AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782913939257
159 pages
Oxymore Edition (30/05/2003)
4.42/5   13 notes
Résumé :
Lieu d'imaginaire, la Route l'est assurément. Berceau de légendes innombrables, de mythes passés ou modernes, elle ne laisse personne indifférent. Qu'elle soit autoroute ou sentier perdu, elle est la trace d'un passage respecté ou honni. Pourtant, la Route est aussi une indicible frontière. Qu'elle s'ouvre sur d'autres mondes, plus ou moins lointains, et votre vie pourrait s'en trouver à jamais bouleversée. La Route, un lieu ordinaire et insolite à la fois où les d... >Voir plus
Que lire après Emblèmes n°9 : La RouteVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Après le livre d'or de la science-fiction centré sur les auteurs américains,
après Les Utopiales qui cherchent les perles dans les quatre coins du monde,
je découvre la collection Emblèmes, qui présente surtout des auteurs français.

Bon, l'illustration laisse à désirer, mais la qualité des nouvelles proposées est très bonne.
L'écriture en particulier est très soignée dans chacune d'entre elles, je parlerai donc peu.

À l'exception de la dernière, le thème est respecté à la lettre, ce qui n'est pas si courant dans les recueils.

Il y a en bonus une petite étude bien documentée sur le thème de la route, ainsi qu'une liste de romans assez fournie (à laquelle on ajoutera bien sûr La Route, de Cormac McCarthy, publié après).


Vado Mori – Léa Silhol (20p) *** (Urban Fantasy)

La fuite éternelle de deux amants. Lui, le « changeling » (quoique dans le texte il ne soit question que de « fays »). Elle, qui le suit par amour.
Bon, j'ai détesté ! C'est un road movie lent et dramatique dans les plus purs clichés du Young Adult, variante bad boy « différent » et amoureuse éperdue. Les amants maudits parlent avec une gravité qui donne l'impression qu'ils savent tout de la vie. Comme dans les comédies américaines, le noeud de l'intrigue consiste évidemment en une confidence qui est retardée au maximum, à grand renfort de je-te-coupe-la-paroles.
Ceci étant dit, si vous appréciez le genre, vous aimerez peut-être, car tout y est, les codes et l'esthétique sont respectés à la lettre, et l'écriture détonne par sa beauté.
En parlant d'écriture, j'ai quand même bloqué sur l'usage systématique de mots anglais pour rendre l'univers Fantasy (les fays, Frontier, mais aussi les noms des personnages : Shade, Fallen...). C'est à la fois facile et inapproprié je trouve.
La fin laisse un sentiment d'inachevé. du reste, j'ai cru comprendre que ce texte faisait partie d'un univers, ou d'un recueil plus vaste. Il faut peut-être alors le prendre comme une porte d'entrée, mais en tant que nouvelle, on reste sur sa faim.
Thèmes abordés :
Amour, ségrégation, communauté, trahison, monde caché

TransSelvaExpress – Jean-Michel Calvez (20p) ***** (Fantastique)

Un magnat décide de faire construire une route traversant l'Amazonie, pour ses seuls intérêts privés. La tracé établi passe malheureusement par un village d'autochtones. Un problème ? Pas quand on fait la pluie et le beau temps sur la politique du pays.
Un pur régal, qui fleure bon « La forêt d'émeraude » pour le thème principal (les bulldozers aussi). On pense aussi au film « Le jaguar » pour le comique de situation très réussi entre l'ingénieur, l'interprète et l'indien (je parle de la nouvelle).
Jean-Michel Calvez ne déçoit pas avec cette nouvelle. Et ce n'était pas gagné, car avec sa structure en trois parties hétérogènes dans la tonalité, la proposition était risquée. Finalement cela fonctionne à tous les étages et finit avec panache, comme l'auteur sait si bien le faire.
Le parallèle avec la structure et les thèmes du film récent « Sans filtre » est étonnant : un film également en trois parties où, après un focus sur les mondanités, le rapport de force entre ultra-riches et pauvres est montré de manière très crue et choquante mais avec des séquences très drôles, puis la donne change dans la dernière partie.

Thèmes abordés : critique du capitalisme et des ultrariches, critique de la colonisation, Indiens d'Amazonie, pouvoir, chamans

Wanderlust – M. Christian (10p) **** (Fantastique)

Un homme sillonne les routes des États-Unis. À chaque halte, il suscite un sentiment vif auprès des personnes qu'il croise. Mais quel est donc son secret ?
Un road movie tout bien ficelé qui rappelle le grand succès de Patrick Süskind. Très classique dans les thèmes et dans la construction. Une chute qui ne déçoit pas, tout à fait conforme au genre. On en aimerait plus, mais en même temps tout est dit, et le dire si bien en si peu de mots est une preuve de maîtrise.
Thèmes abordés : road movie, envoûtement

Gênez pas la circulation – Antoine Lancou (10p) **** (Space opera)

Les routes de l'espace rapportent beaucoup, mais il faut les entretenir. Et quand des extraterrestres se mettent à bloquer la circulation pour revendiquer on ne sait quoi, mieux vaut faire appel aux briscards du chantier !
Un joli petit divertissement qui fait dans le loufoque. le style familier porté par la narration à la première personne est parfaitement adapté et maîtrisé.
La chute n'est peut-être pas tonitruante, mais l'ensemble est très sympathique et réussit à faire rire, c'est l'essentiel.
Thèmes abordés : conquête spatiale, exploitation industrielle, extraterrestre, Contact, conflits sociaux, critique du capitalisme.

Cross Road – Sire Cédric (20p) ***** (Fantastique)

Un vieil homme s'apprête à prendre la route. À pied, comme il se doit. Oh, cette route, il l'a déjà prise il y a bien longtemps. Aujourd'hui il est vieux, certes, mais aussi libre en lui.
Peter Pan revisité.
Une petite nouvelle qui ne paie pas de mine. Une histoire d'enfance. Mais si la naïveté, l'innocence et l'imagination sont au coeur du sujet, l'écriture n'est en rien naïve, et bien vite elle parvient à capturer la sensibilité et la candeur du jeune âge. Et puis, il y a une histoire, une vraie. Une histoire qu'on croit ou pas, enfin ça, c'est vous qui voyez !
On a même droit à une chute bien amenée, classique, qui vient comme parachever la beauté éthérique du récit.
Thèmes abordés : imagination, enfance, croyance, amitié

Notre patrie se nomme Asphalte – Jérôme Noirez (10p) **** (Fantastique)

Dans une dictature crépusculaire, une poignée de vigiles sont chargés de surveiller les portes d'une cité agonisante. Ces portes sont au nombre de quatre. Une pour chaque point cardinal, d'où partent les autoroutes. Quant aux créatures qui rôdent sur l'asphalte...
Un thriller très bien construit, classique dans sa forme. C'est poétique et efficace à la fois. Un bel effort d'imagination sur un thème maintes fois traité.
La chute est un peu attendue, mais à la hauteur du récit.
Thèmes abordés : mort, massacre, tragédie, dictature, pardon, conscience collective.

Tous les voeux – Esther M. Friesner (20p) ** (Fantastique)

Un jeune orphelin parcourt les routes en direction de Washington, en plein hiver, avec deux protecteurs : un homme bon mais sans le sou qui l'a prit sous son aile, et le fantôme d'une femme asiatique.
Je n'ai pas accroché. J'ai trouvé le récit long et ennuyeux, même pénible avec le parler du gamin. Ses visions et ses dialogues avec le fantôme n'arrangent rien. On reste dans le brouillard jusqu'à la toute fin. Une fin qui tente de lever le mystère – les mystères. Malheureusement je ne suis pas sûr d'avoir tout bien compris.

Thèmes abordés : mort, guerre du Vietnam, violence familiale, pardon, fantômes, prière, religion.
Commenter  J’apprécie          150
La route : le thème peut surprendre pour une anthologie consacrée aux littératures de l'imaginaire. Il suffit pourtant de contempler la couverture gris d'asphalte réalisée par PFR, ces éclats de route brisée par les silhouettes troubles d'un chat noir ou d'un être saisi en pleine course, pour comprendre ce qu'elle incarne, le passage vers Ailleurs, la promesse de l'inconnu, l'excitation et le danger du voyage. Et c'est avec un frisson de plaisir anticipé que l'on se met en marche, sous la double conduite de Greg Silhol et de Jess Kaan.

