AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253127256
Éditeur : Le Livre de Poche (22/07/2009)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 32 notes)
Résumé :
L'existence de Walter Higgins ne se distingue en rien de celle de ses voisins. Il vit dans une maison typique de l'élégant quartier de Maple Street. Une satisfaction manque cependant au bonheur de Higgins : son admission au Country Club dont les membres, notables de la cité, semblent s'ingénier à lui interdire l'entrée. Cette année encore, une boule noire a sanctionné le vote.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Aela
  20 février 2015
Le roman a été écrit en 1955 mais il n'a pas pris une ride!
La récente adaptation télévisée sur FR3 que l'on a pu voir ces jours-ci, dans laquelle Didier Campan; Antoine Duléry et Virginie Lemoine sont excellents, m'a bien plu et m'a donné envie de lire ce roman de Simenon.
Il est intéressant d'ailleurs de voir que Simenon n'a pas écrit que des policiers même si l'on associe toujours le commissaire Maigret à son nom.
Ici l'histoire se passe dans les années cinquante, dans le Connecticut.
Le héros, Walter Higgins, représente très bien le rêve américain: il a démarré au bas de l'échelle dans la chaîne de supermarchés Fairfax et, à la force du poignet, il s'est hissé au poste de directeur de succursale.
Il habite une belle maison dans un quartier élégant, il a une femme agréable et de nombreux enfants. Tout irait bien si...
Pour être totalement heureux, il lui faudrait être admis au Country Club dont les membres, de bons notables de la ville, s'ingénient à lui interdire l'entrée.
Une seule boule noire suffit pour exclure un membre; c'est ce qui arrive à notre héros.
Il lui faudrait attendre un autre tour, puis peut-être encore un autre, ceci pouvant durer plusieurs années. Il se décourage malgré le ton rassurant de son ami pharmacien.
Un événement va l'arracher à son ressentiment.
La mort de sa mère, vieille dame esseulée, kleptomane et alcoolique, va rouvrir ses blessures.
Il va sur place voir une dernière fois sa mère et tout son passé d'enfant abandonné et livré à lui-même va remonter à la surface.
C'est un très beau roman qui manie parfaitement le thème de l'exclusion sociale et la nécessaire conformation aux codes sociaux.
L'analyse psychologique est très fine et on ne peut qu'éprouver beaucoup d'empathie pour ce héros qui s'insurge contre ces "bons bourgeois" qui veulent rester dans leur monde...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
Herve-Lionel
  20 février 2015

N°869– Février 2015
LA BOULE NOIREGeorges Simenon – le livre de Poche.
Nous sommes dans une petite ville des États-Unis dans les années 50. Walter Higgins y mène une vie paisible de père de famille nombreuse et de directeur de supermarché. Il s'implique même à titre bénévole dans divers activités au profit de la collectivité. Bref, c'est quelqu'un dont on peut dire qu'il a réussi socialement et qu'il est heureux dans cette vie autant qu'on peut l'être et que c'est un type bien. A un détail près cependant, il s'est mis dans la tête d'être membre de Country Club, une association locale de notables qui rejette systématiquement sa candidature sans raison apparente et le fait à travers un vote anonyme qui se manifeste par la présence d'une seule boule noire déposée dans l'urne le soir du scrutin. Il n'a pourtant rien de commun avec ce club mais son appartenance consacrerait sa réussite. Ce refus, manifesté pour la deuxième année bouleverse Higgins. C'est peut-être pour lui plus qu'une question de principe puisque même au pays du rêve américain où la réussite personnelle est célébrée comme une vertu, il lui semble que ce qu'on lui reproche ce sont ses origines pauvres, son père absent sa mère alcoolique, destructrice et délinquante. Pour en être arrivé là, il a dû gravir tous les échelons d'une société qui le lui avait pas fait de cadeaux puisqu'il était parti de rien. Si on lui a confié la direction du magasin, c'est qu'il avait fait ses preuves, débutant comme livreur. En lisant cela le lecteur songe immanquablement à un paranoïaque qui rejoue la grande scène du complot. C'est pour lui tellement révoltant qu'il veut tuer les membres de ce club qui lui refusent l'entrée. Pire peut-être, il découvre qu'au sein de ses activités bénévoles où il s'impliquait pourtant beaucoup, son avis importe peu et on le tient pour rien. Il démissionne donc même si cela peut avoir des conséquences sur son chiffre d'affaires et sur sa situation. Pourtant cette histoire d'appartenance à ce club n'a vraiment aucune importance mais il le vit comme quelque chose d'injuste. le déroulé des événements le fait pour autant revenir à une réalité plus terre à terre, le fait grandir, lui fait prendre conscience des choses et les relativiser.
J'observe quand même que Higgins a bénéficié du soutien sans faille de sa famille et de ses employés, ce qui se révèle à la fois rassurant et salvateur dans une situation qui aurait pu devenir criminelle. Pourtant quand on a le sentiment d'être exclus d'un groupe et en ressent une certaine solitude.
Cette histoire de boule noire a probablement une dimension maçonnique, le terme blackbouler vient de là. Mais au-delà de cette remarque qui ne trouve pas ici sa véritable résonance, ce roman, écrit dans les années 60 prend une dimension très actuelle. Il nous est tous arrivé, dans notre vie familiale ou professionnelle d'être l'objet d'injustices qu'aucune raison ne motivait. Elles nous étaient infligés discrétionnairement soit par quelqu'un qui ne nous aimait pas ou ne nous aimait plus, soit par simple jalousie. En tout cas, la personne qui faisait ainsi acte de malveillance avait une volonté farouche de nous faire du mal, de nous détruire, d'autant plus forte qu'elle ne reposait sur rien d'autre que sur cette faculté de profiter d'une situation de supériorité supposée et parfois temporaire, basée sur la fortune, la position sociale ou hiérarchique. le pire sans doute était la lâcheté puisque cette situation délétère était couverte par l'anonymat, l'hypocrisie, la mauvaise foi...
Simenon, ce n'est pas seulement les romans policiers où le commissaire Maigret exerce avec talent son pouvoir de persuasion, de déduction et démasque à chaque fois le coupable. J'ai dit dans cette chronique combien j'aimais cette ambiance un peu glauque tissée dans cette série. C'est aussi un écrivain de romans psychologiques et je suis entré, pour des raisons personnelles sans doute, dans ce processus qui m'a parlé d'autant plus que le style est fluide, agréable à lire.
Ce roman a été adapté pour le télévision dans un film de Denis Malleval (2014) diffusé sur France 3 le mercredi 17 février 2015. le comédien Bernard Campan, qu'on connaissait dans un tout autre registre, donne ici toute sa mesure dans cette dramatique.
©Hervé GAUTIER – Février 2015 - http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
MissSherlock
  02 octobre 2014
Walter Higgins mène une existence paisible dans une petite ville de l'Amérique des années 50. Entre sa famille nombreuse, son travail de gérant du Supermarket et ses multiples activités au sein de la communauté, il a tout pour être heureux. Sauf que Walter désire plus que tout être membre du Country Club. Rejeté à cause d'une seule voix négative, la vie de Walter est bouleversée.
Ce court roman débute comme un polar : après son éviction, Walter semble prêt à tout pour se venger allant même jusqu'à penser tuer tous les membres du comité. Puis, petit à petit, l'histoire lorgne vers le drame social car on se rend compte que toute la vie de Walter ne tend que vers un but : gravir les échelons afin d'oublier son enfance pauvre, son père absent et sa mère alcoolique et délinquante.
Les ficelles psychologiques sont un peu grosses mais l'histoire est surprenante et le récit se lit avec un réel plaisir.
Commenter  J’apprécie          100
fklevesque
  16 mars 2019
Beaucoup de critiques ont réduit cet ouvrage au spectacle d'un homme aspirant à se fondre dans la masse puis à vouloir parachever son existence par l'admission dans un club select lui permettant de se noyer dans une élite. Sans succès. Appréciant beaucoup Georges Simenon, devant la platitude évoquée par certains, j'ai voulu apprécier cet ouvrage par moi-même. Bien m'en a pris car j'ai découvert un ouvrage qui allait au-delà de cette approche. J'y ai découvert le portrait d'un homme tentant désespérément d'exister, d'accéder à un statut d'individu possédant ses propres richesses mais la la réalité d'être lui était refusée depuis l'enfance. le portrait d'un homme déchiré conscient d'un potentiel et qui, devant l'échec de son aspiration élitiste, porte pour la première fois un regard sur lui-même afin de comprendre. de se comprendre. de prendre conscience du fait que le bonheur ne passe peut-être pas par le regard bienveillant et admiratif de la société. Qu'il est parfois à sa porte pour peu que l'accepte d'en regarder la réalité. Même si cette naissance à soi-même impose de la douleur. Ce n'est pas un grand roman qui marquera la littérature mais j'ai apprécié le style de l'auteur pour décrire un chemin de Croix qui pour moi débouche sur l'Espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Livrepoche
  18 février 2016
Extrait du blog: Si le début partait pour être un petit bijou de roman noir, comme Dimanche ou le destin des Malou, que tous les éléments étaient en place pour nous amener là où je me promettais déjà, Simenon fait un contrepied imprévisible. La boule noire devient un roman de l'intime, de la critique sociale avec une densité assez incroyable pour un si petit texte.
Magnifiquement vivant, Simenon est à l'aise dans le registre du relationnel, de la pensée. Parfaitement maitrisé, équilibre et style sont au service de la lecture. Il ne manque rien. le roman met en avant les errements d'une société humaine « de communauté », ses faux semblant, ses ambitions, ses pressions sociales, ses obligations citoyennes, ses abus, ses oublies…
Simenon nous ouvre un monde complexe et dense avec une finesse et une élégance magistrale. Il n'est pas utile de préciser ni quand ni où se déroule l'action de la boule noire. C'est partout, c'est tout le temps (contemporain). C'est nous, c'est moi! Les tondeuses à gazons de déchirent elles pas l'air printanier de notre tranquillité pavillonnaire ?
Lien : http://livrepoche.fr/la-boul..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
MissSherlockMissSherlock   02 octobre 2014
Bill Carney était venu un soir lui apporter la mauvaise nouvelle : un des membres, on ne savait qui, un grincheux, sûrement, un jaloux avait déposé une boule noire dans le sac du scrutin. Il ne fallait que des boules blanches, une seule noire suffisait à écarter le candidat qui conservait le droit de se représenter l'année suivante.
Commenter  J’apprécie          80
MissSherlockMissSherlock   02 octobre 2014
- C'est toi Walter ?
La voix de Carney était pâteuse comme celle d'un homme qui a beaucoup bu et on entendait d'autres voix en arrière-fond.
- C'est moi, oui. Alors ?
- Alors, vieux, je suis désolé et je me demande si je ne vais pas leur flanquer ma démission. Figure-toi qu'il y a encore un cochon qui...
Higgins se bougea pas. Il resta là, parfaitement immobile, le récepteur à la main à attendre la suite. Quelqu'un, là-bas, avait dû s'approcher de Carney et essayait de lui prendre le récepteur des mains. On devinait comme un brouhaha qui cessa quand la communication fut coupée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ChrichrilectureChrichrilecture   27 mai 2016
Higgins avait vécu dans un brouillard qui estompait les contours des objets et noyés les couleurs. Le brouillard s’était dissipé, faisant place, non au soleil, mais à une lumière dure comme il en règne certains soirs, mettant en relief les moindres détails.
Commenter  J’apprécie          90
MissSherlockMissSherlock   03 octobre 2014
Or, voilà qu'à quarante-cinq ans, Nora était à nouveau enceinte, cette fois, elle en était visiblement gênée, non seulement devant les voisins mais vis-à-vis des aînés, comme si elle avait commis un acte honteux ou indécent.
Commenter  J’apprécie          80
Herve-LionelHerve-Lionel   18 février 2015
Il n'avait plus l'impression de faire partie d’un tout, comme auparavant. Il était seul. Ce n'était pas lui qui l'avait voulu, mais les autres, et force était d'accepter leur verdict. Même à la maison, il regardait vivre les siens avec un détachement qui les lui montrait sous un jour nouveau, comme s'il avait pris soudain du recul.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Georges Simenon (117) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Simenon
Le polar et le livre-audio : quand le suspense s'écoute Avec 5% du marché, le livre audio est aujourd'hui en pleine progression et le polar n'échappe pas au phénomène ! Cela parle à Michel Bussi, l'un des écrivains les plus vendus en France, dont tous les romans sont adaptés en audio depuis ses ""Nymphéas noirs"". Il reviendra sur la mise en son de ses romans à succès dont il reconnaît à la fois la difficulté et la force. Comment vit-il ses mots dans la voix de quelqu'un d'autre ? Est-ce que cela modifie son rapport à l'écriture ? Face à lui, le comédien Antoine Duléry, qui livrait une performance inoubliable dans la série ""Les Petits Meurtres d'Agatha Christie"". Celui qui prête sa voix à la première aventure du commissaire Maigret à l'occasion des trente ans de la mort de Simenon établira le lien entre son expérience d'acteur et celle de lecteur professionnel lors de cette table ronde au festival Quais du Polar 2019. Retrouvez toutes les interviews de Quais du Polar : https://bit.ly/2UAHsed
+ Lire la suite
autres livres classés : prise de conscienceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le commissaire Maigret

Quel est le prénom du commissaire Maigret ?

Hercule
Édouard
Jules
Nestor

12 questions
175 lecteurs ont répondu
Thème : Georges SimenonCréer un quiz sur ce livre
.. ..