AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221189272
Éditeur : Robert Laffont (26/10/2017)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 183 notes)
Résumé :
L’énorme planète Majipoor, ses trois immenses continents, ses océans démesurés et son île du Sommeil... Un jeune homme s’éveille sans mémoire et sans projets aux abords de la puissante cité de Pidruid. Il connaît seulement son nom : Valentin. Or, son homonyme, Lord Valentin le Coronal, maître de Majipoor, est venu avec sa cour en visite à Pidruid. Entre eux, il y a toute l’épaisseur d’un ordre féodal. Mais le Coronal est-il bien qui il paraît être et Valentin n'est-... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Mladoria
  22 novembre 2017
Un grand merci aux éditions Robert Laffont et à Babelio pour cette superbe sélection en Pavillons Poche Imaginaire.
J'avoue avoir été de prime abord un peu effrayée par cette "brique", craignant l'indigestion. Mais j'ai été très agréablement surprise et c'est avec plaisir que j'ai découvert Silverberg par l'entrée de ce cycle de Majipoor, immense planète aussi lointaine spatialement que temporairement parlant de la nôtre.
L'histoire se cible sur le personnage de Valentin, jeune homme amnésique, dont on va suivre les pérégrinations et qui va peu à peu recouvrer ses souvenirs au fil des pages et des rencontres réelles ou fantasmées.
Les paysages sont somptueusement décrits, tout y est : couleurs, odeurs, goûts, textures, toutes les sensations du lecture sont sollicitées par cette lecture et appellent l'imagination de façon foisonnante à chaque nouvelle étape de ce voyage initiatique.
Toute la réflexion sur les Puissances de Majipoor, l'adjonction du Rêve comme pouvoir est très amenée et développée tout au long du récit, et constitue le côté "magique" du récit.
Là, où la trame principale est somme toute très classique en fantasy. L'originalité de cette histoire réside dans cette multiplicité et cette force de détails des paysages, personnages, coutumes et traditions de ce monde lointain. La jonglerie et plus généralement l'art du spectacle et de la représentation est très prégnante à tous les niveaux, même quand il s'agit de résoudre des situations.
Le héros est entouré de tout un panel hétéroclite de personnages de toutes races, caractères divers et variés, équipe qui s'étoffe au fil des parties.
En bref, c'est une épopée passionnante et bien menée avec des décors à couper le souffle et des personnages attachants.
Seul bémol peut-être une fin prévisible mais ce qui compte ici c'est avant tout le voyage et vu le niveau de Silverberg, je peux vous assurer qu'il sera riche et plein de surprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
Walktapus
  19 juillet 2012
Pour moi Lord Valentin symbolise la transition, que j'avais ressentie vivement alors, du Silverberg créatif, original et incisif des années 70 à un Silverberg qui a perdu l'essentiel de ses étincelles. C'est l'époque où s'installent tranquillement dans le paysage SFFF les très longs cycles de fantasy (ou de science fantasy), qui sont devenus aujourd'hui indissociables du genre. Lord Valentin est le premier pavé du cycle de Majipoor, planète qui semble devoir ses dimensions au nombre de tomes à venir (et dire que la planète géante de Vance n'aura eu qu'un seul petit roman). C'est techniquement de la SF, sur une planète étrangère caractérisée (planet opera), mais qui emprunte ses thématiques à la fantasy (tiens le pitch est exactement le même que le début des princes d'Ambre de Zelazny).
Cela dit, c'est un bon roman, avec une thématique intéressante, des personnages réussis, et une histoire qui se développe bien (encore qu'assez poussive à mon goût : Valentin passe trop de temps à jongler !), mais on aurait pu s'attendre à autre chose de la part d'un Silverberg. En un mot, alimentaire : tant mieux pour lui !
Je déconseillerais donc à ceux qui voudraient y retrouver l'auteur des Monades urbaines, du Livre des Crânes ou de l'Homme dans le Labyrinthe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
thaloulola
  02 décembre 2017
J'ai été agréablement surprise par la lecture de ce roman, découvert grâce à Babelio.
Ce roman se situe sur l'immense planète de Majipoor. Valentin, un jeune homme qui ne se rappelle plus de rien, rencontre Shanamir, un jeune garçon qui est sur la route afin de vendre des bêtes. Tout de suite, ils deviennent amis et parcourent ensemble le chemin qui les mènera à Pidruid. La ville se prépare à accueillir avec faste le passage du nouveau Coronal, lord Valentin. Mais la similitude entre leurs prénoms est-elle si anodine que cela?
Robert Silverberg nous transporte sur Majipoor et ce monde sorti tout droit de son imagination est rempli de merveilles. le lecteur découvre ces merveilles à travers les yeux de Valentin, qui découvre/redécouvre tout au fil de son voyage cette planète. C'est un monde gigantesque et plein de fantaisie, mais l'auteur nous permet de nous imaginer ce monde sans difficulté alors qu'il invente des tas de nouveaux noms.
Valentin, au fil de son voyage, va rencontrer des tas de personnages, hauts en couleur et attachants : Carabella, Sleet, Zalzan, ... le lecteur a envie de les suivre dans leur périple.
Mais ce roman est aussi plein d'optimisme : il nous renvoie une vision d'un monde pacifiste. Lord Valentin pourrait user de la violence mais il refusera jusqu'à la fin, alors qu'il devra lutter contre lui-même pour ne pas faire preuve de cruauté.
J'ai vraiment apprécié ce roman parce qu'il se laisse lire avec facilité, on retient les noms, on comprend où l'on se trouve alors qu'on pourrait penser que toutes ces inventions de l'auteur nous dissuaderaient de continuer notre lecture. Je conseille vivement ce roman d'un auteur prolifique que j'ai découvert, je pense que je lirai une autre des ses oeuvres très prochainement...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Philemont
  11 janvier 2013
Majipoor est une immense planète dont la faune et la flore sont aussi diversifiées qu'exubérantes. Ce monde est par ailleurs quasiment dépourvu de métaux, ce qui limite sérieusement le progrès technologique et la prolifération des armes autres que les armes blanches. C'est pourtant cette planète qui a été colonisée par les Terriens il y a plus de 10 000 ans, suivis par d'autres populations extraterrestres, conduisant la population à quelque vingt milliards d'individus.
Ce sont toutefois les humains qui ont la mainmise sur le système politique de Majipoor. Celui-ci est assis sur quatre pouvoirs complémentaires. Deux d'entre eux sont relativement classiques : c'est celui du Pontife, souverain principal qui a à sa charge l'administration de Majipoor, et celui du Coronal, qui a un rôle de représentation et garantit la justice. Les deux autres sont plus originaux : c'est celui de la Dame de l'Ile, qui se charge du bien-être des habitants de Majipoor en leur soumettant des rêves apaisants, et celui du Roi des rêves, qui par le même biais, quoi qu'un peu plus puissant, est chargé du pouvoir de répression et de prévention du crime.
Lorsqu'un Pontife décède, le Coronal lui succède automatiquement et rejoint le Labyrinthe, la résidence traditionnelle du Pontife. le Coronal a préalablement désigné celui qui lui succèdera sur le Mont du Château, tout le monde étant susceptible de pouvoir exercer cette charge. La Dame de l'Ile est systématiquement la mère du Coronal en place ou, à défaut, sa soeur et siège sur l'Ile du sommeil. Seule la charge de Roi des rêves est héréditaire dans la famille Barjazid et est assurée depuis le continent méridional de Suvrael.
Tel est le cadre du cycle de Majipoor que Robert Silverberg a entamé en 1980, et achevé (provisoirement ?) en 2001. Il comporte six romans, un recueil de nouvelles et une nouvelle publiée indépendamment du cycle dans lesquels on trouvera du bon, du très bon et, malheureusement, du moins bon. En intégrant une troupe de saltimbanques, Valentin prend peu à peu conscience que sa personnalité a été usurpée et qu'il est en fait Lord Valentin, le Coronal. Tout en se réappropriant ses souvenirs, et son âme, il va conduire ses compagnons sur la route qui le ramènera à son château…
Telle est l'intrigue du "road-novel" auquel nous convit Robert Silvergerg. En effet, avec le premier tome du cycle de Majipoor, il s'agit avant tout pour l'auteur de nous faire traverser les grands espaces de Majipoor, expérience touristique sans nulle autre pareille. Car Majipoor a beau être d'une dimension colossale, c'est également un monde passionnant et cohérent qui procure énormément de plaisir au lecteur.
Malheureusement les descriptions détaillées de la faune et de la flore de Majipoor ont tant d'importance qu'elles éclipsent quelque peu l'intrigue et la multitude de personnages que l'on rencontre. En dehors de Valentin, Robert Silverberg développe si peu la psychologie de ses personnages que l'on a parfois l'impression que s'ils n'étaient pas là Valentin avancerait de la même façon vers son but. Surtout, il y a un problème de rythme dès la troisième partie (sur cinq), lié à des sauts temporels plus ou moins importants, qui donnent une impression de facilité à la tâche complexe de Valentin. C'est ainsi que d'un paragraphe à l'autre on peut avoir parcouru des centaines de kilomètres, ou se retrouver plusieurs mois en avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
VALENTYNE
  03 avril 2012
Le château de Lord Valentin - Robert Silverberg
L'histoire : 4ème de couverture :
Sur la planète géante de Majipoor, Valentin est le Coronal désigné.
Mais victime d'un complot, il se retrouve amnésique, errant sur les routes. Devenu jongleur en compagnie d'une troupe de saltimbanques, il va emprunter la longue route qui le ramènera à son château.
Mon avis :
Peuplée de créatures extraterrestres, toutes plus originales les unes que les autres, cette quête de Valentin pour reconquérir son trône est sans temps morts et pleine d'enseignements, pour lui-même comme pour le lecteur qui le suit pas à pas, au fur et à mesure où ses partisans deviennent plus nombreux.
Il surmontera de nombreux dangers parmi lesquels des plantes-bouches carnivores capables d'estourbir un cheval, une rivière pleine de rapides, des dragons- mammifères…..
Les personnages sont faciles à imaginer et bien décrits : des skandars à six bras, des Su Suheris à deux têtes, les métamorphes capable de se transformer à la demande.
En dehors de ce monde fabuleux et surprenant, des questions intéressantes sont soulevées notamment sur la mémoire, sur la capacité d'un individu à changer totalement de vie, sur ce que nous enseignent nos rêves, et enfin sur la cohabitation harmonieuses entre des espèces très différentes.
Pour ne rien gâcher une idylle se noue entre Valentin et Carabella, la belle jongleuse.
L'organisation politique de cette planète est un peu complexe il s'agit d'une sorte de monarchie avec quatre personnages politiques principaux : un Pontife, un Coronal, un Roi des Rêves et une Dame de l'île du Sommeil.
Le pontife est le souverain suprême qui ne sort quasiment jamais d'un labyrinthe enterré ; le coronal gouverne (Lord Valentin) et parcourt les trois continents à la rencontre de ses habitants. En temps normal, il habite au mont du Château, une montagne aménagée artificiellement qui culmine à 50 kilomètres d'altitude.
A la mort du pontife, le coronal en titre devient pontife et un nouveau Coronal est désigné Il est désignée non pas en fonction d'une lignée puisque le coronal ne peut pas être le fils du pontife mais en fonction de ses « mérites ». Les deux autres personnage politiques sont également importants et envoient des rêves et des songes aux habitants de Majipoor : la Dame de l'Île du Sommeil, qui est la mère du Coronal et qui, via des rêves, influence la conduite de ces sujets et le Roi des Rêves, qui est chargé de surveiller et de punir les criminels (il envoie des rêves très violents qui sont suffisamment dissuasifs pour empêcher les humains et autres créatures de commettre des meurtres, par exemple)
En résumé, un livre où j'ai été régulièrement surprise et où je ne m'attendais pas du tout au rebondissement final.
Des extraits sur mon blog
http://l-echo-des-ecuries.over-blog.com/article-challenge-mondes-imaginaires-chez-arieste-le-chateau-de-lord-valentin-102480456.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Th0uar_V1kTh0uar_V1k   28 août 2012
Maintenant le soleil était légèrement teinté d’un bronze vespéral et la ville s’étendait juste devant eux. Cette partie de la route offrait un spectacle étonnant : les deux bas-côtés étaient plantés d’arbres imposants, hauts de vingt fois la taille d’un homme, aux troncs minces et fuselés, à l’écorce noir bleuâtre et aux immenses cimes aux feuilles brillantes et d’un vert profond, effilées comme des poignards. Au milieu des frondaisons s’épanouissaient des grappes impressionnantes de fleurs rouges frangées de jaune qui flamboyaient comme des feux de joie aussi loin que portait la vue de Valentin.
- Comment appelle-t-on ces arbres ? demanda-t-il.
- Des palmiers de feu, répondit Shanamir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   14 novembre 2017
Et soudain la lumière se fit dans l'esprit de Valentin. Il sut qu'il n'était pas mort et qu'il ne se trouvait pas dans quelque au-delà. Je suis dans le ventre du dragon, se dit-il.
Il se mit à rire.
Valentin renversa la tête en arrière et laissa échapper d'énormes éclats de rire. Quelle autre réaction eût mieux convenu à la situation ? Des larmes ? Des imprécations ? Le monstrueux animal l'avait avalé tout entier, avait gobé le Coronal de Majipoor avec autant d'indifférence que s'il s'était agi d'une vulgaire épinoche. Mais il était trop gros pour être poussé dans la poche digestive de l'animal et c'est pourquoi il se retrouvait debout dans la panse, au milieu de ce canal alimentaire aux dimensions de cathédrale. Et maintenant, qu'allait-il faire ? S'entourer d'une cour de poissons ? Leur dispenser la justice quand ils étaient aspirés ? S'installer ici et passer le reste de ses jours à se nourrir de poisson cru soustrait à la capture du monstre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
VALENTYNEVALENTYNE   04 octobre 2012
Shanamir laissa Valentin choisir sa monture parmi celle qu’il menait au marché, mais elles paraissaient toutes semblables à Valentin. Après avoir fait semblant de choisir, il en prit une au hasard, sautant avec légèreté dans la selle naturelle de l’animal. C’était bon de chevaucher après une si longue route à pied. La monture était confortable, ce qui n’avait rien d’étonnant puisque depuis des milliers d’années on élevait dans ce dans ce but ces animaux synthétiques, ces produits de la magie d’autrefois, robustes, endurants, infatigables, capables de se nourrir de n’importe quels détritus. L’art de les fabriquer était perdu depuis longtemps, mais maintenant ils se reproduisaient tous seuls et sans eux, les déplacements sur Majipoor auraient été d’une lenteur désespérante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   14 novembre 2017
- Qu'est-ce qui vous fait croire que le Divin est juste ? A longue échéance, tous les torts sont redressés, les plus et les moins s'équilibrent, on fait le total de chaque colonne et les totaux tombent juste. Mais cela c'est pour le long terme. Nous devons vivre à court terme et, là, les choses sont souvent injustes. Les forces de compensation de l'univers font que tous les comptes s'équilibrent, mais pendant ce processus elles broient aussi bien les bons que les méchants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   14 novembre 2017
- Comme tout cela me semble étrange ! dit doucement Khun de Kianimot. Une guerre des rêves ! Si jamais j'avais douté d'être sur un autre monde, toute cette stratégie m'en convaincrait.
- Ami, dit Valentin en souriant, il vaut mieux se battre avec des rêves et des propulseurs d'énergie. Il est préférable d'arriver à nos fins par la persuasion que par un massacre.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Robert Silverberg (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Silverberg
Ancienne colonie, la planète Belzagor a été rendue à ses deux espèces intelligentes. Des scientifiques décident d'assister à leur rituel secret, la cérémonie de la renaissance... Dessin : Laura Zuccheri Oeuvre originale : Robert Silverberg Scénario : Philippe Thirault
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

gilgamesh

qui est gilgamesh ?

UN PAYSAN
UN ROI
UN ENFANT
UN CHIEN

4 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Gilgamesh, roi d'Ourouk de Robert SilverbergCréer un quiz sur ce livre
. .