AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070348046
48 pages
Éditeur : Gallimard (04/10/2007)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Jean Joseph Marie Carriès (1855-1894) est l'un des artistes les plus fascinants de la fin du XIXe siècle, une époque riche d'explorations et de prodigieuses avancées techniques. Sculpteur et céramiste autodidacte, il a mené jusqu'à leur limite ses matériaux de prédilection, la cire, le plâtre, la terre, le bronze et le grès, faisant des surface de ses oeuvres, leur « peau », l'expression de sa passion pour la matière et les tons colorés. Il modelait à la perfection ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Musardise
  01 août 2015
La littérature sur Carriès se faisant particulièrement rare, il faut bien faire flèche de tout bois pour se renseigner sur ce sculpteur et céramiste à la vie brève et tout à fait exceptionnel en son genre. Ce petit ouvrage, publié à l'occasion de l'exposition que lui avait consacré le Petit Palais en 2007-2008, se révèle une bonne porte d'entrée pour découvrir cet artiste encore très méconnu.
On y trouve l'essentiel sur la vie et le travail très particulier de Carriès, notamment sur son intérêt pour l'artisanat, pour les thèmes et les figures fantastiques, hybrides, monstrueuses et, bien entendu, sur ce qui fut son grand-oeuvre, jamais achevé : la Porte monumentale. Les illustrations, nombreuses et plutôt bien choisies, donnent une juste idée de ce que fut son univers. À noter d'ailleurs que la présentation de quatre versions différentes de son Faune montre parfaitement la variété de ses recherches sur l'émaillage.
Je trouve juste dommage qu'on ait pas davantage tiré partie du format de ce livre. En effet, les hors-série des Découvertes Gallimard se présentent comme des objets un rien ludiques, où les pages se déplient pour se déployer en format A4. Il aurait donc été souhaitable que la totalité de ces pages soient réservées uniquement à l'oeuvre de Carriès : en consacrer une à son portrait par Louise Breslau relève un peu du gâchis. de plus, j'adorerais que Gallimard aille un peu plus loin dans la confection d'un livre au format si spécifique, en s'inspirant peut-être des albums animés pour enfants (où l'on peut tirer, déployer en volume, etc.) : ça aurait particulièrement bien convenu à Carriès. Mais j'imagine que c'est un peu compliqué à réaliser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
MusardiseMusardise   17 juillet 2015
Le grand œuvre de sa vie est une commande faite par Winaretta Singer, riche héritière américaine, d'un encadrement de porte en grès émaillé de près de 6 mètres de haut sur 8 mètres de long pour l'atelier de son hôtel particulier parisien : la "Porte monumentale", dite aussitôt "Porte de Parsifal". Eugène Grasset, dessinateur et décorateur, théoricien de l'Art Nouveau, en a dessiné le projet, qu'elle approuve en 1890.
De cet univers tout empreint de légendes wagnériennes, sur lequel règne l'image même de la commanditaire, Carriès va bientôt faire un spectacle de cauchemar. Winaretta prend peur ; d'autant que la mise en œuvre prend plus de temps que prévu ; et l'artiste réclame toujours plus d'argent pour la mener à bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
MusardiseMusardise   17 juillet 2015
Carriès divise la Porte en plus de 600 carreaux de formes irrégulières. Ses recherches de terres et d'émaillages donnent des résultats aléatoires : à la cuisson, les terres ne se rétractent pas de la même manière, la position de l'objet dans le four suffit à faire varier l'effet de surface. La perte au défournement n'est pas négligeable, rendant d'autant plus précieuses les réussites. Cet objet d'art gigantesque devient le lieu de son martyre ; à en surveiller les étapes, il y perd la santé et meurt sans l'achever.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
MusardiseMusardise   17 juillet 2015
En 1888, il s'installe près d'un gisement de terre à grès en Puisaye, dans la Nièvre, voyant là l'occasion de renouveler son art par la céramique : d'un moule, il peut tirer plusieurs grès qu'il émaille lui-même. Il finance ainsi les œuvres majeures de la fin de sa carrière. A travers ces processus de reproduction artisanaux, ses œuvres échappent à la fabrication industrielle pour devenir chacune une œuvre unique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
MusardiseMusardise   17 juillet 2015
Carriès multiplie les recherches empiriques d'émaux, prenant pour modèle la céramique d'Extrême-Orient, et faisant tenir à ses ouvriers des cahiers de "recettes" dans lesquelles il se perd lui-même. Un temps, il engagera un chimiste de la Manufacture de Sèvres pour y mettre un peu d'ordre. Il trouve bientôt des émaillages rares : effets de peau de requin, coulures aléatoires, rehauts d'or et d'argent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Amélie Simier (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amélie Simier
Colloque Les grandes expositions des musées de la Ville de Paris - Mutation&publics - Partie 1 .Paris Musées et l' Institut national d'histoire de l'art (INHA) ont organisé les 11 et 12 mars 2016 un colloque portant sur les grandes expositions des musées de la Ville de Paris. Samedi 12 mars 2016 « La grande mutation des expositions et la question des publics » La dialectique entre collections, expositions et public ; Libertés et contraintes. Gérard Audinet (conservateur général, directeur des Maisons de Victor Hugo), Amélie Simier (conservateur en chef, directrice du musée Bourdelle) Programme du colloque : http://parismusees.paris.fr/sites/etablissement_public/files/cp_dp_visuels/communiques_de_presse/cp_colloque_expositions_des_musees_de_la_ville_de_paris.pdf
+ Lire la suite
autres livres classés : céramiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1008 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre