AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782100763306
272 pages
Dunod (08/03/2017)
4.35/5   10 notes
Résumé :
Comme sur le fil d’un funambule… c’est ainsi que l’auteur, psychologue pendant 20 ans dans un service de néonatalogie, décrit le quotidien qui fut le sien, face aux miracles et aux drames de nourrissons prématurés ou victimes de maladies graves – et dans la proximité bouleversante de leurs parents.
Ces histoires ont la beauté des contes, celle qui convient aux épreuves de l’existence. Quelle qu’en soit la fin, elles racontent toujours la victoire de l’amour e... >Voir plus
Que lire après La psy qui murmurait à l'oreille des bébésVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Je viens juste de refermer cet ouvrage magnifique.
Il était temps qu'il se termine, étant si émouvant, si profond, si beau en somme, qu'il m'a laissé totalement démunie...
Quid de ce choix de livre ? Trois raisons.
La première est que je me suis toujours intéressée aux ouvrages nous expliquant les bienfaits de la parole chez le nourrisson. Je recommande d'ailleurs l'excellent "A corps et à cris, être psychanalyste avec les tout-petits" de Caroline Eliacheff, qui m'avait passionné. Bien sûr, n'oublions pas la grande Dame de la Pédopsychiatrie, Dolto, par qui ce miracle de la communication avec les bébés n'aurait peut être pas eu lieu. (Oui je sais ma passion pour elle dépasse parfois l'entendement, mais bon, elle était formidable quand même !).
Deuxième raison, et non des moindres, j'aurai tant aimé que petit bébé, un psy me murmure à mon oreille ces mots si doux, si réparateurs...
Et puis, en fait, je trouve une troisième raison à ce choix ; comme je l'ai mentionné dans ma critique du livre d'Eliacheff, j'ai eu la chance de pouvoir "expérimenter" cette ouverture de la parole libératrice avec ma fille, à l'âge de 3 semaines à peine, face à une situation qui la dépassait. Et ça a marché.
Bon, assez parlé de moi.
Cette Madame Simon est extraordinaire. Ni plus, ni moins.
Cette grande Dame est dotée d'une générosité, d'une tendresse, d'une poésie, d'une empathie et d'une humilité qui forcent le respect.
Elle reprend le cheval de bataille de Dolto qui, elle aussi, à sauvé la vie psychique et la vie tout court de tant de bébés.
La poésie est partout : "Dames-oiselles", "Dames-oiseaux", pour les soignantes, le "Pédiatre-poète", le "Pédiatre aux yeux qui parlent"... Et puis son humour...
Pendant vingt ans, cette grande Dame a pu parler aux parents mais surtout aux nourrissons en couveuse. Elle a pu rétablir ce lien si fragile, si ténu, entre la mère et l'enfant. Elle a pu redonner confiance aux uns et aux autres. Elle a pu donner tant et tant, elle qui a entendu de la bouche d'un abruti : C'est parce que vous n'avez pas eu d'enfant que vous vous occupez si bien des autres. Horrible.
Ce livre raconte des Histoires. Des douleurs, des drames. Mais pas que.
J'ai beaucoup aimé son "Chaque un", ses mots qui font du bien, son optimisme à toute épreuve....Quelle générosité !
On ne peut pas résumer ce livre, il faut le lire. Et cette lecture, c'est comme entendre une voix amie nous chuchoter des mots d'amour...
Je ne connais pas Madame Simon, mais je sais qu'elle est assurément une belle personne. Merci à elle pour cette lecture magnifique. J'en ai pleuré.
Commenter  J’apprécie          62
Livre choisi un peu au hasard de mes pérégrinations sur Babelio, et intriguée par le sujet original bien que réel, j'ai donc démarré ma lecture avec beaucoup d'intérêt mais aussi un peu d'appréhension.

Une fois passées les premières pages et le contexte professionnel de l'auteure intégré, ce fut une lecture passionnante et pleine de douceur et d'empathie.

J'ai découvert avec ce livre que certains services de néonatologie travaillent avec des psys (psychiatres, psychologues), et que le travail effectué par ces derniers pouvait être si riche et si utile dans cet environnement à la fois feutré et rempli de souffrances diverses.

L'auteure a longtemps travaillé dans le service de néonatologie de l'hôpital de Roanne, et nous entraîne avec elle dans ses pensées et nous raconte avec beaucoup de tendresse les histoires de ses tout petits patients bien fragiles.

Le sujet est très intéressant, il est traité de façon très abordable et avec beaucoup d'humanité.

L'auteure a suivi une formation orientée sur la psychanalyse mais le récit n'est pas centré sur cette approche uniquement, on suit tout simplement l'auteure et l'on ressent toute la bienveillance qu'elle a accordée aux petits malades de son service.

Ce fut une très belle lecture, très enrichissante...
Commenter  J’apprécie          100
Avant la lecture : livre gagné dans le cadre de masse critique, je ne connais pas l'auteur.

Le livre en lui même : un livre tout blanc de chez DUNOD, de 250 pages, j'aime beaucoup ce format souple. Il est facile à prendre en main, manipulable à souhait sans l'abîmer, c'est vraiment très agréable. Les pages sont épaisses et la typo classique.
La couverture blanche avec le gros titre rouge ne me plait pas et je trouve que cela tranche avec la douceur que l'auteur a voulu mettre dans son ouvrage. La quatrième n'est pas flatteuse et assez violente.

Pendant la lecture : je suis sur la défensive lorsque je commence car étant enceinte de 9 mois j'appréhende de me confronter au thème des naissances difficiles.
J'attaque donc ce livre en me protégeant et avec du recul. Finalement comme cette auteur/ psychologue qui rentre dans le service néonat sur la pointe des pieds.
Après quelques pages, je me laisse aller au texte rempli de douceur et qui, malgré des histoires dures restent très "analytique", observatrice et factuel, je trouve loin des émotions pures. Ou alors je me suis vraiment bien protégée.
Je n'accroche pas vraiment avec l'écriture, assez décousue tout comme les paragraphes et le fil de l'histoire. Mais les pages s'enchaînent vite et j'apprends beaucoup à chaque ligne.

Après la lecture : trois heures de lecture facile.
un livre très intéressant, très doux et humain. Pas de mélodrame malgré des histoires poignantes.
Une personne très empathique qui adore son métier, sa vie, "ses" bébés.

Bravo pour ce travail d'une vie qui a dû aider beaucoup de personnes. A lire sans appréhension.

Les moins : l'écriture.
Les plus : le contenu.

juin 2017
Commenter  J’apprécie          00
Quand j'ai été choisi pour recevoir cet ouvrage dans le cadre de masse critique, j'ai été un poil déçu, il venait en dernier dans mes prétentions.
Je me destine à un métier en contact direct avec les jeunes enfants, et j'ai déjà bon nombre de livre à ce sujet, si je n'avais pas reçu ce livre je l'aurais sans doute acheter... un jour.

Mais quand ? Surement trop tard pour qu'il m'interroge sur ma formation qui débutera d'ici deux mois, surement noyé sous beaucoup trop de travail et de réflexions.
En réalité ce livre est arrivé au juste moment, lorsque j'étais disposé à recevoir tout ce qu'il avait à m'offrir. Et j'ai curieusement achevé sa lecture peu de temps avant une conférence sur le recueil de la parole de l'enfant. L'un et l'autre ce sont tout à fait compléter.

Trêve de bavardage, si vous côtoyez les enfants courrez dès demain chez votre libraire acheter ou commander ce petit bijoux de bienveillance, de bientraitance et j'en passe.
L'auteur et psychologue est pour moi une professionnelle parfaite, non pas parce qu'elle n'a jamais fait d'erreur, non pas parce qu'elle fait toujours ce qu'il faut mais parce qu'elle pense sont travail, parce qu'elle se remet en question, parce qu'elle fait en sorte d'améliorer systématiquement sa pratique pour le bien de ses petits patients.
Sa patience semble sans limite et sa bienveillance inatteignable.
Mais ce qui est certain c'est que quand je serais grande, j'espère être une aussi bonne professionnelle :)
Commenter  J’apprécie          00
Un recueil de témoignages touchants d'Annick Simon, une psychologue qui a bien roulé sa bosse: de marionnettiste à enseignante en passant par la case psychologue scolaire…
On s'intéresse ici à l'époque où elle a été psychologue dans le service de psychologie de l'enfant à l'hôpital de Roanne dans les monts du lyonnais et plus précisément au temps qu'elle a passé dans le service de néonatalogie.

Elle se décrit comme « La dame qui vient dire bonjour aux bébés » ce qui confère une dimension plus humaine à son métier pas toujours bien perçu par les parents.
La plupart du temps, les gens pensent qu'on voit un psy lorsqu'on a un problème… alors qu'elle est juste là pour aider, connecter les parents à leur bébé, les écouter mais aussi parler aux bébés dans leur couveuse car comme elle le dit si bien:

« On a longtemps cru et on croit parfois encore qu'un bébé n'a pas besoin qu'on lui parle puisqu'il ne répond pas. Mais s'il ne parle pas, un nourrisson témoigne son intérêt par d'autres moyens. Il est donc primordial qu'il sente une présence et entende quelqu'un lui parler »
J'ai trouvé cet ouvrage vraiment beau, plein de bienveillance et émouvant.
On y croise le chemin de plusieurs bébés dans de petites histoires contés avec beaucoup de justesse, de belles rencontres que Madame Simon partage avec nous.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Elle pleure ; pleure son bébé mort, pleure Nadia, pleure sa mère, son père, pleure tous ces morts. Pour moi, c'était le jour de trop, le drame de trop. J'ai senti les larmes qui roulaient sur mes joues, toutes ces larmes gardées en moi pendant ces vingt années. Trop tard. Je n'était plus "La dame qui vient dire bonjour aux bébé". Juste moi. Moi infiniment triste.
Commenter  J’apprécie          50
Donc, ils sont nés, et cette naissance a privé leurs mamans de ce temps à la fois long et tendre, de leur fin de grossesse. Ils sont nés, alors que leurs papas étaient bien loin de se sentir pères. Et, les voilà, visibles derrière la vitre indiscrète de leur couveuse. [...] Ils ont perdu leur ventre-maman, pour se trouver dans un bocal-ventre où les mains des infirmières, où les mains des médecins, où des mains mille-pattes, toujours différentes, vont les toucher, les bousculer, percer leur peau, pénétrer en eux par divers sondes, par des tuyaux intrusifs.
Commenter  J’apprécie          20
- Ça y est ! Tu sais que c'est ta maman qui est venue te voir ! Attends, elle va te caresser la main tu la reconnaîtras. Timidement, la jeune mère ouvrait la petite fenêtre de plexiglas, glissait une main dans la couveuse, allongeant un bras au creux de la paume du bébé. Lui, refermait son poing sur ce doigt. (...). J'avais l'impression d'avoir réussi le plus délicat, le plus précieux des "branchements": j'avais favorisé leur rencontre.
Commenter  J’apprécie          20
Je me suis adressée à ce bébé-là, qui pleurait sa colère, ou sa peur, ou juste un malaise venu, il ne savait d'où.
- Oh la la ! Comme tu es en colère ! Oui, on vous laisse un peu tomber de nos pensées parce que nous avons une si grande peine, un si grand chagrin : un bébé est mort ce soir !... Mais toi, tu nous rappelle que tu es vivant, et que tu as besoin que nous prenions soin de toi. Oui, oui tu as raison. Merci, merci pour ta colère.
Commenter  J’apprécie          10
(...) C'est à nouveau le père qui prend la parole :
- Dites, vous ne croyez pas qu'elle serait un peu mongolienne ?
Un coup d'oeil à Laure, une petite Laure aux yeux bridés, au visage incontestablement d'une petite fille porteuse de trisomie 21, un coup d'oeil à ses deux parents qui me fixent avec insistance. Je choisis de reprendre leurs mots :
- Un peu mongolienne.... Oui. ....je crois bien.
- Mais.... c'est la nôtre ! On a bien le droit de l'aimer, non ?
- Mais Laure, elle est surtout votre petite fille à vous, et je vois bien combien vous l'aimez !
- Ah ben voilà elle est mongolienne ! Ils auraient pu le dire, au lieu de tous leurs chichis. C'est qu'ils nous en ont dit, qu'elle est trisomique, qu'elle marchera tard, (...) mais qu'elle aimera la musique.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Annick Simon (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annick Simon
Dès la naissance nous sommes confronté à la séparation, puis viendra la séparation du seuvrage, la crèche ou la nounou, les premiers pas, et plus tard viendra une autre séparation, quand nos mots et nos pensées permettent de prendre du recul par rapport à ceux qui auront été nos premiers modèles. Mais ce sont toutes ces séparations qui nous permettent de gagner en autonomie et de devenir des individus uniques. le livre d?Annick Simon «
Accompagner le développement du petit enfant » est un regard porté sur l?enfant, sur nos propres enfances, une invitation à chercher à comprendre ce qui se passe en chacun de nous, adultes et enfants.
--- Découvrez le livre : https://www.dunod.com/sciences-humaines-et-sociales/accompagner-developpement-du-petit-enfant-separations-pour-mieux
*********************************
Retrouvez-nous sur : --- https://www.dunod.com --- Facebook : https://www.facebook.com/editionsdunod/ --- Twitter : https://twitter.com/DUNOD --- Instagram : https://www.instagram.com/bienetredunod/
+ Lire la suite
autres livres classés : néonatologieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Lecteurs (20) Voir plus



Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
436 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre

{* *}