AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782352891390
184 pages
MEMO EDITIONS (04/05/2012)
4.2/5   10 notes
Résumé :
Voici le grand recueil de poèmes écrits et illustrés par Shel Silverstein, l'auteur du Petit bout manquant. Placé sous le signe du nonsense anglais, accompagné de dessins libres et drôles, Le Bord du monde est maintenant disponible dans une version française pleine d'humour.

A partir de 6 ans
Que lire après Le bord du mondeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
En 1985 la version audio de ce livre (édité en 1974 sous le titre Where the sidewalk ends) avait reçu la récompense du meilleur album aux Grammy awards. Un monde merveilleux où on peut vendre sa soeur, laver son ombre, planter des diamants, voir des crocodiles chez le dentiste … L'illustration réalisée par l'auteur appuie l'originalité des textes porteurs de très nombreux centres d'intérêts et sentiments qui animent les jeunes. Des formes et sujets pouvant être aisément repris pour une création suggérée à l'enfant, de très nombreuses exploitations sont possible. Ainsi avec le poème Qu'est-ce que tu as dans ton sac ? on peut repartir sur le sujet du contenu du sac. Dans le texte Si le monde était fou, on peut remplacer les verbes manger, porter et faire par d'autres comme visiter, dessiner, soigner et alors susciter des réponses dans un esprit similaire à l'original. On peut adapter le poème Chapeau où le jeune enfant s'est coiffé d'une ventouse, en utilisant une passoire, casserole, chaussure, vase en plastique … Un ouvrage au contenu séduisant qui stimule aisément le développement du propre imaginaire du jeune lecteur.
Commenter  J’apprécie          90
Monsieur Gosling, Ryan de son prénom porte sur son bras gauche un tatouage assez étrange vu de loin, lorsqu'on l'observe réellement, on se rend en fait compte que c'est la couverture d'un livre. The Given Tree, de Shel Silverstein. J'ai alors commencé par lire ce livre, il m'a plu, le fond de l'histoire était intéressant et j'ai aimé le style ainsi que les dessins.

Le CDI de mon ancien lycée.
J'avais une heure de pause. Peut-être deux. Il se peut même que j'avais fini les cours et que je restais là juste pour trouver un livre à lire. Je suis partie dans la rangée des livres en VO et j'ai regardé des couvertures, lu des résumés et finalement, un petit livre a attiré mon attention, je l'ai ouvert au hasard et je suis tombée là dessus :

http://media-cache-ec0.pinimg.com/originals/ac/1a/d2/ac1ad299af5ea2e600a8e27030914b42.jpg

J'ai immédiatement adoré, j'ai donc décidé de lire la suite et mes heures se sont écoulées jusqu'à la fermeture sans que je ne les voit passer.

La série "The Middle."
Depuis plusieurs années maintenant je suis les aventures de cette famille Américaine à qui il arrive à la fois beaucoup de choses mais surtout absolument rien. Et puis un jour, un personnage assiste à un discours (admirez donc cet art du non spoil) et le personnage donnant ce discours dit, pour conclure, ceci :

Happy Endings,
There are no happy endings.

Endings are the saddest part,
so just give me a happy middle
and a very happy start.

J'ai réécouté plusieurs fois ce cours poème, puis j'ai décidé de lire le livre.
Encore une fois, j'ai aimé les dessins, l'écriture et ce qu'il y avait comme idées et sentiments derrière.

Voilà, tout ça pour dire que j'aime beaucoup ce que fait Shel et que ce poème est mon préféré du livre.
Commenter  J’apprécie          00
Il s'agit ici de la première traduction en français de l'ouvrage Where the sidewalk ends paru en 1974 aux USA. L'auteur, né en 1930, est connu outre-Atlantique tant par sa production de poèmes et d'illustrations en littérature de jeunesse que pour ses créations de chanson interprétées par des personnages aussi différents que Mick Jagger et Jerry Lewis. Des dessins originaux et drôles accompagnent la majorité des poèmes proposés, ceux-ci sont en partie placés sous le signe du nonsense anglais.

La forme s'inspire en partie de la poésie anglaise populaire traditionnelle sur des thèmes contemporains qui renvoient à des désirs inavoués (comme vendre sa soeur), l'imaginaire enfantin (par exemple les pirates), la fusion avec la nature (ainsi pour une maison dans un arbre), les loisirs (entre autre collectionner à l'infini), des sentiments divers, des contes ( à savoir le Joueur de flûte de Hamelin ou Paul Bunyan le bucheron géant) … Nombre de ces textes peuvent servir aisément de point de départ pour des créations par les jeunes.

A noter que la traduction de Françoise Morvan, elle-même poète pour les jeunes, est remarquable.

Lien : http://crdp.ac-amiens.fr/cdd..
Commenter  J’apprécie          70
Il s'agit d'un livre que nous avons dans la bibliothèque depuis bien longtemps, nous piochons à loisir et pourtant je ne vous en parle pas... mince alors: vous ne pouvez pas vous ruer dessus.

"Le bord du monde" poèmes et dessins de Shel SILVERSTEIN est une pépite. Il s'agit de prose, ou non, armé de beaucoup d'humour, d'absurde et de surréalisme américain. Vous êtes bercés aussi par les dessins de l'auteur, un peu noirs et bizarres.
Il vous faudra du souffle, des relectures immédiates, pour offrir à voix haute, avec le timing adéquat l'une des petites histoires. Elles sont courtes, voire extra-courtes, mais rythmées à souhait. C'est évident, l'homme est auteur, compositeur, chanteur. Cela sonne.
C'est sûr il faudra aussi vous faire au phrasé, un peu alambiqué, quelque fois déroutant. Bah oui, il a bien fallu traduire le gars et Françoise MORVAN a dû s'arracher les cheveux quelque fois.

Alors oui, nous l'ouvrons souvent, pour un, deux ou trois poèmes. Nous suivons des pirates Cap'taines, des ogres, des brontosaures Isidor qui, après l'apparition de brontosaurounets, deviendraient Ginette. Des animaux normaux deviennent au hasard d'une histoire savoureux, un hippopotame, des rats contre des chats, un lion qui écrit (Ah bah non, c'est pas lui!),
Vous aurez des barbes, des chapeaux, des maisons hantées. Des trucs pas tout à fait normaux, oui un chien à deux queues, un étourdi assis sur sa tête, une ombre lavée.

Alors je pourrais vous en dire plus mais il nous faut du temps pour savoureux ce livre bien épais, 170 pages environ. Alors qu'une possibilité, faire comme nous, l'ouvrir, siroter un verre de lait de fraise et lire en rigolant, en relisant pour tout comprendre aussi, et relire encore pour y mettre le peps... et appuyer encore la chute de toutes les histoires...
Pour l'instant nos préférés sont "La petite loco bleue" essoufflée à souhait, je vous la ferais peut-être un jour en document audio, "Boa constrictor", "Le crocodile a mal aux dents", "Avertissement" pour les doigts dans le nez. Mais vous en trouverez tellement d'autres.
Lien : http://1pageluechaquesoir.bl..
Commenter  J’apprécie          20
Une critique de Guénaël Boutouillet qui met en avant le travail remarquable de la traductrice Françoise Morvan et quelques autres aspects du livre. Ce texte conséquent est à lire à la page 22 dans Encres de Loire, revue basée à Nantes, qui est servie à toutes les médiathèques de la région des Pays de la Loire.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Ricochet
18 septembre 2012
Les formes variées comptines, bouts rimés, balades abondent de trouvailles, d’inventions sonores. […] Cette édition rend compte de la richesse de Shel Silverstein et lui donne la place qu’il mérite. A lire à toute heure et à tout âge !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Recette du sandwich à l’hippopotame:

Le sandwich à l'hippo est simple à préparer.
Il vous suffira de vous procurer
Une tranche de pain de mie
Et une tranche de pain bis,
De la mayonnaise au sésame,
Un oignon en rondelles,
Un hippopotame,
Un bout de ficelle,
Un peu de poivre à moudre -
C'est tout, c'est suffisant.
Reste à présent un problème à résoudre...
Comment mordre dedans!
Commenter  J’apprécie          70
The Battle

Would you like to hear
Of the terrible night
When I bravely fought the—
No ?
All right.
Commenter  J’apprécie          285
Whatif


Hier soir, pendant que je réfléchissais ici,
des Whatifs ont rampé dans mon oreille
et ont fait la fête toute la nuit
et ont chanté leur même vieille chanson
Whatif : Whatif I'm bumb in school?
Et s'ils ont fermé la piscine?
Et si je me fais tabasser?
Et s'il y a du poison dans ma tasse?
Et si je me mets à pleurer?
Et si je tombe malade et meurs?
Et si j'ai raté ce test?
Que faire si des cheveux verts poussent sur ma poitrine?
Et si personne ne m'aime?
Et si un éclair me frappe?
Et si je ne pousse pas de talle?
Que faire si ma tête commence à devenir plus petite?
Et si le poisson ne mord pas?
Et si le vent déchire mon cerf-volant?
Et s'ils commencent une guerre?
Et si mes parents divorcent?
Et si le bus est en retard?
Que faire si mes dents ne poussent pas droit?
Et si je déchire mon pantalon?
Et si je n'apprends jamais à danser?
Tout semble bien, et puis
les Whatifs nocturnes frappent à nouveau!
Commenter  J’apprécie          00
Chambre désordonnée


Quelle que soit la pièce dont il s'agit devrait avoir honte!
Ses sous-vêtements sont accrochés à la lampe.
Son imperméable est là dans la chaise rembourrée,
Et la chaise devient assez sale et humide.
Son classeur est coincé dans la fenêtre,
son pull a été jeté par terre.
Son écharpe et un ski sont sous la télé,
et son pantalon a été négligemment accroché à la porte.
Ses livres sont tous coincés dans le placard,
son gilet a été laissé dans le couloir.
Un lézard nommé Ed dort dans son lit,
et sa vieille chaussette malodorante a été collée au mur.
Quelle que soit la pièce dont il s'agit devrait avoir honte!
Donald ou Robert ou Willie ou ...
Hein? Tu dis que c'est à moi? Oh, mon Dieu,
je savais que cela me paraissait familier!
Commenter  J’apprécie          00
Ours là-bas


Il y a un ours polaire
dans notre Frigidaire ...
Il aime ça parce qu'il fait froid là-dedans.
Avec son siège dans la viande
Et son visage dans le poisson
Et ses grosses pattes poilues
Dans le plat de beurre,
Il grignote les nouilles,
Il grignote le riz,
Il sirote le soda,
Il lèche la glace.
Et il laisse échapper un rugissement
Si vous ouvrez la porte.
Et ça me fait peur de
savoir qu'il est là
-dedans - Cet ours polaire
dans notre Fridgitydaire.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Shel Silverstein (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shel Silverstein
Shel Silverstein: "Ickle Me, Pickle Me, Tickle Me Too"
autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (42) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1220 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..