AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253177661
168 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (18/09/2013)
3.62/5   16 notes
Résumé :
Un début de juillet. Dans leur appartement de la rue de Turenne, Bernard et Nelly Foy coulent une existence paisible et monotone, lui retrouvant grâce à des prothèses un semblant d'activité qui lui permet de peindre des abat-jour et de vaquer aux menus soins du ménage, elle travaillant au-dehors dans une importante maison de passementerie.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Renod
  30 septembre 2014
Bernard se confine dans son appartement. Il reste pourtant ouvert au monde extérieur et capte tout ce qui en émane : il y a les bruits qui lui parviennent, ceux de l'immeuble qui traversent les cloisons, ceux de la rue qui passent par ses fenêtres toujours ouvertes.
Il mène une vie de couple heureuse malgré son lourd handicap, malgré l'absence d'enfant.
Pourtant Bernard sent un malaise le gagner. Il souffre de vertiges de plus en plus fréquents. Les médecins ne lui sont d'aucune aide. Son mal est plus moral que physique. Il se montre de plus en plus jaloux. Une jalousie sans fondement. Il éprouve un besoin viscéral de la présence de son épouse Nelly. Il sait qu'il doit la laisser « s'envoler », travailler, avoir une vie sociale. Il passe donc ses journées à l'attendre et à se morfondre en tâchant de deviner ses occupations, en imaginant sa vie sans lui.
Sa jalousie croît. Son esprit grouille de mauvaises pensées. Un après-midi, il se livre et lui avoue sa jalousie maladive. Leurs esprits sont mis à nu. Mais l'abcès n'est pas crevé. Il s'efforce d'être indifférent, d'être enjoué pour mieux masquer sa préoccupation. Quant à Nelly, elle est trop à l'aise pour que cela soit naturel. La situation est sans issue.
« La porte », c'est celle de l'appartement situé au 1er étage de leur immeuble. Nelly s'y rend fréquemment pour prendre ou apporter des plis à Pierre Mazeron. Bernard Foy soupçonne un lien entre sa femme et ce dernier qui est son opposé : il est enjoué, son appartement est frais, peint de couleurs éclatantes. Lorsqu'il découvre que ses soupçons sont fondés, Nelly se suicide sous le poids de sa faute. Quant à Bernard, la tension qui l'accaparait depuis plusieurs mois a trouvé son aboutissement. Il est désormais libéré. Il peut rejoindre Nelly dans sa perte.
Avis :
Un livre poignant et incisif. Une réussite. Les personnages sont saisissants de réalité et d'humanité.
A lire. Un très bon Simenon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
LesLecturesDeRudy
  17 février 2019

Lire un Simenon hors Maigret est toujours une expérience intéressante. On peut ainsi se rendre compte de l'évolution de la société et ses profondes modifications depuis la fin de la seconde guerre. Ainsi dans ce roman on peut constater que la place de la femme est à la maison et de l'homme au travail afin d'assurer l'entretien de la famille. le personnage principal Monsieur Foy suite à un accident se retrouve complètement à charge de son épouse et à plusieurs reprises Simenon lui fait tenir des propos qui de nos jours ne passeraient pas. Par exemple il affirme régulièrement que le rôle de l'épouse est d'appartenir dans tous les sens du terme à son mari et sa place à la maison à l'attendre et non l'inverse comme c'est le cas dans ce roman. Un autre exemple frappant c'est lorsque faisant ses courses le héros se lamente d'être le seul homme dans les magasins en dehors des vieillards ou des jeunes enfants. Une idée qui revient au fil des pages et qui fait le malheur du personnage : ne pas vivre une vie d'homme et dépendre de sa femme. Ceci dit cela n'enlève rien à la qualité de ce roman qui est surtout une histoire de jalousie et de culpabilité. Foy le principal personnage, en effet, se sent inutile et suite à son handicap se sent victime de la pitié de ses voisins et même de son épouse. Il souffre également d'une jalousie extrême à tel point qu'il soupçonne sa femme de le tromper avec le premier venu, lui jetant régulièrement son passé au visage. On suit le cours de ses pensées tout au long du roman, ses doutes comme ses certitudes avec une fin de roman très noire et sans espoir pour le couple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ismaelm
  10 juillet 2015
Je l'ai lu il y a quelques mois déjà et ce que j'en retiens , c'est que j'apprécie beaucoup la façon de Simenon de faire vivre ses personnages, en le lisant, je "vois" ce qu'il écrit. Tout, les petits gestes , ce qu'il voit par la fenêtre. Chez Simenon, les fenêtres ont beaucoup d'importance par le côté voyeur que cela implique souvent. Dans plusieurs de ses romans, ( les fiançailles de Mr Hire p.e. , ) il y a des personnages qui en observent d'autres. Dans ce roman-ci , finalement, ce n'est pas vraiment le cas mais tout de même il observe ses voisins.
Commenter  J’apprécie          40
bfauriaux
  07 octobre 2020
Un huis clos de la vie quotidienne croqué comme un maitre par Simenon qui nous regale ici avec son talent pour peindre les caractères de ses heros du quotidien et à nous peindre "comme si on y était " la vie quotidienne des gens ordinaires de son époque: un délice à savourer !
Commenter  J’apprécie          10
miti50
  11 avril 2019
Ce roman est déroutant, curieux, avec un suspense malgré tout. C'est un petit livre mais il m'a paru long, un peu monotone, toutefois je ne l'ai pas abandonné et je n'ai pas vu arriver la fin surprenante, comme un soulagement.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ThaddeusThaddeus   09 avril 2015
- Je t'aime, Nelly.
- Moi aussi, Bernard.
- Je voudrais que tu le saches vraiment, que tu le sentes.
- Je le sais. Je le sens.
Il avait failli ajouter :
- C'est parce que je t'aime que je nous rends malheureux tous les deux.
À quoi bon? Il n'était même plus sûr que ce soit vrai!
Commenter  J’apprécie          30
ThaddeusThaddeus   09 avril 2015
Le mot riche, pour eux, comme les petites gens, n'avait pas le même sens que dans le dictionnaire. Cela voulait dire quand il leur resterait un peu d'argent après avoir payé le loyer, la nourriture, les vêtements indispensables, la note de gaz et d'électricité.
Commenter  J’apprécie          20
ThaddeusThaddeus   09 avril 2015
Les gens qui travaillent ont rarement le temps de s'expliquer jusqu'au bout.
Commenter  J’apprécie          10
ThaddeusThaddeus   09 avril 2015
Une femme qui se gave d'amour n'acquiert-elle pas plus d'éclat?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Georges Simenon (117) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Simenon
Faire littérature à partir de faits divers constitue un genre en soi, popularisé notamment par Capote, Carrère ou Jablonka. Lien entre travail journalistique et écriture au long cours, dimension romanesque, importance des aspects sociologiques : on brûle d'entendre Florence Aubenas, autrice du grand succès le Quai de Ouistreham (2010, L'Olivier) et Dimitri Rouchon-Borie, lauréat du Prix Première 2021, sur ces sujets. Née à Bruxelles, Florence Aubenas adore Simenon. de permanence au Monde, journal où elle écrit aujourd'hui, un coup de fil lui inspire le sujet de L'inconnu de la poste (L'Olivier). Qui a sauvagement assassiné Catherine Burgod, employée de la poste à Montréal-la-Cluse, dans l'Ain ? On soupçonne Gérald Thomassin, acteur césarisé en 1990, marginal qui n'a jamais coupé les ponts avec le milieu du cinéma. Aubenas refait l'enquête, rencontre l'acteur qui finit par disparaître subitement et livre cet ouvrage captivant, tendu, construit comme un roman, bel exemple de littérature du réel. Journaliste et chroniqueur judiciaire, Dimitri Rouchon-Borie, a fait sensation en janvier avec le démon de la colline aux loups (Le Tripode). Dans ce texte très fort, qui semble avoir été écrit comme en apnée, à la ponctuation presque absente, il donne la parole à Duke, enfant sacrifié devenu adulte violent. de façon très troublante, son éveil à la conscience nous fait le considérer tour à tour en victime ou en coupable.
Une rencontre diffusée dans le cadre de la Foire du Livre de Bruxelles 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : jalousieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Le commissaire Maigret

Quel est le prénom du commissaire Maigret ?

Hercule
Édouard
Jules
Nestor

12 questions
211 lecteurs ont répondu
Thème : Georges SimenonCréer un quiz sur ce livre