AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253142836
188 pages
Le Livre de Poche (30/11/-1)
3.6/5   43 notes
Résumé :
A quarante-huit ans, secrètement déçu par son existence, Norbert Monde décide de tout quitter, sa femme Thérèse, ses enfants, son entreprise d'exportation. Délibérément il choisit une vie errante, marginale et pauvre, qui le conduit bientôt dans un médiocre hôtel marseillais.
C'est là qu'il rencontre Julie, une jeune femme malheureuse qu'il empêchera de se suicider. De la façon la plus imprévue, Monsieur Monde va retrouver le chemin qui mène vers les autres,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,6

sur 43 notes
5
1 avis
4
3 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis

Alexein
  27 juin 2016
Monsieur Monde est un respectable père de famille et patron d'une entreprise d'import-export parisienne. Sa vie est une routine terne et insipide. C'est lors d'un matin comme les autres que, se rasant comme tous les autres jours, émerge en lui une impression troublante qui ne le laissera pas en paix. Il retire suffisamment d'argent pour pouvoir subvenir à ses besoins et fugue (Oui ! comme un adolescent), direction le sud.

À Marseille, il descend dans un hôtel bon marché et rencontre une jeune femme qu'il ramasse à la petite cuillère et dont il prendra soin. Ils finissent par plus ou moins s'éprendre l'un de l'autre. Je n'en dis pas plus sur l'histoire.

Il s'agit de mon premier Simenon. Ce récit possède un style sobre, direct et élégant sans être trop lisse. En une centaine de pages, ce grand écrivain développe une histoire avec tous les éléments nécessaires pour captiver son lecteur sans le lasser une seule seconde. Ses descriptions simples nous immergent très bien dans ce monde prosaïque dont Simenon a su saisir et révéler les aspects poétiques et touchants sous des apparences de vulgarité et de rudesse, voire de grossièreté.

Sa description de la psyché de Norbert Monde et des pensées qui le tiraillent est d'une belle et tendre subtilité ; par petites touches successives qui effleurent la toile, il brosse un portrait dans lequel il est tentant pour beaucoup de se reconnaître. En effet, combien rêvent de fuir véritablement, de partir sur un coup de tête au risque de mettre en danger des personnes dont la situation dépend d'eux ? de tous lâcher pour retrouver les bouffées d'excitation d'une existence incertaine et palpitante, une nouvelle jeunesse ?

C'est ce genre d'évasion que nous permet la lecture, et ce à moindres frais. Je pense que je reviendrai vers Simenon, ne serait-ce que pour suivre quelques enquêtes du commissaire Maigret qui fut si bien adapté au cinéma avec Gabin et à la télévision avec Jean Richard et Bruno Cremer.

Un grand bonhomme que ce Georges Simenon !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Marti94
  17 août 2020
Ce livre de Georges Simenon sans Maigret est un drame psychologique plus qu'un polar même s'il y a du suspense dans "La fuite de Monsieur Monde", mais ce qui est remarquable c'est d'abord son écriture très imagée.
Nous sommes le 13 janvier et c'est l'anniversaire de Monsieur Monde, il a 48 ans. Il dirige les établissements Monde, commissions et exportations, dont les bureaux et dépôts sont situés rue Montorgueil à Paris, il est marié, a une fille et un garçon d'un premier lit. Apparemment c'est un bourgeois qui a tout pour être heureux.
Seulement voilà, personne ne pense à son anniversaire et la communication avec ses proches est difficile. Alors, il va faire une chose inattendue. Il décide de tout quitter à Paris et prends le train, un peu par hasard pour Marseille après s'être rasé la barbe et changé de costume.
Il a envie de vivre comme un homme normal. Il a envie d'observer les autres pour mieux se trouver en devenant Désiré Clouet.
On s'attend à ce qui lui arrive des aventures extraordinaires. Et bien pas vraiment, il va côtoyer des personnes glauques et d'autres attachantes durant quelques temps et se retrouver dans des milieux pas toujours fréquentables. C'est ainsi qu'à Nice il retrouve sa première femme.
C'est pour Marseille que j'ai lu ce livre (la ville est très bien décrite d'ailleurs) mais Monsieur Monde n'y reste pas longtemps. Alors si toute la première partie est haletante, la deuxième partie qui se passe à Nice est moins bien, d'autant plus que les femmes ont toujours le mauvais rôle.
Ceci dit, tenter de comprendre la psychologie masculine dans les années 40, ça devait être plutôt rare.
Lu en août 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LesHeures
  02 septembre 2016
Simenon, c'est l'humanité suante et souffrante, avec sur ses épaules lasses le fardeau de ce grouillement étrange : elle-même. L'humanité qui se retourne, se regarde et dit : mais... c'est moi, ça ? Je n'avais pas signé pour ça. J'avais signé pour l'ange et je suis la bête. Pores de la peau, corps qui sentent, bruits d'entrailles. L'humanité en gros plan ; le romancier tout entier à sa proie attaché.
Pluie sur un quai désert un soir de novembre.
Commenter  J’apprécie          120
Ingannmic
  01 mai 2021
Suite de ma découverte de Georges Simenon, avec dans l'ordre la lecture du tome 1 de l'anthologie publié chez Omnibus, regroupant des romans publiés en 1945. Et "La fuite de Monsieur Monde" compte pas mal de points communs avec "La fenêtre des Rouet", à commencer par la dimension a priori insignifiante de son personnage principal.
Ce jour-là, Norbert Monde a quarante-huit ans. Mais personne n'y a pensé. Ni sa femme, encore au lit au moment de son départ pour le bureau, ni son fils, qui l'y rejoint plus tard sans même prendre la peine de passer lui dire bonjour, ni sa fille, qui l'appelle dans la journée parce qu'elle est, comme d'habitude, à court d'argent. Même son vieux et fidèle caissier a oublié l'événement…
Norbert est l'héritier et le dirigeant d'une entreprise florissante d'import-export, créée par un de ses aïeux plus d'un siècle auparavant. Il vit dans la maison achetée par son grand-père, où le quotidien est régi selon un emploi du temps précis déterminé par Mme Monde. Sa relation avec ses proches est faite d'une distance motivée par une pudeur devenue une habitude. C'est un homme qui craint en permanence de ne pas être à sa place, de gêner les autres, et qui par honte dissimule sa sensibilité. Il vit comme dérivant, consentant, dans le flux tranquille, protecteur mais mortifère, d'une routine sans joies ni drames qu'il a lui-même contribué à installer.
Pourtant, ce jour-là, il n'est bien nulle part. Il se sent fatigué, mal à l'aise dans ses vêtements, rêve de bord de mer, de flânerie sous le soleil du Midi en pantalon de flanelle blanche. Non pas que Monsieur Monde ressente des regrets, de la révolte. Il n'éprouve même pas de colère envers cette existence faite de sommes d'efforts laborieux, pour d'abord obtenir son bachot malgré son caractère d'enfant rêveur que ses camarades surnommaient Boule de Gomme en raison de sa corpulence, puis pour rattraper les folies de son père, coureur de jupons dispendieux mais charismatique, adoré par ses proches, qui avait bien failli faire couler l'entreprise familiale, et enfin pour élever seuls ses deux enfants, suite au départ, en catimini, de sa première épouse.
Non, il n'en veut à personne. Seulement, lui qui aime l'ordre et la propreté ressent soudain comme un besoin d'encanaillement, de se plonger dans cet univers de la rue qui à la fois le dégoûte et le fascine, de vivre, enfin. Alors il fait raser sa moustache -quelle indécence ! dirait sa femme-, troque son impeccable et coûteux costume contre des vêtements d'occasion, et prend le large, sans rien dire à personne, vers le sud et la mer.
Monsieur Monde disparaît, devient Désiré Clouet, fraie avec le monde de la nuit dont il rencontre les oiseaux, discret mais attentif aux autres, s'encanaillant par procuration au contact d'une faune aux figures gouailleuses et attachantes.
"La fuite de Monsieur Monde" est un texte court, mais il s'y passe encore bien des choses, qu'il est inutile de développer ici. L'intrigue est riche de rebondissements, peut-être un peu trop dans sa dernière partie, mais on suit avec plaisir et intérêt jusqu'à sa conclusion le parcours de cet homme en quête de ce qu'il n'a jamais osé être.
Comme dans "La fenêtre des Rouet" Georges Simenon y traque les enraiements et les sursauts vitaux qui agitent ceux auxquels on ne s'intéresse jamais, êtres a priori lisses et ennuyeux, qu'il parvient à rendre singuliers et mémorables.
Lien : https://bookin-ingannmic.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PtitVincent
  17 août 2020
Monsieur Monde est un notable, vivant à Paris, auprès de sa seconde épouse et de son fils né d'un premier mariage, sa fille étant mariée habite un peu plus loin. Il dirige depuis de nombreuses années son entreprise. Un quotidien bouleversé en ce jour de son 48e anniversaire. Personne ne le lui souhaite, mais surtout, un gros blues l'envahit. La journée semble se passer de façon ordinaire. Et pourtant, Mme Monde ne le verra pas rentrer le soir. L'homme retire une forte somme à la banque, se rase la moustache et échange son beau costume taillé contre un vêtement fripé, prend le train pour Marseille, rencontre un peu par hasard Julie, une jeune femme aux moeurs légères comme on disait à l'époque… Une jeune femme qu'il suivra sans vraiment réfléchir et dont il deviendra l'amant occasionnel. Après s'être fait voler son argent, ils partiront à Nice où ils travailleront au Monico, une boîte de nuit et de jeux clandestins, elle comme entraîneuse, lui comme comptable. Monsieur Monde se retrouve de l'autre côté, surveillant les notables provinciaux, attablés au jeu ou flirtant avec les « dames ». Un monde bourgeois qu'il a quitté et ne semble pas vouloir réintégrer un jour. La force de ce roman vient du fait que Georges Simenon n'explique pas vraiment la fuite de l'homme. Il se contente de le suivre, dans cette nouvelle vie au jour le jour, sans se complaire dans d'explications psychologiques oiseuses. Un homme fuit sa vie et en découvre une autre, un point, c'est tout. Un récit linéaire tout en sobriété sur un parcours singulier. Un roman sombre particulièrement réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
kathelkathel   07 janvier 2016
Il avait encore des pudeurs, des maladresses. Il était vraiment trop neuf. Pour bien faire, pour aller jusqu’au bout, il aurait dû descendre un de ces escaliers de pierre conduisant tout près de l’eau. Chaque fois qu’il avait franchi la Seine le matin, il avait jeté un coup d’œil sous les ponts, et c’était encore pour retrouver un très vieux souvenir du temps où il allait à Stanislas et où il lui arrivait de faire la route à pied en flânant : sous le Pont-Neuf, il avait aperçu deux vieux, deux hommes sans âge, hirsutes et gris comme des statues abandonnées ; ils étaient assis sur des tas de pierres, et l’un d’eux, pendant que l’autre mangeait un saucisson, s’entourait les pieds de bandes de cotonnade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Marti94Marti94   17 août 2020
Les bruits l'atteignaient, comme ils doivent atteindre les poissons dans l'eau, des bruits qu'on n'entend pas avec ses oreilles, mais avec tout son être, qu'on absorbe, qu'on digère et dont il arrive que le sens soit complètement changé.
Commenter  J’apprécie          40
NomadisantNomadisant   28 avril 2020
Il était un homme qui avait traîné longtemps sa condition d’homme sans en avoir conscience, comme d’autres traînent une maladie qu’ils ignorent. Il avait été un homme parmi les hommes et il s’était agité comme eux, poussant dans la cohue, tantôt mollement, tantôt avec acharnement, sans savoir où il allait.
Commenter  J’apprécie          10
NomadisantNomadisant   28 avril 2020
C'était à la fois amer et doux, comme ces douleurs qu'on entretient, qu'on entoure de soins subtils par crainte de les voir disparaître.
Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   17 août 2020
Il ne savait pas où il allait, ni ce qu'il ferait. Il était parti. Il n'y avait plus rien derrière lui. Il n'y avait encore rien devant lui. Il était dans l'espace.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Georges Simenon (122) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Simenon
Réalisateur, scénariste, dessinateur, écrivain, Patrice Leconte a plus d'une corde à son arc. Il vient nous parler de son trentième long-métrage, "Maigret", en salles le 23 février, co-écrit avec Jérôme Tonnerre.
Le commissaire Maigret est un rôle maintes fois joué au cinéma : Pierre Renoir, Harry Baur, Michel Simon ou encore Jean Gabin ont incarné ce légendaire commissaire au ton bourru mais humaniste. Mais cette fois-ci, c'est une adaptation du roman "Maigret et la jeune morte" de Georges Simenon que Patrice Leconte et Jérôme Tonnerre ont choisi d'adapter. Dans le film, le commissaire enquête sur la mort d'une jeune fille à propos de laquelle on ne connaît rien, pas même son nom. Parallèlement, Maigret rencontre Betty, une jeune fille, qui ressemble étrangement à la jeune morte.
Patrice Leconte est un grand amateur de Georges Simenon ; en témoigne notamment son film "Monsieur Hire"(1989). Avec "Maigret", il revient sur cette figure légendaire de l'inspecteur et sur la manière dont il a voulu se démarquer de sa figure traditionnelle.
#film #cinéma #franceculture _____________
Prenez place à La Grande Table pour rencontrer d'autres personnalités qui font l'actualité des idées https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrpsBVAaqJ_sANguhpPukaiT ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature belgeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le commissaire Maigret

Quel est le prénom du commissaire Maigret ?

Hercule
Édouard
Jules
Nestor

12 questions
229 lecteurs ont répondu
Thème : Georges SimenonCréer un quiz sur ce livre