AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070431118
Éditeur : Gallimard (16/03/1973)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Il est bien connu que s'il existe des caves, c'est pour qu'on les charrie, qu'on les embrouille et qu'on les soulage de leur morlingue ou de leurs illusions. Mais il y a des caves pas comme les autres.
Des vicieux qui s'ignoraient ? Des mutants ? Ou alors un virus particulièrement costaud ? Toujours est-il qu'un beau jour ils en ont marre qu'on les mette en caisse, ils se rebiffent, et ça fait encore plus mal que si c'étaient des «hommes».
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
KiriHara
  30 mars 2019
Albert Simonin, est-il besoin de le répéter ?, vous le connaissez forcément. Quoi ? Vous n'avez lu aucun de ses livres, vous doutez donc d'avoir fait sa connaissance ?
Hé bien, si ! Car, même si vous n'avez jamais mis votre nez dans un de ses romans, vous connaissez au moins ses romans via les adaptations cinématographiques qui en ont été faites.
Si je vous dis : « Touchez pas au grisbi », « le cave se rebiffe », « Les Tontons flingueurs » ?
Vous voyez, vous avez au moins vu à défaut d'avoir lu.
Albert Simonin est considéré comme le maître du roman de truands à la française et est principalement connu pour sa trilogie autour du personnage de Max-le-menteur, par les trois adaptations plus ou moins fidèles précitées.
Né en 1905, mort en 1980, on attribue bien souvent à l'auteur, et à tort, d'avoir ouvert la voie à Frédéric Dard, oubliant un peu trop facilement que son commissaire San Antonio existait depuis quelques années avant la sortie du premier roman de Simonin.
Mais, certes, s'il n'a pas initié le polar argotique (le Nestor Burma de Léo Malet lui est également antérieur), il a participé à son développement, notamment en usant d'une langue bien plus proche de celles des vrais voyous des rues, que celles de ses confrères.
Après avoir lu « Gribsi or not grisbi », le troisième opus de la trilogie de Max-le-menteur, que j'avais moyennement apprécié du fait d'une langue argotique un peu trop brute, par rapport à celles de Frédéric Dard ou Léo Malet, voilà que je poursuis ma découverte à rebour de cette série en lisant le second opus, « le cave se rebiffe ».
Max-le-Menteur et son pote Pierrot-le-Gros, s'apprête à acheter un bar en bien piteux état afin de se ranger quelque peu mais, surtout, se faire de l'artiche en loucedé grâce à quelques magouilles plus ou moins légales.
Mais à peine ont-ils pris la décision que Max reçoit un coup de téléphone lui enjoignant très fortement de ne pas poursuivre dans son entreprise.
Vouloir forcer la main à Max, et surtout au Gros, voilà qui n'est pas très malin.
Ne pas prendre en compte les menaces, n'est pas plus intelligent pour autant.
D'autant que dans le même temps, le Gros entraîne Max dans une affaire de fausse monnaie dirigé par le Dab, un vieux de la vieille.
Mener ces deux affaires de front ne sera pas évident, d'autant que les menaces se précisent, que Max est attaqué et doit se défendre brutalement et que le corps sans vie d'un ami de Max est retrouvé dans le bar.
Se débarrasser du corps, des flics qui tournent autour du duo, et identifier d'où vient la menace pour régler son compte à l'instigateur, =sera d'autant moins facile qu'il faut rester loin des radars de la maison poulagat pour que les faux fafiots fassent des petits. Mais, quand le cave sur lequel repose toute l'affaire se rebiffe... tout par à vaut l'eau.
Avec un style un peu plus digeste (ou bien je me suis un peu habitué après ma première lecture), ce court roman m'a passionné quelque peu plus que son prédécesseur (qui est donc son successeur).
Bien que certaines tournures de phrases m'ont accrochées un peu les paupières, l'ensemble a été plutôt agréable est c'est avec un réel plaisir que j'ai suivi les mésaventures de Max et du Gros, jusqu'à un point final qui met un terme au roman aussi brutalement qu'à la vengeance des deux hommes.
Certes, en lisant le roman, comment ne pas imaginer les traits burinés du visage de Jean Gabin, bien que son personnage (le Dabe), dans le roman, ne soit que très secondaire et que Max, le héros, est totalement absent du film éponyme.
Pour autant, du fait des autres adaptations, c'est le visage de Lino Ventura qui s'imprime sur celui de Max, du fait de sa présence dans les deux autres adaptations, parfois à la place d'un personnage similaire à Max, parfois dans un autre rôle.
On cherche également à placer la tronche de Bernard Blier, pour les mêmes raisons.
Les points forts de ce petit roman sont ainsi les suivants :
- Un personnage qui cherche à se ranger et qui va se retrouver dans la mouise.
- Une narration à la première personne immersive.
- Une langue argotique qui rend l'ambiance de l'époque et du milieu.
- Un format d'une taille suffisamment courte pour éviter les longueurs.
- Un personnage (Max-le-Menteur) attachant.
- Une histoire construite sur une notion ancestrale de la Loi de Murphy.
Les points faibles :
- Une langue argotique un peu brute.
- Une tournure de phrase un peu bancale qui est souvent répétée.
- Une fin un peu sèche.
Au final, si le denier opus de la trilogie m'avait laissé un peu froid, ce second, lui, me réconcilie avec cette trilogie et avec Max-le-Menteur et me donne envie de découvrir le tout premier opus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NOIRdePOLARS
  14 mars 2012
Quand on te dit « le cave se rebiffe », tu penses illico à Gabin et à la brochette d'acteurs fameux qu'il composait dans le film de Gilles Grangier, avec Bernard Blier, Maurice Biraud, Françoise Rosay et Martine Carol. Tu penses aussi que tu vas te marrer, parce que question rigolade le film se posait là.
Eh bien, t'as tout faux ! le film dialogué par Audiard, il a qu'un rapport franchement antipodique avec le livre. Exemple, « le dabe » on ne le fréquente caïman pas dans ce booquin.
Ceux qu'on suit à la trace, c'est Max toujours et Pierrot souvent.
Max, c'est un mec plutôt chouette, le contraire d'un tordu. Il aime les belles bagnoles : il possède une Vedette que, comme tu l'as en mémoire, Ford avait sorti en 1948 pour concurrencer la citron 15, et dont le V8 a l'échappement velouté.
Il tient à se saper convenablement, pas le genre de hotu à traîner en jeans et demander cent balles. Se saper, c'est essentiel parce que ça permet d'attirer la greluche. Belle gueule, belle tire, costar impec, elles tombent toutes, forcément.
Bon, c'est vrai que vaut mieux se farcir des frangines du milieu qu'ont une saine mentalité, parce que les autres te laissent tomber, les salopes, au premier accroc avec la maison poulaga.
Il avait pas d'intention belliqueuse, Max, il achetait juste un rade qui devait rapporter gros. A la première visite, il remarque bien que les glaces du décor sont étoilées à la bastos de mitraillette, mais les artisans sont là pour retaper, non ? A la deuxième, il avise que le contenu de la cave a été chouré, et qu'en plus y'a un macchab en plein milieu de la piste de danse… Il est pas si con, Max, il devine qu'on lui en veut, dans un admirable mouvement de logique que Descartes lui-même eût salué.
Le coupable, c'est un hotu comme lui, mais alors un vrai salaud celui là. Max, c'est pas le genre à appeler la maison bourreman au secours, il règle ses affaires tout seul, au Beretta…

Si t'aimes la langue de Simonin, t'es verni, c'est lui qu'a écrit ce livre. Si t'aimes pas, casse-toi, c'est à ceux qui aiment que j'cause. le style d'Albert, c'est du 20/20, les personnages, le décor de Montmartre ou de la porte Champerret c'est extra. Mais le déroulé de l'histoire laisse un peu sur sa faim parce qu'elle est mal, mais alors très mal, construite et que tu peux partir sur une piste intéressante et que Simonin oublie de t'affranchir de la suite ou de la fin. Au total, c'est contrasté, mais ça vaut quand même l'achat, pense à ce que tu te serais emmerdé si t'avais pris le polar d'Eva Joly à la place.
Lien : http://noirdepolars.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NOIRdePOLARS
  19 janvier 2012
Quand on te dit « le cave se rebiffe », tu penses illico à Gabin et à la brochette d'acteurs fameux qu'il composait dans le film de Gilles Grangier, avec Bernard Blier, Maurice Biraud, Françoise Rosay et Martine Carol. Tu penses aussi que tu vas te marrer, parce que question rigolade le film se posait là.
Eh bien, t'as tout faux ! le film dialogué par Audiard, il a qu'un rapport franchement antipodique avec le livre. Exemple, « le dabe » on ne le fréquente caïman pas dans ce booquin.
Ceux qu'on suit à la trace, c'est Max toujours et Pierrot souvent.
Max, c'est un mec plutôt chouette, le contraire d'un tordu. Il aime les belles bagnoles : il possède une Vedette que, comme tu l'as en mémoire, Ford avait sorti en 1948 pour concurrencer la citron 15, et dont le V8 a l'échappement velouté.
Il tient à se saper convenablement, pas le genre de hotu à traîner en jeans et demander cent balles. Se saper, c'est essentiel parce que ça permet d'attirer la greluche. Belle gueule, belle tire, costar impec, elles tombent toutes, forcément.
Bon, c'est vrai que vaut mieux se farcir des frangines du milieu qu'ont une saine mentalité, parce que les autres te laissent tomber, les salopes, au premier accroc avec la maison poulaga.
Il avait pas d'intention belliqueuse, Max, il achetait juste un rade qui devait rapporter gros. A la première visite, il remarque bien que les glaces du décor sont étoilées à la bastos de mitraillette, mais les artisans sont là pour retaper, non ? A la deuxième, il avise que le contenu de la cave a été chouré, et qu'en plus y'a un macchab en plein milieu de la piste de danse… Il est pas si con, Max, il devine qu'on lui en veut, dans un admirable mouvement de logique que Descartes lui-même eût salué.
Le coupable, c'est un hotu comme lui, mais alors un vrai salaud celui là. Max, c'est pas le genre à appeler la maison bourreman au secours, il règle ses affaires tout seul, au Beretta…
Si t'aimes la langue de Simonin, t'es verni, c'est lui qu'a écrit ce livre. Si t'aimes pas, casse-toi, c'est à ceux qui aiment que j'cause. le style d'Albert, c'est du 20/20, les personnages, le décor de Montmartre ou de la porte Champerret c'est extra. Mais le déroulé de l'histoire laisse un peu sur sa faim parce qu'elle est mal, mais alors très mal, construite et que tu peux partir sur une piste intéressante et que Simonin oublie de t'affranchir de la suite ou de la fin. Au total, c'est contrasté, mais ça vaut quand même l'achat, pense à ce que tu te serais emmerdé si t'avais pris le polar d'Eva Joly à la place.

Lien : http://noirdepolars.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NOIRdePOLARS
  14 mars 2012
Quand on te dit « le cave se rebiffe », tu penses illico à Gabin et à la brochette d'acteurs fameux qu'il composait dans le film de Gilles Grangier, avec Bernard Blier, Maurice Biraud, Françoise Rosay et Martine Carol. Tu penses aussi que tu vas te marrer, parce que question rigolade le film se posait là.
Eh bien, t'as tout faux ! le film dialogué par Audiard, il a qu'un rapport franchement antipodique avec le livre. Exemple, « le dabe » on ne le fréquente caïman pas dans ce booquin.
Ceux qu'on suit à la trace, c'est Max toujours et Pierrot souvent.
Max, c'est un mec plutôt chouette, le contraire d'un tordu. Il aime les belles bagnoles : il possède une Vedette que, comme tu l'as en mémoire, Ford avait sorti en 1948 pour concurrencer la citron 15, et dont le V8 a l'échappement velouté.
Il tient à se saper convenablement, pas le genre de hotu à traîner en jeans et demander cent balles. Se saper, c'est essentiel parce que ça permet d'attirer la greluche. Belle gueule, belle tire, costar impec, elles tombent toutes, forcément.
Bon, c'est vrai que vaut mieux se farcir des frangines du milieu qu'ont une saine mentalité, parce que les autres te laissent tomber, les salopes, au premier accroc avec la maison poulaga.
Il avait pas d'intention belliqueuse, Max, il achetait juste un rade qui devait rapporter gros. A la première visite, il remarque bien que les glaces du décor sont étoilées à la bastos de mitraillette, mais les artisans sont là pour retaper, non ? A la deuxième, il avise que le contenu de la cave a été chouré, et qu'en plus y'a un macchab en plein milieu de la piste de danse… Il est pas si con, Max, il devine qu'on lui en veut, dans un admirable mouvement de logique que Descartes lui-même eût salué.
Le coupable, c'est un hotu comme lui, mais alors un vrai salaud celui là. Max, c'est pas le genre à appeler la maison bourreman au secours, il règle ses affaires tout seul, au Beretta…

Si t'aimes la langue de Simonin, t'es verni, c'est lui qu'a écrit ce livre. Si t'aimes pas, casse-toi, c'est à ceux qui aiment que j'cause. le style d'Albert, c'est du 20/20, les personnages, le décor de Montmartre ou de la porte Champerret c'est extra. Mais le déroulé de l'histoire laisse un peu sur sa faim parce qu'elle est mal, mais alors très mal, construite et que tu peux partir sur une piste intéressante et que Simonin oublie de t'affranchir de la suite ou de la fin. Au total, c'est contrasté, mais ça vaut quand même l'achat, pense à ce que tu te serais emmerdé si t'avais pris le polar d'Eva Joly à la place.
Lien : http://noirdepolars.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Albert Simonin (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Albert Simonin
Radioscopie (1973).
autres livres classés : truandsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1629 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre