AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782916842288
125 pages
Éditeur : Temps Present (22/10/2016)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Le néolibéralisme est-il une idéologie ? Comment s'est-il imposé dans le monde depuis quarante ans ? Quel est son bilan ? Comment le distinguer du libéralisme, dont il est issu ? Toutes ces questions, et bien d'autres, Claude Simon les aborde de front dans cet ouvrage très clair et documenté. Il explique comment le néolibéralisme, sous couvert de liberté et d'efficacité économique, s'est imposé dans tous les domaines de notre vie. Et comment il a été pensé et imposé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Shakespeare
  23 février 2017
Cet abrégé critique du néolibéralisme écrit par Claude Simon, professeur émérite à l'ESCP Europe et chercheur associé à l'institut Veblen, vulgarise avec brio l'idéologie qui sous-tend notre société actuelle.
Dans une première partie, l'auteur revient sur les origines du néolibéralisme, le libéralisme. Il l'étudie sous son angle philosophique, économique et politique. Il remonte ainsi jusqu'au siècle des Lumières pour situer l'émergence de ce système de pensée.
Au niveau économique, il y a trois fondateurs principaux du libéralisme selon Claude Simon : Adam Smith, Jean-Baptiste Say et David Ricardo. A travers le concept de la « main invisible » pour Smith, « la loi des débouchés » pour Say et la « théorie des coûts (ou avantages) comparés » pour Ricardo, le libéralisme s'impose progressivement mais sûrement dans les mentalités. L'Etat voit alors son rôle limité aux fonctions régaliennes (défense, justice, police) et à l'entretien des infrastructures.
Au niveau philosophico-politique, les noms à retenir sont ceux de Locke et de Hume : ils défendent la liberté individuelle, la non-dépendance entre individus et soutiennent l'égoïsme de l'homme dans ses actions. Dans un pays libéral démocratique, l'Etat est démocratique, conservateur, déteste le désordre et érige l'ordre en vertu cardinale.
Les premiers auteurs du libéralisme s'avèrent lucides sur le système. Smith déclarait par exemple que « partout où il y a de grandes propriétés, il y a une grande inégalité de fortunes. Pour un homme très riche, il faut qu'il y ait au moins cinq cents pauvres ; et l'abondance où nagent quelques-uns suppose l'indigence d'un grand nombre. » L'auteur pèse tout de même le pour et le contre en soulignant que le libéralisme a aidé à la mise en place d'Etats démocratiques en s'opposant à l'absolutisme monarchique.
Dans une seconde partie, après avoir présenté le libéralisme, l'auteur s'emploie à décrire le néolibéralisme actuel. Pour résumer, « dans le libéralisme, l'économie est au service de l'homme alors que dans le néolibéralisme, c'est l'homme qui devient au service de l'économie ».
Claude Simon distingue deux périodes. Des années 1940 aux années 1980, le néolibéralisme est en maturation intellectuelle, puis, de 1980 à 1990, il se met en place dans le monde contemporain. Deux noms fondateurs sont à retenir pour ce paradigme : Hayek et Friedman. le premier s'oppose au rationalisme des libéraux, soutient que la raison humaine ne peut pas saisir la complexité de la vie humaine et que le contrôle économique est un contrôle tout court de la vie. Autrement dit, si l'Etat prend des mesures de contrôle économique, la ligne rouge du despotisme est franchie pour Hayek. Pour Friedman, seul le marché peut assurer la prospérité économique et toute intervention de l'Etat est négative. Il défend l'antiétatisme et le monétarisme. Reagan, Thatcher ou encore Pinochet sont tous influencés par ces penseurs du néolibéralisme. Claude Simon présente quelques mesures significatives prises par ces dirigeants.
Le virage est réel : nous sommes passés d'une société libérale qui défendait la liberté de l'individu, liberté de penser, de posséder, de défendre ses idées (et l'économique n'y était qu'une conséquence) à une société néolibérale qui n'a pas la liberté comme objectif mais prescrit des moyens pour faire fonctionner la machine économique. Cela implique de vastes réformes caractérisées par les trois d': désintermédiation, décloisonnement et déréglementation (avec parfois un quatrième D, celui de la dématérialisation). Très rapidement, dans les années 80, les banques vont se mettre au service de la finance et non plus des citoyens et le contrôle étatique des marchés va quasiment disparaître.
Dans une dernière partie, l'auteur songe à l'impasse vers laquelle nous mène le néolibéralisme si nous continuons dans cette voie : négligence du réchauffement climatique et de la biodiversité, accroissement des inégalités, concurrence généralisée, réduction toujours plus drastique du rôle et du pouvoir des états avec les tribunaux arbitraux, priorité du quantitatif (travailler plus pour consommer plus) au détriment du qualitatif (bonheur, plaisir, solidarité…), etc. La conclusion de l'auteur est un plaidoyer pour une société nouvelle et une définanciarisation de l'économie avec le retour d'un vrai contrôle étatique sur les flux monétaires.
Ce petit livre bleu est une réussite : la situation actuelle y est très bien vulgarisée, l'auteur va droit à l'essentiel, il donne des exemples pertinents, des outils pour penser une autre société (on regrette un peu l'absence d'évocation de Polanyi cependant), rend son écrit accessible aux non-économistes, alerte sur les risques mondiaux encourus avec un tel système et se veut même prescriptif dans sa conclusion. A l'approche de la présidentielle, cet abrégé m'apparaît être une lecture utile et pertinente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Yunyun
  01 mars 2017
"L'idéologie néolibérale : ses fondements, ses dégâts" présent comme son nom l'indique, l'idéologie économique néolibérale.
L'ouvrage est découpé en trois parties qui développent les origines, les caractéristiques et son avenir. La partie sur les origines distingue les différences selon les champs étudiés : philosophique, économique et politique. Quant à la partie de ses caractéristiques, elle reprend les mêmes catégories. Ainsi, l'auteur, Claude Simon, se montre très pédagogue pour une idéologie qui n'est pas si simple à comprendre et qui a évolué au cours des derniers décennies. D'autant plus que les fondateurs de cette idéologie son cité, tel que Adams, Ricardo ou encore Hayek. La citation de ces penseurs est annotée de leurs ouvrages clefs. Il ne tient qu'au lecteur pour en prendre connaissance.
Ce livre est idéal pour les novices qui ne savent pas ce qu'est l'idéologie néolibérale ou pour les personnes qui souhaitent remettre à jour leur connaissance sur le sujet. Il ouvre aussi à la réflexion dans le monde dans lequel on vit actuellement. C'est un livre parfait pour débuter une connaissance, et une critique, de l'idéologie néolibérale ! Pour ceux qui l'ont déjà, n'hésitez pas à lire la bibliographie fournie de l'ouvrage! Bonne lecture!
Merci à Babelio et aux éditions Tempsprésent pour cette très agréable lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
reya
  18 mars 2017
Qu'est ce que le néolibéralisme ? Quelle distinction faut-il faire avec le libéralisme ? Comment s'est-il imposé et a-t-il progressivement envahit différents pans de notre société ?
Dans un style simple, efficace et accessible à tous, Claude Simon, professeur émérite à l'ESCP Europe, revient sur les grands textes fondateurs de la question du libéralisme. Il expose, dans un vocabulaire clair, l'évolution de la pensée du libéralisme, issue d'une réflexion sur les valeurs portées par l'individu (notamment au siècle des Lumières où il s'agit davantage de "libérer l'individu de la tutelle d'un monarque absolu ou de Dieu") vers le concept de néolibéralisme. L'auteur montre alors que cette évolution n'est pas une simple adaptation, n'a rien de linéaire mais constitue bien "une mutation majeure et profonde", une rupture. le néolibéralisme inverse le rapport instauré par la 1ère pensée du libéralisme (qui reste, à son sens, une "idéologie molle") où l'homme se met au service de l'économie.
Cette rupture est notamment portée par Friedrich August von Hayek et Milton Friedman, Claude Simon en reprend tous les points, dans un exposé aussi clair que précis et documenté, ainsi que son évolution depuis les années 80.
J'ai vraiment été séduite par la clarté du propos et l'honnêteté intellectuelle de l'auteur qui ne cache pas son point de vue.
Ce texte est un abrégé à mettre entre toutes les mains, que l'on souhaite simplement se rafraichir la mémoire ou encore découvrir les fondements du néolibéralisme et son mode de fonctionnement.
Merci à Babelio et à Temps présent de m'avoir donné la possibilité de découvrir ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : néo-libéralismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Claude J. Simon (1) Voir plus