AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290308592
311 pages
J'ai lu (18/02/2002)
4/5   1602 notes
Résumé :
La civilisation des chiens bruisse de mythes. Fondateur, celui de l'homme est le plus répandu : on le raconte aux chiots pour les distraire, mais certains le considèrent intrinsèquement lié à l'apparition de la race canine. Qui sait ? L'éventuelle présence de l'homme sur terre dans un lointain passé donne lieu à des spéculations et sert de base à huit contes formant suite sur l'évolution des canidés depuis que les hommes ont abandonné leurs cités... et que l'un d'en... >Voir plus
Que lire après Demain les chiensVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (151) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 1602 notes
"Tout être doit garder un souvenir du passé, quelque chose à quoi il puisse se raccrocher, qui soit un héritage et une promesse."
Demain les chiens, de Clifford Simak.

Une réflexion qui renvoie, à la niche et dos à dos, (comme des chiens...de faïence ?) les 3 philologues canins:Tige, Bounce et Rover, qui se souvenaient de la race humaine.
Car il y avait un os: l'homme avait disparu de la Terre.
-Dans son livre "Le Mythe de l'Homme", Bounce demande : « Si l'Homme avait suivi une autre route, n'aurait-il pas pu, avec le temps, connaître un aussi grand destin que le chien?

Un roman où on peut découvrir comment les "Websters" ( des humains) ont décliné, puis comment les chiens ont appris à parler et à lire, comment les mystérieux mutants ont influencé le cours de l'histoire, pendant que les robots, comme Jenkins, ont veillé sur le monde...
Et à la fin des fins, ce que les chiens ont découvert que les hommes n'avaient même pas entraperçu:
« Car un Dieu ( un Webster ) ne peut pas se tromper. »

C'est ce que nous racontaient, tous les soirs, entre chien et loup, les vieux cabots à nous, jeunes chiots un peu fous de croire à l'existence d'une autre espèce intelligente...
"Tous les soirs, avant d'aller se coucher, ils discutent des hommes. Ils s'assoient en cercle et l'un des plus âgés raconte un des récits qu'ils se transmettent de génération en génération. Puis ils restent là à s'émerveiller. À espérer. "

Car, là bas très loin de la Terre, les hommes avaient renoncé. La planète Jupiter a permis aux humains de devenir "autre chose, dans un autre corps, et qui leur fait virtuellement basculer dans une sorte de Paradis comparé à l'existence humaine normale "(Le paradis ).Au prix de la survie de l'humain en tant qu'espèce, car l'Homme adopte alors le corps d'une créature autre, capable de vivre dans l'atmosphère de Jupiter…
- " Je ne peux pas y retourner( quitter Jupiter) dit Sultan le chien
– Moi non plus, dit Fowler l'homme.
– Ils me rechangeraient en chien.
– Et moi en homme. "

..." Alors, vous devrez reprendre le flambeau et mener le rêve à son terme. Vous devrez agir comme si vous étiez humains."
– Nous, les chiens, on fera ça, lui promit le chien Nathanaël qui frétillait de la queue.

Pensez comme on aurait pu aller plus loin, plus vite, s'il avait existé deux races pensantes, intelligentes, à travailler ensemble ( les chiens et les hommes). "Parce que, comprenez-vous, les deux races ne penseraient pas de la même façon. Elles pourraient confronter leurs idées. L'une penserait à quelque chose que l'autre avait oublié."
Commenter  J’apprécie          10818
Ce n'est pas une révélation, je suis plutôt hermétique à la SF. Non, que je n'aime pas, mais surtout parce que, la plupart du temps, je n'y comprends rien. Pour peu qu'on y traite d'ufologie ou de technologies avancées et, là, je suis totalement larguée.
Mais mon amie Sara, adepte du genre, ne comptait pas me laisser sur cet a priori et m'a mis ce livre dans les pattes.

Chacun des huit contes est précédé d'une note en introduction dans laquelle le remplacement de l'homme sur Terre par une civilisation canine - secondée par de gentils robots, dont le fabuleux et bienveillant Jenkins - est un fait établi.
Et même si j'avoue n'avoir pu contenir un petit sourire en coin en lisant que d'éminents philosophes ou chercheurs portaient le nom de Skip, Voyou ou Tige, les deux ou trois premières pages ont suffit à ce que j'intègre parfaitement la situation.

Nous voici donc, nous, humains, réduits à l'état de mythes et légendes sur lesquels les intellectuels canins émettent de nombreux doutes quant à l'existence réelle. Légendes qui, néanmoins, émerveillent les chiots lorsqu'elles leur sont contées à la veillée.
L'ensemble est vraiment bien ficelé. Très riche, tant par la réflexion qu'il suscite que par ses personnages très touchants, qu'ils soient hommes, chiens ou robots. Seules, les fourmis, quelque peu schizophrènes ne m'ont pas été sympathiques.

Il y aurait beaucoup à dire sur ce livre, surtout quand - on ne le sait qu'à la toute fin - Simak dévoile son état d'esprit lorsqu'il a rédigé ce roman.
Mais je n'ai pas l'intention de faire une thèse car je l'ai lu comme Simak espérait qu'on le lise : "Si mes idées d'alors transparaissent trop, j'ai échoué en tant que conteur. Or, j'ai pour seule prétention d'essayer de toutes mes forces d'être un bon conteur."

Passionnant ! Absolument passionnant. Et, "You know what ?", comme disait Droopy, je l'ai beaglement aimé, nom d'un chien !
Commenter  J’apprécie          1055
Une oeuvre incontournable que je ne découvre qu'aujourd'hui.

Demain les chiens est un recueil de nouvelles écrites entre 1944 et 1947 et publiées dans le fameux pulp Astounding Science Fiction de John W. Campbell. Il faut y ajouter la nouvelle conclusive écrite en 1951 et publiée ailleurs, et un court texte hommage écrit en 1971. le recueil en lui-même fut publié en 1952. Les nouvelles se suivent et on y retrouve sensiblement des personnages communs. Chaque nouvelle est précédée d'une courte introduction où des intellectuels chiens donnent leur avis sur la nature réelle ou fantaisiste des « contes ».

Le titre est un peu trompeur : l'homme a une très grande place dans ces récits. C'est la fin de sa civilisation à laquelle on assiste, en commençant par la fin de la civilisation urbaine, à notre époque à peu près. Les avions privés permettent de loger loin de son lieu de travail (comme notre télétravail) et l'idée forte est que si on supprime les villes, il n'y a plus de cible pour les armes nucléaires. Les hommes se dirigent donc vers une civilisation plus rurale, chacun isolé dans un grand manoir avec des serviteurs robots, un peu à la manière du roman d'Asimov Face aux feux du soleil. Les hommes sont vus essentiellement à travers une famille, les Webster, qui au fil des générations finira par devenir le nom commun pour désigner l'homme.

Je ne vais pas détailler tous les thèmes balayés par ce recueil, juste vous en donner un avant-goût. C'est avant tout un recueil de temps très long ; les millénaires se succèdent en quelques ellipses. Les hommes disparaissent, lentement, sans bruit, mais d'autres choses les remplacent : les robots, les chiens qui vont développer leur propre civilisation et l'étendre à tous les animaux (il y a un côté Jean de la Fontaine dans la splendide nouvelle Ésope). Il y a aussi des mutants humains, une forme de vie sur Jupiter qui joue un grand rôle, des mondes parallèle et… j'arrête là, je vous laisse la surprise du reste.

Ce temps long donne une impression d'inanité de ces formes de vie qui s'agitent le long de leurs dizaines d'années d'existence. Tout cela à quoi bon ? Mais Clifford D. Simak décrit tout ceci avec une extrême douceur. La violence en est quasiment bannie, et en tout cas hors la loi. Malgré la situation précaire des « websters », le sentiment dominant la lecture est très feel-good.
Le texte de Simak intégré à la fin du volume avoue que le recueil est surtout le rejeton de la désillusion de l'auteur quant à l'espèce humaine. Car Simak est effondré par la puissance des armes nucléaires qui montrent le bout de leur nez. En même temps c'est une forme d'utopie, sans volonté d'anticiper véritablement le futur.
Mon édition contient enfin une postface de Robert Silverberg qui reprend brièvement la biographie de l'auteur et l'importance colossale de ce recueil dans la SF.

