AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266172493
320 pages
Éditeur : Pocket (05/01/2007)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 719 notes)
Résumé :
L'Hégémonie gouverne plus de trois cents mondes. Quant aux Extros, ils ont pris le large après l'Hégire. Reviendront-ils? Un de leurs essaims, depuis trois cents ans, se rapproche d'Hypérion. Les habitants de cette planète ont fini par devenir nerveux; ils réclament l'évacuation. Pour l'Hégémonie, le jeu n'en vaut pas la chandelle.

Mais, sur la même planète, on annonce l'ouverture prochaine des Tombeaux du Temps. Le TechnoCentre n'arrive pas à produir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
lokipg
  07 janvier 2019
[Note : Cette critique concerne La Chute dHypérion 1 et 2 qui ne forment qu'un seul roman, les éditions Pocket ayant décidé de couper arbitrairement l'histoire en deux.]
Dans le premier tome, les pèlerins se sont racontés leurs histoires respectives lors de leur périple pour les Tombeaux du Temps. le roman se termine lorsque les six compagnons de voyage pénètrent dans les ruines pour affronter le gritche.
Alors que dans l'espace, la guerre a éclaté entre l'Hégémonie et les Extros, nous allons enfin connaître les secrets d'Hypérion.
J'ai découvert avec Hypérion un univers d'une richesse assez incroyable, et la suite en rajoute encore une couche. Dan Simmons a visé l'exhaustivité. Il parle de politique, de religion, d'écologie, d'économie, d'art, de voyage dans le temps, d'IA... Certains passages ont des allures de cyberpunk, d'autres ressemblent presque à de la Fantasy...
Il y a énormément d'informations à assimiler, presque trop. Certaines parties sont difficiles à suivre, notamment les plongées dans l'infosphère (le cyberespace de cet univers). Mais la cohérence de l'ensemble inspire le respect.
Chaque pèlerin a son rôle à jouer et si dans le premier tome on suivait successivement leurs histoires respectives, cette fois on passe continuellement de l'un à l'autre. Si on ajoute de nouveaux personnages : un nouveau cybride de John Keats, la présidente de l'Hégémonie Meina Gladstone et son conseil de guerre, et quelques autres personnages dont on suivra également les aventures, autant dire que par moment, ce n'est pas simple à suivre.
Mais l'intrigue n'en est pas moins passionnante. Surtout les chapitres mettant en scène Meina Gladstone, riches en rebondissements spectaculaires. C'est dans son aspect politique et militaire que ce roman m'a le plus impressionné. L'impression de gigantisme est bien retranscrite.
Une fois le livre refermé, j'ai encore la tête pleine de souvenirs. Certaines descriptions, certaines scènes sont vraiment mémorables. Je ne possède pas le cycle suivant (Endymion / L'Éveil d'Endymion) mais il est certain que je le lirais. Toutefois, je vais attendre un peu, histoire de bien digérer celui-ci.
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
charlitdeslivres
  02 juin 2016
Une saga digne de toutes mes espérances ! Une fin riche qui ne laissera personne sur sa faim. Je vous recommande cette lecture d'une envergure exemplaire.
Comme pour les premiers tomes, je les ai lus dans une version intégrale. Il sera donc difficile pour moi de vous donner mon avis sur chacun des romans qui constituent ma version. Dans un premier temps, revenons sur l'ensemble de cette oeuvre. Ces romans sont remarquables et permettent au lecteur de rentrer dans un univers hors du commun. La science fiction permet toujours cette richesse de détails, d'histoires, de personnages, de planètes, tous plus fous les uns que les autres. Avec Dan Simmons vous serez servi. Si vous aimez les personnages hauts en couleur et les retournements de situation dans tous les sens, vite, venez !
Dans « Hypérion » on nous annonçait un malheur à venir. Ici on est en plein dedans. Les tomes d'Hypérion étaient beaucoup plus calmes et nous amorçaient le récit à venir. C'était donc à travers les histoires de nos pèlerins que l'on entamait cette saga. On ne comprenait pas encore la puissance du Gritch, ni l'étendue des problèmes que l'on allait rencontrer.
Dans le premier tome, on continue à suivre ces pèlerins chacun en quête de leurs vérités. Chacun a sa raison égoïste de vouloir voir le Gritch pour réaliser enfin ce qu'il avait décidé. Mais une solidarité nouvelle se construit également. Les personnages semblent comprendre que leurs jours sont comptés et que le nombre peut parfois faire la force. Ici ils auront surtout besoin de réfléchir ensemble pour trouver les meilleures solutions d'avancer main dans la main. Ce tome commence à amorcer les véritables intentions de chacun, les masques commencent à tomber. le tout avec l'écriture de Dan Simmons, qui amène grâce à la richesse de son texte, à nous perdre dans des méandres inattendus. On ne sait plus à qui faire confiance et on adore cela.
Lien : https://charlitdeslivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
boubously
  10 janvier 2016
De nombreuses critiques ont été faites avant donc je vais être bref...
Le tome est divisé en deux. Nous suivons l'évolution de la guerre apocalyptique qui fait rage entre les Extros et le Retz vu par la présidente régnant sur des milliards d'habitants constituant les planètes du Retz et un autre cybride appelé H.Severn à qui on a implanté lui aussi la conscience de Keats. Ce cybride par ses rêves et l'intermédiaire de Brawne Lamia arrivent à voir ce qu'il se passe dans les tombeaux. Nous suivons aussi bien évidement les mésaventures des pèlerins qui arrivent aux portes des tombeaux du temps afin de rencontrer ce semi Dieu appelé " le Gritche" afin d'y trouver des réponses. C'est avec passion et une certaine tension que nous vivons avec ces personnages tout au long du roman ayant tous un passé et un rapport avec le Gritche différent qui dans ses apparitions nous fait penser à Alien.
Encore une fois un très bon mélange entre la science fiction, le Space opéra, le fantastique voir l'horreur pour certaines scènes du roman.
Meme si parfois je l'avoue j'ai trouvé au roman certaines longueurs je n'ai pas décroché à partir des 150 dernières pages car l'auteur arrive à nous transmettre une tension palpable et arrive surtout à titiller notre curiosité à chaque page tournée.
Nous voulons toujours en savoir plus...
Je comprends vraiment pourquoi ce cycle est devenu un classique de la science fiction et j'attaque de ce pas le 4ème tome indispensable afin de savoir la fin et surtout comprendre ou Dan Simmons veut en venir avec cette histoire tout à la fois passionnante et intrigante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Tesrathilde
  05 juillet 2015
J'avais dû laisser mes personnages enfin arrivés sur Hypérion, en route vers les Tombeaux du Temps, avec un temps très limité pour trouver les réponses à leurs questions (pour certains du moins). Je les ai tous retrouvés avec bonheur, en me rendant compte aussi que j'arrivais à trouver plus d'attrait à certains qui ne me plaisaient pas trop au début mais ont été largement développés (le consul), tandis que certains continuent à me laisser plus ou moins de marbre (Kassad, qui je trouve a une histoire et des motivations beaucoup plus stéréotypées que les autres !). La suite et fin du cycle respecte le ton et le rythme de ce que j'ai lu au début, je n'ai pas constaté de baisse de qualité sur la longueur comme cela arrive parfois. Tout au plus ai-je trouvé que la fin allait un peu vite, mais en même temps vu les buts de chacun il aurait sans doute été difficile de faire traîner certaines conclusions en longueur sous peine d'une certaine pesanteur. J'ai aussi été satisfaite des conclusions de manière générale – les personnages ne sont pas tous « servis » de la même manière, l'auteur est arrivé à me faire croire à un savant mélange de prédestination et de hasard qui ne m'a pas laissée sur ma faim.
Je ne peux résister à l'envie de vous vendre le livre une nouvelle fois : je suis toujours très fan du gritche, je trouve le « personnage » fascinant (Simmons le compare à Grendel dans le vieux poème épique Beowulf, on sent qu'il s'en est inspiré); la narration et description ne cesse de changer d'échelle : de la politique et des visions extra-planétaires (le sénateur Gladstone, l'Hégémonie, le Retz, le Technocentre) on passe par des extraits à dimension plus humaine, plus régionale, jusqu'à se concentrer sur notre petit groupe de pèlerins et leurs questions internes, ce qui donne beaucoup de dimensions à l'histoire et à l'univers, autant SF qu'humain.
Les Tombeaux du Temps continuent à me fasciner, c'était une salement bonne idée de détournement de Gizeh, et ils font partie intégrante de l'arrière-plan panoramique et atmosphérique tout au long de cette seconde partie – ce que j'espérais bien.
J'aime beaucoup aussi l'humour de l'auteur, ses références culturelles et historiques (une note de bas de page m'a fait rire… parce qu'il y en a très peu quand je croise beaucoup de références !!) L'intrigue se passe plusieurs siècles après notre ère, d'où un décalage régulièrement rappelé. Je trouve que l'auteur a également très bien placé et créé ses néologismes en lien avec les technologies du futur : les portes distrans, les « vieux films bidim », le simstim… En contexte, et parce qu'il n'invente pas totalement de nouveaux mots mais en crée à partir de bases linguistiques existantes, il m'a paru assez facile de les relier à leurs sens (bidimensionnel, simulation/stimulus pour les deux derniers). ça peut paraître un détail, mais les lexiques dans la Fantasy/ SF ça va deux minutes, j'aime aussi comprendre directement de quoi on me parle de temps en temps.
Simmons a également réussi à me bluffer sur deux points (la nature des Extros et celle de Monéta) – ce n'est que du demi-spoil mais je vous épargne au cas où ça vous permettrait de tout comprendre, que j'aurais pourtant peut-être pu voir venir, car il n'est pas non plus avare de détails dans le livre, c'est juste que je n'ai pas dû être attentive à tout mais être plus concentrée sur les pèlerins en eux-mêmes ! En tous cas voilà je finis cette référence de SF et je suis enchantée parce que c'était une très bonne lecture pleine de choses agréables et divertissantes, et en plus bien construites dans l'ensemble.
Lien : https://croiseedeschemins.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JMB_SF
  19 juin 2015
J'imagine le nombre de fois auquel Hypérion (avis n°6) a dû être chroniqué depuis sa sortie en France en 1991. Mais j'ai éprouvé le besoin de l'ajouter à mon blog, de saluer sa valeur littéraire, et d'apporter ma pierre à l'édifice en partageant ce qui m'a fait aimer ce livre. La chute d'Hypérion en est la suite directe. Ces deux livres forment les Cantos d'Hypérion. Ce dernier, avec les Voyages d'Endymion forment le cycle d'Hypérion. Compris ?
Ici, la structure redevient plus classique. On suit deux trames : un autre cybride de John Keats voit en rêve le périple des pèlerins sur Hypérion. Sous le pseudonyme de Joseph Severn, le cybride rapporte ce qu'il rêve à Meina Gladstone, la présidente de l'Hégémonie, qui doit affronter la pire crise qu'ait connue l'Hégémonie : les Extros – humains adaptés à la vie dans l'espace – lancent une invasion massive sur ses planètes.
Sur Hypérion, tout ne se passa pas comme prévu. Les pèlerins sont séparés au fur et à mesure. le prêtre Lénar Hoyt trouve le Gritche dans un des Tombeaux du Temps, puis meurt et ressuscite en la personne du père Paul Duré. le soldat Fedmahn Kassad, guidé par Monéta, la fille de ses rêves, part se battre contre le Gritche et ainsi bâtir sa légende. La Voie de l'Arbre Authentique Het Masteen parvient à rejoindre les autres pèlerins dans la vallée des Tombeaux. le poête Martin Silenus est emporté par le Gritche sur l'Arbre aux Epines. le Gritche, toujours, câble la détective Brawne Lamia et l'envoie, elle et le cybride originel de John Keats, dans la Métasphère pour parler à Ummon, l'une des IA du TechnoCentre. le Consul part sur son tapis volant pour récupérer le vaisseau et placer le bébé du lettré Sol Weintraub en stase et ralentir son vieillissement inversé.
Il y a donc beaucoup de péripéties à suivre. Impossible de s'ennuyer. Les héros vont devoir rassembler tout leur courage pour affronter de dures épreuves. Tout se met en place et, lentement, la conspiration qui motive tout est dévoilée. Les arcanes du pouvoir, les mystères de l'histoire. L'univers est vraiment sublimé grâce aux histoires des pèlerins du roman précédant : l'enjeu est ressenti puisement, ça devient épique et les images marquantes. En parlant d'image, La division de chaque livre en deux tomes nous permet de profiter de davantage des merveilleuses illustrations de couverture de Jean-Sébastien Rossbach sur l'ensemble du cycle d'Hypérion. Voilà de quoi répondre à ceux qui se plaignent de l'aspect mercantile de cette division. Avant de passer à la suite, Endymion, je vais laisser passer du temps, vu que cette suite se déroule 400 ans plus tard.
La chute d'Hypérion conclut à merveille l'histoire commencée dans Hypérion. Ces deux livres m'auront marqué pour toujours par leur univers aux splendides couleurs baroques et leurs histoires finement ciselées dans des styles irréprochables. Je ne vois pas comment je pourrai lire mieux que les Cantos d'Hypérion, le phare de ma bibliothèque !
Lien : https://jmbsf.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
SeraphitaSeraphita   30 juin 2010
Avant même que les derniers feux du soleil aient tout à fait disparu, les éclairs dans le ciel confirmèrent que les combats se poursuivaient encore dans l’espace. Les trois hommes s’assirent sur les marches du Sphinx pour contempler le spectacle. Des explosions d’un blanc étincelant succédaient à des corolles rouges et à de soudaines traînées vertes ou orangées qui laissaient longtemps leur écho sur la rétine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
OlympoosOlympoos   11 avril 2019
La Présidente ne trouvait pas le sommeil. Elle se leva, s’habilla
rapidement dans l’obscurité de sa chambre, au coeur de la Maison du
Gouvernement, et fit ce qu’elle faisait souvent quand elle n’arrivait pas
à dormir. Elle arpenta les mondes.

Son portail distrans privé se matérialisa devant elle. Elle laissa
ses gardes humains privés dans l’antichambre et n’emporta avec elle
que l’un des minidrones. Elle ne l’aurait pas pris si les lois de
l’Hégémonie et le règlement du TechnoCentre ne l’y avaient obligée.
Il était plus de minuit sur TC2, mais c’était le jour sur de
nombreux mondes du Retz. Elle prit une longue cape au col incognito
montant, à la mode de Renaissance. Son pantalon et ses chaussures ne
révélaient ni son sexe ni sa classe sociale. Seule la qualité de l’étoffe de
la cape aurait pu, à la rigueur, la situer, pour certains.
Elle franchit le portail monopasse. Elle sentit, plutôt qu’elle ne vit
ou n’entendit, le minidrone qui bourdonnait derrière elle et prenait de
l’altitude pour demeurer discret. Elle s’avança sur la place Saint-Pierre
de Nouveau-Vatican, sur Pacem. Elle ne savait pas pourquoi elle avait
entré dans son implant le code de cette destination. Peut-être la
présence de ce prélat archaïque au dîner du Bosquet de Dieu ? Mais
elle se rappela soudain que ses dernières pensées, quand elle n’arrivait
pas à s’endormir, avaient été consacrées aux pèlerins, les sept pèlerins
qui étaient partis trois ans plus tôt affronter leur sort sur Hypérion, et
que Pacem était l’endroit où résidait le père Hoyt et, avant lui, cet
autre prêtre, Duré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KalganKalgan   08 juin 2019
Le poète s'interrompit, la plume levée, en s'apercevant qu'il parvenait à peine à relire sa page. (...)
Il reprit ses esprits, dans le sens où il laissa de nouveau le monde envahir sa conscience intérieure, un peu comme dans le retour aux sensations diverses qui suit l'orgasme. Seule la redescende de l'écrivain dans le monde réel est plus pénible, lorsqu'il traine derrière lui des nuages de gloire qui se dissipent rapidement dans le flot mondain des banalités sensorielles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
OlympoosOlympoos   11 avril 2019
Le géant changea son poids de place, devint plus lourd.
Kassad s’aperçut qu’une partie de la bulle de son casque avait
fondu ou disparu, emportée par le souffle. Le vacarme était
insupportable. Mais quelle importance ?
Il serra les paupières encore plus fort. C’était le moment de faire un
somme.
Lorsqu’il rouvrit les yeux, il vit la silhouette indistincte d’une
femme penchée sur lui. Un instant, il crut que c’était elle. Puis il la
regarda attentivement, et vit que c’était bien elle. Elle lui toucha la
joue de ses doigts glacés.
— Est-ce que je suis mort ? murmura-t-il en levant la main pour lui
saisir le poignet.
— Non.
Sa voix avait une douceur un peu rauque, voilée par un léger accent
qu’il ne parvenait pas à identifier. C’était la première fois qu’il
l’entendait parler.
— Es-tu réelle ?
— Oui.
Il soupira et regarda autour de lui. Il était nu sous une robe de
chambre légère sur une sorte de lit ou de plate-forme au milieu d’une
grande salle obscure comme une caverne. Au-dessus de lui, les étoiles
étaient visibles à travers une brèche du plafond. Il tendit l’autre main
pour lui toucher l’épaule. Ses cheveux formaient un nimbe noir au dessus
de lui. Elle portait une robe ample d’un tissu fin qui, même à la
lumière des étoiles, lui laissait voir les contours de son corps. Il
respirait son parfum, fait de l’arôme délicat du savon, de sa peau et du
reste d’elle, qu’il se rappelait si bien de leurs précédentes rencontres.
— Tu dois avoir des choses à me demander, murmura-t-elle tandis
que Kassad dégrafait la boucle dorée qui maintenait sa robe.
Le vêtement glissa au sol dans un froissement soyeux. Elle ne
portait rien d’autre. Au-dessus d’eux, la ceinture de la Voie lactée était
parfaitement visible.
