AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266111396
Éditeur : Pocket (05/12/2000)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 975 notes)
Résumé :
Sur Hypérion, lointaine planète de l'Hégémonie, les tombeaux du temps sont sur le point de s'ouvrir. Sept pèlerins y sont envoyés par la sainte Église du Gritch. Au cours du long voyage qui les emmène vers les tombeaux, tous racontent leur histoire. Lénar Hoyt, le prêtre Jésuite, qui porte incrusté dans la poitrine un mystérieux cruciforme ; Fedmahn Kassad, le soldat, à la recherche d'une f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
Wiitoo
  31 août 2013
Avis mitigé sur cette lecture que je qualifierais de « multiples perles de SF dont la somme des parties est ennuyeuse » pour ce premier tome du cycle d'Hypérion.

L'histoire : Alors que la menace d'une guerre contre les Extros se précise, 7 pèlerins choisis par l'hégémonie se rendent sur la planète Hypérion aux Tombeaux du temps pour discuter avec le Gritche (le très méchant vivant sur Hypérion). Durant leur voyage (sans aucun intérêt, il ne s'y passe rien dans ce premier tome) les 7 pèlerins vont chacun raconter un passage de leur vie. Un passage qui relie chacun d'eux de près ou de loin avec le Gritche et qui explique pourquoi ils ont étés sélectionnés pour faire partie de ce groupe.

3 histoires dans ce premier tome, assez inégales en qualité à mon avis. de grands moments de SF, des idées très innovantes et des moments d'ennui, des longueurs à finir par se lasser de cette lecture.

Dan Simmons a créé un univers passionnant mais très compliqué. Il utilise une ribambelle de termes inventés, souvent inexpliqués et la lecture en est assez difficile.

Il faut néanmoins reconnaître que certains thèmes abordés sont vraiment brillants et très novateurs. Ils auraient mérités d'être bien plus exploités dans cette oeuvre-qui recense tant de richesses mais ressemble au final à un grand fourre-tout avec une trame principale qui n'évolue aucunement entre la première et la dernière page du livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          355
domisylzen
  24 mai 2018
Sept pèlerins ont été choisis par l'Hégémonie pour se rendre sur la planète Hypérion. Il semblerait que celle-ci fasse l'objet de convoitise de la part des extros, un groupe d'humains dissident. Mais surtout "les tombeaux du temps" s'alignent sur le présent et les Extros pourraient s'en emparer. Les sept pèlerins sont chargés de rencontrer le gritche, un colosse de métal qui règne en maître sur les lieux.
Dans cette première partie, puisque le roman original a été coupé en deux, (vive le tiroir-caisse), nous suivons le voyage des sept pèlerins vers la planète Hypérion à bord d'un vaisseau arbre qui leur est uniquement réservé. Lors de ce voyage les sept compagnons vont essayer de mieux se connaître en racontant une partie de leur histoire.
Ce premier tome voit donc le récit des trois premiers : un prêtre enkysté d'un crucifix dans la poitrine, un soldat et un poète au langage particulièrement fleuri suite à un AVC. Ces trois histoires permettent de découvrir toute en douceur l'histoire et la géographie de cette planète.
C'est un rythme que j'aime bien, qui laisse le temps de s'imprégner. Nous ne sommes pas encore arrivés sur Hypérion que l'on respire déjà son parfum, sa particularité.
Les seul bémol sont tous ces mots utilisés que j'ai parfois beaucoup de mal à comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
finitysend
  21 mai 2012
Le cycle d'Hypérion est un assez bon moment de lecture .
La psychologie des personnages ... leur nombre ... l'ampleur du sujet et le caractère massif de certains évènements et enfin un style limpide très scénique qui impose généralement avec force des visualisations puissantes .
Bref ! un incontournable à ce qu'il parait .
On peut souvent lire au sujet d'Hypérion : « le meilleurs roman de SF « .
C'est le genre « d'arguments « auquel il m'est difficile de souscrire en général et en particulier au sujet d'Hypérion .
Personnellement j'avais " boudé " Hypérion à sa sortie .
Ce fut une erreur car ressitué dans le contexte de l'époque c'est une des premières versions ( assez magistrale ) du « new sace opera « .
Cependant les thèses spirituelles et métaphysiques de l'auteur sont un peu du genre qui sont celles du types philosophies de comptoir à défaut d'être dans le boudoir ( hum !) .
Par ailleurs beaucoup d'aspects sont assez ingénieux du point de vue narratif et la caractérisation est très correcte .
Mais il y a malgré tous des aspects inachevés et scandaleusement insuffisamment travaillés qui grèvent lourdement la qualité générale de cette oeuvre .
Par exemple : l'usage que fait l'auteur de la téléportation est un raccourcis ( au propre comme au figuré ) .
C'est dommage car le texte y perd .
On en retire une insatisfaction ... une frustration... tellement le reste est potentiellement bon ..
Il y a comme un déséquilibre .
Une autre façon de l'insérer dans le récit nous aurais peut être apporté la satisfaction de lire un plus grand nombre de pages et d'approfondir certains aspects ... tout en soignant les liaisons QUI SONT GENERALEMENT FACTICES dans ce texte incontestablement bâclé ..
4 étoiles parce que incontestablement une certaine envergure mais un fond vraiment léger et un style que l'auteur n'a pas jugé utile de travailler sérieusement !
Question : est ce que les amateurs de SF se contente de peu ? : il semblerait que oui décidément .
Perso j'ai lu les tomes 1 et 2 et cela m'a suffi Un excellent cycle à ce qu'il parait .. qui fut un tournant dans le genre space opera à ce qu'il parait
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
jsgandalf
  06 juin 2012
Le titre « Hypérion » est d'abord un hommage à l'épopée inachevée du poète anglais John Keats. Dan Simmons en fait une planète ayant pour capitale la ville de Keat, dans l'univers de l'hégémonie. L'affrontement qui aura lieu ici oppose l'humanité représenté par sept pèlerins au Gritche sorte de dieu métallique sanguinaire. Mais ce n'est pas le seul conflit qui aura lieu : l'hégémonie qui est un groupement de planètes habitées par les humains et des IA va entré en guerre contre les extros qui sont des humains modifié vivant dans l'espace.
Hyperion présente les différents pèlerins ; un prêtre avec un mystérieux cruciforme incrusté dans la poitrine, un lettré dont la fille rajeuni, et cinq autre personnage réunit pour empêcher l'ouverture des tombeaux du temps.
Ce livre est un incontournable de la science-fiction. Je ne rentrerai pas dans le débat de savoir s'il est exceptionnel ou non (pour moi il est fabuleux) cela dépend des goûts. le foisonnement de mondes et de civilisations est étonnant, les personnages sont vivants, crédibles et humains de part leurs défauts, faiblesse et qualités, même la présence du religieux est bien impliqué dans le roman, certes pas au niveau de « Dune » mais d'une façon moins conflictuel.
C'est en conclusion un très bon roman de science-fiction qui aurait pu gagner avec un traitement plus rapide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
euphemie
  21 janvier 2015
Ma "culture" SF se limitant aux "grands classiques", Hypérion, ayant échappé aux adaptations cinématographiques...C'est Flashback, qui m'a fait découvrir Dan SIMMONS, un ami m'a dit alors..."ah oui, c'est l'auteur d'Hypérion!!".
Merciii, ah les amis,c'est précieux...surtout quand ils ont "bon goût" et de la culture SF en prime.
J'ai l'impression que c'est là La vraie SF...il y a les autres: les "classiques" merci à eux quand même , il faut pas être ingrat...les "suiveurs", plus ou moins novateurs..merci à eux aussi, faut pas être chien...Mais avec le cycle d'Hypérion ont ne peut que s'incliner.
Un Univers entier, tout les genres ( de SF) y sont abordés...C'est une merveille de savoir et de pouvoir lire, cette imagination puissante sortie d'un cerveau d'humain coincé sur sa petite planète...Quand on sait que notre présent est un jour sorti de l'imagination d'écrivains visionnaires des siècles passés...
L'univers intime aussi avec la multitude des émotions humaines et "supra humaines". Les personnages sont puissants, les situations fortes et les dénouements ne sont pas en reste...
Ces romans écrits il y a plus de vingt cinq ans, ont du être trop "visionnaires" trop "avant gardistes" , le Fantasy , qui nous ramenait alors au passé "magique et glorieux", avait pris le relais...On ne rêvait plus d'un avenir ,de voyage dans l'espace...il était plus sage de regarder vers un passé "terre à terre"...Mais nous ne sommes pas fait pour être sage...non!!!
Alors une cure d'Hypérion pour tout le monde serait salutaire...puisque l'imaginaire est le seul tyran acceptable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          226
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
OlympoosOlympoos   11 avril 2019
Une ombre apparut, surgie de nulle part, derrière le chevalier
français. Le bruit du marteau de Kassad retombant sur l’épaulière
d’acier de l’armure évoqua très précisément, dans l’esprit de ce
dernier, celui qu’aurait fait un marteau-pilon en retombant sur le
capot d’un véhicule EM.
Le Français tituba, se retourna pour faire face à la nouvelle menace
et reçut le second coup de marteau sur son plastron. Le sauveur de
Kassad était petit de taille. L’homme d’armes ne tomba pas. Il
brandissait déjà son épée au-dessus de sa tête lorsque Kassad le frappa
d’un violent coup d’épaule, par-derrière, à l’articulation de la
genouillère.
Les branches craquèrent tandis que le Français en armure tombait
lourdement. Le petit attaquant l’enjamba aussitôt, immobilisant son
épée du pied et abattant à plusieurs reprises son marteau sur le
heaume et son ventail. Kassad réussit enfin à s’extirper de
l’enchevêtrement de branches et de jambes. Il s’assit sur les
genouillères du chevalier abattu et commença méthodiquement à
traverser l’armure avec son poignard aux articulations du bas-ventre,
des côtés et des aisselles. Le petit combattant sauta alors à pieds joints
sur le poignet du chevalier, et Kassad rampa vers l’endroit où le
heaume s’articulait au reste de l’armure pour larder le Français de
coups de poignard.
Il réussit enfin à introduire la pointe de son arme dans une fente
du ventail, et un hurlement s’éleva tandis que le marteau retombait sur
le manche du poignard, enfonçant les dix pouces de lame dans le
défaut de l’armure comme un vulgaire piquet de tente dans le sol. Le
chevalier souleva du sol, dans un dernier soubresaut, les soixante
livres d’acier de son armure et Kassad, puis retomba inerte.
Kassad se laissa rouler sur le côté. Son sauveur tomba également
près de lui. Ils étaient tous les deux couverts de transpiration et du
sang du chevalier mort. Il regarda de plus près le visage de l’autre et
vit qu’il s’agissait d’une femme, vêtue à peu près comme lui. Puis il
laissa de nouveau retomber sa tête, haletant.
— Est-ce que… Est-ce que tout va bien ? réussit-il à dire au bout
d’un moment.
Il ressentait maintenant le choc de la surprise. Elle avait les
cheveux bruns et courts, tout au moins selon les critères actuellement en vigueur dans le Retz, avec, de part et d’autre de la raie, une frange
qui naissait à quelques centimètres du centre de son front, sur le côté
gauche, pour finir juste au-dessus de son oreille droite. C’était une
coiffure de garçon appartenant à quelque époque révolue, mais elle
était loin de ressembler à un garçon. Kassad se disait au contraire que
c’était peut-être la plus belle femme qu’il eût jamais rencontrée. La
structure osseuse de son visage était parfaite. Son menton et ses
pommettes n’étaient ni trop ronds ni trop pointus ; ses grands yeux
brillaient de vie et d’intelligence ; ses lèvres étaient douces et tendres.
Kassad se rendit compte qu’elle n’était pas si petite qu’il l’avait cru.
Sans être aussi grande que lui, elle était d’une taille supérieure à la
plupart des femmes du XVe siècle. Et malgré sa tunique épaisse et son
pantalon bouffant, il devinait la courbe douce de ses hanches et de sa
poitrine. Elle paraissait plus vieille que lui de quelques années, peutêtre
la trentaine, mais c’est à peine s’il enregistra cette impression
tandis qu’elle continuait de le dévisager de ses yeux enjôleurs aux
profondeurs insondables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
OlympoosOlympoos   11 avril 2019
Des semaines durant, après cela, Kassad passa chacune de ses
heures libres à errer le long des remparts de l’école militaire pour
observer les ombres du mont Olympus qui couvraient d’abord la forêt
du plateau, puis les hautes terres, puis tout ce qui s’étendait à michemin
de l’horizon, puis la planète entière. Et pas une seule seconde
il ne pensait à autre chose qu’à ce qui lui était arrivé. Il ne pensait qu’à
elle. Personne n’avait rien remarqué d’anormal dans la simulation.
Personne d’autre que lui n’avait quitté le champ de bataille. Un
instructeur lui avait même expliqué que rien ne pouvait exister au-delà
du secteur limité de la simulation. Personne ne s’était aperçu de
l’absence de Kassad. Tout se passait comme si la poursuite dans la
forêt – et la rencontre de cette femme – n’avaient jamais eu lieu.
Mais Kassad n’en pensait pas moins. Il suivait régulièrement ses
cours d’histoire militaire et de mathématiques. Il faisait le nombre
d’heures requis au polygone et à la salle de gym. Il exécutait sans
rechigner les marches disciplinaires sur le terrain de Caldera, bien
qu’il fût rarement puni. D’une manière générale, le jeune Kassad
devint un élève officier encore mieux noté qu’il ne l’était déjà. Mais
durant tout ce temps il n’avait qu’une seule idée en tête.
Et il finit par la revoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
OlympoosOlympoos   11 avril 2019
Cela se passa, de nouveau, vers la fin d’une simulation du RTHECMO.
Entre-temps, Kassad avait appris que ces exercices étaient un
peu plus que de simples sims. Le RTH-ECMO faisait partie de la
Pangermie du Retz, le réseau en temps réel qui supervisait toute la
politique hégémonienne, fournissait des informations aux dizaines de
milliards de citoyens avides de données et avait fini par acquérir une
forme particulière de conscience et d’autonomie. Plus de cent
cinquante infosphères planétaires mêlaient leurs ressources dans un
cadre commun créé par quelque six mille IA de classe oméga pour
permettre au RTH-ECMO de fonctionner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
OlympoosOlympoos   11 avril 2019
Il travailla sur Lusus durant toute une année standard pour
économiser un peu plus de six mille marks. Soumis à une gravité égale
à 1,3 par rapport au standard terrestre, il eut amplement le temps de
s’adapter aux conditions martiennes, de sorte que, lorsqu’il eut enfin
de quoi se payer le passage pour Alliance-Maui sur un antique cargo à
voiles solaires équipé de réacteurs Hawking bricolés, Kassad pouvait
toujours être qualifié de grand et maigre selon les critères
généralement en vigueur dans le Retz, mais cela ne l’empêchait pas de
posséder une musculature qui donnait toute satisfaction en quelque
lieu que ce fût.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
OlympoosOlympoos   11 avril 2019
Kassad commençait à croire qu’il ne faisait pas du tout partie d’une
simulation, que cette journée de grisaille était la réalité et que le rêve
était son existence dans le Retz lorsque soudain toute la scène se figea,
hommes, chevaux et paysage. La forêt sombre devint transparente
comme une image holo en train de s’éteindre, et quelqu’un l’aida à
sortir de sa crèche de simulation de l’École de Commandement
Militaire d’Olympus. Les instructeurs et les autres élèves officiers
discutaient et riaient, apparemment inconscients du fait que le monde
avait à jamais changé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Dan Simmons (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Simmons
Interview de Dan Simmons.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2684 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..