AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2760410951
Éditeur : Stanké (01/09/2011)

Note moyenne : 4.34/5 (sur 41 notes)
Résumé :
- C'est fini, m'as-tu dit. Ça marche plus.
- Mais on est heureux, non ?
- Non.
- On est immortels, non ?
- Je peux changer.
- Je te demande pas de changer.

Tu t'es levée et tu es partie. Cette nuit-là, j'ai dormi comme un bébé : en me réveillant toutes les deux heures pour boire.

Né en 1974, Matthieu Simard est l'auteur des romans à succès Échecs amoureux et autres niaiseries et Ça sent la coupe . Aprè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
SuperPomme
  10 mai 2014
Ce livre est d'une beauté, je ne m'en remets toujours pas...
L'histoire c'est celle d'un type fou amoureux qui se fait plaquer au bout de 5 ans de relation amoureuse, et qui va décider de changer de travail pour prouver à la femme qu'il aime qu'il peut changer. On est donc embarqué dans ses aventures de plomberie, lui, "l'écrivain" et si c'est souvent drôle, c'est surtout d'une sensibilité et d'une émotion tellement prenantes..
Le narrateur se rappelle sans cesse de son ex, l'évoque sans arrêt, elle l'accompagne tout au long de son écriture, et j'ai rarement lu de déclaration aussi belle.
Ce livre est une pépite. Il est magnifique, déchirant, émouvant...Parfait.
Commenter  J’apprécie          210
Neneve
  22 décembre 2017
Attention la pépite que voilà !!! Mon premier Simard et surement pas le dernier !! Ce livre m'a plu, que dis-je, m'a renversé, captivé, ému, fait sourire, fait rire, charmé, il m'a fait réfléchir aussi... Sur la vie, les mécanismes de défense, l'amitié, l'amour, la perte, la crainte de perdre, l'absence et son trou qu'il nous laisse, sur la résilience.... et tout ça, en même pas 200 pages ! J'en aurais voulu plus et plus encore... de ce narrateur qui veut changer de vie pour reconquérir sa belle, de ses réflexions sur l'amour... Il y a dans ces pages des lignes magnifiques, comme un poème qui célèbre l'amour... L'histoire est simple, un homme qui se fait laisser par une femme, qui nage à contre courant de ses larmes pour respirer un peu, qui boit pour oublier mais qui se rappelle encore plus, qui change de vie pour vivre celle qu'aurait tant voulu sa copine... Mais c'est magnifiquement écrit, sublimement que je devrais dire, mais j'ai peur des mots trop gros... Chaque fois que je lisais une page, j'avais envie de la relire 100 fois, pour m'imprégner des mots , mais aussi pour faire durer et que la fin ne vienne pas trop rapidement... Je me dis que j'ai de la chance en tant que lectrice d'avoir eu le privilège de lire cette oeuvre, mais également parce que c'est mon premier de l'auteur et qu'il me reste l'ensemble de sa bibliographie à lire... A lire, je vous le dis !!!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Molinette
  07 mars 2015
C'est la musicalité du titre qui m'a séduite au départ. Puis à la lecture on y découvre le rythme et toujours cette musicalité qui ne s'essouffle pas.
C'est une histoire pleine de fantaisie et de poésie dont la narration loufoque du quotidien est à la limite de l'absurde mais qui repose sur une trame bien ficelée et cohérente. L'enchevêtrement du passé et du présent soutient bien le rythme du roman. Matthieu Simard a le tour de nous émouvoir et de nous faire rire sur des travers bien humains, avec un sens de l'image et de la métaphore bien particulier.
C'est une écriture efficace, non censurée, pleine de tendresse qui nous dévoile des personnages attachants et déjantés.
Et un très beau roman d'amour en pleine rupture.
Commenter  J’apprécie          50
Myrael
  28 juin 2013
La tendresse attendra, de Matthieu Simard, a su me réconcilier avec l'auteur. de loin son meilleur roman, il nous fait bondir d'image en image par ses métaphores simplistes. Écriture de gars comme on aime, c'est rythmé, punché, super efficace, en plus d'être une histoire attendrissante et déchirante à la fois. Je l'ai lu sur la plage, les deux pieds dans Punta Cana, mais il se lit très bien aussi à Montréal, m'a-t-on dit. L'essayer c'est l'adopter, mais il se dévore en un rien de temps, alors attention aux grands appétits, vous resterez sur votre faim... et devriez ensuite lire Ça sent la coupe, du même auteur. Bon plan. Bon plan, ouais.
Commenter  J’apprécie          30
Lali
  15 avril 2012
« Je m'ennuie de la magie au sud de tes sourcils », affirme le narrateur que sa blonde vient de laisser et qui doit vivre sa peine sans pour autant oublier celle qu'il aime toujours et qu'il veut reconquérir coûte que coûte, même s'il lui faut pour cela changer de vie. Et pas qu'un peu, car celui-ci, pour se prouver à lui-même qu'il peut faire autre chose qu'écrire, va mettre en veilleuse sa vie d'écrivain pour devenir rien de moins que plombier!
C'est donc dans une aventure complètement surréaliste que nous plonge Matthieu Simard avec son plus récent roman où l'humour est au rendez-vous en même temps qu'une réflexion sur les rapports amoureux. Une aventure qui peut amuser et qui a été une véritable distraction, malgré une langue parlée qui fait office de langue écrite, détail qui m'a dérangée et avec lequel il m'a fallu vivre. Ce qui a engendré soupirs en tout genre tant j'ai été agacée. Voire, très agacée. Mais bon. Il faut être de son temps et Matthieu Simard est un écrivain très prisé par mes collègues nettement plus jeunes que moi. Il faut? Enfin, je ne suis pas sûre de vouloir être de mon temps.
Tout de même, je me suis amusée, j'ai souri en lisant certaines scènes rocambolesques et j'ai beaucoup apprécié la fin. Il faudra juste que je m'habitue à cette langue si peu littéraire.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
LittleMary226LittleMary226   19 octobre 2011
On meurt toujours un peu d'une rupture. On flotte un temps et on finit par l'oublier, en un mois, un an, dix ans, mais on reste toujours un peu mort, par morceaux. Trop de ruptures, c'est trop de morceaux, et on en meurt au bout de la vie, rempli de douleurs oubliées. C'est ça, le cancer. C'est les morceaux de douleur qui s'accumulent pour nous faire chier, et qui nous tuent de l'intérieur.
Commenter  J’apprécie          110
LittleMary226LittleMary226   19 octobre 2011
Il n'y a plus une goutte de foi en moi, mais des fois, j'aimerais croire en Dieu, en son fils, en toute cette belle histoire, calvaire de clous. J'aimerais avoir une poignée à laquelle m'accrocher, un tuteur qui m'aiderait à pousser plus droit. Mais je suis incapable de croire en eux, en ça. S'ils m'envoyaient un signe, peut-être, un moment encourageant, mais c'est le contraire qui arrive. Le jour où je décide enfin de bouger, d'avancer, de marcher sur les eaux, ils me pitchent de la neige dans le trou de botte. Qu'ils aillent chez le diable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AelyoneAelyone   17 décembre 2015
La peine d'amour comme une maladie, voilà ce qui me fait vomir.

Il faut cesser tout ça. Arrêter de bâillonner tous ceux qui ont de la peine. C'est normal, c'est même beau, la peine. Et c'est nécessaire. Bien sûr, que je ne vais pas bien. Mais ce n'est pas un problème. J'ai de la peine. Je souffre. Je vais guérir, pas besoin de diachylon. J'ai un deuil à vivre, j'ai de la douleur à combattre, j'ai une vie à rebâtir, à ma façon. (p.75)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NeneveNeneve   22 décembre 2017
Mais les immortels finissent toujours par mourir, si ce n'est par eux-mêmes, par l'absence des autres. Tu es partie un soir de canicule, et on s'est effrités en miettes de mortels. En t'enfuyant par la fissure dans le béton, tu as fait naître un trou sombre qui m'aspire l'intérieur depuis trois mois.
Commenter  J’apprécie          100
MolinetteMolinette   07 mars 2015
C'était il y a deux mois et demi. Deux semaines de vie d'hôtel m'avaient vidé, si ce n'est les poches, l'esprit. À l'hôtel dans ma propre ville, pas de vacances, encore moins d'exotisme, je m'étais usé la peau sur des draps rugueux et les yeux sur ton absence. Quand je les fermais, c'était pour espérer que tu réapparaisses quand j'allais les ouvrir. Tu n'apparaissais jamais, je recommençais. Et toujours, sur la parois intérieur de mes paupières, la forme orangée de la fenêtre de ma chambre, puis la lumière que tu ne cachais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Matthieu Simard (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Matthieu Simard

PAVEL à la Nuit Blanche !
Des extraits de Pavel, la série de Matthieu Simard, lus par Didier Lucien à la dernière Nuit Blanche de Montréal, le 28 février 2009. Visitez www.epizzod.com !
autres livres classés : littérature québécoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3301 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre