AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782711200214
100 pages
Éditeur : Les Arènes (17/04/2019)
4.2/5   15 notes
Résumé :
À la fin d’une chasse à courre, pendant la curée, les chiens dévorent les entrailles de la bête tuée.
« De l’or et de la chair », Émile Zola résumait ainsi La Curée.
L’or, c’est Aristide Saccard. Ce bourgeois affairiste vorace veut saigner Paris et se repaître de l’argent qui coule dans les veines d’une capitale bouleversée par les travaux haussmanniens. Sans scrupules, il triche, vole, ment et manipule… même ses proches.
La chair, c’est Renée, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Magieraf
  14 avril 2020
Une adaptation de l'oeuvre de Zola, assez scolaire mais intéressante pour ceux, comme moi, qui ne l'avaient pas lue (et qui ne comptent pas trop le faire compte tenu du nombre de pages). On se retrouve dans ce Paris du 19ieme siècle sous l'Empereur Napoléon III et ses grands travaux Hausmaniens. Ayant vu, il y a quelques semaines d'excellents reportages sur ces travaux (RMC Découverte, sans doute en Replay), j'ai mieux compris en quoi ces derniers avaient pu enrichir une frange corrompue de l'élite selon le bon vieux procédé, toujours d'actualité, du délit d'initié. Des scènes de la vie parisienne bien restituées, ces bals, ces soirées, ces déambulations dans Paris, au sommet notamment d'un Montpartre sans sa basilique, avec des moulins (p16). Paris et ses grands magasins (p76), ses Hôtels particuliers (p56 et 66), sa Seine crépusculaire (p90), ses fiacres dans la nuit (p62, 65 et 84), ses grands chantiers de démolition (p117 et 118). Et aussi, la passion amoureuse, semi-incestueuse, entre le fils d'Aristide et sa belle-mère, jeune femme de 30 ans, fraîche et désirable, mariée de manière "arrangée" comme on dit, et s'ennuyant à mourir à la maison, pendant que son mari, aveuglé par la recherche effrénée d'or (et de chair fraîche, dont Paris ne manquait pas), vaquait à ses diverses occupations, lucratives et luxurieuses.
Je reste fortement impressionné par ces scènes nocturnes (p76, 79, 80, 82 83), où le jeu de lumières nimbées de brouillard, très bien travaillé, restitue une atmosphère envoûtante et mystérieuse, qu'on a tous vécu en se promenant un soir dans Paris.
Petit bémol : la couverture, un peu cheap, dessert le livre à mon sens, avec un dessin de moindre qualité que l'ensemble de l'ouvrage : c'est un peu dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
raph731
  26 mai 2019
L'oeuvre magistrale d'Emile Zola qu'est le cycle des Rougon-Macquart se décompose en vingt volumes. « La Curée », publié en 1871, en constitue le second volet. Cédric Simon et Eric Stalner se lance un défi en adaptant ce roman à l'univers de la bande dessinée. Défi relevé ?
Réduire les 400 pages environ du roman en 126 planches n'est pas chose aisée ; il faut conserver toute l'intensité du roman, les tensions qui y règnent et les différents thèmes abordés par l'auteur : le parcours sentimental de Renée, Aristide Rougon et sa volonté de réussite, les rouages de l'administration du Second Empire aux mains d'une élite et les transformations d'Haussmann apportées à la ville de Paris. Je trouve le scénario réussi, nous retrouvons tous ces éléments. le rythme est soutenu mettant en exergue la psychologie des personnages tout en nous replongeant dans le contexte historique. le coup de crayon d'Eric Stalner ne fait que sublimer l'histoire avec une gamme chromatique qui renfonce les destins variés des personnages et accroît les moments de tensions. Certaines planches sont magnifiques notamment les dernières consacrées à Renée.
Au final, cette B.D. est une excellente adaptation et pourra ravir les fans d'E. Zola et les passionnés de B.D. Défi relevé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Despagesetdeslettres
  06 novembre 2020
Qu'ai-je pensé de ce nouvel opus qui raconte la relation particulière entre une belle-mère et son beau-fils, avec, en guise de toile de fond, les spéculations immobilières auxquelles se prête le père ? Et bien, je l'ai préféré au premier. Je sais que vous êtes pourtant très nombreux à avoir davantage apprécié La Fortune des Rougon. Ayant vécu à Paris pendant cinq ans pour mes études, je connaissais les lieux nommés dans La Curée, ce qui a facilité mon entrée dans le livre et la représentation des images convoquées. C'est déjà une première explication.
Ensuite, je préfère les tomes qui sont construits autour d'un petit nombre de personnages. Par exemple, j'adore L'Assommoir car on se concentre vraiment sur une poignée de personnages et notamment un. C'est aussi le cas dans La Curée, où on tourne grosso modo autour trois personnages.
Si dans La Fortune des Rougon, l'idée était d'évoquer la politique comme moyen de parvenir à ses fins et à ses espoirs financiers, ici, c'est plutôt la spéculation immobilière, qui fait écho à notre monde actuel, et notamment à la crise de 2008. Honnêtement, je n'ai pas compris toutes les manoeuvres dans le détail, mais suffisamment pour me rendre compte qu'il s'agissait de paris entraînant des sommes d'argent de plus en plus conséquentes.
Mais, ce qui m'a surtout plu, c'est la description de l'évolution de la relation entre la belle-mère et le beau-fils. C'est vraiment ce noeud là qui m'a encouragée dans ma lecture, parce que, j'imagine, c'est celui qui se concentre sur l'humain, avec ses forces, ses faiblesses et ses vices. Je suis contente parce que ce côté "étude du vice", est un thème que l'on retrouve dans tous les tomes des Rougon-Macquart. Donc a priori, les suivants devraient me plaire. J'ai aussi retrouvé le "pouvoir" des commérages qui sont le reflet des jalousies et des jeux de pouvoir entre les personnages et les familles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lalitote
  23 juin 2020
Il est des grands classiques de la littérature française qui se voit transformer, remodeler en BD. C'est le cas pour La Curée d'Emile Zola et après cette lecture plaisir je ne peux que m'incliner devant le talent des créateurs de cette BD. Commençons par le texte qui bien que condensé, nous offre tout ce qu'il faut pour la compréhension de l'époque et de l'intrigue. Zola disait ceci de la Curée : « de l'or et de la chair » Avec le personnage principal d'Aristide Saccard nous trouvons la soif de pouvoir et D D argent quitte à se défaire de la morale. C'est le pire des escrocs mais sa soif est inépuisable. Avec Renée, la seconde épouse de Saccard on a affaire aux plaisirs de la chair dans toute son immoralité puisque l'objet de ses attentions est son beau-fils. Voilà le tableau dressé ne restait plus que le fabuleux coup de crayons de l'illustrateur pour nous immerger dans le Paris Haussmannien de l'époque. Il utilise un nuancier de couleurs qui s'accorde avec les faits ou l'humeur des personnages et j'ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans ses dessins. le vice et la débauche sous forme de satire sociale avec les trognes des grands bourgeois, leurs bouches avides en gros plan m'ont fort impressionnée. Les rues de Paris, l'intérieur des appartements et tous les détails des habillements sont parfaitement rendu et permette de s'immerger dans l'histoire. Comment faire fortune sous Napoléon III, une carrière d'arriviste étonnante et qui montre à quel point le monde des affaires et de la finance était en pleine effervescence avec les grands travaux d'Haussmann. Une première BD qui sera suivie de Pot Bouille et j'espère de bien d'autre encore avec la série des Rougon-Macquart et ses en vingt tomes, il y a suffisamment de terreau pour remettre au goût du jour ces grands classiques. Bonne lecture.


Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Shabanou
  19 octobre 2019
BD
" La Curée" ( d'après le roman de Zola ) de Cédric Simon et Eric Stalner. (27p)
Ed. Les Arènes.
Bonjour les fous de le lectures...
Voici un roman graphique tiré du célèbre roman de Zola.
Les deux compères restent proche de l'oeuvre originale et celle-ci n'a pas pris une ride.
Bienvenue dans le monde du capitalisme amoral et dans celui des amours pas toujours très protocolaires.
Suivez la longue ascension d'Aristide dans un Paris corrompu ( on se croirait à notre époque !!!)
Textes et graphisme savoureux qui vous donnerait presque envie de relire le grand Emile.
Jolie idée cadeau .
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (3)
BDZoom   23 avril 2019
Sans pour autant négliger les décors somptueux du Second Empire, il propose des personnages aux trognes réjouissantes, son Aristide Saccard est particulièrement savoureux… et que ses femmes sont belles !
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest   23 avril 2019
Le défi était audacieux, les pièges nombreux, mais le pari est réussi. La Curée peut se lire comme la trame d'un amour impossible, une peinture du capitalisme amoral, un épisode de l’histoire de la Ville lumière ou une possible redécouverte d’un roman majeur et transgressif.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   12 avril 2019
Pour une fois, le maintien scolaire et appliqué de cette adaptation, souhaitable pour aider à la diffusion de l’œuvre à un plus large public, dessert la louable volonté pédagogique initiale. Avec son traitement dénué de réelle prise de risques ou d’extravagance, la puissance d’évocation apparaît peu et ceci de façon d’autant plus dommageable qu’elle est nécessaire pour saisir tous les tenants et aboutissants émotionnels de ce récit.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AnseaumeAnseaume   21 juin 2020
-Voilà une fin bien heureuse pour cette affaire. Au fait, j’ai appris que vous ouvriez une maison de banque.
-Très cher maître, vous êtes doué pour faire pleuvoir les pièces de vingt franc...Moi,je suis doué pour les ramasser...
Commenter  J’apprécie          00
Erik_Erik_   06 septembre 2020
L'avare est à vendre à qui le veut acheter.
Commenter  J’apprécie          12

Lire un extrait
Video de Cédric Simon (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cédric Simon
Rémi Sans Famille - Trailer
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2686 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre