AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782913939332
282 pages
Éditeur : Oxymore Edition (07/06/2003)
4.41/5   32 notes
Résumé :
Dans une maison obscure, durant les douze nuits les plus dangereuses de l'année, un écrivain noue avec la Mort en personne un dangereux dialogue. L'enchantant de ses récits, à l'instar d'une moderne Schéhérazade, il lui montre son propre visage à travers le miroir de nos yeux. Nos yeux de mortels, de tombes ensevelies dans le désert à d'étranges laboratoires ; d'opéras viennois en planètes portant le nom d'antiques Enfers ; de studios d'étudiants sanguinaires aux ru... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Delaetitia
  23 février 2008
Ce qui est agréable dans ce recueil composé de douze nouvelles, c'est que chaque nouvelle est différente de la précédente. Que ce soit dans la narration, dans le thème ou dans le style. En effet, le lecteur déambule d'un genre à l'autre, du fantastique à la fantasy en passant par la science-fiction.
De plus, la thématique de la mort est abordée avec originalité. Un écrivain converse en tête à tête avec la mort elle-même, personnifiée sous les traits d'une jeune femme, avant de lui conter, chaque nuit, une histoire mêlant la réalité à l'extraordinaire. Il est le fil conducteur qui relient ces douze nuits. de la nativité à l'épiphanie. Ces récits dont la finalité est de retarder l'inéluctable, en charmant la mort, mais aussi de lui démontrer les bizarreries de la vie. Et chaque nuit, assise au pied du conteur, la mort revient pour écouter. L'écriture y est poétique, envoûtante et bien maîtrisée.
Léa Silhol ouvre le bal avec « Assassin », un écrivain possédant un miroir qui le mène au bord de la folie. « le lied d'Intransigeance » et « Lucifer Opiomane » ont la saveur de la littérature du XIXe et de son style décadent. L'une nous amène dans l'univers du grand opéra de Vienne et d'une cantatrice au destin tragique tandis que l'autre nous égare dans les fumées chimériques d'une discussion entre un jeune homme et un Lucifer aux allures de Dorian Gray. « Sur la terre comme au ciel » se tourne vers la SF : la science met au monde une créature angélique qui n'est pas sans conséquence. Dans « Dialogue avec les ombres » et « Nos funérailles », l'amour et la mort sont intimement liées. La première est teintée de deuil avec en toile de fond un chat qui perce l'invisible. La seconde, plus terrifiante, mène dans un élan de folie et d'amour, un couple à une mort atroce. Retour à la SF avec deux récits, « L'ordalie des matriarches » qui relate un lien entre soeurs mis à mal par une froide société matriarcale autoritaire et « Xolotl » qui narre à la façon d'un conte, la relation entre une enfant et une créature extraterrestre offerte par un père aimant. Poursuivons avec une histoire vampirique « Discours direct : un baiser de vampire », le lecteur assiste à la transformation d'un jeune couple en vampires. « Maillon d'une ancienne chaîne » a des accents d'Indiana Jones. En effet, une équipe de chercheurs découvre un tombeau égyptien inviolé et qui cache des secrets oubliés. Suivent deux dernières histoires tournant autour de la mythologie. Dans « Une Hécate et son chien », un homme croise la route d'une sibylle accablée d'un lourd fardeau et dont elle cherche à échapper. « de nuit, de glace, d'argent » est la rencontre étonnante entre une jeune mortelle et la mort à la beauté troublante.
Nous refermons ce recueil sur « Fins de siècle », une longue postface aux airs de confidences. Léa Silhol y décrit la naissance de ses nouvelles et cette passion pour l'écriture qui l'anime tant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cyan
  10 août 2021
La Mort en personne rend visite à un écrivain qui, durant douze nuits, va lui raconter des histoires de morts.
Les nouvelles rassemblées ici ont été écrites entre 1997 et 2003. Certaines étaient déjà parues dans des anthologies, d'autres étaient inédites. Les sujets abordés et les genres sont variés, bien que tous en lien avec la mort. On oscille entre l'historique, le contemporain, la fantasy, l'urban fantasy, la mythologie, etc. Ce sont les passages où l'écrivain parle à la Mort qui lient l'ensemble, ce qui n'était pas forcément utile, mais forme un fil rouge qu'on retrouve entre des textes très différents et qui, au final est une nouvelle de plus, bien que fractionnée. le format est intéressant.
Certaines nouvelles font écho à d'autres rencontrées dans d'autres recueils de l'autrice, ce qui a un peu avivé mon regret de ne pas avoir lu ses livres dans l'ordre de publication, mais n'a pas entravé ma compréhension. Si les textes les plus anciens bénéficient déjà d'un style reconnaissable entre tous, particulièrement inspiré, on sent la plume évoluer avec l'expérience. Dans la postface, l'autrice explique sa démarche, ses inspirations et son travail. Ne la zappez pas, c'est passionnant!
S'agissant de nouvelles, je n'ai pas envie de vous en dire plus sur le contenu. Chaque livre de Léa Silhol est un pur régal à la fois par sa plume et pour titiller notre imagination et nos sens.
J'ai l'impression de me répéter à chaque lecture que je fais des récits de cette autrice, tant pis: je me suis délectée et j'en redemande
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
psycheinhell
  09 décembre 2011
Que la Mort, car il s'agit bien d'elle, s'introduise dans une maison, et son hôte peut s'attendre à être emporté. Mais lorsqu'elle apparaît, par une glaciale nuit d'hiver, sur le seuil de la demeure d'un auteur à succès, et s'installe en silence près de la fenêtre, l'écrivain se voit offrir l'occasion d'une étrange et dangereuse conversation. Au fil des douze nuits qui séparent la Nativité de l'Epiphanie, alors que les frontières entre les mondes s'amincissent, il se fait conteur et porte-parole de l'humanité pour livrer à son invitée tout ce qu'il sait d'elle-même. Douze nuits déclinées en nuances de gris, douze nuits pour décliner les aspects de la mortalité : douze nuits pour instruire la Mort, et peut-être la séduire…
[Impression développée sur Psycheinhell :]
Lien : http://psycheinhell.wordpres..
Commenter  J’apprécie          60
Senora
  07 septembre 2008
Dans ce recueil, chaque nouvelle est différente. En effet, on plonge à chaque fois dans une nouvelle histoire mais aussi dans un nouveau genre : alternant entre Fantastique, Fantasy et Sience-Fiction, l'auteur nous emmène à la rencontre de Vampires, d'Anges et de Dieux.
Ces histoires sont contées par un écrivain tourmenté, que la Mort est venue chercher. Pendant douze nuits, elle va lui rendre visite et écouter, silencieuse...
Un recueil très troublant, à lire et à relire.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
EferyEfery   01 septembre 2012
Parfois les hommes, et les femmes, sont d'acier, mais en nous il y a toujours, toujours, des fêlures. C'est là que la vie pousse, et que naît, étincelle frappée contre d'étranges silex, la colère. La colère et la haine, contre l'autre mais toujours, à la fin, exercée contre soi.
(Deuxième/ La Nuit d'Acier)
Commenter  J’apprécie          50
laulauttelaulautte   05 mai 2021
Aimer le naturel, c'est aimer la facilité, c'est n'avoir ni la force ni le talent d'inventer quelque chose de nouveau. Pire : c'est manquer d'imagination. Non, croyez-moi, il n'existe pas de plaisirs naturels, il n'existe de vrais délices que dans le kaléidoscope de l'artifice.
[Lucifer Opiomane]
Commenter  J’apprécie          50
psycheinhellpsycheinhell   04 janvier 2013
Elle n'avait que la beauté de ceux que la vie investit de sa quintessence. Opaques et transparents à la fois, ils laissent filtrer à travers l'argile de leurs peaux une lumière proche du divin. Et leurs visages, fermés ou ouverts, sont si vrais qu'à côté d'eux tous les autres mortels font figure de contrefaçons.

[Une Hécate et son chien]
Commenter  J’apprécie          40
EferyEfery   01 septembre 2012
Chaque être est investi de la mission qu'il se donne, et cette quête n'a de valeur que pour lui. Il en est de même pour le destin. Il n'existe aucun destin, monsieur. Le destin est le nom que donnent les hommes faibles à leur incapacité.
(Lucifer Opiomane)
Commenter  J’apprécie          50
laulauttelaulautte   07 mai 2021
Et il est dans la nature des hommes, dont l'esprit délirant toujours rêve d'un monde meilleur, d'idéaliser la fleur de chardon qui pousse dans le champ du voisin parce que son pré à lui est vierge de chiendent.
[Lucifer Opiomane]
Commenter  J’apprécie          30

Video de Léa Silhol (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léa Silhol
Aperçu du processus de création pour la maquette de l'ouvrage Fo/vea
autres livres classés : épreuvesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1887 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre