AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253124907
Éditeur : Le Livre de Poche (14/03/2008)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Même la giboulée de mars qui tombait depuis une heure était savoureuse, car elle donnait à l'atelier une couleur plus intime. On retrouvait les toits de Paris que la pluie laquait d'un noir bleuâtre et le ciel était d'un gris qui gardait une certaine luminosité.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
moravia
  04 décembre 2013
Ce roman, qui vous occupera le temps d'une soirée, n'est certes pas le meilleur de Simenon.
L'intrigue (existe-t-elle vraiment ?) ne résiste pas longtemps à notre perspicacité. Le plaisir du lecteur se trouve ailleurs.
Dans la dextérité de l'auteur à conduire le récit avec si peu d'artifice.
Dans ces moments de bravoure, au détour d'une page, pour camper un personnage souvent secondaire, comme pour nous rappeler qu'il tient bien la barre et nous conduira au port sans heurts.
Simenon s'amuse . Est-ce à l'encontre du futur traducteur, de miss Anastasie... ou de la pudibonderie bourgeoise de l'époque ?
Il se réapproprie même la fameuse phrase de René Magritte : ceci n'est pas une pipe.
Comprendra qui pourra. (1)
(1) la citation vous éclairera sans doute ...
Commenter  J’apprécie          243
Herve-Lionel
  03 mai 2014
N°388– Janvier 2010.
LES INNOCENTSSimenon (1971).
C'est une histoire simple que nous offre ici Simenon.
Georges Celerin a un bon métier, il est orfèvre à Paris et sa notoriété est grande. Il est associé avec un de ses amis, Jean Paul Brassier, marié avec Eveline, frivole et superficielle... L'affaire marche bien et avec les ouvriers de l'atelier l'ambiance est conviviale.

Georges a rencontré par hasard Annette, une assistante sociale assez réservée et pas vraiment belle et l'a épousée. Ensemble ils ont eu deux enfants, Jean-Jacques et Marlène, forcément différents. Georges est béatement et égoïstement heureux, les enfants grandissent sans que leurs parents s'en aperçoivent, le temps passe et les affaires sont florissantes. Malgré une certaine aisance financière, Annette qui vit son métier comme un sacerdoce, a tenu à garder son emploi, mais leur vie conjugale semble terne et un peu en marge. En fait chacun à son centre d'intérêt et s'en accommode. Après tout, cela peut paraître banal!
La vie aurait pu continuer à s'écouler, simple et tranquille, sans souci important, avec des projets en commun, le départ des enfants, mais là aussi, c'est le sens de la vie! Pourtant, par hasard, la mort frappe Annette, écrasée par un camion dans une rue de Paris. Tout bascule d'un coup pour ceux qui restent. Georges reste seul avec Nathalie, la domestique de toujours qui fait maintenant partie de la famille. Il est tenté de se laisser aller, pense au suicide, à l'alcool, mais pourtant l'avenir se dessine autrement et d'une manière favorable pour lui et son associé... Il faut bien que la vie reprenne et ses enfants ont encore besoin de lui!
Il se met à penser qu'il a vécu vingt ans à côté de sa femme sans peut-être avoir pu la rendre heureuse. Son emploi d'assistante sociale n'était peut-être qu'une échappatoire? Cette prise de conscience soudaine lui donne à penser que tous les deux, malgré leur bonne volonté et à cause de leur métier, sont peut-être passés à côté de leurs propres enfants qu'ils n'ont pas pris le temps de voir grandir! Maintenant ils vont quitter la maison et le vide laissé par Annette va s'accentuer encore par leur départ à eux...
Le hasard veut que Georges s'intéresse aux circonstances du décès de son épouse. Elle a été accidentée dans un quartier qui n'était pas le sien, dans un secteur où, d'ordinaire, elle n'exerçait pas ses fonctions et les témoins pensent qu'elle a délibérément cherché la mort, qu'elle sortait d'une maison inconnue... Il en conçoit des doutes et, vérifications faites, il obtient la preuve que que son épouse le trompe avec son associé, et ce depuis dix huit ans. Ce n'est pas une simple passade, mais une liaison durable faite de mensonges, d'hypocrisies et il doit bien admettre qu'il n'a rien vu, rien deviné de la trahison d'Annette, occupé à sa seule réussite, son seul bonheur, même si celui-ci était peut-être un peu convenu! Même Nathalie, dont la situation n'a pas échappé à son regard de femme, n'a rien osé dire. Comment l'aurait-elle pu?
Découvrir que son épouse l'a trompé pendant si longtemps, s'est moquée de lui, de sa famille, de ses enfants avec un de ses amis est inacceptable, d'autant que celui-ci, sans enfant dans son ménage, peut parfaitement être le père de Jean-Jacques et de Marlène. Cette révélation posthume, si elle peut faire naître dans l'esprit de Georges une culpabilité éventuelle, n'en établit pas moins une certitude «  Annette est morte deux fois !».
Face à cela, Georges se coupe du monde, laisse les choses aller à vau-l'eau pour finalement se séparer de cette associé volage qui lui part de son côté.
Au-delà de l'histoire racontée, c'est un rappel que nous sommes mortels, que la Camarde peut frapper au hasard quand nous nous y attendons le moins, que « rien n'est jamais acquis à l'homme », que le bonheur est fragile, que la confiance est un leurre, qu'on est toujours seul...
©Hervé GAUTIER – Janvier 2010.http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Montana
  18 juillet 2013
C'est le 1er livre que je lis de cet auteur pourtant si connu! J'ai bien aimé le style simple du récit , l'analyse psychologique des personnages qui nous amène au dénouement de l'intrigue, bien menée. On sent néanmoins qu'il s'agit d'un récit qui date un peu, mais le tout est de se plonger dans cette époque. à découvrir car l'intrigue est vraiment satisfaisante.
Commenter  J’apprécie          10
Livrepoche
  18 mars 2018
Simenon est devenu pour moi un auteur refuge. Je m'y lance en confiance car je sais que son style est d'une justesse très très rare. Les Innocents, c'est un roman court mais qui pourtant, contient tout ce qu'il faut. Il ne manque rien, tout se tient, rien n'est superflu. Un style impeccable.
Je sais que je me répète avec Simenon mais il faut le dire, ses oeuvres ne vieillissent pas. J'ignore si cela était volontaire de sa part ou non mais il n'utilise que peu de fois des éléments amenés à être dépassé. Il va à l'essentiel. c'est tout juste si j'ai l'impression de comportements surannés.
Il ne faut donc pas se fier à la longueur de Les Innocents, d'autres auteurs avec les même éléments feraient un roman plus long.
Dans ce roman, Simenon nous livre une histoire forte, d'hommes et de femmes, une histoire d'amour. Les faux semblants, les mensonges, le quotidien fond une oeuvre romanesque très juste, sans exagération. En cela, Simenon parvient à faire du réalisme mêlé à un romanesque efficace.
La suite sur le blog…
Lien : http://livrepoche.fr/les-inn..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
moraviamoravia   03 décembre 2013
Comme si c'était un rite, il alla chercher la bouteille de calvados dans le buffet et en remplit quatre verres.
- ça, c'est la Justine, grommela-t-il en la désignant.
Quand elle a perdu son mari, elle ne savait où aller et je lui ai donné un lit dans la maison...
Justine ressemblait à un corbeau et n'osait pas ouvrir la bouche.
- Alors, à notre bonne santé à tous ...
Il vida son verre d'un trait. Annette eut un haut-le-coeur car l'alcool pesait au moins soixante-cinq degrés. C'était le vieux qui le faisait quand passait l'alambic.
- Elle trouve ça fort, hein ? On voit bien que c'est une mauviette de la ville...
- Elle est de la campagne aussi.
- Quelle campagne ?
-Dans le Nivernais...
- Si tu crois que je sais où sont tous ces pays-là...
Il la regardait des pieds à la tête comme il aurait regardé une vache à la foire et son regard s'arrêta sur le ventre de la jeune.
- Pas encore de petit dans le tiroir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
moraviamoravia   01 décembre 2013
Il avait créé un clip pour sa femme, une chose très simple, car elle n'aimait pas les bijoux. C'était une feuille de chêne avec un gland, mais tout était dans la façon.

Annette fumait la cigarette. Elle le faisait nerveusement, en la retirant sans cesse de la bouche, puis elle écrasait le mégot dans le cendrier.
- Est-ce que tu fumes chez les gens que tu vas visiter ? lui avait-il demandé une fois assez naïvement.
Elle sourcilla. Dieu sait quelle arrière-pensée elle vit dans la question.
- Je leur porte des cigarettes, répliqua-t-elle assez sèchement.
Ou encore du tabac pour la pipe...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Georges Simenon (121) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Simenon
Franck Bouysse nous parle de Simenon et de sa lecture préférée.
autres livres classés : cocuVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le commissaire Maigret

Quel est le prénom du commissaire Maigret ?

Hercule
Édouard
Jules
Nestor

12 questions
183 lecteurs ont répondu
Thème : Georges SimenonCréer un quiz sur ce livre