AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Guy Abadia (Traducteur)
EAN : 9782266292641
Éditeur : Pocket (12/11/2020)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 103 notes)
Résumé :
Qu'est-ce qui a poussé Dale, universitaire dépressif et auteur de romans à succès, à s'installer seul à Elm
Haven, un lieu perdu de l'Illinois ? Cherche-t-il à
élucider les mystères de cet été 1960 au cours duquel
son meilleur ami, Duane, a péri, déchiqueté par un engin agricole ? Va-t-il enfin écrire le grand, le vrai
roman de leur adolescence ? Il n'aura pas longtemps à se poser la question. La maison qu'il a louée - celle même où vivai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  05 septembre 2014
Avez-vous peur des chiens ? Est-ce bien le vent qui fait craquer cette maison vide au coeur de la nuit hivernale ? Quelles sont ces images du passé qu'on préfère oublier ?

Hanté par ses souvenirs, par son ami d'enfance dévoré par une moissonneuse, rongé par son présent, ses amours en miettes et par les « chiens noirs » de la dépression, un homme tente d'écrire le livre de sa vie.

Une histoire de peur, un cocktail de fantômes, de pensées suicidaires et de crimes impunis, dans une bourgade de l'Illinois avec ses champs de maïs, son shérif et ses petits malfrats.

Une histoire d'horreur du Midwest américain, avec plus de psychologie que d'hémoglobine, mais est-ce une hallucination, il me semble que les pages de ce roman se tournent toutes seules ?
Commenter  J’apprécie          450
Eroblin
  02 septembre 2018
Au départ, toutes les conditions sont requises pour que ce roman nous fasse basculer dans un cauchemar terrifiant (comme l'indique le résumé). Dale Stewart, un universitaire dépressif, se réfugie dans la ferme où a vécu son meilleur ami Duane Mc Bride, assassiné 40 ans plus tôt. C'est déjà assez glauque en soi d'aller s'installer dans un endroit pareil d'autant que tout est resté en place… Son arrivée déclenche toute une série de phénomènes étranges : lumière à l'étage alors qu'il est condamné depuis des années, apparition de chiens noirs menaçants qui grossissent à chaque fois qu'il les voit, ordinateur qui envoie des messages inquiétants alors qu'il n'y aucune connexion internet… de plus, des skins lui en veulent pour avoir écrit quelques articles sur Israël. Sans compter que son ennemi durant son enfance est devenu shérif et que Dale se demande si CJ Congden ne l'aimerait pas mieux mort que vivant.
Eh bien, je n'ai pas accroché à cette intrigue. J'ai trouvé que le roman s'éloignait trop souvent du sujet principal avec toutes les digressions sur Dale et sa maîtresse. A chaque fois que la tension montait, des pages sur Clare et Dale venaient tout faire retomber. Et quand ce n'était pas le couple, c'étaient les skins. Bref, je n'ai pas réussi à avoir peur, ce qui est un comble puisque je l'ai lu pour cette raison ! Et, dernière chose, je n'ai pas bien compris la fin. Une déception.
Je lui mets deux chats et demi.

Lien : https://labibdeneko.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
lokipg
  21 juin 2018
Après un divorce, une rupture avec sa maîtresse et une tentative de suicide, l'écrivain Dale Stewart décide de couper tous les ponts et de retrouver ses racines. Il retourne sur les lieux de son enfance et loue la maison où son ami Duane est mort lors de sa onzième année, quarante ans plus tôt.
C'est le premier roman de Dan Simmons que je lis, et c'est très étonnant que cela soit celui-ci parce que l'auteur est plutôt réputé pour ses romans de science-fiction, genre littéraire dont je suis particulièrement friand. Mais les hasards de la vie sont ainsi faits, c'est sur ce roman que je suis tombé en musardant chez un bouquiniste, c'est donc ce roman que j'ai choisi pour découvrir l'auteur.
Loin des étoiles du space-opera, Les Chiens de l'hiver nous entraine sur le terrain de l'épouvante, avec une histoire de fantômes particulièrement efficace. D'entrée de jeu, on est dans l'ambiance car le narrateur est Duane, l'ami décédé du personnage principal.
Comme ce n'est pas son histoire que raconte Duane, le récit est essentiellement à la troisième personne, et on finirait presque par l'oublier, si la première personne ne réapparaissait pas ponctuellement, comme une piqûre de rappel. Ce choix narratif subtil est d'autant plus malin qu'il n'est pas gratuit, loin de là.
L'écriture de Dan Simmons est sobre, mais ne manque pas de style. Dale Stewart étant également professeur de littérature anglaise, de nombreuses références littéraires sont distillées dans le récit, mais elles servent l'histoire et ne l'alourdissent pas. J'ai trouvé qu'en matière de rythme, ce roman était un modèle du genre. Il y a une réelle montée en tension, lente et régulière, de l'intrigue.
Il y a aussi tout un jeu sur les apparences : rêves, réalité, hallucinations, mystifications, souvenirs, fantasmes... Je me suis senti aussi perdu que le héros, et c'est un sentiment tout à fait plaisant dans ce genre de récit. Mes nerfs ont été soumis à rude épreuve plus d'une fois.
Je finirais bien par lire le cycle d'Hypérion, et Ilium et Olympos un de ces jours. J'aime trop la science-fiction et ces romans ont trop bonne réputation pour que je passe éternellement à côté, mais je remercie le hasard de m'avoir fait dénicher Les Chiens de l'hiver, car c'était une excellente surprise.
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
Bulma1988
  08 novembre 2020
Dale Stewart, en dépression depuis que sa vie part à vau l'eau, décide de renouer avec ses racines en retournant dans la ville de son enfance, là où est mort son ami Duane, déchiqueté par une moissonneuse. Très vite, une ambiance bizarre s'installe, notamment à cause de mystérieux chiens noirs qui rôdent et semblent devenir toujours plus gros. Dale reçoit des messages en vieil anglais sur son ordinateur, qui semblent venir tout droit de l'au-delà.
On ne sait jamais vraiment de quoi il retourne : tout cela est-il réel ? S'agit-il d'hallucinations provoquées par la dépression ? Ce roman m'a quelque peu déçue, car Dan Simmons ne semble pas vouloir choisir entre toutes les directions que prend son intrigue Résultat : on est un peu perdu, on ne voit pas où il veut en venir. le sentiment de peur est là par moment, mais il est atténué par la confusion de l'intrigue et par les passages où Dale se rappelle sa liaison avec Clare, sa maîtresse, qui pour moi n'apportent strictement rien, et pire, cassent le suspense en plein milieu.
Ce qui m'a surtout gâché la lecture, c'est que je n'ai pas compris la fin . J'ai failli lâcher plusieurs fois, je me suis accrochée et là on se dit "quoi, tout ça pour ça ?" Bref, un roman qui possède de bons côtés mais qui pour moi ne remplit pas ses promesses par manque d'audace et de clarté dans ses choix narratifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BLaval44
  28 juillet 2020
Après le curé désabusé, le politicien verreux, le scientifique chiant, voici venir le quatrième membre des sept (si si, comptez bien, Dale, Mike, Duane, Lawrence, Harlen, Kevin et Cordie) : Dale ... et puis, vous verrez ... il y aura des surprises ... car ici, une fois n'est pas coutume, je dirais, le récit est relativement mauvais, alors même que l'histoire, la trame, est bonne ... lecture douloureuse du à cette longueur dépressive qui filtre de tous les cotés, par cette non-reconnaissance des acteurs d'autrefois devenus des zombies des temps modernes, des incohérences vis-à-vis de la matière originale (Nuit d'été - oui, je sais licence poétique, mais bon, parfois faut essayer de se souvenir de ce qu'on a écrit aussi !), des sorties de route trop importantes ... et puis pourtant, une histoire intéressante, qui est là, sous-jacente, qui demande à sortir et qui ne sort vraiment jamais, les relations de Dale et Duane, restés les deux rouages essentiels du premier opus, les vieilles relations égyptiennes ... tout est là ... mais la sauce prend difficilement pour moi ... ce qui n'empêche qu'il s'agit d'un bon roman, sans doute moins bon que les autres, ou plus triste, plus noir, plus adulte ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   02 septembre 2014
Avec les autres enseignants de son âge, il avait souvent dénoncé le cynisme et l'égocentrisme des étudiants d'aujourd'hui, si différents de l'esprit d'engagement et d'idéalisme de la seconde moitié des années 60. Des conneries tout ça, se dit-il. Ils s'étaient fait baiser en courant après une révolution chimérique alors qu'ils ne cherchaient rien de plus que ce que toutes les générations précédentes recherchaient : le sexe, l'aisance, l'argent et le pouvoir.
(Poche, p. 348)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
bilodohbilodoh   29 août 2014
Je me suis toujours défié des sports ou des activités de plein air qui ressemblent à des croyances religieuses à entendre prêcher leurs fidèles. (Poche, p.23)
Commenter  J’apprécie          280
bilodohbilodoh   30 août 2014
Quelquefois, je me dis que trop de souvenirs historiques font le même effet que l'alcool ou l'héroïne. C'est une dépendance qui semble, au début, donner un sens à votre vie, mais qui finit par vous user et par vous détruire.
(Poche, p.306)
Commenter  J’apprécie          130
lokipglokipg   20 juin 2018
J'ose espérer que, si j'avais vécu, je ne serais pas devenu un critique littéraire (ou son frère débile, le chroniqueur de livres).
Commenter  J’apprécie          30
lehibooklehibook   16 décembre 2019
-Tu t'essouffles,j'ai l'impression .Qu'est-ce-que c'est que ce charabia égyptien? Je croyais que tu ne communiquais qu'en vieil anglais.Qui diable es-tu donc? Et que veux-tu?
Il attendit , mais il n'y eut pas de réponse.Il alla donc dans la cuisine , se versa un verre de jus d'orange et retourna dans le petit bureau.Les mêmes lignes brillaient sur l'écran . Il tapa:
> Va te faire foutre , toi et ta barque du Nil sur laquelle tu es venu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Dan Simmons (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Simmons
Découvrez L'Abominable de Dan Simmons disponible en poche chez Pocket à partir du 1er octobre ! Que la chasse à l'homme commence !
En 1924, la course pour parvenir au plus haut sommet du monde s'interrompt brutalement suite à la terrible disparition des célèbres alpinistes George Mallory et Sandy Irvine. L'année suivante, trois hommes – un poète britannique vétéran de la Grande Guerre, un guide de montagne français et un jeune idéaliste américain – tentent à leur tour leur chance. Mais quelqu'un, ou quelque chose, les poursuit, et, à 8 500 mètres d'altitude, alors que l'oxygène vient à manquer, l'expédition vire bientôt au cauchemar.
Qui est à leurs trousses ? Et quelle vérité se cache derrière les disparitions de 1924 ? Tandis qu'ils poursuivent leur ascension jusqu'au sommet du monde, les trois aventuriers vont découvrir un secret plus abominable encore que toutes les créatures mythiques jamais imaginées.
+ Lire la suite
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous les 7 pèlerins allant sur Hypérion ?

Comment s'appelle le poète ?

Martin Silenus
Lénar Hoyt
Sol Weintraub
Paul Duré

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le cycle d'Hypérion, tome 1 : Hypérion de Dan SimmonsCréer un quiz sur ce livre