AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean-Daniel Brèque (Traducteur)
EAN : 9782266298001
1200 pages
Pocket (14/10/2021)
4.19/5   455 notes
Résumé :
Ils ont le talent. Ils ont la capacité de pénétrer mentalement dans notre esprit pour nous transformer en marionnettes au service de leurs perversions et de leur appétit de pouvoir. Ils tirent les ficelles de l'Histoire. Sans eux le nazisme n'aurait peut-être pas été cette monstruosité dont nous avons du mal à nous remettre, Lee Harvey Oswald n'aurait peut-être pas été abattu par Jack Ruby, John Lennon n'aurait pas été assassiné devant chez lui, les fanatismes de to... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 455 notes

boudicca
  05 décembre 2016
Charleston. Années 1980. Trois seniors se réunissent comme tous les ans dans une maison cossue pour échanger sur les activités menées depuis leur dernière séparation. Rien de bien méchant jusque là. Sauf que le passe-temps favori de ces trois-là consiste à provoquer violences, tueries et accidents aussi mortels qu'inexplicables, tout ça dans le but de mesurer l'étendue de leur pouvoir. Leur pouvoir ? Celui de contrôler n'importe quel autre être humain par la pensée, le transformant ainsi en véritable pantin et/ou machine à tuer privée de tout instinct de conservation et de toute émotion. Dan Simmons signe avec « L'échiquier du mal » une tétralogie glaçante qui confirme, si besoin, le bien fondé de la place tenue par l'auteur dans le domaine du fantastique ces dernières années. Car nous avons, il me semble, bel et bien affaire à un maître du genre. La première chose qui impressionne, c'est le rythme effréné qu'il parvient à conserver (presque) jusqu'à la dernière page. L'intégrale comporte en effet plus de mille pages et, mis à part quelques longueurs à la toute fin, on ne s'ennuie pas une seconde. L'un des plus grands tours de force de l'auteur consiste ainsi à réussir à maintenir le lecteur constamment en alerte, que ce soit lors des scènes d'action ou surtout lors des fréquents moments d'accalmie qui en deviennent paradoxalement presque plus éprouvant pour les nerfs.
Cette tension sous-jacente qui nous fait comprendre que le pire peut arriver à tout moment ne tarde pas à donner au roman un caractère assez addictif. Addiction renforcée par la frustration du lecteur qui piaille littéralement d'impatience à l'idée de voir les protagonistes enfin sortir la tête de l'eau et remporter une victoire au dépend de leurs tortionnaires. Car il faut dire que le combat est plutôt déséquilibré : d'un côté des êtres capables de contrôler n'importe qui par la pensée, de l'autre trois citoyens lambda, certes très en colère, mais bien mal équipés pour lutter contre la perversité et l'expérience de ces « vampires psychiques ». Si le récit parvient à nous happer à ce point, c'est d'ailleurs en grande partie grâce à ses personnages qui bénéficient tous sans exception d'un traitement extrêmement soigné. C'est bien sûr d'abord le cas de nos trois héros et en particulier de Saul Larski, sans doute le personnage le plus attachant du roman, non seulement en raison de son expérience traumatisante dans les camps de concentration mais aussi et surtout à cause de sa notable évolution tout au long des trois tomes. Leurs adversaires ne sont toutefois pas en reste, à commencer par la seule à bénéficier d'une narration à la première personne et que l'on voit avec une horreur grandissante sombrer dans une folie ayant des conséquences terribles pour tout le monde sauf pour elle-même.
Malgré le malaise et l'angoisse que ne manque pas de procurer la lecture, on ne peut s'empêcher de dévorer avec une avidité croissante les différents tomes de cette tétralogie qui ravira certainement tout bon amateur de fantastique. Si jamais vous êtes curieux de découvrir d'autres ouvrages de l'auteur dans le même genre, je vous conseille de vous pencher notamment sur « Drood », récit tout aussi glaçant mettant en scène deux célèbres écrivains du XIXe et une mystérieuse créature hantant les sous-sols de Londres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Siabelle
  11 février 2022
C'est mon premier roman de Dan Simmons que je lis grâce à un conseil de lecture de mon ami Éric. J'accepte l'invitation car on veut lire la suite ensemble. C'est une lecture que je fais au début de novembre, c'est une très belle découverte, je dépose ma critique maintenant.
Quand on me connaît, on sait que je ne lis pas toujours vite, surtout si je lis toute seule. Je suis très surprise que j'aie lu un bon pavé, et que j'en ressors très enthousiasme. C'est avec beaucoup de plaisir que je découvre sa plume puissante, tu es happée par l'ambiance angoissante qui y règne. On fait alors la connaissance de plusieurs personnages dont leurs routes vont se croiser.
L'auteur Dan Simmons te tient toujours en haleine, il réussit toujours à t'amener là où il veut, tu essaies de faire des liens, tu n'es jamais tranquille car tu as toujours peur pour tes protagonistes.
« En lui. Il sentit cette chose sur son cerveau comme un étau, serrer et serrer encore. Il essaya de hurler, mais cela lui fut interdit. »
Le livre « L'échiquier du mal » est très bien écrit, l'auteur Dan Simmons dépose bien ses pièces, il garde bien sa thématique, il aborde bien les enjeux. Il est audacieux je trouve car c'est des sujets qui ne sont pas toujours faciles à évoquer. Je ne ressens pas de temps mort et ni d'ennui,
tu es toujours sur le qui-vive et tu suis attentivement les événements.
Il ne faut pas baisser la garde, surtout de ne pas se laisser posséder, est-ce qu'on le sait seulement quand ça nous arrive ? Tu ne sais pas qui peut arriver derrière toi, la peur est toujours au rendez-vous.
C'est un grand coup de coeur, j'aime beaucoup échanger avec mon compagnon de lecture, on poursuit donc notre saga ensemble, j'invite donc à aller lire son très beau billet à Eric qui m'a convaincu.
Siabelle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2712
Janelle2
  07 août 2019
Trois personnes âgées se réunissent pour un repas entre amis. Chacun d'eux est doué du Talent qui lui permet de contrôler une personne à distance et de lui imposer ses mouvements. Bien que liés depuis leur jeunesse, une certaine méfiance existe entre eux. Alors quand Willi meurt dans un accident d'avion après leur dîner, Mélanie est persuadée qu'elle sera la prochaine que Nina voudra éliminer. Prenant les devants, par l'intermédiaire de marionnettes humaines, les deux femmes s'affrontent lors d'une sanglante nuit.
La police locale, en la personne du shérif Gentry, mène l'enquête. Elle le conduit à croiser le chemin de Nathalie, la fille d'une des victimes collatérales et Saul, psychiatre de Nina, qui fut victime pendant la seconde guerre mondiale du Talent d'un gradé allemand des camps d'extermination.
En parallèle, nous découvrons d'influentes personnes qui viennent interférer avec l'histoire de tous ces premiers protagonistes.
Dan Simmons que j'avais adoré lire et relire pour sa série de science fiction des cantos d'Hypérion, reste ici bien ancré dans notre monde et notre histoire. Il nous offre plutôt un thriller teinté de science fiction qui change complètement.
La peinture de la société qui apparait dans le livre, toujours d'actualité, est très sombre. L'horreur de l'holocauste y est retranscrit, voire accentué par l'histoire personnelle de Saul. La vie d'un gang noir de Philadelphie, le viol des starlettes hollywoodiennes, l'utilisation du pouvoir des plus puissants à leurs fin personnelles, et j'en passe certainement.
Face à toute cette noirceur, nous avons le portrait de victimes, marquées mais qui se redressent pour se battre, utilisant des moyens qui frisent parfois les méthodes qu'ils veulent combattre. Nathalie, femme noire américaine, se révèle une femme exceptionnelle et très moderne, à la fois intelligente, combative, courageuse et l'âme d'une survivante.
Si je ne mets pas plus d'étoiles à cet excellent livre, c'est que je n'aime pas les atmosphères aussi noires, même si je n'avais aucun mal à tourner les pages, que le suspense était prenant et que je voulais savoir si nos héros allaient s'en sortir, vu que rien n'est gagné avec Dan Simmons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
NicolaK
  08 octobre 2021
Thriller psychologique par excellence, ce livre est un chef-d'oeuvre et la plume de Dan Simmons a le pouvoir de me transporter oú il veut bien m'emmener.
Rythme soutenu, scénario carré et solide, si la multiplicité de personnages peut a priori dérouter, on finit par s'y retrouver. Un livre à déguster quand on est tranquille et bien installé de préférence, pour s'y immerger.
Le récit donc... les méchants ont le pouvoir de contrôler les autres, aussi bien dans leurs actes que dans leurs paroles. Simmons établit même un parallèle avec les nazis, ce qui donne un résultat surprenant puisque l'analogie ne cadre pas avec L Histoire, mais bon, c'est un roman et les actions se succèdent à une telle allure qu'on ne s'ennuie pas une seconde.
Un très bon livre donc, à lire de toute urgence.
Commenter  J’apprécie          173
Armance_around_the_corner
  18 février 2022
J'ai découvert Dan Simmons il y a maintenant quelques années et je suis tombée sous le charme de sa plume et de son imaginaire très varié. Sa saga Hypérion et Endymion est, jusqu'à présent, mon oeuvre number One en SF ! Mais j'ai également énormément aimé Les fils des ténèbres (une revisite de l'histoire de Vlad Tepes), Nuit d'été (où l'on retrouve une bande de gamins confrontés au mal) ou encore le Styx coule à l'envers (un recueil de nouvelles). Et bien sûr, j'avais dévoré et adoré L'échiquier du mal, une oeuvre majeure de cet auteur !
Aussi quand Pocket a réédité en version intégrale ce roman, je savais que je ne résisterai pas et que je le relirai. Je n'ai même pas eu besoin de craquer puisqu'on me l'a offert à Noël ! Pour cette relecture, j'ai opté pour l'audiobook (en 2 tomes) qui est d'une excellente qualité. L'intégrale est une belle briquasse de 1.200 pages, j'ai donc écouté le 1er tome en janvier et je viens tout juste de finir le 2nd tome.
Dans ce roman fantastique et machiavélique, nous découvrons, dans les replis du pouvoir, une poignée d'hommes et de femmes qui ont le Talent : ils ont la capacité de pénétrer dans notre esprit pour nous transformer en marionnettes au service de leurs perversions et de leur appétit de pouvoir. Ils tirent les ficelles de l'histoire. Et ils se livrent aussi entre eux une guerre sans merci, selon des règles empruntées à celles des échecs. Ce sont des vampires psychiques. Saul, un survivant des camps de la mort où il a déjà dû affronter un de ces monstres, Bobby et Nathalie qui vont se lancer dans une traque impitoyable pour les anéantir.
Cette relecture fut tout aussi prenante et passionnante ! le machiavélisme de ces vampires psychiques est sans limite et nous montre ce que l'humanité peut faire de pire… et de meilleur aussi. C'est une lecture dense et exigeante car Dan Simmons prend le temps d'installer son histoire et chacun de ses personnages afin que l'on s'attache profondément aux "gentils" (Saul m'a énormément touchée !) et que l'on déteste sans nuance les monstres. C'est pour moi un chef d'oeuvre du Fantastique qu'il faut absolument découvrir ! Pour ma part, je vais continuer ma découverte de l'oeuvre de cet auteur puisque j'ai déjà dans ma PAL sa duologie Ilium et Olympos (une revisite de la guerre de Troie) et Flashback (un thriller d'anticipation).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   25 mai 2015
Kohlberg avait découvert sept niveaux de développement moral, censés être indépendants de l'époque, du lieu et de la culture. Le Niveau Un est essentiellement celui de l'enfant : exempt de toute notion du bien et du mal, n'obéissant qu'à ses besoins et à ses désirs, uniquement inhibé par des stimuli négatifs. Plaisir et douleur servent de base au jugement éthique selon un schéma des plus classiques. Au Niveau Deux, l'être humain réagit à la notion de bien et de mal en se conformant aux décisions d'une autorité. Les adultes savent ce qu'ils font. Une personne du Niveau Trois se soucie des règles en vigueur. «Je n'ai fait que suivre les ordres. » L'éthique du Niveau Quatre est dictée par la majorité. Une personne du Niveau Cinq consacre sa vie à créer et à défendre des lois qui servent le bien commun, tout en défendant les droits des personnes dont les opinions sont incompatibles avec le Niveau Cinq. Les Niveau Cinq font d'excellents avocats. Saul en avait connu quelques-uns à New York. Les Niveau Six sont capables de transcender l'optique légaliste des Niveau Cinq et se soucient du bien commun et des réalités éthiques supérieures, indépendamment des frontières nationales, culturelles ou sociologiques. Les Niveau Sept obéissent uniquement aux principes universels. Jésus-Christ, Bouddha et Gandhi figurent parmi les rares Niveau Sept connus. [....]
À sa grande stupéfaction, puis à sa grande terreur, il avait découvert l'existence d'un Niveau Zéro. Il existait des êtres humains n'ayant jamais atteint le stade fœtal et absolument dénués de repères moraux ; même les stimuli plaisir/douleur étaient impuissants à gouverner de telles personnes - si on pouvait encore les qualifier de « personnes ».
Un Niveau Zéro pouvait croiser quelqu'un dans la rue, le tuer par caprice et s'éloigner ensuite sans le moindre remords. Les Niveau Zéro ne souhaitaient ni être capturés ni êtres punis, mais ce n'était pas le désir d'éviter la punition qui guidait leurs actes. Et ceux-ci n'étaient pas non plus motivés par un désir de transgression qui l'emportait sur la peur du châtiment. Les Niveau Zéro étaient incapables de distinguer un acte criminel d'un acte ordinaire ; ils étaient atteints de cécité morale. Des centaines de chercheurs avaient mis les hypothèses de Kohlberg à l'épreuve, mais ses données semblaient solides, ses conclusions irréfutables. À n'importe quelle époque, dans n'importe quelle société, un à deux pour cent de la population se trouvaient au Niveau Zéro du développement moral.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
MyDiogeneClubMyDiogeneClub   02 juillet 2013
Je ne sais pas exactement quand Nina et moi avons eu l'idée du duel. Peut-être fut-ce lors d'une de ces longues nuits chaudes où l'une venait dormir chez l'autre : le plaisir de se blottir au creux du même lit, d'échanger murmures et gloussements, d'étouffer nos rires lorsqu'un froissement rêche trahissait la présence d'un domestique de couleur arpentant les couloirs obscurs. Quoi qu'il en soit, cette idée était le prolongement naturel des prétentions romantiques de l'époque. L'idée de voir Charles et Roger s'affronter en duel pour un point d'honneur abstrait dont nous étions la cause nous excitait d'une façon physique que je reconnais à présent comme une simple forme de titillation sexuelle.

Tout cela aurait été inoffensif s'il n'y avait pas eu notre Talent. Nous réussissions tellement bien à manipuler les hommes – une manipulation qui était en ce temps-là non seulement admise mais encouragée – que ni l'une ni l'autre ne voyait quoi que ce soit d'extraordinaire dans la façon dont nos souhaits se transformaient en actes. La parapsychologie n'existait pas à cette époque ; ou plutôt, elle n'existait que sous la forme de séances de tables tournantes qui n'étaient que des jeux de société. En tout cas, nous avons passé plusieurs semaines à nous murmurer des fantasmes, puis l'une de nous – ou peut-être les deux – a transformé le fantasme en réalité grâce à son Talent.

Dans un sens, ce fut notre premier Festin
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
boudiccaboudicca   04 octobre 2016
Comme la majorité des jeunes que je rencontrais ces temps-ci, il m'étais impossible de dire si celui-ci était un authentique attardé ou s'il était tout simplement mal élevé. La plupart des personnes âgées de moins de trente ans appartiennent à l'une de ces deux catégories
Commenter  J’apprécie          170
boudiccaboudicca   07 octobre 2016
Justice doit être rendue, elle est réclamée par les millions de voix qui s'élèvent des tombes anonymes, des fours rouillés, des maisons vides peuplant des milliers de villes. Mais pas la vengeance. La vengeance est indigne.
Commenter  J’apprécie          200
AlfaricAlfaric   31 mai 2015
Il avait cru que s’il parvenait à comprendre la psychologie du mal il pourrait le guérir. Mais il n'existait aucun antibiotique contre le bacille de cette peste.
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Dan Simmons (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Simmons
LA CHRONIQUE DE GÉRARD COLLARD - LE CINQUIÈME CŒUR
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Connaissez-vous les 7 pèlerins allant sur Hypérion ?

Comment s'appelle le poète ?

Martin Silenus
Lénar Hoyt
Sol Weintraub
Paul Duré

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Le cycle d'Hypérion, tome 1 : Hypérion de Dan SimmonsCréer un quiz sur ce livre