Une question cependant n'est pas abordée, et c'est bien dommage : que sont devenus les chats ?
Commenter  J’apprécie          7929
Un recueil de nouvelles estampillé Science Fiction et dont les narrateurs seront des chiens, plutôt original et intrigant.
Ce recueil a de plus la particularité que toutes ces nouvelles sont reliées chronologiquement et possèdent toutes des éléments récurrents qui seront la famille "Webster", "Jenkins" le serviteur et les chiens bien sûr, ces ingrédients me feraient d'ailleurs plus penser aux huit chapitres d'un même livre si l'on considère la filiation des récits sur plus de 10 000 ans.
Dans l'art assez difficile qu'est la nouvelle, l'auteur se révèle excellent même si du coup le contexte et le fil rouge reste le même, l'homme et le chien sans oublier les robots.
Un récit qui va aborder le sujet de la destiné de l'homme et de son utilité finalement, un récit philosophique teinté de mélancolie et de regrets, un récit qui se veut avant tout une réflexion sur le sens de la vie, ici nous aurons le point de vue profondément humaniste et désabusé de l'auteur, si vous devez lire ce recueil vous comprendrez que sa conclusion est sans appel.
Pour conclure j'ai bien aimé ce voyage dans l'avenir que nous propose Clifford D. Simak, bien aimé le cheminement philosophique et bien aimé aussi cette piqûre de rappel, nous ne faisons que passer...
Commenter  J’apprécie          8414
Demain les Chiens, un livre rouge ?

Ce recueil de nouvelles est composé de huit "contes" qui constituent, pour les Chiens, la légende narrant la chute de l'Homme et l'avènement de la race canine, et plus généralement, des animaux, sur Terre. Chacun est précédé de commentaires résumant les théories des Chiens experts de la question. La plupart s'accordent pour dire que l'Homme est un être mythique, qui n'a jamais existé. D'autres, minoritaires, pensent qu'il a représenté la race dominante de la Terre pendant des siècles, voir qu'ils pourraient être à l'origine de la civilisation canine.

Paradoxalement les Chiens sont peu présents tout au long de l'ouvrage et il faut attendre les trois derniers contes pour qu'ils occupent le devant de la scène. Les huit nouvelles sont reliées entre elles par la présence des membres d'une même famille, les Websters, qui occupent une place importante dans la légende et finissent par devenir mythique. L'ensemble se lit donc quasiment comme un roman. Demain les Chiens possède le charme suranné des productions sf de l'âge d'or (les années 1950) mais sans être excessivement ancré dans son époque. Ainsi, il a acquis une forme d'intemporalité qui en fait, à mon sens, un classique du genre. Ceci tient, en grande partie, au fait qu'il ne développe pas d'aspects technologiques trop marqués ; le monde décrit par Simak surprend par son aspect bucolique et rural et on sent qu'il aimait la nature et les grands espaces. le ton est mélancolique, parfois désabusé. Pour autant les développements technologiques ou expérimentaux sont évoqués (voyages interstellaires, mondes parallèles, robots) mais uniquement pour servir son propos.

L'auteur n'était sans doute pas un grand optimiste quant à l'avenir de l'humanité et les valeurs mises en avant tout au long de l'ouvrage sont surprenantes au regard du contexte de sa rédaction et de la nationalité de Simak (américaine). En effet, on peut dire que chaque peuple qu'il nous présente les caractérise et il ne fait pas de mystères quant au message, voir à l'avertissement, qu'il souhaite nous transmettre. Les Chiens incarnent la fraternité et les valeurs humanistes qui, pour l'auteur, font tant défaut aux Hommes. Les robots (très anthropomorphisés, représentés essentiellement par le personnage de Jenkins) servent de "mains" aux Chiens qui en sont dépourvus et représentent le travail, noble et salutaire, au service de la communauté. Néanmoins, ils n'ont pas d'imagination. Les Mutants, enfin, sont des hommes qui ont évolué, développant une espérance de vie accrue et des capacités psychiques et intellectuelles supérieures à l'homme. Mais cette évolution a un prix puisqu'ils perdent leur instinct grégaire, ne recherchant que leur bonheur personnel : pour Simak ils sont le mur vers lequel nous fonçons de façon inconsciente. Quant à l'Homme, il est imparfait et inconstant dans ses aspects positifs et l'auteur lui reconnait comme vertu principale sa capacité à éliminer les problèmes qui lui barrent la route, malheureusement souvent de façon violente. Bref, Simak voit dans l'individualisme une menace vitale pour la survie de notre espèce et valorise la communauté et le travail comme outil de construction de sa Fraternité des Animaux. D'où ma question, Simak un communiste qui s'ignore ?

En résumé, Demain les Chiens est un recueil très agréable à lire, dont la force du message reste d'actualité et l'ambiance très particulière qui s'en dégage lui confère une forte identité. Je ne mets pas cinq étoiles car je trouve que les deux premières nouvelles sont un cran en dessous des autres.

Commenter  J’apprécie          7012

Citations et extraits (132) Voir plus Ajouter une citation
Au fond, commença Joe, vous êtes des gens très seuls, vous autres humains. Vous n'avez jamais connu votre semblable. Vous ne pouvez pas le connaître parce qu'il vous manque le terrain d'entente commun qui vous permettrait de le comprendre. Vous avez des amis, biens sûr, mais vos amitiés se fondent seulement sur des émotions, jamais sur une compréhension véritable.
Vous vous entendez les uns avec les autres, évidemment, mais par tolérance plutôt que par sympathie réelle. Vous arrivez à régler vos problèmes, mais des solutions que vous y apportez il ressort que toujours les plus forts ont raison de l'opposition des plus faibles.
Commenter  J’apprécie          480
« Si vous croyez qu’une Chambre de Commerce, que des discours creux, que des plans à courte vue vous apporteront la solution, c’est de la folie. La réponse à tous les problèmes qui vous occupent existe et elle est simple : la cité, en tant qu’institution humaine, est morte. Elle continuera peut-être à se débattre encore quelques années, mais c’est tout.
– Mr Webster… dit le maire.
Mais Webster ne lui accorda aucune attention.
– Sans ce qui s’est passé aujourd’hui, continua-t-il, je serais resté et j’aurais continué à jouer à la maison de poupées avec vous. J’aurais continué à prétendre que la cité était un organisme vivant. J’aurais continué à me leurrer et à vous leurrer aussi. Mais il existe, messieurs, quelque chose qui s’appelle la dignité humaine.
Le silence glacial qui suivit ne fut rompu que par des bruits de froissement de papier, ou par la toux d’un auditeur embarrassé.
Mais Webster n’en avait pas fini.
– La cité a échoué, dit-il, et c’est aussi bien ainsi. Au lieu de rester assis à pleurer sur son corps brisé, vous devriez vous lever et vous répandre en actions de grâces sur cet échec.
« Car si cette cité n’avait pas perdu toute utilité, comme les autres, si les cités du monde n’avaient pas été abandonnées, elles auraient été détruites. Il y aurait eu une guerre, messieurs, une guerre atomique. Avez-vous oublié les années 1950 et 1960 ? Avez-vous oublié ces nuits où vous vous réveilliez en attendant que tombe la bombe, tout en sachant que vous ne l’entendriez pas venir et que si elle venait vraiment, vous n’auriez pas de nouvelle occasion de l’entendre ?
« Mais les cités ont été abandonnées, l’industrie s’est dispersée, il n’y avait plus d’objectifs, il n’y a donc pas eu de guerre.
« Certains d’entre vous, messieurs, dit-il, beaucoup d’entre vous sont vivants aujourd’hui parce que la cité a été abandonnée par ses habitants.
« Alors, pour l’amour du ciel, laissez la morte. Félicitez-vous qu’elle soit morte. C’est l’événement le plus heureux de toute l’histoire humaine.
Sur quoi John J. Webster tourna les talons et quitta la salle.
Commenter  J’apprécie          120
« Cette série fut écrite en réaction contre le crime massif et la guerre, mais aussi comme une sorte d’accomplissement de mes aspirations personnelles. J’y créais un monde que j’aurais voulu vrai. J’ai fait les chiens et les robots à l’image des gens avec lesquels j’aurais aimé vivre. Et le point capital est celui-ci : ce sont des chiens et des robots parce que jamais les humains ne pourront être cette sorte de gens ». Clifford D. SIMAK
Commenter  J’apprécie          370
— J'ai trimé dur. J'ai saisi l'occasion par les cheveux. J'ai eu du flair. J'ai…
— Vous voulez dire, corrigea Webster, que vous avez léché les bottes qu'il fallait et que vous avez marché sur les pieds qu'il fallait. Vous êtes le brillant exemple de cette sorte de gens dont le monde aujourd'hui ne veut plus.

LA CITÉ.
Commenter  J’apprécie          450
L’Homme était lancé dans une quête insensée de puissance et de connaissance, mais on ne trouve nulle part la moindre allusion à l’usage qu’il entendait en faire une fois qu’il les aurait obtenues.
Selon la légende, il était sorti des cavernes voilà plus d’un million d’années. Et pourtant ce n’est guère que cent ans avant l’époque où se situe ce récit qu’il aurait été capable d’éliminer de sa vie la notion de meurtre. Voilà qui donne assez la mesure de sa sauvagerie : il lui a fallu un million d’années pour se débarrasser du meurtre et il considérait cela comme une grande réussite.
Commenter  J’apprécie          220

Video de Clifford D. Simak (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clifford D. Simak
À l'occasion de la parution de la nouvelle série Simak, découvrez comment le dessinateur Jean-Michel Ponzio dirige ses acteurs dans les séances photos.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (5282) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4758 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..