Léa Silhol, « Vado Mori » : L'anthologie démarre à grande vitesse avec ce texte superbe, violent, conduit de bout en bout par un sentiment d'urgence. Sur les routes d'une Amérique en guerre contre l'altérité, l'histoire d'une fuite en avant qui est surtout une course vers le gouffre.
Thomas le Rimeur, « Les Trois Routes » : Impossible de parler de routes vers l'Ailleurs sans évoquer celle qui mène à Féerie, telle qu'elle est présentée dans cet extrait bien connu de la belle balade racontant l'enlèvement de Thomas par la Reine des Fées. Un passage que je relis avec un plaisir toujours neuf.
Jean-Michel Calvez, « TransSelvaExpress » : Quel poids peuvent avoir une poignée d'indiens, quand les caprices d'un riche industriel exigent que leur village soit rasé pour faire place à une route ? le regard moqueur que porte Jean-Michel Calvez sur un monde corrompu ne suffit à occulter les menaces qui planent sur les protagonistes de cette triste affaire…
M. Christian, « Wanderlust » : Une nouvelle prenante sur les liens très particuliers qui attachent un représentant de commerce à la route.
Antoine Lencou, « Gênez pas la circulation » : Même sur les autoroutes de l'espace, des mécontents peuvent s'acharner à perturber la circulation ; et c'est au personnel d'exploitation du réseau qu'il revient de se débrouiller pour mener d'insolites négociations…J'ai moins accroché à cette nouvelle qui vaut surtout pour son portrait tendrement amusé des agents d'entretien des routes.
Sire Cédric, « Cross-Road » : Les adultes ont peut-être oublié, mais les enfants savent bien, eux, que la route bouge, et qu'à la lueur de la lune rouge, elle peut vous mener en d'étranges endroits. Magnifique et touchante nouvelle sur le regard de l'enfance, l'une des plus belles que j'aie pu lire sous la plume de Sire Cédric.
Jérôme Noirez, « Notre Patrie se Nomme Asphalte » : Quand l'autoroute devient pour les hommes un territoire hostile, un monde dont il faut se garder… Noirez livre ici un texte emblématique de son talent, un récit de cauchemar puissant et foisonnant, où l'épouvante s'en vient des routes pour engloutir les horreurs qu'ont façonnées les mains humaines.
Esther M. Friesner, « Tous les Voeux » : L'émouvant portrait de deux sans-abri, un gamin et son vieux protecteur sammy en marche sous la pluie pour tenir un ancien voeu. Un récit tendre et grave, superbe.

Encore une belle résussite que ces textes où défilent les différents visages de la route, lieu de terreur ou de refuge. Qu'ils se déroulent à toute vitesse, poussés par le besoin de fuir l'horreur ou l'appel d'un autre monde, ou bien qu'ils fassent savourer au lecteur le plaisir du chemin et des intéressantes rencontres qui s'y font, ils explorent avec bonheur quelques pans de ce ruban d'asphalte ou de terre qui ne cesse d'appeler même les plus sédentaires d'entre nous.
Pour prolonger le plaisir, Jess Kaan nous livre avec « Ce qui s'attelle à nos pas » un passionnant panorama des êtres que la légende associe à la route, avant de suggérer au lecteur aventureux d'autres voies à parcourir par le biais de la traditionnelle et toujours judicieuse bibliographie.

[Impression de lecture jadis publiée sur le Coin des Lecteurs]
Commenter  J’apprécie          130
des nouvelles très différentes; rire, effroi, sensibilité;;; un tres bon emblemes
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Mais tout un chacun sait que lorsqu'il s'agit d'utiliser l'argent public, rien ne vaut, comme règle de priorité numéro une, la satisfaction des besoins privés.
[TransSelvaExpress - Jean-Michel Calvez]
Commenter  J’apprécie          30
- Dans tous les dessins en perspective, il y a ce qu'on appelle des points de fuite, et des lignes qui en partent. Des voies obliques. Voilà. Voilà ce que c'est.
- La route ?
- Oui. Une ligne de fuite.
[Vado Mori - Léa Silhol]
Commenter  J’apprécie          20
Pour qui possède un marteau, tous les problèmes ressemblent à un clou.
[TransSelvaExpress - Jean-Michel Calvez]
Commenter  J’apprécie          40
Suivez toujours la route qui renvoie votre reflet, et là où elle s'achève, s'achèvera également le monde de mortalité...
[Cross-Road - Sire Cédric]
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : routeVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (33) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4995 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}