— Non, fit Kassad en l’attirant contre lui.
Au petit matin, une brise se leva, mais Kassad remonta sur eux la
couverture légère dont l’étoffe fine sembla préserver la chaleur de
leurs corps tandis qu’ils demeuraient blottis dans les bras l’un de
l’autre dans une quiétude parfaite. Quelque part, des rafales de sable
ou de neige crissaient contre les murs nus. Les étoiles étaient nettes et
brillantes.
Ils se réveillèrent peu de temps après le point du jour, leurs visages
se touchant sous la couverture soyeuse. Elle passa la main le long de la
hanche de Kassad, s’arrêtant sur ses cicatrices anciennes et récentes.
— Ton nom ? chuchota Kassad.
— Chut ! fit-elle en laissant glisser sa main plus bas.
Il enfouit son visage dans le creux parfumé de son cou. Ses seins
étaient chauds et doux contre lui. Une lumière pâle les baignait.
Quelque part, un vent de sable ou de neige crépitait contre les murs
nus.
Ils firent l’amour, se rendormirent, refirent l’amour. Puis ils
s’habillèrent. Il faisait maintenant plein jour. Elle avait disposé pour
lui sur le lit des sous-vêtements, une tunique et un pantalon gris. Ils
lui allaient parfaitement, de même que les chaussettes de mousse et les
chaussures souples. Elle avait un ensemble du même genre, bleu
marine.
— Dis-moi ton nom, lui redemanda Kassad tandis qu’ils quittaient
le bâtiment à la toiture défoncée et sortaient dans les rues d’une cité
morte.
— Monéta, lui répondit la fille de son rêve. Ou bien Mnémosyne.
Celui que tu préféreras.
— Monéta… chuchota Kassad.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
euphemieeuphemie   13 février 2015
-Connaître Dieu, fit le prêtre. Ou bien, faute de pouvoir le connaître, le créer.
-C'est une idée que j'ai un peu contribué à faire admettre au sein de mon église, reprit-il.
- J'ai lu vos traités sur saint Teilhard, murmura Sol. Vous y défendez brillamment le concept de nécessité d'une évolution vers le point Omega et la divinité, sans tomber dans l'hérésie socinienne.
-Dans quoi? demanda le consul.
-Socin, expliqua le prêtre avec un sourire, était un hérétique italien du XVI siècle de l’ère préhégirienne . Sa doctrine lui valut l'excommunication- était que Dieu est une créature limitée, capable d'apprendre et d'évoluer à mesure que le monde -l'univers- devient plus complexe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Dan Simmons (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Simmons
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Dictionnaire amoureux du polar de Pierre Lemaître aux éditions Plon https://www.lagriffenoire.com/1058792-divers-litterature-dictionnaire-amoureux-----du-polar.html • La Dynastie des Forsyte - Version intégrale de John Galsworthy aux éditions Archipel https://www.lagriffenoire.com/1063374-divers-litterature-la-dynastie-des-forsyte.html • le Cinquième Coeur T2 de Dan Simmons et Cécile Arnaud aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1057368-nouveautes-polar-le-cinquieme-coeur.html • Moi, c'est Roberta de Jeanne Boyer aux éditions Ecole des Loisirs https://www.lagriffenoire.com/1065113-article_recherche-moi--c-est-roberta.html • Babacar a disparu de Jean-Christophe Berlin et Jean Becker aux éditions le Sémaphore https://www.lagriffenoire.com/1065117-article_recherche-babacar-a-disparu.html • Les Thébaines, Tome 11 : L'héritage des Thébaines aux éditions le Sémaphore https://www.lagriffenoire.com/1065118-article_recherche-l-heritage-des-thebaines-t11.html • Maverick ville magique : Mystères & boules d'ampoule de Eglantine Ceulemans aux éditions Little Urban https://www.lagriffenoire.com/1046893-livres-cd-pour-enfants-maverick-ville-magique---mysteres-et-boules.html • Sur la route de West de Tillie Walden et Alice Marchand aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/1030778-achat-bd-sur-la-route-de-west.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionsplon #editionsarchipel #editionsrobertlaffont #editionsecoledesloisirs #editionssemaphore #editionslittleurban #editionsgallimard
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous les 7 pèlerins allant sur Hypérion ?

Comment s'appelle le poète ?

Martin Silenus
Lénar Hoyt
Sol Weintraub
Paul Duré

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le cycle d'Hypérion, tome 1 : Hypérion de Dan SimmonsCréer un quiz sur ce livre