AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Monique Lebailly (Traducteur)
ISBN : 2253141208
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 175 notes)
Résumé :
Jeune et brillante hématologiste américaine, Kate Neuman débarque à Bucarest afin de se consacrer aux orphelins atteints du sida. Là, elle découvre l'étrange cas d'un bébé, Joshua, qui, à chaque transfusion, développe pendant un court laps de temps, une formidable résistance à la maladie...
Kate ne se doute pas encore que le cas de Joshua l'amènera à s'aventurer dans les mystères d'un pays encore marqué par les légendes de vampires, et le souvenir du terrible... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  14 octobre 2014
Des vampires en Roumanie dans un roman rempli de surprises : atrocités historiques, science-fiction et film d'action.

L'aspect historique, ce sont les orphelinats de Ceaucescu découverts dans les années 90 et aussi les horribles crimes de guerre du comte Dracula du quinzième siècle.

La science-fiction, c'est le travail de l'héroïne, une hématologue américaine, avec des explications techniques complexes sur l'étrange maladie de ceux qu'on a appelés les vampires.

L'essentiel, c'est un scénario typique du cinéma américain, plein de rebondissements, avec des poursuites en auto, en moto, en bateau, en hélico ; des héros qui rampent dans les tunnels, s'accrochent aux falaises et se battent contre les méchants.

Un roman divertissant si on aime le genre tout en étant indulgent envers les coïncidences trop bien tissées…

Commenter  J’apprécie          362
petiteplumeblanche
  06 septembre 2014
Retrouvé et relu...Aucun regret,et même une sacrée satisfaction de boire de nouveau à la source sanguine de ce Dan Simmons-ci.
L'origine des vampires,revisitée,et à fortiori plus de vint ans après la chute de Ceausescu...un thriller qui mélange l'épopée médicale,et L Histoire,au point que l'on peut y croire...Où l'on pleure de nouveau sur le destin des orphelins roumains ,où l'on redécouvre le mythe de Dracula depuis les années 1400,il n'est pas mort,rassurez-vous,oh adeptes...et la médecine a fait des progrès qui peuvent aider à perpétrer la famille Dracul...
Ce livre m'a donné envie d'aller me balader en Roumanie,sur les traces de cette famille,de ces châteaux,car outre la rencontre des buveurs de sang,on voyage dans des paysages magnifiques,des forêts,châteaux,dont le "vrai" ,que peu de gens connaitraient l'existence...
Et l'on ne décroche pas,c'est un excellent thriller,qui s'emballe à la fin,mais qui auparavant vous laisse vous pâmer à lire des amours assez compliquées,je ne parlerai que du prêtre qui a une jambe artificielle(,je me marre en tapant ça,mais quand on est dedans...bon,arrêtez de pleurer de rire,c'est une chronique "sèrieuse"!!!),petit reproche,les tziganes sont complètement stéréotypés,mais Dan Simmons en a trouvé des "gentils"...pas très propres,certes,mais acquis à la cause d'une jeune femme qui tente de sauver un enfant très spécial...
Mdr,franchement,j'étais partie pour un truc super sérieux,bon,okay,je ne mets que quatre étoiles,finalement,c'est peut-être un peu has been...Stop!!!Les puristes,excusez-moi...c'est bien de prendre un peu de Dracul,euh,non,un peu de recul...!
PS: c'est comme Elvis qui se tape une crise de fou-rire en chantant "are you lonesome tonight!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Masa
  23 avril 2016
L'envie de lire un roman de Dan Simmons s'était fait ressentir. le choix s'est porté sur « Les fils des ténèbres » pour plusieurs raisons. Tout d'abord je souhaitais du fantastique – voire d'horreur. J'ai donc, évité sa branche Science-Fiction. À ce propos, j'ouvre une parenthèse : (son cycle Hypérion fut découpé en plusieurs parties donnant à chaque fois 8 livres, ce qui constitue, à mon sens, l'une des plus belles arnaques commerciales littéraires. Je referme la ). Ensuite, Dan Simmons a tendance à écrire des très gros pavés – caractéristique que l'on retrouve chez Stephen King, Peter Straub et éventuellement chez Clive Barker. L'idée de bouffer 300 pages de longueurs – voire plus – ne me tentait pas. C'était un peu ce que j'ai reproché à « Terreur ».
Le régime totalitaire de Ceaușescu vient de tomber et le monde assiste aux atrocités – l'héritage du parti extrémiste. Des millions d'enfants, d'orphelins manquent de soins, surtout ceux qui sont atteints du VIH. Officiellement, la dictature roumaine n'a jamais reconnu le Sida dans son pays. Les malades sont cachés. Une délégation américaine est en charge d'apporter toute l'aide médicale.
Le récit commence par la découverte d'un pays dévasté ainsi que les horreurs perpétuées. La narration est déroutante – écrit à la première personne – dans un style mal habile. Heureusement, l'auteur va poursuivre vers une narration à la troisième personne, plus agréable. On suit Kate, une infirmière indignée par le sort réservé aux orphelins. Elle combat pour qu'un bébé rachitique puisse survivre. Sa seule solution est d'adopter l'enfant pour qu'il puisse avoir une chance de survivre en suivant des soins aux États-Unis.
Si j'ai été impressionné par un pays en pleine révolution où la mainmise soviétique est toujours active, je fus moins enthousiasmé par l'histoire en général. L'ambiance de guerre froide est très intéressante et l'auteur arrive à nous y plonger. Pourtant pour arriver à ce niveau il faut passer par deux cents pages très ennuyeuses. Kate – qui est donc infirmière ou médecin – va nous décrire la prodigieuse morphologie de son petit ange. Si Messieurs Douglas Preston et Lincoln Child arrivent parfaitement dans leur roman à nous rendre facile l'intégration des éléments médicaux, ici, Dan Simmons nous endort avec ses longueurs. Pire, l'auteur nous décrit une première fois le processus sans qu'on n'y comprenne rien et le chapitre suivant, Kate nous ressort le tout en l'expliquant à son amie.
L'envie de jeter loin ce livre s'est fait ressentir. Par masochisme ou je ne sais quoi, j'ai poursuivi la lecture.
L'histoire prend enfin son envol avec une magnifique aventure qui nous mène vers la Hongrie et l'Autriche avant de revenir en Roumanie. Bien que le rythme reste très lent, j'ai plutôt apprécié ce voyage touristique et les magouilles avec les Tziganes. C'est d'ailleurs à partir de là qu'on entend parler de vampire pour la première fois ou plutôt de Strigoi.
À cela on peut rajouter un prêtre peu catholique habillé comme un rockeur et un médecin roumain louche. Vlad Dracula fait également partie du roman, mais ses apparitions erratiques font pitié. Il nous sort de longs monologues sur son passé mélancolique.
Ce livre est une très grosse déception, voire même une vaste blague. Les amateurs de vampires seront déçus. Bien que l'ambiance guerre froide est non négligeable, l'histoire est insipide. le rythme est d'une lenteur mortelle. Les personnages sont peu intéressants. J'ai réussi à trouver le courage pour en venir à bout bien que j'aie eu tendance à lire les dernières pages en diagonale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          96
Eroblin
  30 août 2018
L'histoire se déroule en Roumanie après la révolution et la chute des Ceaucescu. Une jeune hématologiste américaine est envoyée à Bucarest pour venir en aide aux nombreux bébés orphelins atteints du sida, délaissés par le gouvernement roumain. Sur place, elle se prend d'affection pour un bébé qu'elle décide d'adopter manu militari et c'est en rentrant aux USA qu'elle découvre que son petit garçon pourrait être un remède à la maladie. Mais il lui est enlevé un soir par des hommes étranges que les balles n'atteignent pas. Décidée à le retrouver, elle repart en Roumanie avec pour toute aide un prêtre Mickael O'Rourke. Ils ignorent qu'ils vont affronter des individus appelés « strigoï » et que Vlad Tepes est plus qu'un mythe.
Dan Simmons revisite le mythe de Dracula avec talent et met en scène une intrigue complexe (aux explications scientifiques parfois très compliquées) et pleine de rebondissements. On retrouve un des personnages de Nuit d'été, Mike O'Rourke, devenu prêtre et qui va se mettre une fois de plus en danger pour aider la belle Kate Neuman à retrouver son fils adoptif. Si vous aimez les histoires de vampires et surtout le mythe du grand Dracul, ce roman est fait pour vous.
Je mets 4 chats
Lien : https://labibdeneko.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
la_chevre_grise
  11 octobre 2013
On retrouve une partie des personnages de Nuit d'été, quelques trente ans plus tard, cette fois dans les confins de la Roumanie. Aucun lien entre les histoires, par contre.
Quand on commence un livre de Dan Simmons, cette figure majeure de la littérature fantastique, on sait que l'auteur apportera un soin tout particulier à l'ambiance et à la crédibilité. Il s'appuie sur de nombreuses recherches pour proposer au lecteur sa vision d'un mythe. Amateur de vampire qui brille au soleil, passez votre chemin. Car ici, l'idée est originale et fort bien documentée : une maladie génétique extrêmement rare est à l'origine de cette race.
L'intérêt majeur de ce roman tient justement à l'aspect historique, mené sur deux niveaux. D'abord, celui de la description de la Roumanie de Ceascescu et de l'état dans lequel ce pays était à la fin de son règne. Certaines scènes du début à l'orphelinat sont littéralement à vomir. le pays est totalement revenu à l'époque du Moyen-Âge. Et puis, celui apporté par le changement de narrateur lorsque Vlad Tepes fait des apartés. Il retrace ainsi son histoire et notamment les combats contre le sultan turc. Il donne aussi des clés mon comprendre sa personnalité et son état d'esprit actuel, ce célèbre "Empaleur".
Les discussions médico-scientifiques ne nous sont pas épargnées et apportent un vernis d'autorité. Les échanges sur les gênes et les dysfonctionnements immunitaires sont faits dans un jargon complexe. Mais le but est atteint.
Ce qui m'a déçue, c'est que je n'ai pas adhéré au combat de Kate pour retrouver son fils adoptif Joshua. Je n'ai pas cru au danger représenté par l'intrus kidnappeur. Je n'ai pas ressenti l'angoisse monter ni l'excitation devant les possibilités d'une découverte scientifique majeure. La deuxième partie tire en longueur. On sait bien évidemment que rien ne sera réglé avant la fin de la 4e nuit de la cérémonie. A trop vouloir expliquer et normaliser le vampire, il en perd son aura fantastique et n'incarne plus le danger à l'état brut. Cela donne un roman bancal, qui s'englue sur la fin et patauge. Alors que l'auteur avait su jouer sur les peurs primaires de tout enfant dans Nuit d'été, les ressorts angoissants ici ne fonctionnent pas. Dommage.
Lien : http://nourrituresentoutgenr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   14 octobre 2014
Il n’y avait là ni infirmières ni médecins — aucun adulte. Pas de berceaux non plus : les bébés et les petits enfants étaient assis su le sol carrelé ou se disputaient une place sur une demi-douzaine de matelas sans literie et tachés d’excréments, jetés contre le mur du fond. Ils étaient nus et on leur avait rasé le crâne. (Albin Michel, p.28)
Commenter  J’apprécie          280
MasaMasa   23 avril 2016
Kate revint au bac, retroussa ses manches et introduisit ses doigts dans les lésions, entre les côtes, pour tâter le cœur de l’homme. Au bout d’un moment, elle sentit un mouvement très léger, telle une hirondelle frémissant un peu dans la paume de la main. Une seconde plus tard, les yeux blanchis bougèrent d’une manière presque imperceptible.
Commenter  J’apprécie          80
bilodohbilodoh   13 octobre 2014
La conduite en état de sobriété est rare dans ce pays.

(Albin Michel, p. 315)
Commenter  J’apprécie          330
bilodohbilodoh   14 octobre 2014
La banalité du mal. […]

(Pour les journalistes) Dracula, ce serait une belle histoire. Mais, des centaines de milliers de victimes de l’insanité politique, de la bureaucratie, de la stupidité, c’est seulement… un désagrément. (p.34)
Commenter  J’apprécie          60
ConfidencesLitterairesConfidencesLitteraires   30 mars 2016
Encore maintenant, je ne sais pas si je crois en Dieu. »
Kate cligna des yeux de surprise.
« Mais je sais que le mal existe, poursuivit le prêtre. J’ai appris cela récemment. Et il m’a semblé que quelqu’un… un groupe quelconque… devait faire de son mieux pour y mettre fin. » Il sourit de nouveau. « Je crois que pas mal d’Irlandais pensent la même chose. C’est pour cela que nous devenons flics, prêtres ou gangsters.
- Gangsters ?
- Si on ne peut pas les vaincre, autant se joindre à eux », répondit-il en haussant les épaules.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Dan Simmons (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Simmons
Payot - Marque Page - Dan Simmons - L'abominable
autres livres classés : draculaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1787 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..