AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290036501
222 pages
J'ai lu (18/01/2012)
3.42/5   13 notes
Résumé :
Lorsque Marine rencontre Antoine, elle a perdu ses illusions militantes, il est marqué par l'abandon de sa mère. Face à la morosité ambiante, tous deux ont développé la capacité de "jouer au monde". Jouer au monde, c'est devenir maître de l'univers, de son propre univers... Entre Noël et le jour de l'An, ils vont vivre une passion qui n'ose se dire, entourés de personnages insolites et attachants. Jouer au monde est l'histoire d'une rencontre amoureuse à une époque ... >Voir plus
Que lire après Jouer au mondeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Paris, fin décembre 1986. Antoine, la trentaine, qui peint des trompe-l'oeil plus vrais que nature fait connaissance de Marine, 28 ans, qui est documentaliste dans une maison d'édition. C'est la rencontre de deux solitudes, de deux êtres qui survivent; chacun va aider l'autre à retrouver le goût de vivre, d'une façon peu conventionnelle, en jouant au monde : inventer un monde qui donne des couleurs à la réalité.
Ce roman nous offre une belle galerie de portraits dont le point commun est de ne pas se sentir bien dans leur vie, blasés, blessés mais qui essayent de laisser libre cours à leur imaginaire. Antoine a été abandonné par sa mère alors qu'il avait 7 ans et depuis, sa vie, qui est elle-même un véritable trompe-l'oeil, tourne autour d'un vide qu'il n'a jamais pu combler et qui l'éloigne de toute relation amoureuse; Marine n'a pas trouvé dans le militantisme politique l'idéal qu'elle cherchait pour donner du sens à sa vie. Tous deux rencontrent des personnages haut en couleurs qui, tous, veulent se sentir exister et ne pas uniquement subir : une vieille dame qui s'invente un passé aventurier, excitant , un ami d'enfance qui a vu une passion s'éteindre et se consacre à la création de jeux qui font rêver, un Georgien en exil qui pleure et idéalise son pays d'origine, une amie d'enfance de Marine, trompée par son mari et déçue par le militantisme et ceux qu'elle défend avec coeur .
Réflexion sur le sens de la vie, sur le manque d'amour et les blessures à jamais présentes, sur les formes que peut prendre l'amour, sur le besoin de rêver et de laisser vagabonder son imaginaire.
Commenter  J’apprécie          92
Lu dans le cadre du jury lecteur Librinova, j'ai abandonné à 20% car ne correspond pas du tout au genre de lecture que j'apprécie, il a dû y avoir une erreur lors de la distribution car les thèmes abordés très "actuels" car sinon pas édités ne sont pas dans mes préférences.
Commenter  J’apprécie          110
L'auteure a une plume agréable, douce et poétique qui a su transmettre une atmosphère particulière et rendre l'histoire assez mélancolique avec des personnages blessés par la vie. Cette ambiance poétique et émouvante est notamment ressentie à travers le personnage d'Antoine, qui a su me marquer par son originalité et sa façon singulière de percevoir le monde, de "jouer au monde" qui renvoie à une approche ludique et fantasque de la réalité, avec une forme de désinvolture face aux difficultés de la vie. Cette originalité et cette créativité sont particulièrement intéressantes, car elles permettent de convoquer l'imaginaire et le rêve dans le réel. En cela, l'auteure a su écrire un roman qui laisse une grande place à l'imaginaire.

Cependant, malgré ces qualités, j'ai trouvé le récit un peu long, ce qui peut nuire à l'intensité de l'histoire et la rendre parfois un peu lassante. de même, j'ai noté que le roman comporte peut-être trop de personnages, ce qui peut rendre leur caractérisation superficielle et ne pas permettre d'approfondir leur personnalité. Bien que l'histoire soit intéressante et joliment écrite, j'aurais aimé que les personnages soient plus développés pour me permettre de m'y attacher davantage.

Dans l'ensemble, j'ai aimé le roman et j'ai été touché par son style poétique et émouvant, ainsi que par la singularité du personnage d'Antoine. Cependant, j'aurais aimé que certains aspects soient plus travaillés pour que l'histoire soit encore plus marquante et captivante.

Commenter  J’apprécie          20
Encore une belle lecture que Librinova m'a permis de découvrir. Antoine est un artiste qui s'ignore, il est le spécialiste des trompe-l'oeil. Marine une jeune femme ordinaire. Ils se rencontrent comme pour beaucoup : par hasard et par deux fois, le destin ? C'est ce que l'histoire raconte, avec une multitude de personnages assez particuliers (comme nos deux héros, décrits dans ce roman) qu'ils vont , soit ensemble ou individuellement rencontrer, tout au long de ce livre. Un melting pot de gens qui semblent ordinaires, si nous les croisons, mais qui ne le sont pas quand l'auteur nous les décrits par les voix de Marine ou d'Antoine. Eux même ne le sont pas , ordinaires, contrairement à ce que j'ai dis en début de critique Marine qui était ordinaire, change au contact d'Antoine, et de ces rencontres, car Antoine, la fascine, mais ne la retient pas toujours dans ses envies, ses rêves. Elle attend autre chose, mais ne peux pas assouvir ses désirs, car Antoine ne peux ou ne veux pas y participer. Ce sont deux individus qui vivent un amour particuliers, mais ce n'est pas un couple. Madame Simpère possède l'art de mêler, l'ambiguïté des sentiments tout en suggestions et nous laisse imaginer… Chacun perçoit ce qu'il lit comme une ouverture d'esprit en fonction de sa propre expérience ou pas … Belle découverte pour moi
Commenter  J’apprécie          10
Entre Noël et le jour de l'An, Marine, orpheline de père, et Antoine, abandonné par sa mère à l'âge de 7 ans, vont se rencontrer, vivre une semaine déroutante, entourés de personnages insolites, et se découvrir dans une activité commune qui va être de "jouer au monde". Il s'agit de prendre la vie comme elle vient, sans se poser de question, sans jugement, tout en se proposant des défis et en vivant pleinement le. présent.
Mais alors que Marine attend plus d'Antoine, celui-ci se complaît dans ses silences, ses trompe l'oeil, source de ses revenus et échappatoire à ses blessures non encore cicatrisées.
J'ai bien apprécié l'histoire de la rencontre entre les deux personnages, la narration d'une fin d'année hors du temps. La lecture est facile, les émotions bien présentées. La fin est brusque mais évidente, c'était une belle parenthèse enchantée pour une femme en manque d'optimisme et un homme amoureusement maladroit.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
A leur décharge (les enseignants), on les a privés de toute autorité et de toute possibilité de sévir. Les gamins le savent et ont un sentiment d'impunité d'autant plus absolu que leurs parents les soutiennent mordicus, persuadés d'avoir engendré des surdoués. Résultat : les profs se sentent démunis, dépecés de leur identité et de ce pourquoi ils avaient choisi ce métier.
Commenter  J’apprécie          50
La vie, c'est comme une barbe à papa. Au début, c'est doux, moelleux, joli, on en mangerait. Puis chaque jour lui arrache des filaments dans lesquels on s'empêtre et qui collent, et qu'on ne trouve même plus bons. Mais la vraie angoisse, celle qu'on n'avoue jamais, c'est la certitude qu'à la fin ne reste qu'un bâton à jeter.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (27) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3587 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}