AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226407096X
Éditeur : 10-18 (04/05/2017)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 125 notes)
Résumé :
Été 1914, dans la campagne anglaise. La gentry de Rye reçoit pour un pique-nique sur le gazon fraîchement tondu. Les ombrelles et les chapeaux sont de sortie et c’est l’occasion pour Beatrice Nash, 23 ans, récemment débarquée dans la petite ville pour y prendre le poste de professeur de latin, de faire plus ample connaissance avec toutes les personnalités locales. Béatrice est orpheline de mère, et a grandi auprès de son père, un universitaire qu’elle a accompagné d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
latina
  24 mars 2018
Rye, belle petite bourgade du Sussex...Ses prés salés, ses marais, ses rues pavées et pentues et la mer, là-bas, tout au loin (allez voir sur Pinterest, je ne vous mens absolument pas !)
Rye, l'été avant la guerre 14, ployant sous la chaleur, couvant ses habitants à force de thés, de biscuits sucrés et salés, de canapés au concombre et de tartines beurrées. Ses habitants, les riches, entendons-nous bien. Car les pauvres n'ont droit à rien. Rien. Et les romanichels encore moins. Car il y a des Roms, à Rye, représentants de plusieurs générations.
Rye, une petite ville pétrie de préjugés, où les sarcasmes à peine déguisés volent à travers les rues et les cottages ; où les femmes, de n'importe quelle condition, sont considérées comme de pauvres choses assujetties à la sagesse mâle, incapables de mener leur vie comme bon leur semble.
Mais voilà que Beatrice Nash arrive, la jeune institutrice qui vient de perdre son père bien-aimé.
Mais voilà que Hugh Grange, le neveu de la bonne Agatha Kent, passe l'été à la campagne, en compagnie de son cousin Daniel, le romantique.
Mais voilà que se pressent aux frontières du royaume les réfugiés belges qui ont connu les atrocités de l'avancée allemande.
Les bonnes dames de Rye s'activent. Les convenances anglaises qui régissent tous leurs comportements et leurs idées les forcent à se montrer charitables et à accueillir ces pauvres gens...mais pas à n'importe quel prix.
A vrai dire, si j'ai été charmée par les descriptions bucoliques de ce joli coin de campagne anglaise, je me suis nettement plus ennuyée en assistant aux nombreuses conversations de ces dames et ces messieurs, confites dans le conformisme ambiant, pleines d'onctuosité cachant mal les aversions et les accointances des uns et des autres.
Peinture de moeurs par excellence, ce roman s'en est tenu à cela, finalement. Où est passé le fameux humour british qui m'avait charmée dans le premier roman de cette dame anglaise ? Oui, j'ai aperçu de temps à autre le ton décalé qui m'avait fait rire, mais ici, je n'ai guère réagi. Enfin, si, je me suis indignée de nombreuses fois devant le peu de cas que l'on fait des femmes, et, reconnaissons-le, devant la mesquinerie de celles-ci également !
C'est uniquement durant les cent dernières pages (le roman en compte 650 environ) que le vent a tourné, que j'ai ressenti une émotion qui a tout emporté. Il faut dire qu'à ce moment, nous sommes en France, dans le théâtre ô combien plus réaliste de la guerre que le décor factice de la « charité » de ces dames anglaises. Et j'avoue, j'ai même pleuré, j'en ai été la première surprise.
Avis mitigé, donc, pour ce roman de bonne facture, très anglais quand même, surtout très début de siècle (le 20e, évidemment).
Plaisirs et vacheries de la « bonne » société anglaise mélangés à l'amour et à la guerre : de l'ennui, de l'indignation, des ricanements, et finalement, de l'émotion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6214
iris29
  10 janvier 2017
Deuxième roman d'Helen Simonson et deuxième roman lu avec le même sentiment à la dernière page : dommage, j'aurai pu avoir un coup de coeur ...
1914 , Béatrice Nash ayant perdu son père , n'a d'autre choix pour survivre financièrement (et pour échapper à la tutelle de sa famille) , que de devenir professeure de latin à Rye, toute petite ville perdue dans la campagne anglaise . Là , elle fait connaissance de la gentry locale , de sa "protectrice" , Agatha Kent , de ses neveux, Daniel et Hugh , d'un écrivain, d' aristocrates , de la femme du maire , de la logeuse etc...
Tout ce petit monde vit sereinement en apparence et se reçoit assez souvent . Là entre deux thés et quelques scones , on déclame de la poésie, joue des petits spectacles , discute , échange des ragots . Tout cela n'est pas sans rappeler les après-midi des romans de Jane Austen ...
Mais on est en 1914 , le téléphone existe et quand on appelle quelqu'un , quelques habitants "bien intentionnés" écoutent également votre conversation privée et colportent les nouvelles , comme dans les romans de Patricia Wenthworth et ceux d'Agatha Christie .
On est en 1914, et les premiers réfugiés belges arrivent dans le village ( comme le plus célèbre d'entre eux , Hercule Poirot) . Quelques villageois" bien intentionnés" s'attribuent les "meilleurs réfugiés ", les plus "distingués "...
L'Angleterre rentre dans le conflit, le petit village y contribue à sa manière , sous la forme d'un dérisoire défilé puis très vite , c'est le départ de Hugh le neveu médecin , de Daniel etc... sous les yeux inquiets des femmes restées au pays .
C'est un roman qui souffre de quelques longueurs . A tel point que j'en ai lu un autre ,arrivée au milieu ( ce qui ne m'arrive jamais) .
L'auteur s'est énormément documentée , notamment avec l'autobiographie d'Agatha Christie... En cela , il est riche de détails et d'anecdotes . Je pense qu'elle a voulu trop en mettre , aborder trop de thèmes à travers trop de personnages : la condition de la femme perdue sans protecteur masculin (qu'il soit le mari ou le père) ,la place des artistes femmes à l'époque, la condition des réfugiés , le viol , la guerre et son absurdité , la mesquinerie , les luttes de pouvoir , l'homosexualité refoulée, les classes sociales etc...
Tout ce brassage contribue à diluer les émotions du lecteur . C'est dommage , il y a de très belles choses et beaucoup de passages m'ont fait penser à Jane Austen ou Agatha Christie et rien que pour cela , ça a été une lecture agréable ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          429
jeunejane
  20 juin 2017
A la mort de son père, Béatrice Nash, 23 ans, doit subvenir à ses besoins. Elle est jeune et décidée à rester célibataire.
Elle se fait engager comme professeur de latin dans la petite ville de Rye.
Elle est payée par des dames de la bourgade qui veulent instruire quelques gars du coin.
Elle est accueillie à la gare par Hugh Grange, le neveu de lady Agatha Kent, futur chirurgien.
Tout le reste de l'été se passe dans les mondanités de la société locale, bien paisiblement avec toutes les conversations et occupations futiles que cela suppose.
Cette petite communauté se verra chamboulée par l'éclatement de la première guerre mondiale, la venue de réfugiés et les échos des horreurs des combats.
L'écriture est élégante et veut manifestement imiter le style de Jane Austen et ses romans du 19ème siècle. A la différence que l'auteure n'a pas vécu à l'époque de son roman , en 1914 et cela se sent très fort.
A noter que certains protagonistes font preuve d'humour et cela ajoute un peu de piquant au livre.
Challenge pavés 2016-2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
LePamplemousse
  05 juin 2017
Envie d'un gros pavé dépaysant pour l'été ?
Voici la recette de ce roman que j'ai lu d'une traite : un peu d'Histoire avec l'évocation de la première guerre mondiale, une belle poignée de romance, un soupçon de comédie des moeurs avec la rébellion d'une orpheline bien décidée à ne pas se marier, une pincée de potins comme il y en a dans tous les villages, beaucoup d'humour et de l'émotion.
Nous suivons les aventures de Beatrice Nash, jeune professeur de latin, fière et indépendante, mais aussi celles de toute une galerie de personnages vivants au sein d'une petit village anglais. Nous découvrons tout ce petit monde durant les jours qui précèdent l'annonce de la guerre et nous les accompagnerons pendant quelques temps ensuite.
La guerre est vécue aussi bien du côté des hommes qui y sont envoyés que de celui des femmes, des soeurs, des fiancées et des mères qui attendent en espérant le retour de leurs proches.
Les personnages sont attachants et les descriptions de la vie d'un village anglais sont caustiques.
Un lecture très dépaysante et qui rappelle un peu les romans d'une certaine Jane Austen, tant on sent que l'auteure s'amuse à nous dévoiler les travers de ses personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          403
sld09
  17 septembre 2017
J'ai beaucoup aimé ce roman et ses personnages plus attachants les uns que les autres.
C'est vrai que le rythme est assez lent, mais l'auteur prend le temps de planter le décor et de laisser ses personnages s'y épanouir, créant une atmosphère douce amère dans laquelle j'ai eu plaisir à me glisser pendant quelques jours.
Outre la chronique d'un petit village anglais se préparant à entrer en guerre, L'été avant la guerre dresse le portrait société hyper-conformiste au point d'en devenir injuste : femmes célibataires, artistes bohèmes, Tziganes, divorcés ou toute autre personne n'entrant pas dans le cadre doit faire profil bas ou s'en aller. J'ai d'ailleurs été particulièrement révoltée par quelques scènes humiliantes où une jeune femme se voit rabaisser juste parce qu'elle veut les moyens d'être indépendante.
Mais le roman ne parle pas que de la guerre ou de la place de l'art, des femmes ou des minorités dans la société : il y est aussi question d'une amitié à toute épreuve entre deux cousins aux tempéraments diamétralement opposés et d'une jolie histoire d'amour qui éclot mine de rien... En plus, le texte ne manque ni d'humour, ni d'émotion, et j'ai aimé la façon dont l'auteur manie les non-dits et les sous-entendus, suggérant une dimension supplémentaire au récit et amplifiant encore les émotions.
Un délicieux moment de lecture...
Lien : http://lecturesdestephanie.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   07 août 2017
- [...] Certains d'entre vous seront obligés d'aller servir pendant un certain temps là où l'armée aura besoin de vous, en attendant que nous soyons installés.
- Le problème est qu'il ne me reste que quelques mois à faire pour achever ma formation, expliqua Hugh. Je pensais que ma place était plutôt ici.»
Il s’était fait à l'idée d'assister aux opérations, de faire des tournées de malades au côté de l’éminent chirurgien, de travailler dans les laboratoires immaculés et carrelés et de rédiger un ou deux articles universitaires. Il avait prévu de continuer à vivre simplement mais d'acheter peut-etre, de temps en temps, des billets d'opéra et d'inviter Lucy à passer un ou deux après-midi au British Museum. Et il avait envisagé de faire du bénévolat en soirée - une opération supplémentaire par-ci par-là pour sauver un membre, un œil - sans attendre d'autre reconnaissance que l'admiration de Lucy pour son infatigable dévouement.
« Mon garçon, un mois au front vaudra largement dix ans dans les salles d’opération londoniennes, répliqua le chirurgien. Songez à toutes les expériences que vous pourrez faire, aux articles passionnants que vous pourrez publier et a votre contribution aux progrès de nos connaissances scientifiques.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
iris29iris29   07 janvier 2017
Beaucoup d'oeufs , des pommes, du thé fort et une cuillerée d'huile de foie de morue par semaine , confirma celui-ci d'un ton bourru. Ça maintient en forme et tient à distance la pestilence et les germes qui ne manquent pas de grouiller dans une salle remplie de garnements mal lavés .
Commenter  J’apprécie          270
iris29iris29   08 janvier 2017
Agatha considérait comme une des plus grandes vertus de son époux qu'il lui accorde une solidarité sans faille ; ou, plus exactement , qu'il fasse exactement ce qu'elle lui disait de faire .
Commenter  J’apprécie          380
iris29iris29   10 janvier 2017
Une fine veine de chagrin courait néanmoins sous son bonheur , dont des millions de femmes souffriraient comme elle durant de longues années . Ce chagrin n'empêchait pas leurs pieds de marcher, il ne leur interdisait pas d'accomplir les tâches quotidiennes de la vie; mais il parcourait la population comme les câbles de cuivre du réseau téléphonique, reliant toutes ces femmes les unes aux autres, les rattachant à la tragédie qui avaient dévasté leurs coeurs comme elle avait dévasté les champs qui s'étendaient devant sa fenêtre .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
jeunejanejeunejane   20 juin 2017
"Nous avons fait serment, mes amies et moi-même de n'accepter aucune déclaration, aussi séduisant que soit le jeune homme ou aussi avantageuse que puisse être l'union qu'il propose, tant qu'il ne sera pas engagé dans l'armée.",
expliqua-t-elle.
Commenter  J’apprécie          210
Videos de Helen Simonson (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Helen Simonson

La dernière conquête du major Pettigrew - Helen SIMONSON
À Edgecombe St. Mary, en plein coeur de la campagne anglaise, une tasse de thé délicatement infusé est un rituel auquel, à l'heure dite, le major Ernest Pett...
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le dernière conquête du Major Pettigrew

Quel est le prénom du Major?

Alfons
Bertie
Jules
Ernest

8 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : La dernière conquête du major Pettigrew de Helen SimonsonCréer un quiz sur ce livre
.. ..