AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253142195
185 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (04/06/2003)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 42 notes)
Résumé :

Pour l'agent Jussiaume, que son service de nuit conduisait quotidiennement, à quelques minutes près, aux mêmes endroits, des allées et venues comme celle-là s'intégraient tellement à la routine qu'il les enregistrait machinalement, un peu comme les voisins d'une gare enregistrent les départs et les arrivées des trains. Il tombait de la neige fondue et Jussiaume s'était abrité un moment sur un seuil, au coin de la rue Fontaine et de la rue Pigalle. L'ense... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Woland
  27 décembre 2014
Le "Maigret" du jour nous transporte à Montmartre, au "Picratt's", un bar de nuit où la belle et jeune Arlette se produit dans un numéro époustouflant d'effeuillage avant d'aller boire avec les clients. Pour ses collègues, Tania (qui fait les danses russes et tient le piano) et Betty (effeuillage et danse semi-acrobatique), et aussi pour la patronne (une ancienne demi-mondaine qui fut l'une des plus belles femmes de Paris), Rose, ainsi que pour Fred Alfonsi (son très légitime époux, de vingt ans son cadet mais qui l'aime, malgré tout, à sa façon), il a toujours été clair qu'Arlette n'appartenait pas tout à fait à leur monde. Ebouriffante, oui, elle l'était. Mais avec rage, mais avec passion : tout le contraire d'une professionnelle. D'où son succès sans doute et la fascination qu'elle exerçait. Rose la voyait bien en jeune fille de bonne famille qui se serait enfuie de chez elle parce qu'elle n'en pouvait plus. de qui ? de quoi ? de tout, probablement.
Arlette avait des clients, avec qui elle couchait à l'occasion dans les hôtels du coin, et, depuis peu, un amoureux qui venait lui offrir une bouteille et restait des heures à lui tenir la main et à lui proposer de l'épouser, de la faire changer de vie. Un petit jeune, pas mal et visiblement gentil. Et le plus étonnant, c'est qu'Arlette commençait vraiment à y réfléchir.
Cet amoureux, avec qui elle n'a jamais couché, Arlette le croise une dernière fois, en ce matin où, après avoir fait une déposition au commissariat de son quartier pour prévenir qu'un crime était projeté à l'encontre d'une certaine comtesse et que le présumé coupable s'appelait "Oscar", elle s'est vue redirigée vers le Quai des Orfèvres, dans le bureau de Lucas sur lequel ouvre la porte de celui des inspecteurs. Eh ! oui, l'amoureux d'Arlette, c'était "le petit Lapointe" comme l'appelle Maigret.
Après avoir rétracté toutes ses accusations et les avoir imputées à une soirée trop arrosée, Arlette rentre chez elle. Et c'est chez elle, dans son petit appartement si bien rangé et qui n'a vraiment rien de celui d'une entraîneuse, encore moins d'une effeuilleuse, mais plutôt tout d'une bonne petite ménagère, qu'on la retrouve morte, étranglée. A croire que ce qu'elle avait raconté, puis nié avec tant de vigueur, reposait bel et bien sur la vérité.
Dès le début, nous savons tous que le dénommé "Oscar" est l'assassin. Comme il est celui de la comtesse von Farnheim, une héroïnomane que l'on retrouve également étranglée dans son propre appartement. Et comme il est susceptible de devenir celui de tous ceux, femmes et hommes, qu'il suspecterait de vouloir le trahir. Mais le roman s'attache surtout à nous dépeindre cet univers si particulier des bars de nuit "modérés" - c'est-à-dire ceux qui refusent la drogue et "marchent" sérieusement - où tout le monde travaille presque en famille. Après tout, c'est un métier comme un autre. Scandaleux, sulfureux, promis à l'Enfer ? Ma foi, si ça vous fait plaisir de penser que Dieu n'a aucune indulgence pour les brebis égarées ... Simenon, lui, d'évidence, ne pense pas ainsi et sa vision de ce monde si particulier, il nous la fait partager avec subtilité et tendresse, allumant au passage un sourire et un brin de nostalgie dans le coeur de toutes celles et de tous ceux qui, un jour, ont bien connu cet univers, que ce soit du côté personnel ou du côté clients.
Le "Picratt's" est un petit bar et Simenon nous laisse entendre très clairement que c'est presque une famille pour ceux qui y travaillent. On n'y voit la pègre qu'occasionnellement - lorsqu'elle veut s'amuser discrètement - beaucoup de touristes un peu niais mais bien décidés à "faire la fête" et même, en fin de soirée, des Parisiens très huppés venus s'encanailler - c'est du moins ce qu'ils croient. Les couleurs sont douces même si le rouge, un rouge feutré, prédomine. Les personnages éclatent de vérité, avec leurs lassitudes, leurs espoirs envolés et ce cynisme aimable qui leur permet de survivre. Tous, même Tania, qui n'aimait guère Arlette, y vont de leur petit coup de main pour aider Maigret et son équipe. D'accord, ils savent qu'il vaut mieux se faire bien voir de la Police mais on sent bien que les guident une puissance plus forte, un instinct de solidarité qu'ils ne se savaient peut-être pas posséder : Arlette, malgré tout, était des leurs et elle ne méritait pas de finir étranglée à vingt ans. Alors, la tête d'"Oscar", on finira par la servir au commissaire. Doucement, lentement, avec prudence parce que cet "Oscar", ce n'est pas un gars avec qui on rigole volontiers. Mais sûrement.
"Maigret au Picratt's" voit aussi Lapointe abattre son premier malfrat d'une balle en plein coeur - joli tir . Ce qui le pétrifie à la fois d'horreur et de satisfaction. C'est un roman chaud (pas dans le sens où vous pourriez l'interpréter d'après ce que je viens de vous en dire), dense, l'un des plus "authentiques" de son auteur, une petite réussite que l'on a plaisir à lire et à relire. Allez, vous aussi, venez vous asseoir à la table de M. Fred , dans sa cuisine, pour y discuter des à-côtés du métier ou des combines du monde des courses autour d'un verre de fine - ou d'une coupe de champagne : vous verrez comme on y est bien. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
dido600
  23 novembre 2014
,Écrit en 1950
Arlette, strip-teaseuse au Picratt's à Pigalle, se rend en état d'ivresse au commissariat de police tout proche : elle affirme avoir surpris dans le cabaret un aparté au cours de laquelle un certain Oscar a manifesté sa préméditation de tuer une comtesse. On l'envoie à la P.J., où, en raison de son état, on n'accorde guère de crédit à ses déclarations, d'ailleurs fort imprécises. Peu après, on découvre le corps d'Arlette et, à quelques heures d'intervalle, celui d'une comtesse ; toutes deux ont été étranglées de la même manière, dans leur appartement. Maigret établit alors une sorte de quartier général au Picratt's. , il se lance à la recherche d'Oscar et s'efforce d'identifier la comtesse et Arlette, d'établir les liens entre ces trois personnages. Tout d'abord, on découvre l'identité de la comtesse : Madeleine Lalande a épousé le comte von Farnheim, grâce à qui elle a pu mener une existence dorée sur la Côte d'Azur. Après la mort houleuse de son vieux mari, elle a été détroussée par des gigolos d'une bonne partie de sa fortune, puis s'est établie à Paris et s'est adonnée aux stupéfiants. Grâce au témoignage d'une ancienne cuisinière, Maigret apprend qu'un certain Oscar Bonvoisin, sorte de don Juan sans scrupules, a été jadis chauffeur et amant de la comtesse. Or, la présence de Bonvoisin à Montmartre est réaffirmée par plusieurs personnes. L'étau se resserre. La police interroge en vain Philippe, un jeune pédérastique et drogué, ami de la comtesse, puis le libère comme appât : , c'est au domicile de Philippe que Maigret met la main sur le fameux Oscar. Après avoir été l'amant des deux femmes, il avait tué la comtesse pour son argent et Arlette parce qu'elle allait probablement le quitter.
L'investigation mire à faire dégager, , la personnalité et le comportement de trois personnages dont deux sont morts au moment de l'enquête, tandis que le troisième n'apparaît que pour se faire arrêter et tuer en légitime de défense par un inspecteur de l'équipe Maigret
Beaucoup de dialogues ainsi que des pépites de citation la curiosité de l'énigme nous pousse a le dévorer goulument
Dans l'ensemble un bon roman de littérature classique policière .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Polars_urbains
  25 janvier 2018
L'adaptation par la BBC de Maigret au Picratt's m'a conduit à relire le roman de Simenon. Une intrigue somme toute banale - deux assassinats sordides liés à la cupidité - pour une enquête à laquelle Maigret consacre toute son énergie bien qu'il ne soit pas très bavard sur le sujet. Lui qui n'a pu empêcher le meurtre d'Arlette, la belle danseuse du Picratt's, est-il hanté par la culpabilité ? Discret comme toujours, on le sent toutefois impliqué et impatient. Peut-être que la relation qu'entretenait l'un de ses inspecteurs avec la jeune femme ne fait-elle qu'augmenter son souhait de réussir. Peut-être aussi a-t-il été troublé par la jeune femme (cf. citation).
L'action se passe essentiellement à Montmartre, dans le quartier des cabarets et des petits hôtels et mêle une foule de personnages du monde de la nuit, aventurière vieillissante et gigolos compris. L'adaptation de la télévision britannique est plutôt fidèle (le scénariste a pris beaucoup plus de libertés avec La nuit du carrefour) et Atkinson campe un bon commissaire. Pas un très grand Maigret mais une lecture à conseiller quand même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lucas2
  08 novembre 2020
Très "années 50".
Arlette, "danseuse" dans une boite de nuit, le Picratt's, fait une déposition au commissariat de quartier au petit matin.
Dans la soirée, elle a entendu deux hommes annoncer qu'ils allaient tuer une comtesse.
Enfin pas sûr, l'un deux s'appelait peut-être Oscar...
Finalement elle était peut-être un peu trop pompette...
Mettons qu'elle n'a rien dit. Curieux avertissement qu'a transmis cette séduisante demoiselle.
Quand on la retrouve étranglée, on découvre qu'elle était secrète, et vivait sous une fausse identité.
Puis une comtesse meurt. Etranglée elle aussi...
Un polar on ne peut plus classique de l'époque, ou du moins de l'idée qu'on s'en fait.
On a l'impression d'être dans un film noir et blanc, avec nuits Parisiennes en toile de fond, alors que ce roman a été écrit à des milliers de kilomètres de là.
Et si cet environnement est extrêmement plaisant la première partie du livre, il devient curieusement bien pitoyable sur la fin...
Avec des descriptions de moeurs pas à l'avantage de Simenon, particulièrement acerbe envers plusieurs souffre-douleurs dépeints dans cette histoire.
On a Lognon du côté de la loi, ou Philippe côté miséreux.
A noter encore que si Maigret se sent à l'aise au Picratt's, l'auteur soulignant maintes fois le côté familier de l'endroit, je ne l'ai pas ressenti comme tel.
A mon sens, l'ensemble aurait pu être bien meilleur.
(plus d'avis sur PP)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
michelangelo
  02 avril 2020
Le roman se situe en 1951, dans le Montmartre des boîtes de nuit de la rue Pigalle, avec sa faune de souteneurs et de filous en tous genres.
La belle Arlette est la vedette du spectacle du Picratt's où, chaque nuit elle utilise ses charmes pour séduire le client et lui faire dépenser beaucoup d'argent pour un retour bien maigre fait de mauvais champagne et de promesses vite envolées.
Arlette cache un secret qui lui vaudra d'être assassinée. le commissaire Maigret va devoir procéder à une enquête dans le milieu très sulfureux de la nuit parisienne, mais aussi des addictions de l'époque, alcoolisme et drogue, homosexualité. On est surpris de voir un Maigret très en forme et plutôt à l'aise dans cette situation. Il faut dire qu'il boit pas mal et serait presque prêt à succomber aux charmes de ces jolies femmes de la nuit !
L'auteur nous plonge donc dans une aventure nocturne certes un peu datée mais pleine de charme (c'est le cas de le dire). Ce petit roman bien écrit (comme d'habitude) est devenu le témoignage d'un Paris oublié.
L'intrigue est parfaitement menée, avec quelques rebondissements et on est une nouvelle fois surpris par la puissance des intuitions de Maigret. le final est un peu long et manque d'originalité. Personnellement, je m'attendais à un dénouement moins banal.
Le duo vocabulaire et morale reste étonnant et dépassé. Ainsi les femmes sont grasses (au lieu de fortes), elles sont soumises et d'une intelligence souvent inférieure (même Mme Maigret), les homosexuels sont des pédérastes (apathiques, fourbes et menteurs), la drogue principale est la morphine, tous les hommes (et les femmes de petite vertu) boivent énormément (il serait édifiant de dresser la liste des boissons ingurgitées par Maigret chaque jour).
Voilà pour résumer une chronique d'un autre temps qui possède un grand charme et se lit avec un plaisir gourmand. A consommer sans modération.
Michelangelo 2/04/2020

Lien : http://jaimelireetecrire.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          44

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   28 décembre 2014
[...] ... Le plus émouvant est toujours un détail ridicule et, en l'occurrence, ce qui donna à Maigret un petit serrement de coeur, ce fut, à côté d'un pied encore chaussé d'un soulier à haut talon, un pied déchaussé dont on distinguait les orteils à travers un bas de soie criblé de gouttelettes de boue, avec une échelle qui partait du talon et montait plus haut que le genou.

- "Morte, évidemment," dit le médecin. "Le type qui a fait ça ne l'a pas lâchée avant la fin.

- Est-il possible de déterminer l'heure à laquelle cela s'est passé ?

- Il y a une heure et demie à peine. La raideur cadavérique ne s'est pas encore produite."

Maigret avait remarqué, près du lit, derrière la porte, un placard ouvert, où pendaient des robes du soir, noires pour la plupart.

- "Vous croyez qu'elle a été saisie par derrière ?

- C'est probable, car je ne vois pas de traces de lutte. C'est à vous que j'envoie mon rapport, M. Maigret ?

- Si vous voulez bien."

La chambre, coquette, ne faisait pas du tout penser à la chambre d'une danseuse de cabaret. Comme dans le salon, tout était en ordre, sauf que le manteau en faux vison était jeté en travers du lit et sac à main sur une bergère.

Maigret expliqua.

- "Elle a quitté le Quai des Orfèvres vers neuf heures et demie. Si elle a pris un taxi, elle est arrivée ici vers dix heures. Si elle est venue en métro ou en bus, elle est sans doute rentrée un peu plus tard. Elle a été attaquée tout de suite."

Il s'avança vers le placard, en examina le plancher.

- "On l'attendait. Quelqu'un était caché ici, qui l'a prise à la gorge dès qu'elle eut retiré son manteau."

C'était tout récent. Il était rare qu'ils eussent l'occasion d'arriver aussi vite sur les lieux d'un crime. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
WolandWoland   28 décembre 2014
[...] ... "Je l'ai tué !" répéta-t-il sans oser se tourner vers le corps.

Janvier était penché dessus.

- "Mort. Tu l'as eu en pleine poitrine."

Maigret crut un instant que Lapointe allait s'évanouir, lui mit la main sur l'épaule.

- "C'est ton premier ?" demanda-t-il doucement.

Puis, pour le remonter :

- "N'oublie pas que c'est lui qui a tué Arlette.

- C'est vrai ..."

C'était drôle de voir l'expression enfantine de Lapointe, qui ne savait plus s'il devait rire ou pleurer. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
dido600dido600   20 novembre 2014
Pourquoi dis-tu une sorte de gnome ?
— Parce qu’il paraît avoir quatorze ans, mais qu’il a le visage finement plissé d’un homme déjà usé. Son corps et sa silhouette sont d’un gamin des rues
Commenter  J’apprécie          100
dido600dido600   20 novembre 2014
Et, comme il ne lui répondait pas, elle devint très nerveuse. Elle devait avoir une terrible gueule de bois. Le bleu de ses prunelles était comme délayé et le rouge de ses lèvres, en s’étalant, lui faisait une bouche démesurée.
Commenter  J’apprécie          60
dido600dido600   20 novembre 2014
Il resta seul à sa place, dans cette sorte de tunnel pourpre au bout duquel la porte dessinait un rectangle gris clair, comme un écran sur lequel seraient passés les personnages sans consistance d’un vieux film d’actualités.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Georges Simenon (116) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Simenon
Intrigues à Concarneau, la ville bleue, fief du commissaire Dupin pour sa huitième enquête. Une résolution tout en finesse, sous forme d'hommage à Simenon et à son célèbre commissaire, Maigret. Une nouvelle intrigue signée Jean-Luc Bannalec après Les Secrets de Brocéliande. Le docteur Chaboseau, notable respecté de Concarneau, est retrouvé défenestré. Ni sa femme ni ses proches amis, un pharmacien et un négociant en vins, n'ont idée du mobile du crime. Alors que ses collaborateurs sont en vacances, et que ses beaux-parents arrivent pour le week-end de la Pentecôte, le commissaire Dupin découvre que le médecin était investi dans de multiples domaines : une collection de tableaux, des brasseries et conserveries locales, des projets immobiliers, sans oublier la construction navale. Autant de sources de conflit, et de pistes à suivre. Pour démêler l'écheveau, il lui faudra attendre le retour de sa fidèle assistante Nolwenn, puis trouver un appui inattendu auprès de Simenon et de son roman le Chien jaune, qui voit Maigret enquêter à Concarneau.
https://bit.ly/3suScYy
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Le commissaire Maigret

Quel est le prénom du commissaire Maigret ?

Hercule
Édouard
Jules
Nestor

12 questions
208 lecteurs ont répondu
Thème : Georges SimenonCréer un quiz sur ce livre