AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782352948988
888 pages
Bragelonne (28/10/2015)
3.37/5   31 notes
Résumé :
Ceci est le témoignage de tout ce que j’ai vu, et de tout ce que j’ai appris. Je dois noter tout ce que je peux à propos des horreurs qui hantent le monde extérieur. Et si je ne parviens pas à achever ma tâche, servez-vous de ce que vous trouverez ici pour découvrir le reste, car le temps est compté et l’humanité ne sait pas quelles calamités sont sur le point de s’abattre sur elle. QUE LES DIEUX VOUS ACCORDENT DE MOURIR AVANT QUE LES GRANDS ANCIENS RÈGNENT DE NOUVE... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,37

sur 31 notes
5
1 avis
4
1 avis
3
5 avis
2
2 avis
1
1 avis

UnKaPart
  12 février 2020
Inventé de toutes pièces par Lovecraft, le Necronomicon marqua assez les esprits pour que certains croient dur comme fer à son existence. Autant dire une clientèle potentielle et par conséquent une aubaine commerciale.
Ainsi naquit en 1977 le Necronomicon dit “Simon”, publié par Herman Slater, propriétaire de la librairie ésotérique The Warlock Shop, qui deviendra plus tard The Magickal Childe Bookshop. Cette échoppe, aujourd'hui fermée, fut en son temps le repaire de la communauté new-yorkaise des férus d'occultisme, sorciers wiccas, druides urbains et autres frappadingues new-age défoncés à la poussière de fée.
Le bouquin fut présenté comme authentique (ben voyons, y en a qui doutent de rien…), traduit par un certain Simon. Juste Simon. Ah bon, il a pas de nom ? s'étonnerait Jacques Villeret…
Parce qu'“on peut douter de tout sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon”, de dignes émules de Léodagan de Carmélide ont suivi l'argent pour retrouver la trace de ce mystérieux Simon. La piste des droits d'auteur les a menés à Herman Slater, le libraire-éditeur, Peter Levenda, auteur spécialisé dans l'occultisme, Khem Caigan, illustrateur, et toute la fine équipe de la librairie.
Plus tard, on apprendra le fin mot de l'histoire : l'idée d'un canular autour d'un faux Necronomicon avait germé lors d'une soirée arrosée entre potes à la librairie. Quand on sait que, parmi les pseudo-Necronomicon disponibles en librairie, la version Simon est celle qui a le mieux marché, ce best-seller sorti d'un verre de trop et d'un délire potache laisse rêveur sur le sérieux du monde éditorial et sur le QI moyen des lecteurs qui se sont rués dessus au premier degré…
L'idée était cocasse et aurait pu donner un excellent vrai-faux bouquin. Sauf que voilà, au sortir de cette soirée, l'info filtra, perdant au passage son côté fun et rigolo pour devenir “la très sérieuse maison The Warlock Shop va publier rien moins que le Necronomicon”. Donc attentes du public et maousse pression qui ont amené le projet dans la mauvaise direction que l'on imagine… le bouquin fut écrit à la va-vite pour saisir l'opportunité commerciale avant que le soufflé ne retombe ou qu'un autre éditeur ne dégaine le premier.
Le résultat est décevant, un pensum doublé d'un gâchis monumental.

Le mastard de Bragelonne regroupe les quatre ouvrages écrit par le professeur Simon avant sa carrière de cerveau volant dans Capitaine Flam. Oui, quatre, parce qu'il y a eu d'autres publications pour exploiter le filon après le premier jet. Nous avons 1) Les Noms morts : histoire secrète du Necronomicon ; 2) Necronomicon ; 3) le livre de sorts du Necronomicon et 4) Les Portes du Necronomicon.
Le Necronomicon en lui-même, je lui mettrais une note sur vingt oscillant entre “bof” et “mouais”. Les textes associés vont de “beurk” à “humpf”.
Le Necronomicon en tant que tel énumère des divinités et des incantations sur pas loin de deux cents pages. Et c'est à peu près tout. T'en as lu une, tu les as toutes lues. La seule partie intéressante, le témoignage d'Al-Hazred, n'occupe qu'une poignée de feuillets au début et à la fin. Au lieu d'une compilation barbante de charabia, ajouter des commentaires et annotations d'Al-Hazred pour personnaliser le grimoire et lui donner du corps aurait été bienvenu. Mais non, les auteurs se sont contentés de recopier des traductions de textes issus des corpus sumérien, babylonien, assyrien et chaldéen, et de saupoudrer le tout de quelques noms empruntés au mythe de Cthulhu.
Le comble de la fumisterie est atteint avec le livre de sorts, qui présente les cinquante noms de Marduk, chacun accompagné d'un gribouillis, d'un rituel qui tient en quatre lignes et d'explications fumeuses pour finir de meubler la page. du pur remplissage, on ne peut pas faire plus inutile, plus creux, plus nase. On est loin du grimoire regorgeant de savoirs interdits et de révélations terrifiantes.
Donc pour la partie occulte, c'est pas magique. Un comble vu le sujet !
Le pire reste à venir…

Le Necronomicon et son livre de sorts du pauvre sont encadrés de deux autres textes qu'on qualifiera, pour rester poli, de calamiteux. le premier, L'histoire secrète, aurait pu donner un bon roman entre les mains d'un auteur compétent. Un vrai romancier, pas un occultiste plus à l'aise avec ses boules de cristal qu'avec les arcanes de l'écriture.
Cette Secret Story raconte les péripéties de Simon autour du manuscrit du Necronomicon, avec plein de réinterprétations de faits historiques sous un angle ésotérique, des tonnes de thèses complotistes, du satanisme, de la wicca, la CIA… et sans doute beaucoup de drogue et d'alcool dans les placards du rédacteur de cette “introduction” au Necronomicon. Deux cent cinquante pages d'intro ! Y en a qu'ont encore moins le sens de la synthèse que moi…
Ce qui aurait dû donner lieu au roman palpitant du Necronomicon se fourvoie en soupe confuse et brouillonne, machin informe mi-récit mi-exposé qui se plante sur les deux tableaux. Quelle idée sous-tend ce gloubiboulga ? Quel objectif ? Mystère et boule de gomme. Donner à ce Necronomicon un vrai-faux background et le cachet de l'authenticité ? Si c'est le cas, le résultat est foiré bien comme il faut. C'est too much et l'histoire racontée trop perchée pour avoir l'air crédible.
Quant à la dernière partie, là, on s'envole vers la stratosphère du nawak. Les portes du Necronomicon s'ouvrent sur un grand vide. Trois cents pages sans rapport avec le Necronomicon ! Des portes sumériennes (qui sont en réalité babyloniennes, vu que l'auteur ne connaît pas son sujet…) et des portes taoïstes, qu'est-ce que ça vient faire là ? le hors sujet complet ! Et pourquoi ce gâchis de papier avec soixante-dix pages de tableaux des phases de la Lune ! On quitte le canular pour entrer dans l'escroquerie…

Au final, ce Necronomicon est constitué pour moitié de vide (le livre de sorts et les portes vers le néant littéraire), pour un tiers d'une intro pas géniale, et enfin le reliquat occupé par ce qu'on voulait, le fameux grimoire, qui déçoit plutôt qu'autre chose. Si j'ai trouvé dix pages intéressante sur pas loin de neuf cents, c'est le bout du monde… Même pas moyen de le réutiliser comme supplément pour le jeu de rôle L'Appel de Cthulhu, vu le vide intersidéral du bousin.
Reste un beau livre. le tome a une chouette allure d'ensemble et fait bonne figure dans une bibliothèque comme objet d'exposition. Quand on l'ouvre, la présentation ressemble à un grimoire et assure l'illusion. le cahier central d'illustrations couleur est magnifique. En fait, tout va bien tant qu'on ne le lit pas, parce que c'est la catastrophe, le fiasco intégral. Sur ce point, reconnaissons au Necronomicon Simon la réussite de coller au propos de Lovecraft : il ne faut JAMAIS lire le Necronomicon. Surtout pas celui-ci.
Lien : https://unkapart.fr/necronom..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Davalian
  04 juin 2015
Intéressé(e) par l'occulte ? Désireux d'en savoir plus ? Désir d'avoir un beau livre, un peu particulier, facile à trouver en librairie pour enrichir une bibliothèque ? Les éditions Bragelonne, avec cette édition du Nécronomicon, permettent de répondre à toutes ses attentes en proposant une édition de grand luxe. Entrer dans ce Pavé ne sera, toutefois, pas à la portée de tout le monde.
Le Nécronomicon est un ouvrage dont l'origine même est contestée. Pour faire très simple il semble s'agir d'un manuel sumérien permettant de réaliser des invocations occultes. Sa compréhension est facilitée par l'insertion de plusieurs textes, dont le livre des sorts du Nécronomicon et Les portes du Nécronomicon dont l'efficacité doit beaucoup aux différentes annexes finales. Les noms morts est en revanche une bien curieuse approche de l'occultisme, quasi épistémologique, tant celle-ci démontre l'érudition de l'auteur.
Simon est le pseudonyme qui cache un écrivain mystérieux, polyglotte, grand voyageur et érudit dans son domaine. Nous n'en savons guère davantage. Il s'est chargé de superviser la traduction du Nécronomicon et de proposer les divers textes regroupés dans la présente édition. Ceux-ci sont le fruit d'un travail sérieux mais à la lecture parfois difficile. Lire toutes ces pages d'un seul tenant n'est pas de tout repos. Elle risque de faire sourire ou réfléchir selon qu'on soit réceptif, formé aux questionnements scientifiques ou tout simplement marqué par la lecture du Pendule de Foucault.
L'on peut reprocher à la maison d'édition d'avoir voulu faire du beau, mais en oubliant certains rajouts : ainsi un petit texte sur la traduction en français aurait été bienvenu. Quelques petits textes de H. P. Lovecraft auraient pu compléter une initiation et permettre de découvrir son univers. Dommage, car la lecture de ce beau livre va, de fait, être réservé à un lectorat très ciblé. Sa longueur risque de décourager de nombreux volontaires. Faire preuve d'un peu de courage et de patience représente bien peu de choses à consentir pour accéder à un savoir réservé à un cercle fermé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Anatemnein
  13 juin 2021
Cette édition du Necronomicon comprend 4 ouvrages édités à différents moments.
Le premier récit, les Noms morts, aborde l'étude et le contexte du monde occulte d'un point de vue anthropologique, mythologique, théologique, liant son contenu avec d'autres religions, notamment Sumériennes, etc. de longs passages sont des contextualisations historiques qui font référence aux États-Unis.
On y retrouve également l'histoire de Simon, le traducteur de l'ouvrage.
Cette partie, contrairement à beaucoup d'autres avis, n'a pas du tout était ennuyeuse pour moi. En vérité, c'est l'une de celle que j'ai le plus appréciée. le monde occulte et les récits divers sur ce thème ne me sont pas du tout inconnu. C'est même un univers dans lequel j'ai des connaissances très poussées, j'avais déjà beaucoup d'informations.
Le deuxième récit est le fameux Necronomicon. Et là, ça a vraiment été la partie la plus ennuyeuse pour moi !
C'est un livre de sort. Mis à part le témoignage de l'arabe dément, il n'y a pas de récit. Beaucoup d'incantations détaillées, de glyphes compliqués...bref, un challenge de patience tant cela est répétitif.
Le troisième récit est un livre de sort ou un manuel plutôt, plus poussé que le Nécronocicon. On y fait référence au 50 noms de Marduk. le livre est plus accessible, on comprend un peu mieux. Il s'agit de rituels , tous entrainant la mort de quelqu'un.
Le dernier récit est une sorte d'essai sur la rationalité, le réel et le fantastique, et parle à nouveau de mythologies, de religions, de théologie toujours dans l'angle du Necronomicon et dans la croyance en l'occulte ( j'ai retrouvé beaucoup de liens/ de sujets avec les récits d'Héléna Blavatsky mais c'est subjectif, il s'agit peut-être des mêmes racines d'informations. ) Au bout d'un moment, j'avoue avoir décroché. Ce n'est pas inintéressant, mais en commençant ce livre je m'attendais à autre chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Davpunk
  21 octobre 2021
Ouvrage évoqué longuement par Lovecraft dans ses oeuvres, le Nécronomicon a eu le droit à cet ouvrage d'un dénommé « Simon ». Un ouvrage particuliérement travaillé !
Pas question d'une histoire ici. Encore que. La premiére partie de cette intégrale revient sur la « découverte » de ce Necronomicon et constitue une partie intéressante, entre histoirique et complot, et de nombreuses explications. Et si cela semble parfois tiré par les cheveux, la lecture reste passionnante. le reste tient du pur travail visant à livrer un bel objet. Avec ses rituels, dessins et autres invocations qui mettent dans l'ambiance voulu par le bouquin. La derniére grande partie, explicativre des rites et autres légendes, s'avére plus pompeuse. Si elle renforce la crédibilité de l'ensemble, elle n'en demeure pas moins trés trés lourde à lire.
Globalement, il faut tout de même souligner le désir de rendre tout cela le plus réaliste possible, notamment en s'éloignant de la description faite par Lovecraft, et en supposant des erreurs de traductions ou d'interprétation de celui-ci. Et en se basant sur d'anciennes cultures, il fait un hybride sacrément réussit esthétiquement et en terme d'idée. le bonhomme est jusqu'au boutiste. Alors ça ne se lit pas plaisamment mais l'avoir chez soi constitue une belle piéce !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mauriceandre
  28 mars 2015
Acheter a sa sortie en 2012 par les éditions Braguelonne simplement pour l'objet, une belle reliure qui contient les huit cent pages de l'édition ultime du terrible Necronomicon, le livre occulte auquel H.P. Lovecraft fait référence à travers toute son oeuvre.
Voici le petit texte de présentation de l'ouvrage:
« Ceci est le témoignage de tout ce que j'ai vu, et de tout ce que j'ai appris. Je dois noter tout ce que je peux à propos des horreurs qui hantent le monde extérieur. Et si je ne parviens pas à achever ma tâche, servez-vous de ce que vous trouverez ici pour découvrir le reste, car le temps est compté et l'humanité ne sait pas quelles calamités sont sur le point de s'abattre sur elle.
Que les Dieux vous accordent de mourir avant que les Grands Anciens règnent de nouveau sur la Terre ! »
Si on est un peu crédule on peut y croire, ce n'est pas mon cas, mais il figure en bonne place dans ma Bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AnatemneinAnatemnein   13 juin 2021
Cette approche individualiste de la religion a toujours été condamnée par les grandes Églises organisées. L'accès direct à Dieu est mal considérée, refusé ou tourné en ridicule. La raison en est mal considéré, refusé ou tourné en ridicule. La raison en est , en partie, bien-sûr, que ceux qui choisissent de grandir seuls la montagne sacrée jusqu'à la porte des cieux sont vus comme des psychotiques, des satanistes et des sorciers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DavalianDavalian   25 mai 2015
J'ai retranscrit ces mots dans ma langue et les ai conservés précieusement durant de nombreuses années, et j'emporterai avec moi ma copie là où j'irai lorsque mon esprit se détachera de mon corps. Mais entendez bien ces mots, et souvenez-vous ! Car le souvenir est la magie la plus fondamentale et la plus puissante, car il s'agit de la mémoire des choses passées et de celle des choses à venir, qui sont identiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DavalianDavalian   25 mai 2015
La seule manière d'être en sécurité, c'est d'être soi-même Dieu.
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : mythe de cthulhuVoir plus
Notre sélection autre Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
826 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre