le désarroi d'une jeune fille quand elle découvre sous la glace où elle s'entraîne, les os de sa mère disparue récemment. Elle accuse son père. A-t-elle raison ?
La troisième histoire : "Le cuirassé qui passe à travers les montagnes" est la plus horrible, à mon avis. Parce que son fils est dangereux, une mère l'attache, des années durant, dans un puits, à l'aide d'une grosse chaîne qu'elle a confectionnée elle-même. de retour chez lui quelque temps plus tard, le fils cadet est bien étonné d'une situation tout- à fait inattendue et terrifiante.
J'admire l'auteur qui sait en peu de pages imposer trois portraits aussi inoubliables, trois vies des plus déconcertantes. La fin des récits, révélée en quelques lignes, est particulièrement atroce.
Ce livre a été le coup de coeur des libraires du mois de mars.
Lien : http://liratouva2.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
myriampelemyriampele   14 mars 2013
Dire de cet ami qu'il était jardinier, c'est une façon de parler, car il n'y avait pas vraiment de jardin dans l'université, hormis le campus, cet immense jardin où l'on cultivait les jeunes socialistes chinois, parmi lesquels une équipe, dévolue aux "travaux verts", plantait des arbres partout.
Commenter  J’apprécie          20
MadimadoMadimado   09 février 2012
Au jour de sa retraite définitive, avant de rendre l’âme, le vieux conteneur rougira encore, avec raison, de l’échange qui eut lieu devant sa porte.
Commenter  J’apprécie          50
cocon94cocon94   08 juin 2016
J'ai regretté de n'avoir pas pu l'enterrer avec sa mère, cette Vierge de son espèce, cette boule écailleuse qui refusa de s'ouvrir et m'obsède autant que me hante la main de ma mère lavant son fils enchaîné au fond d'une baraque.
Commenter  J’apprécie          20
MadimadoMadimado   09 février 2012
Ce qu’elle aimait dans le patinage, c’était la danse. Elle préférait me voir tourner, tourner, sur un seul pied, et dessiner, d’un seul trait de lame sur la glace, une colombe d’un mètre cinquante.
Commenter  J’apprécie          20
MadimadoMadimado   09 février 2012
Comme jamais dans sa vie, il ressentit à la poitrine une douleur qui secoua ses flancs maigres à les faire éclater. La clé lui échappa, tomba à terre et rebondit.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Dai Sijie (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dai Sijie
Les filles du botaniste (2006), de Dai Sijie - interview
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Balzac et la petite tailleuse chinoise

Combien de livres se trouve dans la valise bien ficelé ?

10
4 ou 3
5 ou 6
pas précisé

8 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : Dai SijieCréer un quiz sur ce livre