AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225314231X
Éditeur : Le Livre de Poche (04/06/2003)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 50 notes)
Résumé :
En six mois, cinq femmes seules ont été assassinées à Montmartre. Un défi pour Maigret : une conversation avec un psychiatre lui fait découvrir quil lui faut dabord comprendre le mécanisme mental de l'assassin.
En annonçant larrestation dun faux coupable, il espère pousser le vrai à se manifester de nouveau. Le dispositif policier exceptionnel mis en place à cette occasion va se révéler efficace.
Encore faut-il comprendre les motifs du criminel. Et lor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
dourvach
  23 décembre 2017
Oublions d'emblée la moche couverture-2017-à-bouton de "Maigret tend un piège" (On a le droit d'aller dénicher chez les bouquinistes le même opus de 1955 avec les magnifiques couvertures sépia des rééditions "Simenon" de l'an 2000) car malheureusement "Nos" pas-Z-amis-les-branchouilles - tels Attila le Raffiné - sont arrivés au Livre de Poche pour "moderniser" les couvrantes des Simenon depuis 1 ou 2 années !!! Bref : "Aïe-aïe-aïe... Ouille-ouille-ouille... Aïïe !", comme chantait Dutronc (Jacques)...
"Le mystère Marcel Moncin" mérite beaucoup mieux que la vision d'un gros bouton et une vue-clicheton des escaliers de Montmartre en plongée... Passons.
Dans ce livre de 1955 (certainement bouclé en 8 jours : 1 jour/chapitre), Jules Maigret s'énerve beaucoup et prend des risques incroyables : obligé qu'il est de composer avec les manies et la psychologie filandreuse d'un tueur en série et la vie des ménagères un peu enrobées ou celle des auxiliaires féminines de la P.J. en guise d' "appât" ...
Rémanence de la poésie descriptive des titres (à la Jules Verne) : " 1 - Branle-bas au Quai des Orfèvres ; 2 - Les théories du professeur Tissot ; 3 - Un quartier en état de siège ; 4 - le rendez-vous de l'auxiliaire ; 5 - La brûlure de cigarette ; 6 - Le partage du complet gris-bleu ; 7 - A la grâce de Dieu ! ; 8 - La mauvaise humeur de Moncin.
On sourit de la psychologie bien macho (et rouée) de Maigret, de Mme Maigret-aux-cuisines (et aux petits soins avec son "workaholic" de mari), du démontage par Maigret de la psyché d'un tueur en série sous l'emprise de deux "femelles" (respectivement, sa maman et sa légitime...).
On se régale... comme d'habitude, c'est si bien écrit... même si - bon ! - la vraisemblance de la psychologie de ce nouveau "Jack l'Eventreur" du XVIIIème montmartrois fait naître un petit sourire dubitatif sur nos lèvres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
cicou45
  15 août 2012
Je n'avais jamais lu des ouvrages de Simenon jusqu'à présent et c'est par hasard que j'ai retrouvé cet ouvrage dans ma cave (eh oui, j'ai un peu des livres de partout chez moi par manque de place, je suppose que certains d'entre vous doivent connaître ça). Toujours est-il que ce n'est pas parce que je l'ai trouvé dans ma cave que cet ouvrage est complètement démodé. Bien au contraire...
Le commissaire Maigret à cette fois-ci à faire avec cinq meurtres de femmes dans un quartier précis de Paris. Ces femmes n'on a priori rien en commun puisqu'elles sont toutes issues de milieux différents, ne se sont jamais rencontrées, ne fréquentent pas le même docteur ni le même coiffeur et pourtant, elles ont été choisies. Pourquoi ? Hormis le lieu de leur mort qui les relie, pourquoi elles et pas d''autres ? Voilà la grande énigme que Maigret va devoir résoudre mais comment va-til s'y prendre n'ayant pas la moindre piste ?Peut-être suffirait-il de prendre l'assassin à son propre jeu mais comment ?
Un ouvrage très plaisant (même pour moi qui ne suis pas forcément une adepte des romans policiers), vite lu et aux rebondissements souvent inattendus. Une écriture fluide et limpide, bref un bon moment à passer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Woland
  06 mars 2015
"Maigret Tend Un Piège" m'a captivée. Je l'ai lu tout d'une traite mais il faut bien avouer que j'ai un faible pour les histoires de tueurs en série. Or, ainsi que nous le disait Eustrabirbéonne dans un post que je n'ai malheureusement pas retrouvé, "Maigret Tend Un Piège" est le seul volume de la série, en tous cas jusqu'ici, où Simenon se soit mis en tête de traiter le cas de ces assassins très spéciaux.
Cinq meurtres. Toutes des femmes, petites et rondes. Dans le même quartier, le XVIIIème arrondissement parisien, territoire de l'inspecteur Lognon. Toutes ont été tuées à l'arme blanche mais aucune trace de viol. Rien que les vêtements et les sous-vêtements lacérés sauvagement. La Police piétine et Maigret se sent très mal à l'aise, voire carrément impuissant. Lors d'une soirée chez son ami, le Dr Pardon, il rencontre le Pr Tissot, qui s'occupe des internés à Sainte-Anne, et à l'issue d'un long et passionnant entretien, prend la décision de "provoquer" l'assassin en organisant le faux interrogatoire d'un faux suspect, tout cela aux yeux de toute la presse qui, fidèle à elle-même et sans que Maigret confirme à un seul journaliste qu'il est dans le vrai en en déduisant que l'on a coincé le tueur, s'en va immédiatement claironner la nouvelle dans tout Paris.
L'attribution de ce qu'il peut considérer comme "ses" exploits va-t-elle faire bouger l'assassin et, surtout, lui faire commettre un faux pas ?
Avec toute la discrétion possible, un gigantesque filet est tendu dans le quartier où opère le tueur. Auxiliaires féminines, inspecteurs avec leurs femmes débarquant dans les meublés pour jouer les touristes, flics en civil et invisibles, voitures banalisées et vigilantes, tout le monde est sur le pied de guerre. Et ça marche. Ou presque. le meurtrier s'attaque à une auxiliaire féminine mais parvient à lui échapper. La jeune femme a cependant réussi à arracher un bouton de son veston et c'est grâce à ce bien maigre indice que Moers, toujours fidèle au poste, va remonter la piste. Des noms apparaissent et, une fois les alibis confirmés, il ne reste plus qu'une seule possibilité.
Seulement voilà, le meurtrier refuse de s'expliquer, refuse d'avouer. Il sait bien que le dossier de Maigret, reposant sur un bouton, est plutôt maigre et que, même s'il le récupère, l'ineffable juge Coméliau va faire la grimace ... En outre, l'homme est-il à peine inculpé que, coup de théâtre, un nouveau crime s'accomplit. Toujours dans le XVIIIème et avec le même mode opératoire. Une petite bonne de dix-neuf ans, qui revenait du bal dans une jolie robe de tulle bleu, et qui se retrouve lardée de coups de couteau et allongée, sans vie, sur le pavé parisien.
C'est Lognon - un Lognon un peu allégé dans cet épisode car, sa femme étant en cure, il se sent plus "joyeux" et ose arborer chapeau de paille et même cravate rouge - qui appelle Maigret chez lui à minuit dix pour le prévenir. Aussitôt, le commissaire est sur les lieux. le découragement le prend et puis ...
Et puis, fidèle à lui-même, Maigret, tel un pachyderme furieux, s'apprête à foncer sur les personnes qu'il soupçonne - à bon droit - d'avoir voulu "sauver" un tueur froid et sans âme. La charge est brutale et les aveux, presque immédiats. Pour le "sauveur" en question, cet aveu est, il est vrai, la victoire ultime remporté sur l'autre "sauveur" éventuel, lequel, malgré tout l'amour qu'il porte à l'assassin, n'a pas osé aller jusqu'à voler une vie innocente.
L'analyse psychologique traite évidemment avant tout du caractère de l'assassin mais ne présente que le point de vue de Maigret, lequel flaire, devine mais n'obtient rien en retour. L'auteur ne se risque pas à des hypothèses trop hasardeuses. Mais il se montre plus assuré en ce qui concerne la personnalité des "sauveurs." de tels personnages existent, tout le monde le sait, bien que personne ne le comprenne très bien, des êtres capables de sauver un tueur fou tout en sachant qu'il est fou et en acceptant même de vivre à ses côtés.
Reste une question essentielle : le tueur aurait-il tué sans l'omniprésence, dans sa vie, et cela depuis l'enfance, de ses "sauveurs" ?
Simenon ne nous donne aucune réponse. Mais la psychiatrie actuelle ferait-elle mieux ?
"Maigret Tend Un Piège" est l'un des meilleurs de la série. Ne le manquez pas, surtout si vous vous intéressez à l'énigme que posent ces tueurs qu'on appelle "en série." D'autant que Simenon s'est bien renseigné, on le sent bien, avant d'écrire son livre, lequel est noir mais criant de vérité. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
dido600
  15 mai 2016
Ecrit en 1955
La terreur règne à Paris : Une série de meurtres met la police judiciaire en échec ce qui nous rappelle un certain Jack l'éventreur un tueur, la nuit, assassine les femmes seules. Quatre femmes ont déjà été retrouvées poignardées, leurs vêtements lacérés. .Certain de la susceptibilité du coupable, le commissaire Maigret fait croire à son arrestation pour le pousser à se manifester.
consentant, de manière à obliger le vrai meurtier à agir une fois encore lors de la reconstitution du dernier crime. le tueur attaque une auxiliaire de la police mais parvient de nouveau à fuir Polar bien ficelé avec assez de pépites de citations arcanes suspens omniprésents le long du récit et nous tient en haleine jusqu'au dernier chapitre
Un attrayant roman de littérature policière classique
Commenter  J’apprécie          110
Nadouch
  21 juin 2019
Sans doute un de mes épisodes préférés de Maigret, consacré aux tueurs en série avant que ce concept n'existe. Pour une fois, le tueur ne semble pas avoir de mobile, et Maigret se rend bien compte que l'axe psychologique va permettre de l'épingler... C'est quand même assez précurseur pour les années 50, sans compter que Maigret va avoir le culot de tendre un piège, utilisant des appâts...
Sans doute également l'un des meilleurs épisodes de la série TV avec Bruno Cremer, la fin est incroyable !
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
dido600dido600   09 mai 2016
On était le 4 août. Les fenêtres avaient beau être ouvertes, on n’en était pas rafraîchi car elles faisaient pénétrer un air chaud qui semblait émaner du bitume amolli, des pierres brûlantes, de la Seine elle-même qu’on s’attendait à voir fumer comme de l’eau sur un poêle.
Commenter  J’apprécie          70
dido600dido600   09 mai 2016
Il ne devait être resté que le quart des Parisiens à Paris et tous devaient penser avec la même nostalgie aux autres qui avaient la chance, à la même heure, de se tremper dans les petites vagues ou de pêcher, à l’ombre, dans quelque rivière paisible.
Commenter  J’apprécie          70
dido600dido600   13 mai 2016
on distinguait sur son visage une usure qui contrastait avec sa jeunesse apparente. Il y avait, dans sa chair, quelque chose de maladif ou de fané, qui n’était pas sans lui donner un certain charme, comme cela arrive pour des femmes mûrissantes.
Commenter  J’apprécie          70
WolandWoland   06 mars 2015
[...] ... - "Puis-je vous demander, entre nous, commissaire, ce qui vous a le plus frappé ?"

C'était presque une colle et Maigret, à qui cela arrivait rarement, se sentit rougir.

- "Le type des victimes," répondit-il cependant sans hésiter. "Vous m'avez demandé la caractéristique principale, n'est-ce pas ? Je ne vous ai pas parlé des autres, qui sont assez nombreuses.

"Lorsqu'il arrive, comme c'est le cas, que des crimes soient commis en série, notre premier soin, Quai des Orfèvres, est de chercher les points communs entre eux."

Son verre d'armagnac à la main, Tissot approuvait du chef et le le dîner avait fortement coloré son visage.

- "L'heure, par exemple ?" dit-il.

On sentait son désir de montrer qu'il connaissait l'affaire, que lui aussi, à travers les journaux, l'avait étudiée sous tous les angles, y compris l'angle purement policier.

Ce fut le tour de Maigret de sourire, car c'était assez touchant.

- "L'heure, en effet. Le premier attentat a eu lieu à huit heures du soir et c'était en février. Il faisait donc nuit. Le crime du 3 mars s'est commis un quart-d'heure plus tard et ainsi de suite pour finir, en juillet, quelques minutes avant dix heures. Il est évident que le meurtrier attend que l'obscurité soit tombée.

- Les dates ?

- Je les ai étudiées vingt fois, au point qu'elles finissent par s'embrouiller dans ma tête. Vous pourriez voir, sur mon bureau, un calendrier couvert de notes noires, bleues et rouges. Comme pour le déchiffrage d'un langage secret, j'ai essayé tous les systèmes, toutes les clefs. On a d'abord parlé de la pleine lune ...

- Les gens attachent beaucoup d'importance à la lune quand il s'agit d'actes qu'ils ne peuvent expliquer.

- Vous y croyez ?

- En tant que médecin, non.

- En tant qu'homme ?

- Je ne sais pas. ..." [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
caryatidecaryatide   30 juillet 2014
Maigret se leva comme si cela lui demandait un effort, choisit une pipe qu'il visa et se mit en devoir de bourrer, se dirigea enfin vers une fenêtre devant laquelle il resta debout, cherchant des yeux certain café-restaurant du quai des Grands Augustins. La façade était peinte en jaune. Il y avait deux marches à descendre et, à l'intérieur, il devait faire presque aussi frais que dans une cave; Le comptoir était encore un vrai comptoir d'étain à l'ancienne mode, avec une ardoise au mur, le menu écrit à la craie, et l'air sentait toujours le calvados.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Georges Simenon (118) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Simenon
À l'école, vous étiez plutôt bons élèves comme Simenon ou cancres comme Pennac ? Assidus comme Birkin ou désabusés comme Prévert ? Écoutez petits et grands nous raconter leurs souvenirs d'école.
Culture Prime, l?offre culturelle 100% vidéo, 100% sociale de l?audiovisuel public, à retrouver sur : Facebook : https://facebook.com/cultureprime Twitter : https://twitter.com/culture_prime La newsletter hebdo : https://www.cultureprime.fr
Abonnez-vous pour retrouver toutes les vidéos France Culture : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le commissaire Maigret

Quel est le prénom du commissaire Maigret ?

Hercule
Édouard
Jules
Nestor

12 questions
178 lecteurs ont répondu
Thème : Georges SimenonCréer un quiz sur ce livre
.. ..