AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sophie Simon (Autre)
EAN : 9782380821338
Éditeur : Anne Carrière (08/01/2021)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Celso a tout pour prétendre être un homme heureux et accompli. Cet élégant chroniqueur littéraire profite de la douceur de Rome et de la tendresse d’Antonia, épousée trente ans plus tôt, pour panser les plaies d’une passion dévastatrice.
Mais un jour il reçoit un message. Elena – celle-là même qu’il a eu tant de mal à oublier – l’informe qu’elle sera bientôt de passage et qu’elle aimerait prendre un café avec lui.

Douze jours, voici le temps qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  02 mars 2021
Vivant à Rome des jours calmes et semble-t-il sereins auprès d'une épouse aimante, l'écrivain respectable semble à l'abri des passions dévorantes de la jeunesse, mais un mail de la troublante Elena, dont il fut éperdument épris trente ans plus tôt vient bousculé l'ordre établi.
C'est l'occasion de revenir sur cette histoire ancienne et les tourments passés.
Le récit est largement centré sur cette passion houleuse,, mais avec adresse l'auteur permet au narrateur d'analyser les origines d'un échec inéluctable, avec humour et auto-dérision. Car notre héros amoureux est loin de l'image du mâle alpha. Et si l'enfance avait créé un terrain propice aux déboires futurs ?
On apprécie l'ambiance italienne, et l'exubérance des romains, pour un roman tout en finesse sur les mécanismes inconscients des choix amoureux et des conduites d'échec, rédigé avec beaucoup d'humour et agrémenté de dialogues savoureux. La famille est aussi au coeur du roman, même absente ou défaillante.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
Commenter  J’apprécie          600
SophieWag
  30 janvier 2021
Un titre qui m'a fait penser à la Dolce Vita italienne, envie de douceur et de soleil, je me suis lancée ! Come prima veut dire comme avant, comme autrefois en italien.
Celso vit à Rome avec sa femme Antonia avec laquelle il a eu deux filles. Un beau jour, il reçoit un message d'Elena, son premier grand amour qu'il n'a pas revu depuis 20 ans. Ce roman nous raconte pourquoi leur amour n'a pas survécu alors qu'il se sentait si vivant à ses côtés. Un livre plaisant et agréable à lire, bien écrit.
Commenter  J’apprécie          160
rosacalifronia
  09 mars 2021
Come prima, più di prima, t'amerò... c'est exactement cet air de dolce vita italienne, une glace à la main plantée au beau milieu de la fameuse Piazza di Spagna que je voulais entendre résonner en moi. le disque s'est malheureusement vite rayé. Même si l'écriture est fluide et délicate, les personnalités de Celso et Elena ne m'ont pas happée. La toile de fond romaine sauve les meubles me concernant. La 4ème de couverture révèle que Sophie Simon s'inspire du cinéma italien et je ne suis guère étonnée, car on décèle bien cette atmosphère particulière des films des années 70-80.
Commenter  J’apprécie          110
antigoneCH
  09 janvier 2021
J'avais envie d'ambiance italienne en ce début d'année 2021 morose, envie de voyager, et quoi de mieux que de le faire via une histoire d'amour… à l'italienne. Sophie Simon nous propose dans ce roman de faire la connaissance de Celso, la soixantaine, écrivain, marié depuis plus de trente ans à Antonia. Cet homme qui se considère dorénavant comme rangé et respectable reçoit un beau jour un mail d'Elena, son grand amour de jeunesse, qui lui propose une rencontre. Déstabilisé, tenté, Celso répond favorablement, conscient de mettre en danger son couple, son quotidien réconfortant, quoiqu'un peu terne. En attendant de la revoir, Celso se remémore leur histoire, son inquiétude constante alors de ne pas être à la hauteur de sa beauté, la peur de la perdre, ses erreurs. Sophie Simon sait très bien évoquer dans ce roman les affres de la passion et ce que la peur de perdre quelqu'un peut nous faire faire de ridicule. Car Celso perd régulièrement la tête, accumule les mauvaises décisions, comme celle de se rassurer dans les bras d'Antonia pour avoir le courage d'aimer Elena. J'ai aimé l'écriture de Sophie Simon, son style. Certains paragraphes, certaines scènes, sont d'ailleurs des petites perles. Cependant, je n'ai pas pu me défaire tout du long de la grande antipathie ressentie envers le personnage de Celso. Il m'a semblé alors que Come Prima ne racontait rien de neuf, mis à part une énième histoire d'amour machiste, égoïste, où les femmes se révèlent les grandes perdantes, l'une condamnée à souffrir car trop belle, et l'autre à être méprisée car trop amoureuse et fidèle.

Lien : https://leslecturesdantigone..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Djustinee
  16 mars 2021

Direction l'Italie à la rencontre de Celso, ce soixantenaire qui a tout pour être heureux. Alors qu'il vit sereinement aux côtés d'Antonia depuis 30 ans, il reçoit un mail d'Elena. Elena, c'est son grand amour mais ils ne se sont plus vus depuis 30 ans, depuis qu'elle a quitté l'Italie pour la France.
Cette missive et cette future rencontre, c'est l'occasion pour Celso de retourner dans ses souvenirs, plus de 30 ans en arrière. Lorsqu'il a dû faire le choix entre le désir et la raison.
J'apprécie ce voyage amoureux en Italie. En fait, j'aime tout dans ce roman ; le récit, l'atmosphère, les protagonistes,...
J'aime les mots justes de l'auteure, sa capacité à se mettre dans la peau d'un homme amoureux. J'aime la fluidité du récit. Et je suis également surprise par la chute du livre.
C'est l'histoire d'une passion dévorante. Tellement dévorante qu'elle fait souffrir.
Je suis conquise par cette comédie dramatique  qui m'a fascinée tout le long de ma lecture.
Je vous conseille cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   11 février 2021
La souffrance de l'autre est l'une des choses les plus pénibles à supporter. L'impuissance, l'incompétence qu'elle révèle en nous est redoutable, pointant les limites et les imperfections de notre humanité, et nous ouvre, lorsque nous en devinons l'ampleur, les portes d'un enfer que l'on préférerait ignorer."
Commenter  J’apprécie          120
rkhettaouirkhettaoui   07 février 2021
Je vivais jusqu’alors d’amourettes. À vrai dire, j’étais un homme facile et j’acceptais toutes les propositions qui m’apportaient des plaisirs simples. Avec Elena, les choses s’annonçaient différemment. La jeune femme ne ressemblait pas à celles, plutôt communes, qui me sollicitaient habituellement. Mes compagnes n’étaient jamais les plus séduisantes. Dans un renoncement plus ou moins conscient, les femmes venaient à moi pour les mêmes raisons que j’allais à elles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   07 février 2021
L’amour en général et ma passion pour Elena en particulier me rendaient stupide, faible, et demandaient cette forme de virilité dont j’étais dépourvu et qu’en conséquence je tentais d’imiter.

Chaque matin, il me fallait endosser un rôle trop grand pour moi et retourner sur le champ de bataille de mes propres contradictions : ma raison m’ordonnait de la fuir alors que mon cœur me liait à chacun de ses pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   15 février 2021
Je n’avais qu’une envie, c’était de poser ma main sur l’arrondi de sa cuisse. Mais je me méfiais un peu et redoutais que les paroles de Celentano me fussent adressées ‒ il était question de trahisons impardonnables.

Je jugeai plus prudent de garder les mains sur le volant.

Je dois dire ici que, jamais, au cours des deux années que j’ai partagées avec elle, jamais je n’ai tenu son corps pour acquis. Il m’a toujours paru extraordinaire qu’elle me l’accorde. Il était rare que je m’autorise à la toucher, à l’embrasser sans y avoir été tacitement invité au préalable. Parfois, enhardi pour diverses raisons, je glissais ma main ou ma bouche sur un bout de sa peau et je m’étonnais qu’elles n’en soient pas rejetées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   15 février 2021
Elena était parfois jalouse. J’aurais aimé qu’elle le soit davantage. Sa jalousie me donnait toujours un peu d’audace. Elle m’apparaissait comme une preuve de son amour et j’étais toujours en quête de ces gages, je les pistais, les collectionnais comme des coléoptères que j’aurais admirés, les moments d’abattement.

Je ris sans prendre la peine de la rassurer. Oui, sans aucun doute, c’était une professionnelle, il n’empêche ; elle était incroyable et tous les types n’avaient d’yeux que pour elle. Elena soupira. Son dos, soudain voûté, ployé par d’obscurs dépits, me rappela sa jeunesse et sa candeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : passionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4027 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre