AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782072750564
Gallimard (02/11/2017)
4.08/5   13 notes
Résumé :
Ce livre rassemble trois recueils majeurs de Jean-Pierre Siméon : Le bois de hêtres, Fresque peinte sur un mur obscur et Lettre à la femme aimée au sujet de la mort, trois recueils qui procèdent du même sentiment intime, ardent et déchiré, afin que demeurent au cœur des nuits accumulées les arguments irréductibles de la vie pleine et entière, de la vie désirante dont l'amour, comme tout franchissement des limites, se veut une expérience toujours unique et sans cesse... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
berni_29
  26 juin 2019
Je voudrais vous parler ce soir de cette Lettre à la femme aimée au sujet de la mort, écrite par un merveilleux poète, Jean-Pierre Siméon, très rare, trop rare, un poète à découvrir.
J'ai trouvé que tous les poèmes de ce recueil étaient beaux. Les vers de ce texte m'ont entraîné dans une délicieuse ivresse jusqu'au bord de chaque page.
L'écriture de ce poète ressemble à un jardin. J'y suis entré comme on se saisit d'une clé magique, comme on entre dans ce jardin en ouvrant une page qui ressemblerait à une porte.
J'y suis entré comme on entre dans une nuit légère, en effaçant la buée qui obstrue les vitres d'une fenêtre.
J'y suis entré comme on entre en amour.
Une main effleure les pages, je me suis demandé si c'était bien la mienne ? Ou bien la tienne ? Je ne sais pas, je ne me souviens plus de mes gestes devant ce texte si beau qui parle d'amour.
L'amour est absolu, on l'oublie trop souvent. L'amour nous amène parfois dans des contrées étranges que nous ne soupçonnions pas, nous amène aussi parfois à faire des choses incroyables, dans un sens comme dans l'autre, à faire n'importe quoi.
« Il n'y a pas d'amour heureux », disait Aragon. Ici l'amour ressemble à autre chose. Il n'est pas question de bonheur ni de malheur, il est juste question de respirations et de vertiges, de nos mains aussi posées sur ces mots, au bord de la lumière du jour, celle qui tremble encore un peu, comme nos gestes qui écoutent cette respiration.
« Tes mains sont le premier poème
celui qui défroisse et apaise
quand mon pas mal tenu
parvient jusqu'au matin
et vacille
sur le flou de l'univers. »
Ici il est des rivières qui fuient vers leur point obscur. Souvent une voix revient qui n'est pas la tienne. Celui qui marche dans les pages de ce poème, est-ce moi , est-ce un autre ? Celui que je rêverais d'être, peut-être suis-je dans ses pas ?
Pourquoi, lorsqu'il est question d'amour, pensons-nous forcément à la mort ? J'y ai souvent pensé. Forcément, j'y pense de plus en plus. Mon âge ne me retient pas d'aimer, au contraire... Je voudrais continuer d'aimer comme cela, en ayant l'étrange et sotte impression que cela recule au plus loin la mort. La poésie de Jean-Pierre Siméon m'a donné l'illusion que je suis immortel, le temps de quelques poèmes.
J'aime mes rêves, mais je ne me les rappelle peu souvent. J'aime l'aube où je tente désespérément de me souvenir de ces rêves. Ces poèmes m'ont invité à cette attention.
J'aime le pli de la nuit.
J'aime la pluie qui m'empêche de remonter aux voyages prêts à nous engloutir.
J'aime des lèvres qui se hâtent, comme cela dans le frémissement d'une pluie, de ce voyage en partance, le souvenir d'un paysage, une joie qui tend la main ; chaque page de ce recueil est une invitation à ce que nous voulons être...
Pourquoi sommes-nous faits de gestes qui résistent tant à la poésie ?
La poésie est une forme de vent prêt à déployer sa voile.
Ici l’œil s'encombre avec bonheur d'une fenêtre qui s'ouvre, où surgit l'horizon, toi avec, et je t'y invite.
Peut-être est-ce l'absence de l'autre qui relie davantage les cœurs hallucinés ?
Comment changer de monde à chaque instant si ce n'est dans la poésie, dans ces vers ?
Ici même le bonheur s'entend dans les sanglots. Comment ne pas y résister ?
J'ai aimé la lumière de ce poète. Elle est magnifique.
Avant d'écrire cette chronique, j'ai relu certains de ces poèmes, déjà lus il y a quelques années.
Après les avoir relus, je me sens au bord d'une fenêtre ouverte et je vous attends comme on attend des oiseaux dans l'impatience du ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4510
sabine59
  04 décembre 2017
Avec quelle joie j'ai aperçu en librairie ce nouveau recueil réunissant plusieurs publications poétiques de Jean-Pierre Siméon, poète ( mais aussi formateur de maîtres, directeur d'édition, romancier, auteur de théâtre ) que j'aime beaucoup!
Et comme je m'y attendais, ayant déjà été touchée par d'autres textes de lui, j'ai été éblouie , bouleversée souvent, interpelée toujours. Jean-Marie Barnaud l'écrit dans la préface, un mot qui définit ce poète est celui de ferveur. J'y ajouterai " humanité " et " tendresse".
Humanité dans la partie" le bois des hêtres" ouvrant sur un poème très émouvant à propos de Buchenwald:
" le ventre de la colline est atteint d'un gris lent et pur comme un chagrin."
Le " nous" est d'ailleurs fréquent, révélateur d'un besoin de s'allier aux autres, de se sentir prés d'eux, de partager leurs souffrances et leurs rêves.
Tendresse pour la femme aimée, le coeur même de la poésie. " le baiser qui est la forme exacte du poème"... La partie centrale " Fresque peinte sur un mur obscur" est celle que je préfère: quelle ardeur amoureuse, qui se sait pourtant confrontée à la mort, à la guerre, aux horreurs du monde! Et qui veut malgré tout exalter son chant...
" Eloignons-nous mon amour
de la vase qui prend les pieds
non pour vivre un ailleurs
de pourpre et d'or
mais pour que l'oreille scrute
où le pas sonne juste "
Ferveur, oui, et certitude que le poème illumine tout, même les ombres, malgré les doutes qui assaillent. Et faisons nôtre ce mantra inspiré :
" aime aime encore
sur le tranchant des jours"
Un très bel élan de mots, des anaphores , fil conducteur des vers,se faisant écho entre elles, révélant des vers âpres et même un peu hermétiques parfois, mais d'un éclat remarquable, d'une sensibilité profonde. Superbe!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
sabine59sabine59   09 décembre 2017
Je me souviens d'un paysage
dans un musée de Bruges
et de son impossible secret
caché derrière les ors et les colonnes
d'un monde trop sûr de lui-même

Je me souviens d'une rivière fuyant
vers son point obscur
dans le bleu tremblé
d'impossible collines

Peut-être etait-ce alors
en étreignant tes mains
notre propre désir voué aux lointains
que je lisais
et la dans la faible palpitations des couleurs
ce signe hors d'atteinte
qui est le nom de notre amour
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
si-bemolsi-bemol   01 février 2018
Ceux à qui manque le poème
le ciel du dessous
comment s'y prennent-ils avec ces choses
l'obscur et l'impérissable
et quel usage font-ils
des nuits qui tombent de l'épaule
après l'amour ?

Dans le danger des jours
hommes dispersés effarés
butant au cercle du vacarme
comme un loup dévoré par son ombre
ils nient
ils rongent
ils tranchent
ils ont un cœur inaccessible

leurs yeux ne voient que ce qu'ils croient
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sabine59sabine59   05 décembre 2017
Tes mains sont le premier poème
celui qui défroisse et apaise
quand mon pas mal tenu
parvient jusqu'au matin
et vacille
sur le sol flou de l'univers
Commenter  J’apprécie          162
coco4649coco4649   13 octobre 2018
LE BOIS DE HÊTRES


II. LES AMANTS FONT EXACTEMENT…

Les amants ont un sourire
à opposer
à la métaphysique creuse de l'horloge.
Non que d'une pensée sans but leur débat soit exempt !
Même assis aux terrasses des cafés
leurs mains cherchent de vastes nuits
et leur bouche s'ouvre sur des prières de hasard.
Les chambres de l'amour sont encombrées.
Pas une caresse qui ne déplace une ombre
et ne bouscule les vieux meubles du monde.
Les bras heurtent les murs
et les cheveux se prennent à la clarté des lampes.
La liberté et l'oubli sont choses concrètes
comme la pierre.
Les amants quand ils dorment
leur bouche embrasse la chair des songes.
Dieu, la mort et le néant sont là sur la chaise,
chemises prêtes à nouveau pour la sueur du jour.
Une joie chaude
interroge les fins dernières
et se détourne, et rit de leur silence.

p.44
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
si-bemolsi-bemol   01 février 2018
c'était un jour violent comme l'été
et tu parlais à ton enfance doucement
dans cette langue d'étrangère
qui avec patience demande son chemin
à qui ne le sait pas
savais-tu
tandis que ta voix buvait le silence
combien il te faudrait franchir d'adieux
pour trouver la force de chérir sans mots ni larmes
tes vies disparues ?
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Jean-Pierre Siméon (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Siméon
Daniel Cerezuelle vous présente l'ouvrage "Essais de lecture" de Jean-Pierre Siméon aux éditions Héros-Limite.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2600436/jean-pierre-simeon-essais-de-lecture
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus






Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1062 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre