AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782205167245
192 pages
Éditeur : Dargaud (22/08/2014)
3.42/5   19 notes
Résumé :
Avec La Ligue des économistes extraordinaires, Benoist Simmat et Vincent Caut imaginent un manuel présentant les plus grandes figures du monde économique qui s'adresse à tous. Ce manuel à l'usage des économistes en herbe présente la vie et l'oeuvre des quarante personnalités les plus importantes dans le domaine de l'économie. Des planches, des strips et de nombreux textes racontent, expliquent, analysent pourquoi, oui, pourquoi les économistes sont plus passionnants... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  31 janvier 2015
On est en plein festival de la Bande Dessinée d'Angoulème, un festival forcément spécial puisqu'il intervient juste après la tuerie des dessinateurs de Charlie Hebdo, et il était donc normal que j'en parle un petit peu à travers une BD que j'ai particulièrement aimé ces dernières semaines.
Il s'agit de la ligue des économistes extraordinaires, publié chez Dargaud en septembre dernier, et qui constitue un bien joli moyen de rendre léger et ludique un sujet qui l'est moins sur le papier, je veux parler de l'économie.
vec La Ligue des économistes extraordinaires, Benoist Simmat et Vincent Caut imaginent un manuel présentant les plus grandes figures du monde économique qui s'adresse à tous.
Ce manuel à l'usage des économistes en herbe présente la vie et l'oeuvre des quarante personnalités les plus importantes dans le domaine de l'économie.
L'idée de la BD focaliser sur les vies des économistes, porte d'entrée idéale pour parler de leurs théories et l'on voit que ces économistes sont bien plus funs et déjantés que l'image que l'on en a priori.
oici un bien joli projet que ce bel album humoristique, mêlant courts articles et bandes dessinées, et qui met en avant la pensée des uns et des autres en les replaçant dans leur contexte historique.
On peut dire que Benoist Simmat et Vincent Caut ont réussi leur pari: faire un album intelligent et drôle et qui donne une vraie envie à l'arrivée : de vaincre les résistances naturelles contre les textes économiques et surtout celle de retourner aux textes originaux.

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Samousse
  21 décembre 2014
Un panorama de l'histoire de la pensée économique en bande dessinée, pour tous les nuls en économie, comme moi. Enfin, on ne peut pas vraiment parler de bande dessinée. Disons plutôt qu'un chapitre est consacré à chaque économiste, dans l'ordre chronologique, avec à chaque fois, quelques éléments biographiques, un petit texte expliquant les grands principes de la pensée de chacun, et puis une page de BD mettant en scène le personnage de manière assez ludique, pas hilarante, mais plaisante, et puis un dernier paragraphe consacré aux limites des théories du personnage, et parfois à des anecdotes. Les explications techniques restent succinctes, et bien qu'elles soient assez simples, ça ne suffit pas toujours à comprendre, ce qui est bien le problème de tous les ouvrages de vulgarisation, mais ça permet sans doute une première approche par laquelle on peut se familiariser avec l'économie sans trop se prendre la tête, et le découpage en petits chapitres rend la lecture très facile et abordable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mazou31
  16 mai 2017
Un survol de la pensée économique mondiale effectué en vol à vue à basse altitude. Donc point de vues stratosphériques de nos brillants crânes d'oeufs, peu convaincants malgré leur arrogance indéfectible, mais une vision à l'échelle d'un homo economicus béotien comme moi. Aux commandes, deux économistes qui paraissent bien peu néolibéraux, c'est peut-être pour cela qu'ils sont drôles. On y retrouve, de façon chronologique et par chapitre consacré à un unique cerveau, une biographie rapide, leurs vérités ou leurs délires incontestables… et leurs échecs ! C'est drôle, léger, « instructif » malgré tout et cela a le mérite de nous offrir un moment de lecture plus enjoué que le Capital par exemple ! …pour un résultat identique. Si le style est drôle, les petites BD accompagnant la « démonstration » sont assez affligeantes (textes et dessins). Pour les économistes sérieux (si, si, il y en a !), la bibliographie me paraît étoffée. Pour toute approche plus ambitieuse, chercher un autre ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ProfDoc45
  04 février 2015
Qualifié cet ouvrage de bande dessinée est réducteur. Ce livre fonctionne sur une même construction pour l'ensemble des économistes présentés : un texte au ton décalé, divisé en chapitres : « Vie sa vie », « Thèses, antithèses, foutaises », « L'anecdote qui tue » et « Pourquoi il s'est planté, merci ! », et quelques cases de BD mettant en scène le personnage du moment (Marx, Keynes, Tobin...).
Une façon originale d'approche la science de l'économie qui peut parfois paraître rebutante, avec des explications de doctrine simplifiées. Son découpage en court chapitre (un chapitre/un économiste) permet de piocher au gré du besoin ou de la curiosité du lecteur.
Commenter  J’apprécie          20
Judithbou
  13 décembre 2015
L'économie, c'est tellement soporifique... si seulement ce livre avait existé au temps de mes études... j'aurais peut-être moins pleuré sur mes partiels d'économie ! Sérieusement, je le conseille à tous les étudiants ... à tous ceux qui captent que dalle à l'économie mais qui ne veulent pas se laisser abattre. Une petite remarque tout de même : sur les 35 personnalités de la ligue des économistes extraordinaires... pas une seule femme ! C'est pour ça que c'est aussi chiant l'économie.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (4)
BDGest   19 décembre 2014
Ce « manuel » sorti des sentiers battus constitue une parfaite alternative aux pensums assommant pour ceux qui voudraient apprendre en s’amusant. Il permet au commun des mortels de se plonger dans une discipline hermétique au premier abord.
Lire la critique sur le site : BDGest
Telerama   10 décembre 2014
On rit, on apprend, c'est une leçon de relativité, une charge contre les théories économiques aussi, si douées pour prévoir le passé, mais une charge pleine de tendresse. Car ces hommes qui ont tenté de mettre l'homme et ses paradoxes en équations sont follement extraordinaires !
Lire la critique sur le site : Telerama
Sceneario   17 septembre 2014
L'ouvrage est passionnant et parfait pour casser certains préjugés. On n'en ressort pas pour autant économiste en herbe, néanmoins les pistes de réflexion qui nous sont proposées sont essentielles.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   01 septembre 2014
Enseigner n’est pas distraire, les auteurs semblent l’oublier. Cette "histoire de l’économie pour les nuls" n’est pas davantage sauvée par le dessin de Vincent Caut qui mérite mieux que ce travail de commande. À aucun moment, il ne se saisit de son sujet pour en faire une création à part entière, comme le fait si bien un Scott McCloud par exemple.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   29 janvier 2015
Samuelson, lobbyiste maniaque de l'interprofession, agit en coulisse dès les années cinquante pour créer un Nobel de l'économie, prix qui n'avait pas été prévu par Alfred Nobel (inventeur du célèbre prix). Samuelson constate que la médaille Clark créée en 1947 pour récompenser des chercheurs américains, dessert l'économie car elle la fait passer pour une justification de l'idéologie dominante américaine plutôt que pour une science.
Il faudra des années avant que le gouvernement suédois accepte que soit remis en janvier 1969 le premier prix Nobel d'économie, plus précisément le prix de la Banque royale de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel (l'astuce de ses promoteurs était de célébrer le tricentenaire de la première banque centrale du monde, qui est suédoise). Très solidaire de ses obligés à l'université, Samuelson intriguera immédiatement pour que ce soient eux qui remportent les récompenses (lui-même se dépatouille pour se faire attribuer le Nobel dès 1970, chapeau bas !).
Avec le temps, le prix va honorer nombre de nos économistes extraordinaires (Hayek, Friedman, Tobin, Allais, Sen, Stiglitz, Krugman). Mais ce vivier va s'épuiser rapidement. Le prix récompensera peu à peu de parfaits inconnus.
Pis, il a été calculé que près de 70% des primés sont en définitive... américains. Quant à la première femme à avoir été honorée par l'académie, Elinor Ostrom (2009), elle ne se disait pas économiste mais... sociologue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Nastasia-BNastasia-B   15 mars 2015
Ricardo développe une vision très pessimiste de l'économie de marché en gestation. Pour lui, le péril majeur de l'époque n'est pas la surpopulation, mais ce qu'il nomme la rente foncière. L'Anglais décrit son pays comme un système bloqué par la coexistence de trois acteurs, dont deux subissent les vices du troisième : les propriétaires fonciers (les grands aristocrates de l'époque, propriétaires des terres) qui encaissent, bien calés dans leur fauteuil, un loyer foncier sans rien faire. Dans le même temps, les ouvriers touchent le fruit de leur travail (le salaire) et les entrepreneurs — les capitalistes — le résultat de leurs investissements (le profit). Pis, l'absence de concurrence entre rentiers — qui touchent leur rente en lisant le Times — et la concurrence exacerbée entre capitalistes anglais naissants aboutit à une situation paradoxale : les profits des capitalistes baissent. Les solutions ? En bloc : ouvrir les frontières, importer des céréales (et autres denrées) moins chères, ruiner un peu plus les rentiers, donc enrichir les capitalistes, c'est-à-dire doper les investissements et, au final, diffuser le progrès technique et assurer la richesse des nations (la croissance).

DAVID RICARDO.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Nastasia-BNastasia-B   11 février 2015
ADAM SMITH (en conférence) : Le revenu annuel de toute société est toujours précisément égal à la valeur échangeable de tout produit annuel de son industrie. Par conséquent, puisque chaque individu tâche d'employer son capital à faire valoir l'industrie nationale et de diriger cette industrie de manière à lui faire produire la plus grande valeur possible, il travaille nécessairement à rendre aussi grand que possible le revenu annuel de la société.
LE PUBLIC : Clap, clap, clap, clap, clap, clap, clap, clap, clap, clap, clap, clap, clap, — J'ai rien compris. — Moi non plus. — Moi non plus. — Moi non plus. — Moi non plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Nastasia-BNastasia-B   28 janvier 2015
Keynes expose à ses contemporains une découverte terrifiante : une économie en crise peut tout à fait le rester éternellement. Le contraire, en somme, de ce que ses prédécesseurs estimaient jusqu'alors : il y avait toujours selon les classiques un mécanisme régulateur capable de faire repartir la machine économique, même si celle-ci toussotait. […] Pour Keynes, ce mécanisme peut ne pas fonctionner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
JudithbouJudithbou   13 décembre 2015
– Mon petit Karl, nous allons RÉVOLUTIONNER LE MONDE ! Nous sommes sur le point de terminer la réalisation d'une œuvre majeure ! Ça ne fait aucune doute : "Le Capital" sera une référence absolue pour les générations futures ! LE CAPITALISME N'A QU'À BIEN SE TENIR ! Notre livre sera une véritable bombe, un succès planétaire ! Le monde en sera bouleversé !
– Tu es sûr que les gens vont le lire ? Il fait 2500 pages quand même...
– Bon, ben ajoute des petits dessins, ce sera moins chiant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Benoist Simmat (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benoist Simmat
C'est le symbole universel du vin : la bouteille en verre de 75 cl. On en produit 30 à 35 milliards par an, soit 5 bouteilles par personne. Mais d'où vient-elle ? Qui l'a inventée ? Et avant, comment nos ancêtres buvaient-ils leur vin ?
Découvrez tous les secrets de la plus célèbre des boissons fermentées avec Benoist Simmat, l'auteur de L'Incroyable histoire du vin (Les Arènes BD). Vous ne boirez plus jamais comme avant !
#Histoire #Vin #Alcool #Documentaire #CultureGénérale
00:00 Introduction 00:16 La bouteille de vin 00:50 L'invention de Kenelm Digby 01:16 Pourquoi 75 cl ? 01:43 Les 5 contenants avant la bouteille 02:11 L'outre de peau 02:42 La dolia 03:11 L'amphore 03:47 le tonneau ou fût de chêne 04:20 le service du vin 05:02 L'essor de la bouteille
Découvrez la BD par ici https://www.arenes.fr/livre/lincroyable-histoire-du-vin/
__ It is the universal symbol of wine: the 75 cl glass bottle. We produce 30 to 35 billion units per year, that is five bottles per person. Where does it come from? Who invented it? How did our ancestors drink their wine before its invention?
Discover all the secrets of the most famous of fermented drinks with Benoist Simmat, author of Wine: A graphic history (Les Arènes BD). Lovers of good wine and trivia, this series of videos is for you. To be enjoyed without moderation!
#History #Wine #Documentary #Trivia
Check out the book Wine: A Graphic history https://selfmadehero.com/books/wine-a-graphic-history
Illustrations de Daniel Casanave
Abonnez-vous à la chaîne Les Arènes du Savoir https://www.youtube.com/c/lesarenesdusavoir/?sub_confirmation=1
Suivez-nous sur les réseaux Facebook https://www.facebook.com/editionslesarenes Instagram https://www.instagram.com/les_arenes Twitter https://twitter.com/les_arenes
+ Lire la suite
autres livres classés : économieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17320 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre