AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253142256
187 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 54 notes)
Résumé :

Un billet anonyme, une perquisition, des dents humaines retrouvées dans un calorifère... Maigret n'hésite pas à incarcérer Steuvels, un relieur belge établi rue de Turenne. Mais qui a été tué ? Et pourquoi ? La presse s'empare de l'affaire. Liotard, le jeune avocat de Steuvels, soigne sa publicité. Et l'enquête piétine. Cependant, Madame Maigret, en se rendant chez son dentiste, square d'Anvers, a lié connaissance avec une jeune femme italienne, accompag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
dourvach
  26 octobre 2020
Beaucoup de respect pour cette nouvelle aventure romanesque - publiée en 1950 - de Jules Maigret, ci-devant Commissaire et héros de 75 romans policiers et 28 nouvelles de Georges Simenon, publiés entre 1931 et 1972. Elle fut imaginée et écrite (au fur et à mesure) à Carmel by the Sea (Californie) en décembre 1949 et sans doute "exécutée" en une neuvaine de jours (1 chapitre par jour : il y en a justement neuf)...
C'est le très fameux "Mystère de l'Enveloppe Jaune" de l'écrivain liégeois ! Tel un prestidigitateur unique au monde, faire surgir si aisément sur une enveloppe de papier kraft une liste de noms de quidams, se souvenir (depuis le fin fond de son "bled" californien) de l'ambiance de tel quartier parisien, ressusciter chaque souvenir (un de ces fameux "petits faits vrais") qui peut se rattacher à un square, un porche, un petit commerce en bas de la rue, laisser les fils de l'intrigue se nouer entre ces êtres humains surgissant de l'ombre... et laisser Jules Maigret remonter la filière.
Là, c'est Madame Maigret qui a à s'occuper d'une rage de dent et doit patienter dans un square situé au bas du Cabinet de son cher et suroccupé Chirurgien-dentiste [... d'où la TRES moche & énorme molaire figurant sur la très hideuse page I de couverture de cette nouvelle édition du "Livre de Poche" : la feignasse de graphiste branchouille mérite vraiment notre coup de pied au derche, comme d'hab' - une cinquantaine de couvertures toutes plus crétinisantes et esthétiquement pauvres les unes que les autres ! On dirait une couvrante d'un bouquin de Lagardinier ou Nothomb, genre "Même les pires Gols vont bien comprendre de quoi qu'y s'agit ! "... Mais passons !].
Oui, Madame Maigret a une vie et fait des rencontres, elle aussi ! Elle se trouve à devoir garder le gamin d'une dame qui disparaît plusieurs heures et le rôti de Jules - mis à cuire à feu doux - non seulement se carbonise mais emplit l'appartement de la rue Richard-Lenoir d'une fumée apocalyptique... [Brrr, et ça me fait repenser que ces gros bourrins de frères Kouachi - les tristes robots de la mort à "kalachs" pour nos chers camarades de Charlie-Hebdo le 7 janvier 2015 - sont peut-être passés devant le domicile du couple Maigret : on change d'époque ! A quand le hashtag universel "StopCrétins.com" ?]. Donc, il faut très vite aérer l'appart'...
Mme Maigret pleure le repas de son époux passé par pertes et tracas. Jules Maigret, lui, s'assied et sourit. Mme Maigret - pour se racheter à ses propres yeux d'avoir négligé TOUS ses Devoirs de Ménagère - va devoir elle-même mener l'enquête, et prendre tous les risques, quitte à se faire taxer de "grosse mémère"...
Bref, c'est le début d'une passionnante enquête ponctuée de neuf petits cailloux blancs, c'est-à-dire des titres tous intrigants des 9 chapitres maigrétiens : 1. "La petite dame du square d'Anvers"/ 2. "Les soucis du Grand Turenne"/ 3. "L'hôtel meublé de la rue Lepic" / 4. "L'aventure de Fernande" / 5. "Une histoire de chapeau" / 6. "Le bateau-lavoir du Vert-Galant" [... Là, tombons à genoux devant pareil titre-merveille !!!] / 7. "Le dimanche de Maigret" / 8. "La famille aux jouets" / 9. "L'instantané de Dieppe".
Alors, si c'est pas beau, ce savoir-faire de l'Artisan liégeois, devenu Prince de la Littérature durable-et-increvable ???
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363
missmolko1
  02 juillet 2015
Maigret, forcement je connaissais la série télévisée avec Bruno Cremer, mais je n'avais encore jamais lu Simenon. J'ai été ravie donc de retrouver Maigret et je suis conquise par la plume de l'auteur.
J'ai beaucoup aimé cette enquête pour le moins intrigante qui commence avec l'intervention de madame Maigret, elle est assise dans un parc quand une femme lui confie son fils pour quelques instants seulement elle s'absente pour plusieurs heures et Madame Maigret rate son rendez vous chez le dentiste:
"C'était une situation ridicule. Maigret se moquerait encore d'elle. Tout à l'heure, elle téléphonerait au dentiste pour s'excuser. Oserait-elle lui raconter ce qui s'était passé ? Elle avait chaud soudain, parce que sa nervosité lui mettait le sang à la peau.
- "Comment t'appelle-t-on ?" demanda-t-elle à l'enfant.
Mais il se contenta de la regarder de ses yeux sombres sans répondre.
- "Tu sais où tu habites ?"
Il ne l'écoutait pas. L'idée était déjà venue à Mme Maigret qu'il ne comprenait pas le français.
- "Pardon, monsieur. Pourriez-vous me dire l'heure, s'il vous plaît ?
- Midi moins vingt-deux, madame."
La maman ne revenait pas. A midi, quand les sirènes hurlèrent dans le quartier et que des maçons envahirent un bar voisin, elle n'était toujours pas là.
Le docteur Floresco sortit de l'immeuble et se mit au volant d'une petite auto noire sans qu'elle osât quitter le gamin pour aller s'excuser.
Ce qui la tracassait à présent, c'était sa poule qui était au feu. Maigret lui avait annoncé qu'il rentrerait plus que probablement déjeuner vers une heure.
Ferait-elle mieux d'avertir la police ? Pour cela encore, il fallait s'éloigner du square. Si elle emmenait l'enfant et que la mère revienne entretemps, celle-ci serait folle d'inquiétude. Dieu sait où elle courrait à son tour et où elles finiraient par se retrouver ! Elle ne pouvait pas non plus laisser un bambin de deux ans seul au milieu du square, à deux pas des autobus et des autos qui passaient sans répit.
- "Pardon, monsieur, voudriez-vous me dire l'heure qu'il est ?
- Midi et demi."
La poule commençait certainement à brûler. Maigret allait rentrer. Ce serait la première fois, en tant d'années de mariage, qu'il ne la trouverait pas à la maison."
Cette incident aurait pu rester un banal fait du quotidien mais quand on est la femme de Maigret, on en parle forcement a son mari. Ce dernier va donc faire le lien avec une des enquêtes sur laquelle il travaille. J'ai beaucoup aimé ce début de roman peut banal mais au final tellement original.
J'ai beaucoup aimé rencontrer le couple dans leur quotidien et surtout la certaine lenteur des évènements. Et puis c'est un véritable voyage a la fin des années 40 que nous offre l'auteur. On entendrait presque les téléphones sonnaient et les touches des machines a écrire résonnaient. J'ai quelques autres aventures de Maigret qui attendent dans ma PAL, et une chose et sur c'est qu'ils vont vite en sortir.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Florellia
  03 novembre 2019
Je ne parlerais pas de l'intrigue en elle-même, mais de ce qui m'a plu : l'ambiance, l'évocation des personnages, la ténacité tranquille du policier qui ne lâche pas l'affaire, ses relations avec son équipe...
Et aussi, je l'ai écouté en une version AUDIO (avec Pierre Santini) légèrement allégée très agréable, interprétée par dix comédiens dont les voix sont expressives et bien choisies. Ceux-ci mettent en scène le texte de Simenon, apportant un plus par rapport à la lecture de cette enquête de Maigret. La mise en scène et les bribes de musique d'ambiance séparant les chapitres valent à cette version sa 5e étoile.
Commenter  J’apprécie          266
Woland
  20 décembre 2014
Au titre, on s'attend à une grande et longue amitié liant Mme Maigret et, par exemple, l'une de ses relations d'Alsace. Mais cette "amie" est beaucoup plus modeste et de connaissance bien récente. Il s'agit d'une jolie petite jeune femme en tailleur bleu très simple, portant toujours un chapeau blanc - pas n'importe quel chapeau, nous dirait Mme Maigret : il ne vient pas des Champs-Elysées mais il n'a pas non plus été conçu chez une modiste de troisième rang - et, chose plus étonnante, des souliers faits sur mesure. Mme Maigret a lié conversation avec elle alors qu'elle attendait, sur un banc du square d'Anvers, l'heure de son rendez-vous chez le dentiste. La jeune femme est toujours accompagnée d'un petit garçon de deux / trois ans sur lequel elle veille avec le dévouement d'une mère. Pourtant, un jour, répondant à l'appel d'un homme aperçu dans un taxi, la jeune femme abandonne le petit aux bons soins de Mme Maigret, en lui promettant de revenir au plus vite. Voilà la femme du commissaire très ennuyée : non que garder le bambin la dérange - nul n'ignore combien Mme Maigret adore les enfants - mais enfin, il y a son rendez-vous chez le dentiste à 11 h 15, soit dans un petit quart d'heure ...
C'est par cet incident, qui mêle l'absurde au ridicule, que débute un roman où l'auteur fait intervenir de plein fouet le hasard. Pourtant, quand Maigret, rentrant ce jour-là par miracle chez lui pour déjeuner, trouve le pot-au-feu calciné et l'appartement rempli de fumée (Eustra nous en a déjà parlé ici ) et après avoir écouté le récit affolé de son épouse (la jeune femme a fini par passer reprendre le petit, mais il était plus de midi et demi), il ne se doute pas que cette petite histoire, en apparence sans importance, est l'une des pièces centrales d'un puzzle beaucoup plus vaste sur lequel lui-même et son équipe peinent depuis déjà plusieurs jours, sous les attaques que mène, dans la presse, un certain Philippe Liotard, avocat de son état, bien décidé, semble-t-il, à en découdre personnellement avec Maigret afin, c'est clair comme de l'eau de roche, de sortir de l'anonymat du barreau.
L'affaire sur laquelle travaille Maigret est à la fois simple et complexe. Un courrier anonyme a prévenu la P. J. qu'un paisible relieur - l'un des plus cotés de Paris, d'ailleurs, même s'il vit très simplement dans une minuscule maison-atelier - aurait fait brûler dans son calorifère le cadavre d'un homme qu'il aurait bien sûr assassiné. Renseignements pris, on découvre bien deux molaires humaines dans ledit calorifère et, dans la garde-robe du relieur, Hans Steuvels - il est d'origine flamande - un complet bleu taché de sang. Bien sûr, Steuvels nie tout en bloc : il ignore tout des molaires et encore plus du complet qui, d'ailleurs, ne lui appartient pas. Sa femme, Fernande, une ancienne fille de joie, ayant été attirée à Concarneau par un télégramme-bidon lui annonçant les dernières heures de sa mère et y ayant passé une soirée et le début d'une journée, Steuvels fait même remarquer que, lorsqu'il travaillait dans son atelier et puisque Fernande était absente, n'importe qui avait pu s'introduire chez lui pour y déposer les objets compromettants.. Avec cela, le relieur demeure d'un calme de brave homme, d'honnête homme - d'homme qui n'a rien à se reprocher.. A cause des molaires, le procureur l'a fait tout de même arrêter mais à part cela ... les preuves sont pour le moins évanescentes. On ne sait d'ailleurs pas à qui appartiennent lesdites molaires, le mort n'ayant apparemment eu aucun rapport de son vivant avec les services anthropométriques.
Là-dessus, M° Liotard, surgi d'on ne sait trop où et surtout à point nommé, a demandé à assurer la défense de l'inculpé. Sa méthode : attaquer celles de Maigret et convaincre le public qu'elles sont obsolètes et ne servent à sauvegarder la célébrité du commissaire - célébrité imméritée, cela va de soi. Et ça marche. En tous cas au début. Jusqu'à ce que ...
Roman classique, sans beaucoup d'action, roman presque banal en ce qui concerne l'intrigue, "L'Amie de Mme Maigret" vaut surtout pour l'analyse des rapports entre, d'une part, Maigret et son épouse et, d'autre part, celle de la relation qui unit Frans Steuvels à Fernande. A notre avis, ce n'est pas un "grand" Maigret mais, sur un mode plus intime et en dépit des développements de l'enquête, il nous en apprend beaucoup sur le couple que le commissaire forme avec sa femme. A réserver aux inconditionnels et, si vous voulez découvrir l'univers de Maigret, ne commencez pas par ce livre-là : il ne vous expliquerait en rien le succès immense de la série. Cet "Amie de Mme Maigret" n'est qu'un maillon dans une chaîne, un petit maillon, pas faible, non (au contraire, croyez-moi, il tient bien et il est à sa place), nécessaire, mais modeste et qui se refuse à se mettre en avant, un peu comme Louise Maigret, d'ailleurs. Mais, comme celle-ci, il a vraiment son utilité, vous le verrez en le lisant.. ;o)

Nota Bene : n'oubliez pas de lire aussi sur notre forum la fiche consacrée à "L'Amie de Mme Maigret" par notre amie Eustrabirbéonne, ici, en page 3 de ce post.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
caryatide
  29 juillet 2014
Je viens de relire une dizaine de Maigret et je les ai beaucoup appréciés.
Pendant que je relisais l'Amie de madame Maigret, justement, j'ai entendu un débat à la radio pendant lequel un militant anti-tabac demandait la disparition de la pipe de Maigret.
Maigret sans sa pipe ?
Je partage entièrement l'avis de la critique précédente : Maigret boit trop !
Les bières, les petits vins blancs de Loire ( qui viennent directement de la famille du tenancier du bistrot et qu'on ne trouve pas dans le commerce), les vins rouges, les Pastis ou portos, cognacs ou armagnacs, les champagnes rarement...C'est clair que je ne tiendrais pas le coup à ce régime là. Dans ce livre en particulier, policiers et journalistes sont en embuscade toute la journée dans deux cafés situés de part et d'autre d'un carrefour...Il n'y a pas que Maigret qui boit !
Pourquoi, dans le cadre de la lutte contre l'alcool, ne supprimerait-on pas tous ces petits bistrots parisiens qui jalonnent invariablement les enquêtes du commissaire ?
Maigret sans ses petits verres ?
Autre chose pourrait choquer dans ce livre : les rapports entre Monsieur et Madame Maigret . madame quitte le domicile pour se rendre chez son dentiste et se trouve retenue pour des motifs complètement indépendants de sa volonté. Elle revient donc chez elle très en retard et là elle fond en larmes en voyant son "pauvre Maigret" en train de manger du pain et du fromage sur un coin de table ! Epouse indigne, elle n'était pas là pour mettre le couvert et servir le repas à son cher mari !
On peut sans doute imaginer la suppression de toutes les scènes où, par exemple, Madame Maigret travaille avec application à préparer un repas pour son mari, alors que celui-ci ne déjeunera finalement pas chez lui, et oubliera éventuellement de la prévenir ?
Maigret sans madame Maigret ?
Moi, l'idée que l'on puisse trafiquer des photos, déjà, des films et pourquoi pas Maigret pour les faire correspondre à nos critères actuels me parait tout simplement absurde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          124

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   20 décembre 2014
Et voici le second visage de Mme Maigret, celui de la femme qui ose : Wink


Citation :
[...] ... Il entra, traversa la salle-à-manger où les couverts n'étaient pas mis et vit enfin Mme Maigret, en combinaison, occupée à retirer ses bas.

Cela lui ressemblait si peu qu'il ne trouva rien à dire et qu'elle éclata de rire en voyant ses gros yeux ronds.

- "Tu es fâché, Maigret."

Il y avait dans sa voix une bonne humeur presque agressive qu'il ne lui connaissait pas, et il voyait sur le lit sa meilleure robe, son chapeau des grands jours.

- "Il va falloir que tu te contentes d'un dîner froid. Figure-toi que j'ai été tellement occupée que je n'ai eu le temps de rien préparer. D'ailleurs, c'est si rare que tu rentres pour les repas, ces jours-ci !"

Et, assise dans la bergère, elle se massait les pieds avec un soupir de satisfaction.

- "Je crois que je n'ai jamais autant marché de ma vie !"

Il restait là, en pardessus, son chapeau mouillé sur la tête, à la regarder et à attendre, et elle le laissait languir exprès.

- "J'ai commencé par les grands magasins bien que je fusse à peu près certaine que c'était inutile. Mais on ne sait jamais ; et je ne voulais pas me reprocher par la suite ma négligence. Puis j'ai fait toute la rue La Fayette, je suis remontée par la rue Notre-Dame-De-Lorette, et je me suis promenée rue Blanche, rue de Clichy. Je suis redescendue vers l'Opéra, tout cela à pied, même quand il a commencé à pleuvoir. Il faut te dire qu'hier, sans t'en parler, j'avais déjà "fait" le quartier des Ternes et les Champs-Elysées.

"Par acquis de conscience aussi, car je me doutais que de ce côté-là c'était trop cher."

Il prononçait enfin la phrase qu'elle attendait, qu'elle essayait de provoquer depuis un bon moment.

- "Qu'est-ce que tu cherchais ?

- Le chapeau, tiens ! Tu n'avais pas compris ? Cela me tracassait, cette histoire-là. J'ai pensé que ce n'était pas un travail pour des hommes. Un tailleur, c'est un tailleur, surtout un tailleur bleu. Mais un chapeau, c'est différent, et j'avais bien regardé celui-là. Les chapeaux blancs sont à la mode depuis quelques semaines. Seulement un chapeau ne ressemble jamais tout à fait à un autre chapeau. Tu comprends ? Cela ne t'ennuie pas de manger froid ? J'ai apporté des charcuteries de la maison italienne, du jambon de Parme, des cèpes au vinaigre et un tas de petits hors-d'oeuvre préparés.

- Le chapeau ?

- Cela t'intéresse, Maigret ? En attendant, le tien est en train d'égoutter sur le tapis. Tu ferais mieux de l'enlever." ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
WolandWoland   20 décembre 2014
Le visage habituel de Mme Maigret, celui de la "bonne grosse mémère", comme le dit Simenon, occupée exclusivement de sa cuisine, de son tricot et de son ménage :

Citation :
[...] ... C'était une situation ridicule. Maigret se moquerait encore d'elle. Tout à l'heure, elle téléphonerait au dentiste pour s'excuser. Oserait-elle lui raconter ce qui s'était passé ?

Elle avait chaud soudain, parce que sa nervosité lui mettait le sang à la peau.

- "Comment t'appelle-t-on ?" demanda-t-elle à l'enfant.

Mais il se contenta de la regarder de ses yeux sombres sans répondre.

- "Tu sais où tu habites ?"

Il ne l'écoutait pas. L'idée était déjà venue à Mme Maigret qu'il ne comprenait pas le français.

- "Pardon, monsieur. Pourriez-vous me dire l'heure, s'il vous plaît ?

- Midi moins vingt-deux, madame."

La maman ne revenait pas. A midi, quand les sirènes hurlèrent dans le quartier et que des maçons envahirent un bar voisin, elle n'était toujours pas là.

Le docteur Floresco [= le dentiste] sortit de l'immeuble et se mit au volant d'une petite auto noire sans qu'elle osât quitter le gamin pour aller s'excuser.

Ce qui la tracassait à présent, c'était sa poule qui était au feu. Maigret lui avait annoncé qu'il rentrerait plus que probablement déjeuner vers une heure.

Ferait-elle mieux d'avertir la police ? Pour cela encore, il fallait s'éloigner du square. Si elle emmenait l'enfant et que la mère revienne entretemps, celle-ci serait folle d'inquiétude. Dieu sait où elle courrait à son tour et où elles finiraient par se retrouver ! Elle ne pouvait pas non plus laisser un bambin de deux ans seul au milieu du square, à deux pas des autobus et des autos qui passaient sans répit.

- "Pardon, monsieur, voudriez-vous me dire l'heure qu'il est ?

- Midi et demi."

La poule commençait certainement à brûler. Maigret allait rentrer. Ce serait la première fois, en tant d'années de mariage, qu'il ne la trouverait pas à la maison. .... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dourvachdourvach   27 octobre 2020
Maigret avait une façon à lui de monter les deux étages du Quai des Orfèvres, l'air encore assez indifférent au début, dans le bas de la cage d'escalier, là où la lumière du dehors arrivait presque pure, puis plus préoccupé à mesure qu'il pénétrait dans la grisaille di vieil immeuble, comme si les soucis du bureau l'imprégnaient à mesure qu'il s'en approchait.

[Georges SIMENON, "L'amie de Madame Maigret", 1950, Les Presses de la Cité, Paris - chapitre 2. "Les soucis du Grand Turenne"]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
dido600dido600   27 juillet 2014
— Comment avez-vous pu le loger, si vous n’aviez pas de chambre ?
Maigret connaissait la réponse, mais il voulait la lui faire dire. Dans ces hôtels-là, on réserve le plus souvent les chambres du premier étage pour les couples de rencontre, qui montent pour un moment ou pour une heure.
— Il y a toujours les chambres du « casuel », répondit-elle, employant le terme consacré.
Commenter  J’apprécie          100
dido600dido600   30 juillet 2014
Il paraissait anxieux de partir et insistait pour savoir s’il n’aurait pas d’ennuis avec le faux passeport.
— Pour quel pays ?
— Les États-Unis. Ce sont les plus difficiles à imiter, à cause de certaines marques spéciales qui sont de convention entre les consuls et les services de l’immigration.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Georges Simenon (115) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Simenon
Dans ce nouvel épisode, nous continuons notre visite des coulisses du genre en compagnie de Fabienne Gondrand, traductrice littéraire, qui nous raconte ses débuts dans le métier et sa passion pour les éditions du Masque, héritage d'un grand-père italien fan des polars d'Agatha Christie et de Simenon. Au fil de la conversation, on évoque sa traduction "jubilatoire" de Meurtres à Kingfisher Hill de Sophie Hannah, l'héritière de la Reine du crime, ainsi que les romans noirs électriques de Joseph Knox, où la ville de Manchester se dresse comme un personnage. Pour finir, Fabienne nous parle en avant-première de la nouvelle aventure de l'inspecteur John Rebus, par l'immense Ian Rankin, auteur phare de la maison. Bonne écoute !
CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche Générique : Longing - Joachim Karud
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le commissaire Maigret

Quel est le prénom du commissaire Maigret ?

Hercule
Édouard
Jules
Nestor

12 questions
204 lecteurs ont répondu
Thème : Georges SimenonCréer un quiz sur ce livre